Restons en contact

Actualité

Côte d’Ivoire/ Sécurité: Abidjan sous très haute surveillance

Publié

activé

Centre surveillance à Abidjan

Depuis 2017, Abidjan s’est dotée de  de 955 caméras de surveillance afin de réduire le taux d’insécurité dans la ville, au grand bonheur des populations.  Aussi, existe t-il  498 pôles de surveillance qui ont pour but de surveiller en temps réel les rues Abidjanaises.

Notons également qu’à l’intérieur du pays des installations sont en cours dans d’autres grandes villes, autre qu’Abidjan.  Annonce faite par le ministère de la sécurité.

Rappelons que ce dispositif joue un grand rôle dans la surveillance publique et dans la traque des criminelles dans la ville d’Abidjan et déjà fait ses preuves avec l’interpellations de nombreux ”bandits”.

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 × 15 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualité

17 JANVIER 1961: De la passion de Lumumba ou d’un mort sans sépulture

Publié

activé

Patrice Emery LUMUMBA

Assassiné le 17 Janvier 1961, en 2021 Patrice lumumba est la preuve que l’Afrique a perdu des héros incontournables. Revoyons son parcours et les affres de sa passion

Né le 2 juillet 1925 à Onalaua, Il grandit dans un milieu où le colon imposait sa dictature. Il a connu les humiliations de la colonisation mais a décidé de lutter contre les “démons blancs”.

Indépendantiste, il proclame l’indépendance de son pays le 30 juin 1960. Malgré ses bienfaits, il tombe dans l’ingratitude de l’homme: recevoir le mal pour son bienfait. Il a été trahi par ses propres frères et assassiné.

En décembre 1960, Mobutu qui a succédé au pouvoir à Kasa-Vubu le fait arrêter. C’est le début de sa passion, la passion de Lumumba. Il va être humilié et passer à une mort tragique orchestrée par Bruxelles et Washington.

Le 17 janvier 1961, à Élisabethville, capitale du Katanga, le DC-4 d’Air Congo immatriculé 00-CBI en provenance de Moanda, sur la côte atlantique, descend sur l’aéroport de Luano et s’immobilise sur la zone militaire.

Trois hommes attachés par une corde, sont poussés hors de l’appareil. Il ne s’agit pas d’ici de Jésus et les deux voleurs mais de Patrice Emery Lumumba et de ses deux compagnons, Joseph Okito et Maurice Mpolo.

Les trois prisonniers, traités sans le moindre égard, essuient injures, coups de poing et de crosses de fusils. Ils sont jetés dans une Jeep pour un voyage sans retour.

Sur les lieux du crime, un commissaire de police belge prend Lumumba par le bras et le mène jusque devant un grand arbre. Un peleton d’exécution fort de quatre hommes se tient en attente, alors qu’une vingtaine de soldats, de policiers, d’officiers belges et de ministre katangais observent en silence .Un capitaine belge donne l’ordre de tirer. L’arme a crepité, on a entendu le cri des balles et après un silence. Lumumba est mort!

Son corps a été découpé et dissout dans un fût d’acide sulfurique. Ce que l’acide ne peut pas dissoudre est brûlé et les cendres dispersées. Quelle cruauté! Une relique (une dent) a été retrouvée en Belgique chez le policier belge qui a fait l’expérience chimique de l’acide sur son corps !

Cette transformation de son corps dans l’acide est d’eviter que sa tombe devienne un symbole de résistance. Lumumba, un mort sans sepulture!

 

Prophète Patrice Emery Lumumba, on a entendu ta mort mais où est ton corps?Pour être sauveur, il faut te faire crucifier ! C’était le prix à payer pour libérer les opprimés mais où est ta sépulture?

 

Toi le mort disparu dans l’acide.

Toi le mort sans sépulture, nos coeurs sont devenus ton tombeau.

 

Tu vis plus sur terre mais ta lumière nous éclaire.

Pour la libération de ton peuple, tu n’a pas reculé devant la mort!

 

Fatigué de voir le crime, tu t’es offert en sacrifice. Le 17 janvier ton coeur a laché, tu as baissé tes yeux pour ne plus voir et nous voir en chair et nous te verons plus également car ton âme s’est envolée pour le ciel et ton corps disparu.

 

Tu es parti avec l’amour de ton peuple et tu as laissé comme héritage la culture de la dignité, le courage et l’abnégation, le refus de la servitude endogène et exogène.

 

Tu es parti sans haine envers tes ennemis car tu savais qu’un jour un blanc allait armer un noir pour t’assassiner.

 

Depuis ton départ, le père Noël est venu plusieurs fois avec des promesses. Mais l’esprit Saint, quant à lui a quitté le Congo. En rappel, le Congo à lui seul, plus riche que l’occident a retenu l’attention des méchants venant du nord de l’Asie.

La course sans fin pour l’exploitation de la richesse du Congo par les puissances occidentales se transforme en une malédiction pour le Congo.

On crie à la pauvreté de l’Afrique, alors que son sous-sol est la bénédiction de Dieu. Laquelle bénédiction convoitée par les esprits malsains, epris d’une pensée machiavélique transforme le paradis africain en enfer. Le Congo est riche pour être en paix !

Le bref passage du sauveur, Patrice Emery Lumumba a extirpé le Congo des griffes des diablotins, suceurs de la moelle congolaise. En roi David, Lumumba a réussit à combattre Goliath (vaincre le roi belge et proclamé l’indépendance du pays le 30 juin 1960).

Ton ami Mobutu, lui n’ a pas hesité de te faire un baiser de Judas un certain 17 janvier.

Mais le vrai bonheur on ne l’apprécie que lorsqu’on l’a perdu! Ainsi en 1966, il (Mobutu) te consacre “HÉROS NATIONAL”.

 

REPOSEZ EN PAIX DIGNE FILS DE L’AFRIQUE !

 

Gerard Amado Kaboré

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Affaire 342,6 milliards de francs CFA : Ouattara débouté par le tribunal de Paris

Publié

activé

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Voeux de nouvel an: Yacourwa Boué Koné ” Lider est déterminé à poursuivre le combat”

Publié

activé

Yacourwa Boue Kone, Vice-Président de Lider

Yacourwa Boué Koné, le Vice-président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER), n´a pas dérogé à la règle de présentation de voeux en ce nouvel an.

Ci-dessous l´intégralité de sa déclaration

“Ce qui était censé être une belle révélation calendaire s’est plutôt transformé en aventure cauchemardesque dès le premier trimestre de ce 20/20 de l’année parfaite.
En mars, les premières alertes covid19 inscrivent notre nation sur la liste des pays où sévit le nouveau corona virus. La crise sanitaire offre alors le prétexte idéal au gouvernement pour attaquer les libertés civiles, l’état d’urgence en est l’acte d’assignation.

Alors que le pluralisme est placé en quarantaine, le gouvernement déroule : révision constitutionnelle en catimini ; modification unilatérale et illégale du code électoral, amalgame entre solidarité gouvernementale et agenda politique. Le RHDP fait campagne avec les moyens de l’État.

Toutes ces dérives sont le signe avant-coureur d’une deuxième moitié d’année tragique.
En effet, en septembre 2020, le conseil constitutionnel, sûr de son bon droit d’interpréter la loi à sa guise, exclut 40 candidats à l’élection présidentielle en flagrante collusion avec le chef de l’état dont il valide la candidature illégale.
L’opposition ivoirienne entre alors en désobéissance civile pour réclamer le respect de la constitution et la réforme de la CEI comme demandé par des arrêts successifs de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. La réponse du pouvoir consiste dans une répression policière, milicienne, judiciaire et meurtrière extrême contre quiconque ose exprimer son mécontentement.

Mais la détermination de l’opposition ivoirienne reste ferme, le peuple la suit et boycotte activement le simulacre d’élection dont se prévaut le chef de l’état pour régner sur un peuple qui l’a vomi.
Moi, Yacourwa Boué Koné, siégeant pour le compte de LIDER au sein de la coalition de l’opposition significative, témoigne de la noblesse du combat des Ivoiriennes et Ivoiriens et du courage de tous dans ces moments incertains. C’est pourquoi je me réjouis de la libération des otages politiques en les personnes du premier ministre Affi N’Guessan, et du Prof. Maurice Kacou Guikahué. J’espère dans celle prochaine de Mme Pulchérie Gbalet, des militantes de GPS ainsi que de tous les prisonniers politiques des crises électorales de 2010 et 2020. Faut-il conformément aux dispositions de la constitution rappeler le cas des exilés ? Monsieur Ouattara et son régime sont devant une obligation historique de se réhabiliter devant l’histoire de la CI.

Aux premières lueurs de l’an de grâce 2021, j’interpelle l’opposition ivoirienne à maintenir son rassemblement ; je lui garantis qu’une participation concertée et solidaire aux législatives pour affaiblir M. Ouattara est sa seule porte de sortie. Toute initiative individualiste ne serait que ruine. Ce qui nous unit doit prévaloir sur ce qui pourrait nous diviser.

Dieu bénisse la Côte d’Ivoire
Bonne année 2021 avec le “Presidium” de LIDER

Yacourwa Boue Kone, Vice-président LIDER.

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances