Restons en contact
Campagne #MamKoul2020

Actualité

Côte d’Ivoire/ Sécurité: Abidjan sous très haute surveillance

Publié

activé

Centre surveillance à Abidjan

Depuis 2017, Abidjan s’est dotée de  de 955 caméras de surveillance afin de réduire le taux d’insécurité dans la ville, au grand bonheur des populations.  Aussi, existe t-il  498 pôles de surveillance qui ont pour but de surveiller en temps réel les rues Abidjanaises.

Notons également qu’à l’intérieur du pays des installations sont en cours dans d’autres grandes villes, autre qu’Abidjan.  Annonce faite par le ministère de la sécurité.

Rappelons que ce dispositif joue un grand rôle dans la surveillance publique et dans la traque des criminelles dans la ville d’Abidjan et déjà fait ses preuves avec l’interpellations de nombreux ”bandits”.

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 × 29 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualité

Rétablissement des droits de M. Gbagbo Laurent: il ne reste plus qu’aux RHDP d’appliquer la décision

Publié

activé

M. Laurent Gbagbo images d'illustrations

Décryptage juridique de Jean Bonin suite à la décision de la CADHP demandant à l’Etat de Côte d’Ivoire de rétablir Gbagbo dans ses droits.

Suite à la décision de la Cour Africaine des Droit de l’Homme et des Peuples (CADHP) instruisant à l’Etat de Côte d’Ivoire de rétablir dans ses droits civils et politiques M. Gbagbo Laurent, de nombreux militant du RHDP, soudainement devenus des néo chantres du souverainisme, croient naïvement que leur régime pourra se réfugier derrière un pseudo repli ultra nationaliste pour ignorer la portée d’une décision de justice internationale.

 

Ils ont tort. La jurisprudence ivoirienne en la matière est constante. Y compris celle du Conseil Constitutionnel. En effet, aux 123 de la Constitution de 2016, les Traités ou Accords régulièrement ratifiés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l’autre partie.

 

Alea Jacta Est. Dura lex, sed lex. Nos amis du RDR/RHDP ignorent peut-être que la Côte d’Ivoire est partie à pas moins de 56 instruments juridiques internationaux relatifs aux Droits de l’Homme. Ces instruments constituent, avec la Constitution et les lois, l’essentiel du corpus juridique des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire.

 

Ces instruments juridiques internationaux relatifs aux Droits de l’Homme ont tous été ratifiés par la Côte d’Ivoire. Ainsi avons-nous notamment :

 

1. Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948

 

2. Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples de 1981 : ratifiée le 06 janvier 1992 ;

 

3. Pacte International relatif aux droits civils et Politiques : ratifié le 26 mars 1992 ;

 

4. Protocole facultatif se rapportant au pacte international relatif aux droits civils et politiques : ratifié le 05 mars 1997 ;

 

5 – Charte Africaine des Droits et du Bien-être de l’enfant: ratifiée le 27 février 2004 ;

 

6 – Protocole relatif à la CADHP portant création de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples: ratifié le 06 janvier 1992 ;

 

7 – Protocole relatif à la Cour de justice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest: ratifié le 25 juillet 1996 ;

 

8 – Traité révisé de la CEDEAO : ratifié le 25 juillet 1996.

 

Les dernières décisions de la CADHP relatives au rétablissement de M. Soro Guillaume puis de M. Gbagbo Laurent l’ont été dans le cadre des conventions internationales dûment ratifiées par notre pays.

 

Le pays ne peut donc opportunément renier sa propre signature. Cela discréditerait davantage les autorités provisoirement à la tête de notre pays. Ce serait un incroyable recul démocratique. Un précédent qui ne resterait évidemment pas sans suite.

 

Le dernier communiqué de l’Union européenne qui rappelle aux autorités ivoiriennes que les Etats-membres sont soucieux du respect des normes et des règles internationales sont une piqûre de rappel qui devraient inciter M. Ouatara a plus d’humilité et de responsabilité.

 

Si le régime RHDP veut préserver le minimum de crédibilité qui lui reste en ce moment il ne lui reste plus qu’à appliquer cette décision faute de quoi il se mettrait durablement à dos la communauté internationale à laquelle il doit pourtant son pouvoir actuel.

 

Source: yeclo

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

L’ex préfet Vincent Toh Bi Irié revient à la charge: ” Papa, Tantie, Tata, ça suffit comme ça !!! “

Publié

activé

M. Vincent Toh Bi Irié, ex préfet d'Abidjan

Vincent Toh Bi, ex-préfet d’Abidjan, se prononce ce 25 septembre 2020, sur le fonctionnement de l’Administration  ivoirienne.

PAPA, TANTIE, TATA, ÇA SUFFIT COMME ÇA!!!

PAPA, TANTIE, TATA, ÇA SUFFIT COMME ÇA!!!

Publiée par Vincent Toh Bi Irié ce Vendredi 25 septembre 2020

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Mahamadou Issouffou détruit les chances de Ouattara devant l’ONU: “je ne serai pas candidat pour un troisième mandat”

Publié

activé

SEM Mahamadou Issoufou président de la République du Niger

Devant l’ONU, le 24 septembre 2020, Mahamadou Issoufou, a annoncé qu’il ne sera pas candidat à la présidentielle pour un 3ème mandat »

Mahamadou Issoufou, Président du Niger, a annoncé que c’est la dernière fois qu’il s’exprime à l’Assemblée générale en qualité de Chef d’État de son pays. La prochaine élection présidentielle qui se tiendra en décembre prochain sera l’occasion pour les Nigériennes et les Nigériens de choisir leur nouveau dirigeant.

 

Quand on sait que c’est la toute première fois de son histoire que le Niger connaîtra un transfert démocratique du pouvoir, « cette échéance me remplit de fierté », a avoué le Président.  Il a souligné que dès le début de son premier mandat, il a fait du respect des textes constitutionnels et des institutions « une vertu cardinale » de sa gouvernance pour la renaissance du Niger.

 

« Le Niger est convaincu que les nombreuses menaces qui pèsent sur la paix et la sécurité internationales ne peuvent pas être résolues par les États pris individuellement, mais par une action collective de la communauté internationale », a déclaré M. Issoufou qui s’exprimait pour la dernière fois devant l’Assemblée générale en sa qualité de chef d’Etat, la constitution nigérienne limitant à deux le nombre de mandats à la présidence du pays.

 

M. Issoufou s’est félicité du renforcement des capacités opérationnelles et de renseignement des forces de défense et de sécurité au niveau national, de l’opérationnalisation de la Force mixte multinationale (Bénin, Cameroun, Niger, Nigéria et Tchad) dans le bassin du lac Tchad et de la Force conjointe du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad).

 

« Pour un financement pérenne de celle-ci, je salue la proposition (du) Secrétaire général (de l’ONU) António Guterres, qui préconise de s’inspirer du modèle de la mission de l’Union africaine (UA) en Somalie (AMISOM) », a-t-il dit.

 

Pour le Président du Niger, la création de la coalition de lutte contre le terrorisme au Sahel, la mise en place d’un commandement conjoint pour toutes les forces militaires participantes dont celles françaises (Barkhane) et européennes (Takuba), le déploiement prochain par l’UA d’un contingent de 3.000 hommes, les initiatives de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), « sont autant d’éléments qui suscitent l’espoir d’une victoire sur notre ennemi commun : le terrorisme et le crime organisé ».

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances