Restons en contact
Campagne #MamKoul2020

Politique

Soro Guillaume donne de ses Nouvelles de Kinshasa-la-Belle (1ère partie)

Publié

activé

Soro Guillaume: ex-président de l'assemblée nationale de Côte d'Ivoire.

L’ex-président de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire, et député de la circonscription de Ferkessédougou, donne de ses nouvelles depuis Kinshasa-la-Belle, où il séjourne actuellement.

Lisez l’intégralité ci-dessus:

“Ce dimanche depuis ma chambre, je contemple l’aurore, dans ce beau ciel de Kinshasa la belle, si admirablement évoquée dans une chanson de Francis Bebey. J’entends au loin les puissants bruissements du majestueux Fleuve Congo, unissant les capitales des deux Congo comme pour célébrer l’unité africaine.

Je me suis réveillé tôt. En effet, hier alors que je m’étais promis de sortir (c’est aussi l’avantage d’être un chômeur du moins libre des contraintes des fonctions régaliennes) faire la fête – et l’on me dit que ça «bringue » fort à Kin, comme on dit chez nous – je me suis endormi sans crier gare, épuisé que j’étais. Un vol éreintant d’Abidjan à Kinshasa en passant par Johannesburg a eu raison de moi. Sans répit, j’ai pris en cours de déroulement la cérémonie des obsèques de feu le père Tshisekedi. Pour dire la vérité (Par ces temps qui courent la vérité est plutôt rare) je n’ai pas connu l’homme Etienne Tshisekedi. Je ne l’ai jamais rencontré. Oui bien sûr, j’entendais scander son nom du fin fond de la savane du nord ivoirien. Des échos des radios nous parvenaient les noms de Lumumba, Kasavubu, Mobutu , Tshisekedi. Ensuite Tshisekedi et Kabila, tous ces noms je les connaissais. Mais Kinshasa était trop éloignée de Katiola pour que j’en sache grand’ chose.

Me voilà à Kinshasa en ce mois de Mai. Je ne pouvais être absent. Être présent était un devoir de la fraternité africaine et pour cause! Je ne suis pas venu faire de la politique à Kinshasa. Je suis venu répondre à l’appel de la fraternité, à l’amitié. Je voudrais vous conter en quelques mots mon arrivée ici.

Je suis accueilli à l’aéroport par le gouverneur de la ville de Kinshasa (14 millions d’habitants). Oh comment ? Le nouveau gouverneur M. Gentiny Ngobila Mbaka. Ce monsieur Ngobila est un ami. Un frère. Affable, je dirai même naturellement débonnaire. Nous nous sommes toujours voués une réciproque admiration. Gentiny Ngobila est un ami fidèle à Aubin Minaku, qui est aussi mon ami et frère. Gentiny a été d’un précieux soutien. Son engagement à me défendre et défendre ma cause a été toujours été univoque et sans la moindre équivoque, aux heures où certains se délectaient à l’idée de me jeter en pâture. Je me souviens que lors des affaires des écoutes téléphoniques du Burkina, N’gobila alors simple député n’avait pas hésité à donner une grosse interview pour dénoncer la cabale. Et je n’oublierai jamais qu’à cette époque dans son interview il disait : << Personne ne pourra contrarier le destin de GKS que Dieu lui a tracé >>.

J’étais loin de m’imaginer que 5 ans après, mon ami Ngobila serait au pied de l’avion pour m’accueillir en ses grades et qualités de Gouverneur de Kinshasa. Pour les niais qui ne savent pas ce que c’est qu’un gouverneur en République Démocratique du Congo, je reviendrai sur le sujet pour leur en toucher un mot. Pour l’heure, ne nous distrayons pas. Je tiens à dire merci au Gouverneur, mon ami personnel Gentiny Ngobila Mbaka. Son destin est un exploit ! Etre gouverneur de deux provinces, Sénateur. C’est un honneur qu’il m’a fait de venir m’accueillir, car avant moi, c’est le Vice-Président de l’Ouganda qu’il accueillait et que j’ai pu saluer dans le salon d’honneur Présidentiel. Ce à quoi je n’ai pas aujourd’hui droit dans mon propre pays la Côte d’Ivoire. Où sous le régime actuel, le salon d’honneur présidentiel est devenu quasiment un lieu fétichisé, un Saint-Graal auquel n’ont accès que certains privilégiés triés sur le volet de l’exception rare. Quand tu n’es pas RHDP, ne t’y aventure pas. Pauvre de nous!

Autrefois, ce fut de ce point de vue, bien meilleur. Du moins, du temps où Gbagbo était Président. Oui, j’en atteste : à cette époque le Premier Ministre que j’étais pouvait solliciter avec succès le Salon Présidentiel. Loin de moi l’idée de vouloir dédouaner Gbagbo de tout, mais la vérité est implacable. Gbagbo ne considérait pas le salon Présidentiel comme les Illuminati considèrent le Graal. Il le considérait comme un édifice au service de l’image de marque de la Côte d’Ivoire. Du moins, c’est que j’ai pu observer. Par contre, je me souviens encore de la différence. Premier Ministre d’Ado, on me fit bien dès les débuts savoir qu’il ne fallait pas se tromper de direction à l’Aéroport d’Abidjan. Je dus ravaler ma honte quelquefois pour recevoir certains de mes hôtes de marque au salon ministériel, alors que dans leur pays ils me recevaient avec faste et grandeur. Dans d’autres pays le salon Présidentiel est en même temps le salon où les ministres, les Présidents d’institutions et certaines personnalités reçoivent les invités du pays. Ils ne sont pas dans un culte ridicule de la personnalité qui veut actuellement que quand le PR a posé ses fesses sur un fauteuil du salon Présidentiel, un autre être humain( ô sacrilège !!), personne d’autre ne devrait s’en approcher, au risque d’être frappé par le courroux d’un pré carré obséquieux et fiévreusement idolâtre. Nous sommes en 2019 ; pas au temps de Louis XIV ! Qu’on s’entende bien. Pour moi, le Président de la République est un être humain ; ni demi-dieu, ni roi. Bref, fermons la digression.

Moi, simple député de Ferké, admis au Salon Présidentiel au Congo? C’est bel et bien ce qui s’est passé. Alors qu’à longueur de journée les fidèles parmi les fidèles du RHDP ont convaincu leur Chef qu’il fallait me dépouiller, me vouer, me dénuder, m’écraser, en m’arrachant les apparats du pouvoir et que vite, très vite, je me rendrais compte que je n’étais rien sans le poste de Président d’Assemblée Nationale qu’ils m’avaient si gracieusement et généreusement offert ! Et pourtant bien d’entre eux arpentaient patiemment les couloirs de mes bureaux et à Bouaké et à Abidjan. Ils en ont certainement honte aujourd’hui et pourtant, hier ils bénissaient le ciel de me connaître. Je ne citerai pas de noms. Mais je vais vous donner un topo. Regardez bien parmi eux. Regardez bien et vous ne vous y tromperez pas. L’enseignement de l’histoire est implacable.

Je dis bien de bien regarder : ceux parmi eux (RHDP) qui m’insultent ou qui m’insulteront le plus SONT ceux justement que j’ai sauvé de la clochardisation. Ils se comportent comme les convertis de la 25ème heure. Mal à propos, donnant toujours dans la démesure. IL s’agit en réalité de ceux des hauts cadres qui ont été mes ministres les plus soumis. Ils sont comme préformés par nature à la soumission. Avec cette donne qu’au fur et à mesure, ils continuent et deviennent de plus en plus soumis. Oui, ils ploient sous le joug de la soumission. Ils ont hélas convaincu le CHEF, le DEMI-DIEU qu’ils étaient propriétaires de la Côte d’Ivoire et peut-être du continent Africain tout entier. Oui, ils sont – dans leur logique – les chefs de l’Afrique. Ils ont l’argent et ils ont de grands diplômes. En somme, ils sont inattaquables. Il leur suffit d’un simple coup de fil comme celui qu’ils avaient donné au Président Sassou Nguesso, lui interdisant de me recevoir à Brazzaville pour qu’AUCUN chef d’Etat ne s’aventure à me recevoir, entendais-je dire ! La puissance du téléphone! La puissance des coups de fil! Comme tout récemment quand le Président Alpha CONDÉ est venu à Abidjan en visite d’Etat, on lui a interdit clairement de voir SORO Guillaume. Oui il y a une fatwa. Interdit de voir SORO. Que c’est bien ridicule. Pourtant je suis témoin d’autres temps et d’ autres décors. Il n’y avait pas de veto pour qu’un opposant soit reçu par d’autres chefs d’Etat. Certains même appelaient pour demander la conduite à tenir et c’était RAS. Hélas, nous sommes en 2019 : les ouailles d’aujourd’hui réunies autour de leur CHEF, au lieu de tenter l’apaisement et la retenue, sont plutôt en extase et très admiratifs du téléphone portable foudroyant du CHEF. C’est semble-t-il son sésame fétiche. Un seul coup de fil et tu es mort ou vivant. Les ouailles vantent les faits et les méfaits du téléphone du chef. A peine une des ouailles s’exclame que le téléphone du chef est trop puissant que les ouailles partent en éclats de voix, riant les gorges déployées et les moqueries et autres quolibets s’intensifient. Une ouaille que je connais particulièrement et que je ne nommerai point est toujours la dernière à s’étouffer de rigoler. Elle est tellement consciente du jeu qu’elle a ses cachets de sécurité, au cas où le rire dégénérait. Alors L’alcool coule bien sûr à flot, ou que dis-je safroulahi le gnamankoudji coule à flot parce qu’il faut bien dire que normalement, pour de bons musulmans, l’alcool est interdit. Le regain de piété ces temps-ci est visible dans certains milieux habituellement abonnés à la villégiature. Les lieux de culte semblent être soudain devenus pour certains des espaces de prestidigitation pour comédiens de la foi. On ne sait plus si on y va pour prier ou pour tourner des séries dignes des films hollywoodiens.

Revenons au récit de mon accueil. Me voilà donc en tout cas avec mon ami gouverneur, dont je suis fier à l’aéroport de Kinshasa. Pour me conduire à l’hôtel, ai-je cru un instant. Que non. J’entendais le bruit de motards et autres sirènes et je pensais qu’une délégation officielle nous rattrapait. Je fais donc signe au chauffeur de parquer de côté et laisser les grands patrons passer. Le chauffeur insiste :

– Non, ce sont les motards qu’on a prévus pour vous, Honorable.
– Ah bon, tous ces motards pour moi ?

Je suis songeur, un peu mélancolique.
⁃ Honorable, nous ici au Congo, on vous admire. Vous êtes un modèle pour nous, nous prions pour vous pour que vous soyez le prochain.

Je me garde bien de commenter. Mais le chauffeur est irrésistible et volubile. Je commence à rêvasser et je me dis que Si certains l’entendaient à Abidjan, ils l’étrangleraient…

Il y a longtemps que j’ai oublié tout ça dans mon pays. Mais je me soumets. On me fait ensuite savoir qu’une généreuse donatrice dont je ne peux révéler le nom m’a attribué une grosse villa dans un quartier huppé de Kinshasa. Cette dame a toujours eu de l’affection pour moi et a tenu à contribuer à sa façon à mon accueil. Je la remercie du fond du cœur et je remercie mon ami Okissi Richard, ami de toujours qui a fait la coordination et qui se chargera de faire lire ces quelques lignes à mon hôte. Ouf : installé comme un prince. On m’informe que je peux me rendre sur les lieux de la cérémonie. Sur la route pour le stade, que de ferveur dans les rues ! Le peuple de Kin est mobilisé pour réserver des funérailles dignes au héros national Étienne Tshisekedi. Je découvre les rues et larges avenues de Kinshasa. De ma vie, c’est la seconde fois que je séjourne à Kinshasa. La première fois en 2013 en tant que Président de l’Assemblée Nationale, à l’invitation de mon homologue et ami Aubin Minaku, qui m’avait réservé un séjour princier. Et cette fois-ci, où je suis venu sacrifier africamment à l’appel de la fraternité. Je vous disais que je ne connais pas le défunt! Mais je connais son fils Son Excellence le Président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi. Permettez-moi de vous en parler dans ma prochaine nouvelle.”

Bien à tous,
Guillaume Kigbafori SORO

Comments

comments

Politique

Patrice Kante Koffi(Délégué Général du PDCI) assomme Ahoussou Jeannot “le pendentif de Ouattara”

Publié

activé

Patrice Kante Koffi Délégué général du PDCI RDA Loire Saint Étienne

Les sorties de M. Ahoussou Jeannot, Président du Sénat contre Henri Konan Bédié le Président du Parti Démocratique de Côte d´Ivoire (PDCI), exaspèrent les cadres du parti fondateur de la Côte d´ivoire moderne. En réaction le Délégué général du PDCI RDA Loire Saint Étienne, Patrice Kante Koffi n´est pas allé de main morte avec M. Ahoussou, le comparant au personage principal de l´oeuvre “le vieux nègre et la medaille” de l´écrivain camerounais Ferdinand Oyono.

” Le vieux nègre et la médaille “, telle est la triste réalité du sieur ahoussou Kouadio kouadio jeannot.  Serré dans ses godasses qui ne sont guère à sa pointure, il dégouline de toute la  sueur de son corps.  Chacune de ses sorties sont semblables à un dernier round,  le cas échéant,  il libère le tabouret. C’est à ce travail de survie et de pitance que ce dernier s’adonne et s’abonne.  Mais diantre,  est-ce qu’il est obligé de mentir ?
Chers tous,  ahoussou,  en panne sèche d’inspiration,  décide de parler du président BEDIE et en faire son fonds de commerce.
Petit fils de grand’mère ahoussou kla, je tiens à te rappeler que tu as été malin et surtout mauvais élève de son excellence Henri Konan BEDIE. Ta ruse à un court moment t’a fait dérouler le tapis et connaître une ascension certes mais tu ne pourras jamais arriver à la cheville du fils de Felix Houphouët Boigny.  En tant que élève nul,  tu as quitté le navire PDCI-RDA suite à l’appel et à l’obéissance de ton impatience, ton obscurantisme notoire et ta méchanceté légendaire.  La revanche et la vengeance sont de ta nature et taillées à ta mesure eu égard à tes hauts faits que tu as posés à Raviart,  ton village d’adoption et Didievi une ville hospitalière qui t’a fait et tout donné. Ces actes de vengeance et de revanche sont encore dans l’esprit et la mémoire collective des populations.
Aujourd’hui,  tu es un soldat perdu qui erre et flâne, les positions du soleil,  amènent ta propre ombre à t’effrayer. Quel cauchemar !Qui pourras te sauver demain? Il faudra bien lire le conte de l’araignée et la hyène pour oser s’approcher de ta silhouette trompeuse.
En quittant le village PDCI-RDA pour le hameau RHDP,  tu pensais compter et avoir droit de cité.  Aujourd’hui,  regarde ce que tu es devenu ? Rien que ta propre ombre. Personne ne compte sur toi.  Ni ADO ni le RHDP ne peuvent te faire confiance.  Le RDR sait très bien que demain avant le premier chant du coq tu leur feras la même chose.
La méchanceté a fini par noirci ton visage,  la médisance a rougi tes lèvres inférieures, la jalousie a rendu jaune ton sourire si tu en as encore et ton sempiternel mensonge a rendu hagard ton regard sur la gare.
Pauvre de toi! Arrête de colporter les mensonges à l’endroit de son excellence le président Henri Konan BEDIE. En dépit de tes calomnies,  tu ne seras jamais le fer de lance  du RHDP encore moins du RDR.  Tu ne seras ni président ni vice-président.  Tu ne seras plus jamais premier ministre encore moins président d’une institution à l’image du sénat mort né que tu diriges pour ta pitance individuelle et clanique.
Comme les tonneaux de danaides,  tu accompliras la mission qui est la sienne,  taillée sur mesure pour toi : ruser,  mentir,  médire,  comploter et déconstruire.
De toute façon,  de ton existence,  tu es amené à conjuguer ces verbes.
Patrice Kante Koffi Délégué général du PDCI RDA LOIRE saint Étienne
Membre du bureau politique du PDCI RDA
Officier de l ordre  du belier
Conseiller municipal de la commune de Didievi

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Diaspora: les ivoiriens de Suisse exigent la recomposition de la CEI locale

Publié

activé

Coalition des Ivoiriens résidents de Suisse-Image d'illustration

A la suite d’une rencontre le 6 juin dernier, les ivoiriens résidents en Suisse ayant manifestés leur rejet de la composition de la cellule de représentation diplomatique qui leur a été présentée, ont saisi officiellement la CEI en vue de la dissolution de cette CEI locale et de sa recomposition. Leadernewsci a reçu une copie la motion de rejet disponible ci-après:

Le samedi 06 juin 2020, de 18H30 à 21H15, a été organisée par la Commission Electorale de la Représentation Diplomatique Suisse (CERD-Suisse), une rencontre d’informations avec les représentations politiques et les organisations civiles ivoiriennes actives en Suisse.

Lors de cette rencontre, la CERD Suisse a, en plus des infomations relatives au programme de l’enrôlement électoral en Suisse, dévoilé la composition de son bureau qui se présente comme suit :
Inza Dosso, RHDP, président Sosthène Coulialy, AFD, vice-président Mme Gniamba, représentante de l’ambassade, Secrétaire Thimothée Doua, RHDP
Janvier Doua, RHDP Keoue Bonnenet Leonard Plo, LMP Daouda Camara RDGP Paix-UMPP.

Devant cette composition de bureau, l’ensemble des organisations politiques et civiles présentes à la rencontre, à l’unanimité, ont fait les constats suivants:

– L’existence au sein de la CERD Suisse de deux personnes aux profils préoccupants. L’un M. Léonard Plo, non résident en Suisse avec interdiction d’entrée sur le territoire, résidant
actuellement en France, dans la ville frontalière de Mulhouse, où il tient un restaurant. L’autre, M. Dacuda Camara est inconnu de tous en Suisse et n’a, jusque-là, participé physiquement à
aucune activité de la représentation locale de la CEI.
Les partis ou organisations politiques LMP et RDGP Paix-UMPP n’ont aucune représentation connue des ivoiriens en Suisse.

Lire aussi Côte d’Ivoire-Elections: Les ivoiriens de Suisse rejettent la CERD locale

Fort de ces constats, et :
-Considérant que l’ensemble des partis politiques d’opposition significatives ont, à travers une déclaration le 06 mai, rejeté la composition de la commission électorale indépendante qu’elle juge déséquilibrée, partiale, inféodée au RHDP Unifié et incapable d’organiser des élections libres, transparentes et crédibles; considérant que les anomalies scandaleuses que relèvent la composition de la CERD Suisse
sont de nature à amplifier le discrédit de votre institution et à justifier son rejet par l’opposition significative ivoirienne;
Considérant que les groupements politiques LMP, et RDGP Paix-UMPP, ne sont capables de fournir, pour la Suisse, des représentants pouvant siéger physiquement dans la CERD locale;
Considérant que seul un comité électoral crédible, jouissant de la confiance des ivoiriens de suisse, est à même de garantir l’acception par tous des résultats des urnes en Suisse.
Considérant enfin que la souveraineté appartient au peuple, et que la seule manifestation valable de cette souveraineté reste le vote; et que l’exercice de cette souveraineté concerne aussi les ivoiriens de la Diaspora ;
Les représentations politiques et les organisations civiles ivoiriennes actives en Suisse rejettent et déclarent irrecevable la CERD Suisse dans sa nomenclature actuelle.
Elle vous invite, monsieur le président de la CEI, impérativement, et cela, dans les meilleurs délais :

– À retirer purement et simplement messieurs Keoue Bonnenet Leonard Plo et Daouda Camara du Bureau de la CERD Suisse.

-À procéder à leur remplacement par deux (02) membres émanant des organisations de la société civile ivoirienne que notre coalition, auteure de la motion présente, devra proposer.

Pour ce faire, il vous suffira de donner mandat à  la CERD Suisse de prendre attache avec notre coalition
afin de procéder à cette recomposition, qui seule, poura garantir un déroulement paisible du scrutin
présidentiel en Suisse.

-Aussi voudrions-nous vous assurer de notre attachement rigoureux à nos propositions et à leur prise en
compte par votre institution. À cet effet, nous attendons user de tous les moyens légaux à notre disposition, pour empêcher que la CERD Suisse, dans sa nomenclature actuelle, ne supervise le scrutin présidentiel ivoirien en Suisse.

Nous vous prions, monsieur le président, de trouver ici l’expression de nos salutations distinguées.

Ampliations :
Conseil Fédéral Suisse, Conseil National Suisse
L’ambassade de Côte d’Ivoire en Suisse
La CERD Suisse
Les Directions nationales des partis politiques signataires

Pour la coalition des partis politiques d’opposition de Côte d’Ivoire
et de la Société civile Ivoirienne en Suisse

Les Co-signataires

Association des Ivoiriens de Zürich (AIZ)

L’association Pâquinou Suisse

Association des Résidents Ivoiriens du Canton de Neuchâtel

Délégation Régionale à l’Implantation de LIDER en Suisse et en Italie

FPI Suisse

COJEP Suisse

PDCI Suisse

GPS/RACI Suisse

Dignes Eburnéens le pays nous Apelle (DEPA) Suisse

FIDHOP Suisse

 

Herve Christ, Correspondant Leadernewsci, Suisse

 

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Coronavirus à l’université Alassane Ouattara: Voici la décision du conseil d’université

Publié

activé

Université Alassane Ouattara de Bouaké-image d'illustration

 

Le vendredi 19 juin 2020 dernier 5 cas infectés de covid-19 ont été confirmés à l’université Alassane Ouattara de Bouaké précisément sur le campus 2. Ceux-ci ont été  évacués immédiatement vers la première capitale ivoirienne précisément à vitib; centre d’accueil des cas de coronavirus. À cet effet, un conseil d’université s’est tenu à l’effet d’arrêter des mesures drastiques pour prévenir et éviter d’autres cas. Voici-dessous la décision.

 

 

DÉCISIONS ISSUES DU CONSEIL D’UNIVERSITÉ EXTRAORDINAIRE DU 25 JUIN 2020

En raison de la confimation de cas de Covid-19 sur l’espace universitaire, le Conseil de l’Université, réuni en session extraordinaire, a pris les mesures suivantes:

– entérinement de la fermeture du Campus 2 jusqu’au 02 jullet 2020;
-fermeture du Campus 1 après les activités pédagogiques, administratives et financières du
lundi 29 juin 2020
-aseptisation générale de l’espace universitaire (les batiments à usage administratif,
pédagogique et scientifique ainsi que les résidences universitaires);
-désinfection et dératisation des prairies jouxtant les Campus 1 et 2;
extension des cours en ligne jusqu’au niveau Licence pendant la période de fermeture des
campus et après la reprise des activités académiques en présentiel;
– réouverture des Campus 1 et 2, le 03 juillet 2020, sous le slogan “un esprit nouveau dans un environnement nouveau”; mise en service de la brigade tripartite (Enseignants, PAT et étudiants) chargée de veiller au
respect scrupuleux des mesures barrières; renforcement des attributions de la Cellule Interne d’Assurance Qualité (CIAQ) pour une évaluation constante des actions de la brigade tripartite;

 

– obligation de signaler tout cas suspect à la Céllule Scientifique Pluridisciplinaire COVID-19
de l’UAO (CSP C19 UAO)
– mise en place de l’opération un tout en un  (eau, savon, désinfectant dans les füts à eau installes à fentrée de chaque grand båtiment);
-prise de température corporelle aux entrées des campus 1 et 2;
-obligation de rappeler les mesures barrières, arrêtées par le Conseil National de Sécurité, avant, pendant ou après chaque cours:
-nécessité d’adosser toute déclaration publique sur la situation sanitaire de l’Université à  l’expertise de la CSP C19-UAO

Le Président Poamé Lazare

Pastoré

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances