Restons en contact

Nationale

Reforme CEI-Côte d’Ivoire: LIDER exclu des travaux

Publié

activé

"LIDER est le seul parti politique qui a rédigé, diffusé et mis à la disposition de l’opinion et du gouvernement, un projet de réforme de la commission électorale (CEI)" Monique Gbekia, présidente de LIDER

Alors qu’il a été, par courrier, invité à une réunion d’échanges par le premier ministre Amadou Gbon, sur la reforme de la commission électorale indépendante (CEI), Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) a vu ses représentants empechés d’accéder aux locaux de la primature.

Nous vous communiquons ci-dessous le Communiqué de Monique Gbekia, présidente de LIDER, à ce sujet.

En date du 17 janvier 2019, le premier ministre a fait parvenir un courrier à la présidente de LIDER pour la convier à la rencontre du gouvernement avec les partis politiques concernant la réforme de la commission électorale (Cei) devant se tenir le 21 janvier 2019 à son cabinet.

En date du 18 janvier 2019, la présidente a accusé réception de l’invitation et fait parvenir au cabinet du premier ministre une copie de la proposition de LIDER concernant ladite réforme, à verser au dossier. (http://lider-ci.org/lavant-projet-de-loi-lider-pour-la-ref…/)

Le même jour, LIDER a été contacté par M. Doumbia du cabinet du ministre de l’intérieur et de la sécurité (20.25.00.31) pour connaître le nom des 3 personnes qui prendront part à la rencontre. Les noms lui ont été communiqués: Monique Gbekia (présidente), Yacourwa Boué Koné (vice-président), Nathalie Yamb (conseillère exécutive du Prof. Mamadou Koulibaly).

Ce matin, alors que la délégation de LIDER se rendait à la réunion, elle a été stoppée à la guérite du premier ministère, sous le prétexte que LIDER ne figurait pas sur la liste. Le cabinet du ministre de l’intérieur a marqué sa surprise par rapport à cette situation, confirmant que la délégation conduite par Mme Monique Gbekia était effectivement sur la liste des participants attendus.

L’adjudant-chef à l’entrée de la guérite de la primature a confirmé qu’instruction leur avait été donnée le matin même de ne pas laisser entrer LIDER.

1. LIDER constate la volte-face inexpliquée du gouvernement et en prend acte.

2. LIDER est le seul parti qui a désigné et investi, lors de son 3e congrès ordinaire de mars 2018, un candidat à l’élection présidentielle de 2020 en la personne du Professeur Mamadou Koulibaly.

3. LIDER est le seul parti politique qui a rédigé, diffusé et mis à la disposition de l’opinion et du gouvernement, un projet de réforme de la commission électorale qui préconise la mise en place d’une Cei exclusivement apolitique, composée de 7 personnes proposées par la société civile, qui seront sélectionnées après des auditions publiques et télévisées en direct par l’Assemblée nationale.

4. LIDER constate que cet état de choses semble effrayer le gouvernement, qui a opté, contrairement aux assertions répétées de consensus et d’inclusion du président de la République, pour une attitude de division et d’exclusion, afin de réaliser son plan commun de conservation du pouvoir à tout prix en 2020, conformément aux déclarations du premier ministre et du ministre d’Etat en charge de la défense ce week-end.

5. LlDER rassure les populations ivoiriennes de son engagement sans faille dans le combat pour l’obtention d’un code électoral et d’une commission électorale crédibles, qui permettront la tenue d’élections source de joie, d’espoir et de stabilité pour la Côte d’Ivoire, et les invite à rester mobilisées dans l’attente des mots d’ordre.

Fait à Abidjan, le 21 janvier 2019

Monique GBEKIA 
Présidente de LIDER

Pour rappel, la CEI a été déclarée en 2016 , par la Cour Africaine des droits humains et des peuples, illégale et non conforme aux droits fondamentaux des populations à décider librement de la gestion de leur société. À quelques mois de l’échéance électorale décisive de 2020, l’injonction de cette cour de justice  ne sembla pas encore avoir été entendu dansles palais d’Abidjan, cela, malgré de nombreuses promesses d’Alassane Ouattara de donner voix à cette décision judiciaire.

Hervé Christ

Comments

comments

Nationale

Côte d’ivoire: Tendons-nous vers la privatisation des universités publiques?

Publié

activé

L’année académique 2018-2019 des universités publiques de côte d’ivoire s’est vu plusieurs fois interrompue pour cause d’inscriptions.

Les étudiants des universités publiques depuis plusieurs mois se plaignent des exigences des responsables des scolarités des universités de côte d’ivoire qui ne cessent d’exiger une inscription préalable de l’etudiant lambda avant même de béneficier d’un groupe de TD (travaux diriger), d’accéder aux compositions et mêmes aux résultats de fin d’année. Cette exigence a-t-elle des raisons extérieures au système universitaire ou tendons-nous vers une privatisation des universités publiques?

En effet le système universitaire depuis l’an 2014 est regenter par une politique d’autogestion. C’est à dire que les universités se gèrent financièrement elles mêmes via les frais inscriptions des différents étudiants qui constituera le budget des universités et reçoit les 10% de l’Etat d’où cette exigence nonobstant les frais d’inscription qui sont plus ou moins exhorbitant pour la masse évaluer à hauteur de 30.000 Francs CFA le premier cycle , 60.000 Francs CFA le sécond cycle et 90.000 Francs CFA le troisième sans compter les frais annexes.

Comments

comments

Continuer la lecture

Economie

Côte d’Ivoire : A Azaguié, Mamadou Koulibaly donne une leçon de transparence à Kandia Camara

Publié

activé

Mairie d'Azaguié, 22 km d'Abidjan-Côte d'Ivoire

Le maire de la commune d’Azaguié, Mamadou Koulibaly et son conseil ont présenté le lundi 16 septembre 2019, le bilan des actions menées en faveur de leurs administrés depuis leur élection.

Le président-fondateur de Liberté et démocratie pour la république (LIDER), Mamadou Koulibaly, après la victoire de la liste qu’il menait lors des élections municipales d’octobre 2018, a présenté les projets réalisés par le conseil municipal depuis son accession à la tête de la mairie. En effet, depuis cette date, ce sont 700 tables-bancs qui ont été offertes aux élèves par celui qui considère l’éducation comme la base de tout développement.

Le coût alloué à la confection de ces tables-bancs non importées s’élève à 12.174.000 F cfa. Soit 17.391 F cfa par table-banc. Le marché d’Abbè a été réhabilité à hauteur de 15.000.000 F cfa. Quant à l’extension du réseau d’adduction d’eau ; il a été réalisé à 29.000.000 F cfa en vue d’offrir de l’eau potable à ses administrés. Par ailleurs, l’on note également la construction d’une école maternelle à la gare d’Azaguié à 15.000.000 Fcfa et la réhabilitation d’un bâtiment pour l’inspection de l’enseignement primaire et préscolaire à un coût global de 16.800.000 F cfa.

S’agissant de la mairie, elle a été équipée en mobiliers de bureau à 15.000.000 FCFA et l’acquisition d’une tondeuse à 2.980.000 FCFA. Mamadou Koulibaly donne ainsi une leçon de transparence à ses collègues maires et à la ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, Kandia Camara.

 

En effet, ces chiffres contredisent les 200 000 tables-bancs semi-métalliques que le gouvernement d’Amadou Gon Coulibaly avait importés pour des écoles au coût de 17 milliards FCFA dans un contrat de gré à gré avec la Société d’import de divers de Côte d’Ivoire (SIMD-CI). soit 85 000 FCFA l’unité. Alors que notre pays regorge d’une région forestière par excellence. Un pays dont la partie sud est couverte par la forêt et dont les produits sont transformés sur place, en produits semi-finis et finis très fiscalisés.

Karina Fofana

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Le double jeux sécuritaire de Ouattara.

Publié

activé

Le chef de l’etat de côte d’ivoire vient d’initier un vaste remaniement ministériel qui pourrait placer le petit frère du premier ministre à la tête des forces spéciales de la présidence.

 

Le remaniement ministèriel du 04 septembre 2019 dernier a ouvert une place à la tête  du groupement de sécurité  du président de la république de côte d’ivoire (GSPR) , la très stratégique unité de sécurité du président et des VIP en déplacement dans le pays.

En nommant le chef du GSPR, le géneral d’armée Vagondo Diomandé, au poste de ministre de la sécurité, le président de la république  fait d’une pierre deux coups.

Il contient non seulement l’influence grandissante du ministre de la défense, Hamed Bakayoko, en appelant au gouvernement un haut gradé capable de tenir  tête à ce dernier mais ouvre également la voie à un remaniement dans le millieu des cadres du GSPR à moins d’un ans de l’échéance présidentielle.

Le principal successeur à l’actuel ministre  en vue actuellement est le petit frère du premier ministre Amadou Gon Coulibaly nommé Ibrahim Gon Coulibaly.

N’est -il pas un moyens pour M.Ouattara de raffraichir stratégiquement sa garde a l’approche des élections ou satisfaire des intérêts susceptibles d’être bénéfique dans des jours a venir?

 

 

Comments

comments

Continuer la lecture
Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances