Restons en contact

Politique

Affaire retour en catimini de Laurent Gbagbo: “Le gouvernement ivoirien joue avec le feu”

Publié

activé

Laurent Gbagbo Ex-Président de la République

Depuis la volonté manifestée des militants du Front Populaire Ivoirien et celle des nombreux sympathisants de l’Ex-président de la république ivoirienne, d’accueillir joyeusement pour ne pas dire triomphalement leur leader et ou référent, son excellence monsieur Laurent Gbagbo, quelques personnes au RHDP parti du Chef de l’Etat SEM Alassane Dramane Ouattara, sont en transe.

De ce fait, ces personnes essaient par tous les moyens de rallier les militants passifs de leur parti à leur belliqueuse volonté d’obliger 48% de l’électorat de 2010 (selon les statistiques du RHDP) à courber la tête devant leur dictat, d´un retour en catimini, selon eux preuve d´humilité et de repentance.

Cette “affaire de catimini” commence à être révoltante pour beaucoup de personne qui légitimement se pose des questions, à savoir: pourquoi certains ivoiriens doivent-ils en toute occasion brandir des menaces et user de violence envers les autres ? En quoi le retour au pays du président et leader charismatique du FPI, concerne le RHDP ? S’il y a des personnes qui doivent faire profil bas n´est-ce pas ceux du RHDP ?

En effet, c’est le RHDP qui a fait transférer Laurent Gbagbo à La Haye; c’est le RDHP qui a fourni les plus de 5000 preuves; c’est le RHDP qui a fourni les cas, prenant soin de façon segregationnelle de présenter uniquement ses victimes à lui; c’est le RHDP qui a fourni les témoins, même ceux à décharge et enfin c’est le RHDP qui a fourni les avocats français payés avec l’argent du contribuable ivoirien, pour demander le maintien de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé en exil quand bien même ces citoyens ivoiriens avaient été acquittés.

Pendant dix ans le RHDP a fait la foire au deuil de ses victimes, marche par-ci, hommage par-là, cependant M. Adama Bictogo n´en est pas satisfait. Malgré tous les efforts du RHDP, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont définitivement acquittés et l’Etat de Côte d’Ivoire est obligé de prendre toutes les mesures idoines surtout sécuritaires pour assurer leur retour chez eux. C’est un devoir pour tous les Etats membres signataires du traité de Rome sur la CPI.

Aujourd’hui encore, on observe que c’est le RHDP qui continue de rendre triomphale le retour de Laurent Gbagbo. IL est malséant, de voir des militants d’un parti politique se prendre pour l’Etat Républicain. Malheureusement c’est la conséquence du parti-État, le « saint » mode de gouvernance du RHDP que nous n’avons cessé de dénoncer.

Pas besoin de compliquer les choses qui sont simples. L’accueil populaire de Gbagbo ne va pas faire tomber le ciel sur la Côte d’Ivoire. Pourquoi donc le RHDP veut donner un nouveau trophée au FPI, en se forçant à pousser une frange de la population ivoirienne à bout ?

Gbagbo a déjà triomphé que le RHDP le veuille ou non. Au surplus la Cour Pénale Internationale ne s´est pas adressée au RHDP en ce qui concerne le retour sécurisé de Gbagbo Laurent et de Charles Blé Goudé. La Cour a appelé au rôle régalien de l´État de Côte d´Ivoire.

Leopold VII Abrotchi

 

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 4 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Internationale

“Le Mali et la RCA doivent attaquer la France en justice” Nathalie Yamb

Publié

activé

Nathalie Yamb, miitante panafricaine souverainiste et Conseillère exécutive du Professeur Mamadou Koulibaly.

Les récents revers diplomatiques qu’a connus la France, au Mali, en Suisse et en Indo-Pacifique, ont suscité l’intérêt de Nathalie Yamb.

Dans une vidéo, elle se félicite, entres autres, de la disgrâce qui frappe la France sur la scène internationale et invite les leaders africains à engager “la bataille intellectuelle dans les tribunaux contre la France”, dans le combat pour la souveraineté menöe contre elle.

 

Hervé Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Élections Présidentielles en République Démocratique du Congo: Les germes d’une crise à venir

Publié

activé

CENI Commission Electorale Nationale Indépendante de la RDC

En République Démocratique du Congo, la tension commence à être palpable surtout depuis que le Président Felix Tshisekedi est soupçonné par l´opposition de préparer la fraude à l´élection présidentielle de 2023.

La réforme de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) est demandée par le peuple mais le Président de la République “non élu” Tshilombo Antoine Tshisekedi  et son gouvernement voudraient faire du forcing.

Une marche de grande envergure est prévue par l’opposition LAMUKA avec sa tête son chef de file M.Fayulu Martin dit “Président élu” de la RDC pour le mercredi 15 Septembre 2021 dans tout le pays, pour rappeler au gouvernement, que l’organe sensé représenter le socle de la démocratie, ne saurait être politisé au risque de générer de futures crises électorales.

Kouamé Séraphin

Leadernews.rdc

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Guinée-Conacry : Le coup d´État en cours va-t-il emporter Alpha Condé

Publié

activé

Alpha Condé, Présent de la République Guinéenne lors de la campagne présidentielle 2020

Alpha Condé l’opposant historique à Sékou Touré, père de l’indépendance de la Guinée, puis à Lansana Conté a modifié la constitution, pour se présenter à un 3è mandat. En 2010 lors de son élection Alpha Condé avait promis le changement à son pays.

Selon le journal panafricain Jeune Afrique, depuis les environs de 8h ce dimanche, des tirs nourris sont entendus autour de Sékoutoureya, le palais présidentiel où se trouve le chef de l’État, Alpha Condé. Celui-ci se porte bien et est sous la protection de sa garde présidentielle, d’après nos sources.

Selon les informations de Jeune Afrique, cette tentative de coup d’État est menée par les éléments du Groupement des forces spéciales (GPS), une unité d’élite de l’armée aussi bien entrainée qu’équipée.

À sa tête, le colonel Mamady Doumbouya, un ancien légionnaire de l’armée française qui a été rappelé en Guinée pour prendre la tête de ce corps créé en 2018. Ces derniers mois, sa volonté d’autonomiser le GPS par rapport au ministère de la Défense avait suscité la méfiance du pouvoir de Conakry. En mai, des rumeurs infondées faisant part de sa possible arrestation avaient même circulé dans la capitale guinéenne.

Mamady Doumbouya et les éléments du GPS font en ce moment face aux soldats de la garde présidentielle. Ce n’est pas la première fois qu’Alpha Condé est confronté à une tentative de putsch – en 2011 notamment, son domicile avait été la cible d’un assaut – mais, cette fois-ci, la qualité des putschistes rend la situation “sérieuse”, selon des sources sur place.

Arrivé au pouvoir en 2010, Alpha Condé, 83 ans, a été réélu en 2020 pour un troisième mandat après une révision de la Constitution controversée.

Source : Jeune Afrique

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances