Restons en contact

Nationale

Reforme CEI-Côte d’Ivoire: LIDER exclu des travaux

Publié

activé

"LIDER est le seul parti politique qui a rédigé, diffusé et mis à la disposition de l’opinion et du gouvernement, un projet de réforme de la commission électorale (CEI)" Monique Gbekia, présidente de LIDER

Alors qu’il a été, par courrier, invité à une réunion d’échanges par le premier ministre Amadou Gbon, sur la reforme de la commission électorale indépendante (CEI), Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) a vu ses représentants empechés d’accéder aux locaux de la primature.

Nous vous communiquons ci-dessous le Communiqué de Monique Gbekia, présidente de LIDER, à ce sujet.

En date du 17 janvier 2019, le premier ministre a fait parvenir un courrier à la présidente de LIDER pour la convier à la rencontre du gouvernement avec les partis politiques concernant la réforme de la commission électorale (Cei) devant se tenir le 21 janvier 2019 à son cabinet.

En date du 18 janvier 2019, la présidente a accusé réception de l’invitation et fait parvenir au cabinet du premier ministre une copie de la proposition de LIDER concernant ladite réforme, à verser au dossier. (http://lider-ci.org/lavant-projet-de-loi-lider-pour-la-ref…/)

Le même jour, LIDER a été contacté par M. Doumbia du cabinet du ministre de l’intérieur et de la sécurité (20.25.00.31) pour connaître le nom des 3 personnes qui prendront part à la rencontre. Les noms lui ont été communiqués: Monique Gbekia (présidente), Yacourwa Boué Koné (vice-président), Nathalie Yamb (conseillère exécutive du Prof. Mamadou Koulibaly).

Ce matin, alors que la délégation de LIDER se rendait à la réunion, elle a été stoppée à la guérite du premier ministère, sous le prétexte que LIDER ne figurait pas sur la liste. Le cabinet du ministre de l’intérieur a marqué sa surprise par rapport à cette situation, confirmant que la délégation conduite par Mme Monique Gbekia était effectivement sur la liste des participants attendus.

L’adjudant-chef à l’entrée de la guérite de la primature a confirmé qu’instruction leur avait été donnée le matin même de ne pas laisser entrer LIDER.

1. LIDER constate la volte-face inexpliquée du gouvernement et en prend acte.

2. LIDER est le seul parti qui a désigné et investi, lors de son 3e congrès ordinaire de mars 2018, un candidat à l’élection présidentielle de 2020 en la personne du Professeur Mamadou Koulibaly.

3. LIDER est le seul parti politique qui a rédigé, diffusé et mis à la disposition de l’opinion et du gouvernement, un projet de réforme de la commission électorale qui préconise la mise en place d’une Cei exclusivement apolitique, composée de 7 personnes proposées par la société civile, qui seront sélectionnées après des auditions publiques et télévisées en direct par l’Assemblée nationale.

4. LIDER constate que cet état de choses semble effrayer le gouvernement, qui a opté, contrairement aux assertions répétées de consensus et d’inclusion du président de la République, pour une attitude de division et d’exclusion, afin de réaliser son plan commun de conservation du pouvoir à tout prix en 2020, conformément aux déclarations du premier ministre et du ministre d’Etat en charge de la défense ce week-end.

5. LlDER rassure les populations ivoiriennes de son engagement sans faille dans le combat pour l’obtention d’un code électoral et d’une commission électorale crédibles, qui permettront la tenue d’élections source de joie, d’espoir et de stabilité pour la Côte d’Ivoire, et les invite à rester mobilisées dans l’attente des mots d’ordre.

Fait à Abidjan, le 21 janvier 2019

Monique GBEKIA 
Présidente de LIDER

Pour rappel, la CEI a été déclarée en 2016 , par la Cour Africaine des droits humains et des peuples, illégale et non conforme aux droits fondamentaux des populations à décider librement de la gestion de leur société. À quelques mois de l’échéance électorale décisive de 2020, l’injonction de cette cour de justice  ne sembla pas encore avoir été entendu dansles palais d’Abidjan, cela, malgré de nombreuses promesses d’Alassane Ouattara de donner voix à cette décision judiciaire.

Hervé Christ

Comments

comments

Nationale

Aprés sa libération, les regrets de Laurent Gbagbo

Publié

activé

Laurent Gbagbo, ex-président ivoirien. Image d'illustration

le Directeur de la rédaction de Jeune Afrique François Soudan a écrit un éditorial intitulé ” Retour de Gbagbo: la tentation de la revanche ”.

Selon lui, s’il y’a une chose que l’ancien président Laurent Gbagbo se reproche, c’est d’avoir sous-estimé la ” méchanceté ” de Ouattara, Bédié et Sarkozy. << Lors d’un entretien fin 2020 à Abidjan, en ces jour sépulcraux où se jouait son avenir, j’avais été frappé de l’entendre me dire qu’à ses yeux, dans l’histoire alors quinquagénaire de la Côte d’Ivoire, il n’y avait que deux hommes: Houphouët-Boigny et lui. La première indépendance en 1960 et la seconde , accouchée aux forceps en octobre 2000 avec son arrivée au pouvoir. Tout le reste n’était que parenthèse >> a-t-il avancé.

Poursuivant, François Soudan précise: << Laurent Gbagbo ajoutait que la guerre avait gâché son mandat, qu’il n’avait pu gouverner que pendant vingt mois avec la marge de manœuvre nécessaire, jusqu’à la tentative de coup d’État en 2002 et qu’il ne se reprochait qu’une seule chose: avoir sous-estimé ce qu’il appelait la ” méchanceté ” de ses adversaires, au premier rang desquels figuraient Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

A ceux qui se posent des questions sur l’avenir politique de l’homme, François Soudan répond que l’ancien président ne rentrera pas au pays pour prendre sa retraire. ” Laurent Gbagbo a encore faim et quoi qu’il puisse laisser paraître, la plaie ouverte par son éviction n’est pas refermée.

Lu pour vous

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Covid-19/Vaccination: Pourquoi le gouvernement ivoirien reste muet sur le cas AstraZeneca?

Publié

activé

Leopold VII Adou Agnouwol, Ecrivain et DRI LIDER Portugal

Y a-t-il une task force en charge de la campagne de vaccination Anti-Covid-19 en Côte d´Ivoire?  A-t-elle conseillé au gouvernement ivoirien de conserver le vaccin AstraZeneca, sans aucune explication sur les cas de coagulation sanguine qui augmente chaque jour, ni aucun débat démocratique sur la question des vaccins et de la stratégie vaccinale?

Depuis que des contre-indications sont observées ça et là en europe après l´administration du vaccin d´AstraZeneca, la Direction Générale de la Santé et même le ministre de santé de Côte d´Ivoire évite de prendre une position claire surtout que plusieurs pays ont ou suspendu ou arrêté l´utilisation du vaccin AstraZeneca. Tout porte à croire que les autorités ivoiriennes attendent les conclusions de l’EMA sur la nouvelle évaluation du vaccin Anglo-suedois.

Le gouvernement ivoirien maintient donc le vaccin et continue la campagne de vaccination. Il nous revient et de façon récurrente que des sujets de moins de 50 ans appartenant aux professions de la santé, de la sécurité, de l´armée et de l´éducation sont vaccinés, là où le vaccin AstraZeneca a démontré une inefficacité sur les personnes de cet âge et fort de cela il reste fortement recommandé au plus de 55 à 70 ans.

Face à ce mutisme, on peut légitimement se poser la question de savoir, est-ce nous avons un régulateur des médicaments ou encore un comité d’évaluation des risques de pharmacovigilance en Côte d´Ivoire? Si oui pourquoi donc se tait-il ? Quelles actions ce comité ou régulateur a-t-il entrepris en vue d´évaluer les risques au niveau local ? Il est suffisamment évidant que les milliards du CovidBonds n´ont pas permis à une telle structure une indépendance d´analyse et de décision par rapport à cette situation sanitaire gravissime que le monde entier connaît. Pour notre santé également nous sommes livrés au bon vouloir de la France.

Le constat est clair, la Côte d´Ivoire n´est pas indépendante dans le domaine sanitaire et cela se voit avec les évacuations sanitaires régulières des hautes autorités du pays vers l´Europe. Cette soumission sanitaire démontre l´échec de la politique de santé publique de M. Alassane Ouattara.

Leopold VII Abrotchi

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Côte d´Ivoire: Gouvernement Patrick ACHI I, voici la liste complète

Publié

activé

SEM. Alassane Ouattara, president de la republique de Côte d´Ivoire

Attendu depuis deux semanines voici la liste complète du nouveau gouvernement ivoirien. Le premier gouvernement Patrick ACHI est une équipe de 41 membres, dont la moyenne d´âge est de 50 ans et huit (8) femmes.

COMMUNIQUE DE LA PRÉSIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a procédé, ce mardi 06 avril 2021, à la signature de plusieurs décrets de nomination au titre du Gouvernement, de la Présidence de la République et du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel.

AU TITRE DU GOUVERNEMENT

Sur proposition du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Patrick Jérôme ACHI, le Président de la République a procédé à la signature d’un décret portant nomination des Membres du Gouvernement Ainsi sont nommés:

1. Le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de L`Intégration Africaine et de la Diaspora :
Mme Kandia KAMISSOKO CAMARA

2. Ministre d’Etat, Ministre de la Défense :
M. Téné Birahima OUATTARA

3. Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural :
M. Kobenan Kouassi ADJOUMANI

4. Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme :
M.Jean Sansan KAMBILÉ

5. Ministre de L`Intérieur et de la Sécurité :
Gal Vagondo DIOMANDÉ

6. Ministre des Eaux et Forêts :
M. Alain Richard DONWAHI

7. Ministre du Plan et du Développement :
Mme Nialé KABA

8. Ministre des Transports :
M. Amadou KONÉ

9. Ministre de l’Economie et des Finances:
M. Adama COULIBALY

10. Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration :
Mme Anne Désirée OULOTO

11. Ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme :
M. Bruno Nabagné KONÉ

12. Ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat :
M. Moussa SANOGO

13. Ministre de l’Hydraulique :
M. Laurent TCHAGBA

14. Ministre de l’Equipement et de l’Entretien Routier :
M. Amedé Koffi KOUAKOU

15. Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation :
Mme Mariatou KONÉ

16. Ministre de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale :
M. Bertin KOUADIO KONAN

17. Ministre du Commerce et de l’Industrie :
M. Souleymane DIARRASSOUBA

18. Ministre de la Promotion des Sports et du Développement de l’Economie Sportive :
M. Paulin Claude DANHO

19. Ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, Porte-parole du Gouvernement :
M. Amadou COULIBALY

20. Ministre de la Promotion de la Jeunesse, de L`Insertion Professionnelle et du Service Civique, Porte-parole adjoint du Gouvernement :
M. Mamadou TOURÉ

21. Ministre de la Promotion de L`Investissement et du Développement du Secteur Privé :
M. Emmanuel Esmel ESSIS

22. Ministre de la Promotion des PME, de l’Artisanat et de la Transformation du Secteur Informel :
M. Félix ANO BLÉ

23. Ministre des Ressources Animales et Halieutiques :
M. Sidi Tiémoko TOURÉ

24. Ministre du Tourisme et des Loisirs :
M. Siandou FOFANA

25. Ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance, du Renforcement des Capacités et de la Lutte contre la Corruption :
M. Epiphane ZORO BI BALLO

26. Ministre de l’Economie Numérique, des Télécommunications et de L`Innovation :
M. Roger Félix ADOM

27. Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique :
M. Adama DIAWARA

28. Ministre de la Santé, de l’Hygiène Publique et de la Couverture Maladie Universelle :
M. Pierre DIMBA

29. Ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie :
M. Thomas CAMARA

30. Ministre de l’Assainissement et de la Salubrité :
M. Bouaké FOFANA

31. Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté :
Mme Myss Belmonde DOGO

32. Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale :
M. Adama KAMARA

33. Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant :
Mme Nassénéba TOURÉ

34. Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage :
M. KOFFI N’GUESSAN

35. Ministre de la Culture et de L`Industrie des Arts et du Spectacle :
Mme Arlette Badou N’GUESSAN KOUAMÉ

36. Ministre de l’Environnement et du Développement Durable :
M. Jean-Luc ASSI

37. Ministre délégué auprès du Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Diaspora, chargé de L`Intégration Africaine :
M. Alcide DJÉDJÉ

Secrétariats d’Etat

1. Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, chargé du Logement Social :
M. N’Guessan Lataille KOFFI

2. Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, chargé de la Modernisation de l’Administration :
M. Brice Kouamé KOUASSI

3. Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Transports, chargé des Affaires Maritimes :
M. Célestin SEREY DOH

4. Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale, chargé de la Protection Sociale:
Mme Clarisse KAVO MAHI

Le premier Conseil des Ministres du nouveau Gouvernement se tiendra le mercredi 07 avril 2021 à 11 heures, au Palais de la Présidence de la République.

AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIOUE

Suite à la nomination, le lundi 29 mars 2021, de Monsieur Abdourahmane CISSÉ, en qualité de Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République, le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a procédé à la signature d’un décret portant nomination de Ministres à la Présidence de la République.

Ainsi sont nommés:
– Ministre auprès du Président de la République, chargé des Relations avec les Institutions de la République:
M. Gilbert Koné KAFANA

– Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République:
M. Fidèle SARASSORO.

Ce décret abroge les décrets portant nomination du Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République et des autres Ministres à la Présidence de la République.

AU TITRE DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL, ENVIRONNEMENTAL ET CULTUREL

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a procédé à la signature de deux décrets.

Le premier décret porte nomination de Monsieur Eugène AKA AOUELE, en qualité de membre du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel.

Aux termes du deuxième décret, Monsieur Eugène AKA AOUÉLÉ est nommé Président du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel.

Fait à Abidjan, le mardi 06 avril 2021
Le Ministre, secrétaire Général de la Présidence
Abdourahmane Cissé

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances