Restons en contact
Campagne #MamKoul2020

Internationale

La corruption des élites africaines: “Un cancer qui tue” les institutions et les peuples

Publié

activé

Ahmedou Ould Abdallah, ancien diplomate mauritanien.

La corruption des élites africaines: “Un cancer qui tue” les institutions et les peuples

La tragédie de l’Afrique, c’est la “scandaleuse impunité” qui protège ses élites, responsables du pillage systématique des ressources de leurs pays. L’ancien diplomate mauritanien Ahmedou Ould Abdallah accuse “ces oligarchies” qui ruinent le continent. Il s’est confié à franceinfo Afrique.

“La concentration du pouvoir et des richesses aux mains des élites est un mélange cancérigène devenu de plus en plus une marque dans nos pays.” C’est le constat amer d’Ahmedou Ould Abdallah. L’ancien chef de la diplomatie mauritanienne sait de quoi il parle. C’est un bon connaisseur du continent africain qu’il a sillonné pendant plusieurs années en tant que Secrétaire général adjoint de l’ONU.

“La corruption est un véritable cancer qui tue sur le continent africain. C’est vrai qu’il s’agit d’un phénomène international, mais il y a une énorme différence en Afrique. C’est l’impunité qui protège les élites corrompues”, explique-t-il à franceinfo Afrique.

“Une escroquerie à grande échelle qui discrédite les Etats”

En plus de sa casquette de diplomate, Ahmedou Ould Abdallah est membre fondateur de Transparency International. Il siège encore aujourd’hui au sein de son conseil d’administration. Cette organisation non gouvernementale a pour vocation principale la lutte contre la corruption à travers le monde. Tous les rapports publiés ces dernières années font le même constat : les élites opèrent de véritables hold-up sur les ressources du pays. Ahmedou Ould Abdallah dénonce une escroquerie à grande échelle qui discrédite et tribalise les Etats.

“Un petit groupe, un petit clan contrôle l’économie d’un pays et se met au-dessus de la loi. Ce phénomène d’oligarchie se développe avec arrogance. Ces oligarchies ruinent nos pays et se drapent dans la souveraineté nationale pour ne pas rendre compte à leurs propres populations. Ce fléau explique certains sujets brûlants actuels comme les guerres civiles et l’immigration”, observe Ahmedou Ould Abdallah. Et il tient à préciser qu’il ne parle pas ici de la corruption du petit douanier ou du petit policier au coin de la rue, qui n’est que le résultat de la grande corruption des élites dirigeantes jouissant d’une scandaleuse impunité.

Pour s’attaquer à la corruption, il faut une presse libre, une police libre et une justice indépendante. Aucune de ces trois conditions n’est remplie en Afrique. La justice est entre les mains d’un groupe oligarchique

Ahmedou Ould Abdallah, ancien chef de la diplomatie mauritanienne à franceinfo Afrique

Ahmedou Ould Abdallah est président du Centre pour la Stratégie et la Sécurité dans le Sahel Sahara (Centre4S) basé à Nouakchott, en Mauritanie.Ahmedou Ould Abdallah est président du Centre pour la Stratégie et la Sécurité dans le Sahel Sahara (Centre4S) basé à Nouakchott, en Mauritanie. (Photo AFP/ Yoshikazu Tsuno)

Ainsi, des dizaines de milliards de dollars s’évaporent chaque année sur le continent, sans que personne ne lève le petit doigt. “En Europe de l’Ouest, lorsque les dirigeants sont accusés de corruption, c’est la fin de leur carrière. Ça provoque immédiatement un scandale et les responsables se retrouvent derrière les barreaux. La tragédie dans nos pays, c’est l‘impunité et l’arrogance de ceux qui sont corrompus”, se désole l’ancien haut fonctionnaire de l’ONU.

Et les multinationales dans tout ça ? Ne sont-t-elles pas complices de ce fléau qui pénalise les populations africaines ? Ahmed Ould Abdallah balaye l’argument qui veut qu’il n’y a pas de corruption sans corrupteur. “Mais pourquoi vous l’acceptez ? Pourquoi à Singapour on ne l’accepte pas ? Pourquoi on le refuse de plus en plus en Malaisie ? Si quelqu’un vous donne un million de dollars pour sauter du haut de la tour Eiffel, allez-vous le faire ?”, interroge-t-il.

“La corruption justifie le terrorisme et le radicalisme”

Depuis Nouakchott, en Mauritanie, où il s’est installé, Ahmedou Ould Abdallah mène ses recherches sur les enjeux globaux de la paix et de la sécurité en Afrique. Pour lui, la corruption rampante des élites africaines constitue aujourd’hui la plus grande menace sur la paix et la sécurité qui justifie le terrorisme et le radicalisme dans la société africaine.

 “Il faut que cessent les pillages arrogants et systématiques de nos pays. Des contrats distribués en une journée, sans appels d’offres, qui se concluent par la cession de vastes concessions minières, pétrolières, agricoles et j’en passe. C’est une véritable tragédie.” 

La corruption ne disparaîtra pas d’un coup de baguette magique, reconnaît-il. C’est un combat de longue haleine, un combat de toute une vie, auquel tous les citoyens et la société civile africaine doivent être sensibilisés, explique-t-il à france info Afrique.

 

Franceinfo

 

 

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 + 28 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Citoyenneté

Mort d’un Afro-américain : émeutes et incendies pour réclamer justice, Donald trump fait des promesses

Publié

activé

Mort d'un Afro-américain-image d'illustration

 

La colère provoquée par la mort de cet afro-américain, George Floyd aux mains de la police a débouché sur des soulèvements populaires dans la soirée du mercredi dernier à Minneapolis, une ville américaine dans l’Etat de Minnesota. C’était la deuxième nuit d’affrontements entre manifestants et policiers dans cette ville.

Ces soulèvements populaires sont survenus aux lendemains de la mort d’un afro-américain, George Floyd, entre les mains de certains policiers. Dans une vidéo qui a parcouru la toile, on voit le sieur Floyd qui n’arrivait pas à respirer alors qu’un policier blanc s’appuie de tout son poids sur son cou. Trois autres policiers observent sans rien faire, nonobstant les supplications des passants.

La police a bien notifié que le sieur Floyd, âgé de 46 ans, n’était pas armé. Elle a soupçonné l’afro-américain d’avoir tenté de faire usage des faux billets dans un restaurant de la place. Transféré à l’hôpital, il a finalement rendu l’âme.

Le maire de la ville, Jacob Frey, un Blanc, a demandé à ce que la justice aille loin dans l’affaire. Il a fait savoir que si c’était un simple citoyen qui avait commis un crime pareil, comme ce fut le cas avec le sieur Floyd, ce citoyen serait déjà mis en prison. Sur sa page twitter, il a publié un message dans lequel on peut lire : « Je demande donc au procureur du comté de Hennepin, Mike Freeman, d’inculper l’agent de police ».

La députée d’origine somalienne Ilhan Omar, dont la circonscription électorale inclut l’ensemble de Minneapolis, a été plus précise. Elle a, elle aussi, publié sur sa page Twitter que l’agent de police, responsable de la mort de monsieur Floyd « devrait être inculpé pour meurtre ». Vu l’allure que prenaient les événements, elle a, quelques heures après, appelé tout le monde au calme à travers un autre écrit : « Nous devrions et devons protester pacifiquement. Mettons fin au cycle de la violence ».

Des manifestants ont brûlé de nombreux magasins. Le feu s’est répandu sur d’autres bâtiments voisins. D’après le site web Twin Cities, la police, dont certains éléments se sont positionnés sur les toits, a fait recours aux gaz lacrymogènes, aux balles en plastique et aux grenades à concussion pour maîtriser les manifestants à distance. Mais ces manifestants ont riposté de la plus belle des manières. Beaucoup d’entre eux ont lancé des pierres et d’autres projectiles sur les policiers. D’autres ont renvoyé des bombes lacrymogènes vers les policiers.


A en croire le quotidien Minneapolis Star Tribune, un individu surpris dans la nuit de mercredi à jeudi, en train de voler dans un magasin avait été tué par balles. La police a laissé entendre que c’est le propriétaire du magasin qui lui aurait tiré dessus.

Ce n’est pas la première fois que la police est impliquée dans la mort d’un civil sur fond de tensions raciales au Minnesota. Dans la même ville de Minneapolis, en 2017, un policier d’origine somalienne, avait tiré sur une femme blanche qui a rendu l’âme. Il avait été arrêté et inculpé pour meurtre. Il avait écopé d’une peine d’emprisonnement de 12 ans et demi qu’il continue de purger. Un verdict que New York Times a qualifié de « deux poids, deux mesures ».

Le président américain, Donald Trump a laissé entendre que la mort de monsieur Floyd est un événement « très triste ». Les autorités fédérales mènent des enquêtes sur cet incident, a-t-il poursuivi.

Le chef de la police de la ville du Nord des Etats-Unis a demandé aux manifestants de garder leur calme pour ne pas connaître les mêmes débordements que la veille.

Pastoré

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Mercato/PSG: Pour Neymar c’est terminé!

Publié

activé

Neymar Jr-Image d'illustration

 

Après de longues semaines, voir de longs mois de spéculations, Neymar devrait finalement rester au PSG. Un transfert au FC Barcelone ne serait pas une opération faisable.

Et si le feuilleton Neymar était déjà bouclé avant même l’ouverture du mercato estival ?
Contrairement aux dernières sessions des transferts à cette période de l’année, le dossier Neymar connaîtrait déjà son épilogue. À cause de la crise financière causée par le Covid-19, les petits comme les gros clubs sont en proie à de grosses difficultés, ce qui mettrait des bâtons dans les roues au FC Barcelone pour le retour tant attendu de Neymar, disposant d’un contrat avec le PSG jusqu’en juin 2022.

Neymar va rester au PSG cet été

Contrairement aux informations divulguées par Ok Diario et SPORT récemment, GuillemBalague a assuré que le dossier Neymar était déjà clos. Certes, le FCBarcelone conserverait un fort intérêt pour la star du PSG. Cependant, sa situation financière délicate empêcherait le club blaugrana de formuler une offre assez suffisante aux yeux du PSG pour parvenir à un accord total pour le transfert de Neymar. Le Brésilien, qui serait heureux à Paris d’après les propos de son père en avril dernier, devrait donc entamer sa quatrième saison au PSG.

Comments

comments

Continuer la lecture

Economie

Affaire BAD:  Akinwumi Adesina face aux accusations de prévarications réagit

Publié

activé

Akinwumi Adesina; président de la Banque Africaine de Développement-image d'illustration

 

Akinwumi Adesina, le président de la Banque africaine de développement (BAD) est sorti de son silence pour s’innocenter face aux accusations de prévarications, dont il est victime. Sur cette affaire, les Américains pensent qu’une enquête plus approfondie est nécessaire.

Le patron de la Banque africaine de développement est visé par bon nombre de suspicions. Dans le but de donner de clarifications sur sa position, Akinwumi Adesina s’est dit innocent, tandis que les accusations portées contre lui par les lanceurs d’alerte concernent différents dossiers. « Malgré des tentatives sans précédent pour ternir ma réputation (…) je maintiens que je suis innocent. Je vais donc continuer à travailler avec tous les actionnaires » de la Banque, a déclaré M. Adesina dans un communiqué.

A travers une lettre détaillée, les lanceurs d’alerte avaient reproché à Adesina plusieurs fautes graves commises par cupidité de même que son favoritisme par rapport aux nombreuses nominations de hauts responsables, particulièrement ses compatriotes. M. Adesina était également accusé d’avoir procédé à des nominations ou promotions des personnes qui sont soupçonnées ou reconnues coupables de fraudes ou de corruption, ou de leur avoir accordé de fortes indemnités de départ, sans les sanctionner.

C’est dans ce contexte que les États-Unis se sont intéressés à l’affaire. « Considérant l’étendue, la gravité et la précision des allégations contre le seul candidat au leadership de la Banque, pour les cinq prochaines années, nous pensons qu’une enquête plus approfondie est nécessaire pour que le président de la BAD bénéficie du soutien et de la confiance complets des actionnaires », a indiqué le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin.

Il faut dire que cette position des Américains vient compromettre la position du comité d’éthique de la BAD qui avait innocenté son président. À noter qu’à l’âge de 60 ans, le premier nigérian à occuper ce poste et est seul candidat à sa propre succession pour les cinq prochaines années.

Pastoré

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances