Restons en contact
Campagne #MamKoul2020

Politique

Côte d’Ivoire / Ange Olivier Grah, magistrat contraint à l’exil répond à Sidi Touré

Publié

activé

Ange Olivier Grah.

Côte d’Ivoire / Ange Olivier Grah, magistrat contraint à l’exil répond à Sidi Touré

par leadernews on 9 juin 2019

Dans l’affaire Bédié tient des propos xénophobes de nature à mettre en péril, au-delà de la paix et de la cohésion sociale, l’unité nationale et la stabilité du pays, le magistrat Ange Olivier Grah, radié et contraint à l’exil par le gouvernement ivoirien, repond à Sidi Touré Ministre de la communication et des medias, Porte-parole du Gouvernement.

Nous sommes tous d’avis qu’il faut condamner l’indexation injustifiée des étrangers , mais il faut qu’il s’agisse d’indexation injustifiée. Nous nous attendions à ce que le communiqué nous éclaire sur les accusations qui sont portées ou à tout le moins que le Président Bédié soit invité à prouver ces assertions car ce serait le moyen le plus juste de mettre en exergue leur caractère condamnable s’il n’arrive pas le faire, mais nous constatons que le communiqué évite soigneusement le sujet et s’étend plutôt à des accusations fondées sur l’interprétation des propos tenues et non de leur contestation comme si on craignait la réponse à une telle invitation.

En tant que citoyen, ce qui m’importe le plus c’est de savoir si vraiment « … on fait venir des étrangers armés qui sont stationnés maintenant dans beaucoup de villages… » et si on fait venir clandestinement, surtout dans la commune d’Abobo, des gens à qui, on établit des papiers ivoiriens car ça aussi ça tombe sous le coup de la loi pénale et est encore plus susceptible d’accroître les tensions à l’approche des élections de 2020.

Ange Olivier Grah répond à Sidi Touré

Par ailleurs, ce communiqué participe de l’accroissement des tensions parce qu’il ne peut que faire monter les tensions du fait des frustrations ressenties par une partie de la population qui s’émeut qu’après la Justice à deux vitesses constatées dans le cadre du réglement de la crise postélectorale, on se retrouve avec des indignations à deux vitesses et des menaces de poursuites à deux vitesses quand on sait que quelques jours avant l’honorable Ib…; s’est rendu coupable de propos dans les mosquées qui tombaient sous le coup de toutes les infractions qui sont visées dans le communiqué.

la Véritable cause de l’atmosphère sociale tendue actuellement c’est le sentiment que les partisans du parti au pouvoir peuvent tout se permettre certains de leur impunité alors que les autres sont sous le coup de persécution pour la seule expression de leur différence. Monsieur le Ministre Sidi, le citoyen sans qu’il puisse être taxé d’être xénophobe attend la réponse aux accusations. La stratégie du je suis visé mais pas concerné ne fonctionnera pas cette fois. Nous voulons des réponses.

Ange Olivier Grah.

Comments

comments

Citoyenneté

Mort d’un Afro-américain : émeutes et incendies pour réclamer justice, Donald trump fait des promesses

Publié

activé

Mort d'un Afro-américain-image d'illustration

 

La colère provoquée par la mort de cet afro-américain, George Floyd aux mains de la police a débouché sur des soulèvements populaires dans la soirée du mercredi dernier à Minneapolis, une ville américaine dans l’Etat de Minnesota. C’était la deuxième nuit d’affrontements entre manifestants et policiers dans cette ville.

Ces soulèvements populaires sont survenus aux lendemains de la mort d’un afro-américain, George Floyd, entre les mains de certains policiers. Dans une vidéo qui a parcouru la toile, on voit le sieur Floyd qui n’arrivait pas à respirer alors qu’un policier blanc s’appuie de tout son poids sur son cou. Trois autres policiers observent sans rien faire, nonobstant les supplications des passants.

La police a bien notifié que le sieur Floyd, âgé de 46 ans, n’était pas armé. Elle a soupçonné l’afro-américain d’avoir tenté de faire usage des faux billets dans un restaurant de la place. Transféré à l’hôpital, il a finalement rendu l’âme.

Le maire de la ville, Jacob Frey, un Blanc, a demandé à ce que la justice aille loin dans l’affaire. Il a fait savoir que si c’était un simple citoyen qui avait commis un crime pareil, comme ce fut le cas avec le sieur Floyd, ce citoyen serait déjà mis en prison. Sur sa page twitter, il a publié un message dans lequel on peut lire : « Je demande donc au procureur du comté de Hennepin, Mike Freeman, d’inculper l’agent de police ».

La députée d’origine somalienne Ilhan Omar, dont la circonscription électorale inclut l’ensemble de Minneapolis, a été plus précise. Elle a, elle aussi, publié sur sa page Twitter que l’agent de police, responsable de la mort de monsieur Floyd « devrait être inculpé pour meurtre ». Vu l’allure que prenaient les événements, elle a, quelques heures après, appelé tout le monde au calme à travers un autre écrit : « Nous devrions et devons protester pacifiquement. Mettons fin au cycle de la violence ».

Des manifestants ont brûlé de nombreux magasins. Le feu s’est répandu sur d’autres bâtiments voisins. D’après le site web Twin Cities, la police, dont certains éléments se sont positionnés sur les toits, a fait recours aux gaz lacrymogènes, aux balles en plastique et aux grenades à concussion pour maîtriser les manifestants à distance. Mais ces manifestants ont riposté de la plus belle des manières. Beaucoup d’entre eux ont lancé des pierres et d’autres projectiles sur les policiers. D’autres ont renvoyé des bombes lacrymogènes vers les policiers.


A en croire le quotidien Minneapolis Star Tribune, un individu surpris dans la nuit de mercredi à jeudi, en train de voler dans un magasin avait été tué par balles. La police a laissé entendre que c’est le propriétaire du magasin qui lui aurait tiré dessus.

Ce n’est pas la première fois que la police est impliquée dans la mort d’un civil sur fond de tensions raciales au Minnesota. Dans la même ville de Minneapolis, en 2017, un policier d’origine somalienne, avait tiré sur une femme blanche qui a rendu l’âme. Il avait été arrêté et inculpé pour meurtre. Il avait écopé d’une peine d’emprisonnement de 12 ans et demi qu’il continue de purger. Un verdict que New York Times a qualifié de « deux poids, deux mesures ».

Le président américain, Donald Trump a laissé entendre que la mort de monsieur Floyd est un événement « très triste ». Les autorités fédérales mènent des enquêtes sur cet incident, a-t-il poursuivi.

Le chef de la police de la ville du Nord des Etats-Unis a demandé aux manifestants de garder leur calme pour ne pas connaître les mêmes débordements que la veille.

Pastoré

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Présidentielle 2020: Le FPI de Laurent Gbagbo sera aux  élections

Publié

activé

M. Koudou Laurent Gbagbo ex président de CI, précurseur du FPI-image d'illustration

 

Tapé Kipré a annoncé le mardi 26 mai 2020, à Abidjan, la participation du FPI Gbagbo, à l’élection présidentielle d’octobre 2020.

Tapé Kipré a réaffirmé la décision du parti de Laurent Gbagbo de participer aux prochaines élections ivoiriennes, de “les gagner pour continuer de refonder la Côte d’Ivoire”.

A cet effet, ce sont 206 missions d’information et de  sensibilisation qui sont mobilisées pour l’établissement des pièces administratives, notamment la carte nationale d’identité (CNI) et le certificat de nationalité, dans le cadre de  l’inscription des populations sur le listing des prochaines élections.

” Le Comité électoral a précisé que cette vaste mission, baptisée “Opération Inondation Electorale” s’effectuera, du 5 au 7 juin, dans toutes les fédérations de ce parti en Côte d’Ivoire et dans toutes les représentations et sections du parti à l’étranger”, a rappelé le leader du FPI, demandant ” instamment à tous les Ivoiriens d’envahir tous les centres d’enrôlement afin d’obtenir leurs cartes nationales d’identité (CNI) pendant que nous nous battons ensemble pour obtenir leur gratuité”.

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Côte d’ivoire: Communiqué du conseil national de sécurité du jeudi 28 Mai 2020

Publié

activé

S.E.M Alassane OUATTARA - image d'illustration

Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, a présidé, ce jeudi 28 mai 2020, une réunion du Conseil National de Sécurité qui a examiné la situation sécuritaire nationale et fait le point de la mise en euvre des diligences du Plan de riposte et de soutien économique.

A cette occasion, le Conseil National de Sécurité a procédé, en outre, à la revue des mesures concernant la maladie à coronavirus (CoviD-19). Au terme de cette revue, il a été, notamment, décidé de la prorogation des mesures suivantes jusqu’au dimanche
14 Juin 2020:
-le maintien de l’état d’urgence,
-le maintien de l’isolement du Grand Abidjan,
– le maintien de la fermeture des bars, boites de nuit, cinémas et lieux de
spectacle,
-le maintien de la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes.
Fait à Abidjan, le jeudi 28 mai 2020
Pour le Conseil National de Sécurité,
Le Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la
République :
Patrick ACHI

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances