Restons en contact
Campagne #MamKoul2020

Education nationale

Côte d’Ivoire / Examens de fin d’année: Le Gouvernement Ivoirien nous conduit vers un génocide intellectuel ?

Publié

activé

Enseignement en Côte d'Ivoire.

Côte d’Ivoire / Éducation Nationale : Le Gouvernement Ivoirien nous conduit vers un génocide intellectuel ?     

Par leadernews on 10/06/2019

Examens de fin d’année à tout prix… les dangers d’une symphonie inachevée qui témoignent de notre je-m’en-foutisme pour l’éducation et la formation en côte d’ivoire.

 Les examens à grands tirages pointent le nez malgré une année académique calamiteuse. Ne nous voilons pas la face, la grève dans le secteur éducation formation en Côte d’Ivoire a véritablement affecté l’enseignement et la formation, ceci a d’ailleurs contraint le ministère à un réaménagement en catimini du découpage de l’année qui est passé honteusement d’une « trimestrialisation » à une « sémestrialisation » ainsi que du calendrier des examens de fin d’année.

Malgré cet embrouillamini « pédagogico-pédagogique » sanctionné par des progressions inachevées ou bâclées, débutent dès demain les examens de fin d’année.

Mais ce qui fâche dans cette histoire c’est bien le fait que les gens du ministère viendront nous bombarder avec ces statistiques et des résultats extraterrestres comme si les résultats n’avaient aucun rapport avec l’enseignement ou la formation.

Mais diantre pour nous enseignants qui sommes sur le terrain combien peuvent oser dire qu’ils ont donné un enseignement en quantité et en qualité qui puisse donner des résultats extraordinairement positifs cette année surtout que le je-m’en-foutisme du gouvernement face aux points de revendications ainsi que les ponctions sauvages et le gel cynique et inique des comptes ont entrainé une démotivation? A quoi s’attend-on dans ce bricolage ou ce raccommodage éducatif avec ce système éducatif frelaté, inadapté aux réalités de notre pays? Quelle performance recherche-t-on lorsque le ministère tient coûte que coûte à organiser les examens dans ces conditions?

Sinon que dans notre entendement c’est simplement à des fins propagandiste et triomphaliste comme pour dire qu’on a vaincu la COSEFCI et ses syndiqués grévistes. En réalité ce gouvernement nous conduit vers un génocide intellectuel savamment organisé pour maintenir cette génération dans l’ignorance et l’analphabétisme afin de mieux gouverner. Nous sommes nous parents aussi fautifs que le gouvernement car nous nous terrons dans nos arrières plans politico-politiciens chaque fois qu’on évoque les problèmes qui minent le secteur éducation formation et refusons de voir la réalité en face. Plutôt que de faire la politique de l’école et de l’éducation et de la formation on préfère faire la politique à l’école comme si les problèmes de l’école avaient une coloration ou une obédience politique.

En clair l’éducation et la formation sont les derniers de nos soucis aussi bien le gouvernement qui a décidé de sacrifier le secteur éducation formation avec sur l’autel l’enseignant à l’image du bélier Abrahamique que les parents qui face à ce génocide intellectuel orchestré par les gouvernants sommes incapables de nous dresser contre cette forfaiture.

Drôle d’émergence que ce que nous sommes en train de vivre dans ce pays où le recul de la science et la connaissance est une réalité. N’est-ce pas d’ailleurs l’une des conséquences de ce suicide intellectuel qu’est la médiocratie que nous constatons lorsque des responsables et hauts représentants de notre administration ne sont pas à la hauteur des débats dans les médias si ce n’est de s’exprimer dans un langage chaotique pour raconter des énormités ” la casque ” ou ”les corrigeurs ” pour certains et d’autres perchés dans les salons marbrés de la Tour D, incapables d’élaborer un système éducatif qui cadre avec les réalités de notre pays, et de résoudre une crise, mais par contre sont très féconds en stratégies du mal à savoir créer un comité interministériel de radiation des enseignants ?

Si l’on n’y prend garde notre rêve de devenir un pays émergent se transformera en un pays immergeant dans la mesure où nous travaillons aujourd’hui à fabriquer des pseudo-intellectuels, des cadres au raisonnement et aux connaissances approximatifs avec ces examens à la va-t’asseoir qui se profilent.

 

Jean-Marc Bahi                                                                                                 Militant LIDER                                                                                                 (Liberté et Démocratie pour la République, parti politique)

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 ⁄ 3 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Education nationale

Education/Covid-19: Un élève contaminé à Yamoussokro

Publié

activé

Image- d'illustration

Le mercredi 20 mai 2020, un groupement de syndicats d’enseignants de Yamoussoukro a décidé d’un arrêt des cours, en raison d’un cas de Covid-19 découvert au Lycée Scientifique.

« Il s’agit d’un élève de Terminale du lycée scientifique, du nom de ACHI SEKA CHRIST, revenu d’Abidjan. Il y avait fait son test avant de venir à Yamoussoukro. C’est quelques jours plus tard que l’établissement a été informé de la positivité de son test. Il a donc été reconduit à Abidjan le lundi 18 mai.

Les personnes supposées avoir été en contact avec lui sont mis en quarantaine. Un groupement de syndicats d’enseignement a décidé d’interrompre les cours pour plus de visibilité dans cette affaire ».
Source Exclusive : Syndicats d’enseignants
Agence de Presse Régionale

Comments

comments

Continuer la lecture

Economie

Economie : Quand les mots de la finance expliquent les maux de l’éducation en Côte d’Ivoire

Publié

activé

Voici un texte qui vous permettra de faire la différence entre le PRIX et la VALEUR. Pour comprendre la pertinence de cette DIFFÉRENCE, nous allons procéder par définition-transposition.

CAUSES

1-DÉVALUATION
Sur le marché financier, une monnaie subit une dévaluation lorsque les autorités monétaires décident d’abaisser son taux de change par rapport à une monnaie de référence.

Par exemple, depuis sa création en 1948 par la France, le franc CFA avait une parité fixe par rapport au franc français : 1 franc français = 50 francs CFA.

Depuis la dévaluation du 11 janvier 1994, la valeur du franc CFA est divisée par deux : 1 franc français = 100 francs CFA.

Sur le marché de l’emploi, le diplôme ivoirien est dévalué. Un titulaire d’une licence en Côte d’Ivoire qui veut poursuivre ses études en France par exemple, ne s’inscrit pas automatiquement en Master.

Dans le meilleur des cas, il reprend la Licence ou il est rétrogradé en deuxième année.

2-INFLATION
L’inflation est la perte du pouvoir d’achat de la monnaie qui se traduit par une augmentation générale des prix.

Sur le marché de l’emploi, le diplôme ivoirien subit une inflation. Ceux qui financent l’éducation; bailleurs de fond, l’état, les parents d’élèves dépensent plus pour donner de la valeur aux diplômés sur le marché de l’emploi.

Par exemple, un étudiant qui fait une licence en anglais, fait aussi une licence en communication pour avoir plus de valeur sur le marché de l’emploi.

Un titulaire d’un BTS en chimie qualité viendra faire une licence en anglais ou en sciences économique à l’université pour avoir plus de valeur sur le marché de l’emploi.

Cette cumulation de diplôme ne confère pas de facto une valeur sur le marché de l’emploi parce que notre système éducatif est dans la démarche quantité au lieu d’être dans la démarche qualité.

On peut donc accumuler plusieurs diplômes et n’avoir aucune valeur marchande sur le marché de l’emploi.

C’est l’une des cause du chômage élevé chez les jeunes diplômés en Côte d’Ivoire.

3-HYPERINFLATION
L’hyperinflation en économie, se manifeste par une hausse extrêmement rapide des prix qui tend à dégrader la valeur réelle de la monnaie d’un pays ce qui entraîne une rupture du contrat de confiance.

Sur le marché de l’emploi, les BEPC, BAC et BTS ivoiriens en sont l’illustration parfaite.

Ces diplômes détenus par plusieurs diplômés ne leurs confèrent pas la valeur liée. En plus du grand nombre de diplômés, il faut ajouter l’inadéquation du contenu avec le marché de l’emploi.

Ces diplômes qui devaient certifier la compétence du détenteur sont devenus une suspicion de compétences.

Un titulaire de BTS a 20% de chance d’avoir un emploi niveau BTS. Il doit postuler pour un poste de niveau BAC ou BEPC pour espérer une chance d’insertion.

Pour un emploi de valeur BEPC sur le marché de l’emploi, le diplomé doit avoir en plus du BEPC, le bac et la licence.

————————————–
En d’autres termes voici le théorème de l’emploi en Côte d’Ivoire: BTS+BAC+BEPC (en formation)= BEPC (sur le marché de l’emploi)
——————————————–

4-CONSÉQUENCES
Autour de 2021, on verra des tensions entre le nombre de diplômés et les emplois disponibles. Actuellement nous sommes à 75.000 diplômés par an pour 13.000 emplois disponibles ( essentiellement des concours).

En parallèle, les ménages vont devenir plus pauvres. Les parents se privent pour investir dans l’éducation de leurs enfants or ceux-ci seront économiquement inactifs.

Les diplômés au chômage vont péser sur le budget de ceux qui travaillent. Ils seront économiquement inactifs sur le marché de l’emploi. C’est comme vouloir faire des achats avec les anciens billets de FCFA.

▪ IMPORTANT : Le système éducatif ivoirien à 22 ans de retard en matière de compétences opérationnelles en gestion des crises et 15 ans de retard sur le marché de l’emploi.

Le défi sera de concilier les talents individuels, collectifs et nationaux pour apporter sécurité, prospérité et espoir à la jeunesse qui sera environ 18 millions d’individus.

Pour cela, il faut reformer le système éducatif. Nous ne parlons pas de constructions de salles ni de recrutement massif d’enseignant au rabais.

▪SOLUTIONS
A la bourse de la compétence, les valeurs s’achètent avec la pertinence des propositions.

Nous avons une VISION CLAIRE de l’AVENIR et nous allons agir pour nous enrichir mutuellement.

Prenons de la hauteur, Il n’y a pas de système éducatif du pouvoir ni celui de l’opposition. Il y a le Système Éducatif de la République de Côte d’Ivoire qui produit du capital humain faible: 14%.

80% du système éducatif ivoirien fait parti du vestige colonial. Nous avons produit un système éducatif supersonique.

 

L’INACTION N’EST PLUS UNE OPTION CAR DIEU EST DANS L’ACTION !

Dieu bénisse la Côte d’Ivoire

———————
Source: Dr. GNAPIA Eddy
-Expert en Crisologie et intelligence économique
-Enseignant-Chercheur INP-HB

Comments

comments

Continuer la lecture

Education nationale

Université Felix Houphouët Boigny: Tension autour du sort des 5.000 etudiants non inscrits

Publié

activé

Immeuble abritant la présidence de l'UFHB- image d'illustration

Par Leadernewsci, le 19 Novembre 2019

Depuis plusieurs mois, près de 5 000 étudiants ivoiriens réclament la validation de leur inscription de l’année universitaire passée. Un dossier qui est monté jusqu’au Conseil des ministres et qui crée des tensions entre le ministère de l’Enseignement supérieur et l’université Félix-Houphouët-Boigny.

Pour Albert Toikeusse Mabri, le ministre de l’Enseignement supérieur, il n’y a pas d’ambiguïtés : les étudiants non inscrits l’année dernière et qui ont tout de même suivi le cursus et réussi leurs examens, peuvent passer en année supérieure. « En ce moment, ça bloque au niveau de l’université, mais la décision que j’ai prise est conforme avec l’orientation voulue par le président de la République. C’est à l’université de se soumettre aux décisions du ministère », affirme-t-il.

À l’origine, près de 5 000 étudiants n’ont pas pu s’inscrire à l’été 2018, notamment pour des raisons administratives ou financières. Pour Martin Zeba, le porte-parole du collectif des étudiants non inscrits, cette décision, validée par note ministérielle, va dans le bon sens. Mais il ne comprend pas pourquoi elle n’est pas appliquée.

« Cette décision a été donnée depuis le 29 septembre. Les étudiants se demandent si cette décision va être appliquée. Nous ne savons pas aujourd’hui pourquoi l’administration de l’université n’arrive pas à appliquer la décision prise en Conseil des ministres. Aujourd’hui, nous sommes là et nous attendons toujours. »

Du côté de l’université Félix-Houphouët-Boigny, on dit ne pas être au courant de cette décision et on se refuse à tout autre commentaire. Mais certains évoquent des tensions entre le ministère et l’institution. Le ministre a diligenté une commission d’évaluation censée rendre un rapport dans la semaine, afin de comprendre pourquoi ce dossier resté bloqué. Et pour permettre à ces étudiants de retrouver le chemin de l’université.

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances