Restons en contact

Nationale

Reforme CEI-Côte d’Ivoire: LIDER exclu des travaux

Publié

activé

"LIDER est le seul parti politique qui a rédigé, diffusé et mis à la disposition de l’opinion et du gouvernement, un projet de réforme de la commission électorale (CEI)" Monique Gbekia, présidente de LIDER

Alors qu’il a été, par courrier, invité à une réunion d’échanges par le premier ministre Amadou Gbon, sur la reforme de la commission électorale indépendante (CEI), Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) a vu ses représentants empechés d’accéder aux locaux de la primature.

Nous vous communiquons ci-dessous le Communiqué de Monique Gbekia, présidente de LIDER, à ce sujet.

En date du 17 janvier 2019, le premier ministre a fait parvenir un courrier à la présidente de LIDER pour la convier à la rencontre du gouvernement avec les partis politiques concernant la réforme de la commission électorale (Cei) devant se tenir le 21 janvier 2019 à son cabinet.

En date du 18 janvier 2019, la présidente a accusé réception de l’invitation et fait parvenir au cabinet du premier ministre une copie de la proposition de LIDER concernant ladite réforme, à verser au dossier. (http://lider-ci.org/lavant-projet-de-loi-lider-pour-la-ref…/)

Le même jour, LIDER a été contacté par M. Doumbia du cabinet du ministre de l’intérieur et de la sécurité (20.25.00.31) pour connaître le nom des 3 personnes qui prendront part à la rencontre. Les noms lui ont été communiqués: Monique Gbekia (présidente), Yacourwa Boué Koné (vice-président), Nathalie Yamb (conseillère exécutive du Prof. Mamadou Koulibaly).

Ce matin, alors que la délégation de LIDER se rendait à la réunion, elle a été stoppée à la guérite du premier ministère, sous le prétexte que LIDER ne figurait pas sur la liste. Le cabinet du ministre de l’intérieur a marqué sa surprise par rapport à cette situation, confirmant que la délégation conduite par Mme Monique Gbekia était effectivement sur la liste des participants attendus.

L’adjudant-chef à l’entrée de la guérite de la primature a confirmé qu’instruction leur avait été donnée le matin même de ne pas laisser entrer LIDER.

1. LIDER constate la volte-face inexpliquée du gouvernement et en prend acte.

2. LIDER est le seul parti qui a désigné et investi, lors de son 3e congrès ordinaire de mars 2018, un candidat à l’élection présidentielle de 2020 en la personne du Professeur Mamadou Koulibaly.

3. LIDER est le seul parti politique qui a rédigé, diffusé et mis à la disposition de l’opinion et du gouvernement, un projet de réforme de la commission électorale qui préconise la mise en place d’une Cei exclusivement apolitique, composée de 7 personnes proposées par la société civile, qui seront sélectionnées après des auditions publiques et télévisées en direct par l’Assemblée nationale.

4. LIDER constate que cet état de choses semble effrayer le gouvernement, qui a opté, contrairement aux assertions répétées de consensus et d’inclusion du président de la République, pour une attitude de division et d’exclusion, afin de réaliser son plan commun de conservation du pouvoir à tout prix en 2020, conformément aux déclarations du premier ministre et du ministre d’Etat en charge de la défense ce week-end.

5. LlDER rassure les populations ivoiriennes de son engagement sans faille dans le combat pour l’obtention d’un code électoral et d’une commission électorale crédibles, qui permettront la tenue d’élections source de joie, d’espoir et de stabilité pour la Côte d’Ivoire, et les invite à rester mobilisées dans l’attente des mots d’ordre.

Fait à Abidjan, le 21 janvier 2019

Monique GBEKIA 
Présidente de LIDER

Pour rappel, la CEI a été déclarée en 2016 , par la Cour Africaine des droits humains et des peuples, illégale et non conforme aux droits fondamentaux des populations à décider librement de la gestion de leur société. À quelques mois de l’échéance électorale décisive de 2020, l’injonction de cette cour de justice  ne sembla pas encore avoir été entendu dansles palais d’Abidjan, cela, malgré de nombreuses promesses d’Alassane Ouattara de donner voix à cette décision judiciaire.

Hervé Christ

Comments

comments

Nationale

Côte d’ivoire:Un proche de Gbagbo nommé Ambassadeur de côte d’ivoire à l’issue du conseil des ministres du 09 Octobre 2019

Publié

activé

Le professeur Alphonse Sahi Voho
Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

Par Leadernews, le 12 Octobre 2019.

Le professeur Alphonse Voho Sahi ex homme de main et conseiller spéciale de Laurent Gbagbo est l’ambassadeur de la côte d’ivoire en Algérie  depuis le 09 octobre dernier.

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Côte d’Ivoire/Laurent Gbagbo et Simone Gbagbo : Le divorce ou l’art de la guerre entre époux ?

Publié

activé

Simone Ehivet Gbagbo et L'ex-président Laurent Gbagbo

Par Leadernews, 10 Octobre 2019

Tous les phares de l’actualité politique ivoirienne étaient braqués sur la rencontre et les jalons de l’alliance Gbagbo-Bédié en vue de l’élection présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire. Mais, une absente de marque: Simone Gbagbo.

L’ex première dame de Côte d’Ivoire  n’était pas présente lors de la rencontre entre Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, le 29 juillet à Bruxelles. Le signe d’une marginalisation de Simone, selon les observateurs.

Pour donner un peu plus encore de solennité à la rencontre, les deux anciens présidents ont tenu à ce que leurs épouses soient présentes. Henriette Konan Bédié et Nady Bamba, la deuxième femme de Laurent Gbagbo, qui ne se connaissaient pas jusque-là, ont ainsi pu nouer de premiers liens lors du déjeuner.

L’ex-première dame Simone Gbagbo, restée à Abidjan, a été tenue à l’écart des préparatifs de la rencontre. Ce qui vient confirmer les rumeurs qui bruissaient sur les tensions du couple et une procédure du divorce qui était engagée par Laurent Gbagbo.

En février 2019, l’information s’est répandue comme un virus sur la toile : ” Laurent Gbagbo demande le divorce “. Mais l’avocat principal de l’ex-première dame ivoirienne, Simone Gbagbo, Me Rodrigue Dadjé avait  démenti dans un communiqué.

« En ma qualité d’avocat principal de Mme Simone Ehivet Gbagbo, je n’ai pas eu connaissance d’une telle information et personne ne peut m’en rapporter la preuve », a déclaré  Me Dadjé, expliquant qu’en« Côte d’Ivoire, pour présenter sa demande de divorce à son conjoint, il faut d’abord la présenter en personne au juge matrimonial ivoirien ».

Poursuivant, l’avocat avait fait savoir qu’il faut que la personne qui veut divorcer, comparaisse en personne, elle-même et non par le biais d’un tiers devant le juge matrimonial siégeant en Côte d’Ivoire. « Monsieur Gbagbo ne peut techniquement donc pas avoir entrepris une telle démarche» puisqu’il est en Europe depuis novembre 2011, avait  soutenu l’avocat.

Toutefois, depuis que Gbagbo est allé s’installer en Belgique, beaucoup de rumeurs circulent qu’il vit  avec Nady Bamba. Et depuis la sortie de prison de Laurent Gbagbo , Simone Gbagbo n’y est pas allée.

Simone est la première épouse de Laurent Gbagbo. Elle avait déjà trois filles dans sa première  union  avant d’épouser Laurent Gbagbo avec qui elle a deux filles. Quand Laurent Gbagbo a pris Nady comme deuxième épouse, la guerre a commencé entre les deux femmes, chacune ayant ses temps forts. En 2008, c’est Simone qui contrôlait le jeu. En 2010, lors de la campagne présidentielle, c’est Nady qui a repris la possession du ballon avec son agence de communication. Mais lors de la prestation de serment, c’est Simone qui est apparue sur le podium.

On croyait le match terminé. Que non! Laurent Gbagbo a été envoyé en prison à la Haye et Simone détenue en Côte d’Ivoire où elle a été libérée après 7 ans. Quelques temps après, Laurent Gbagbo a aussi été libéré sous condition par la CPI avec interdiction de rentrer en Côte d’Ivoire. Et c’est la CPI, prenant le rôle de la juge de conciliation conjugale, qui a imposé à Laurent Gbagbo de trouver asile en Belgique où se trouve sa deuxième épouse. Nady a repris   le dessus. Et c’est elle qui s’est affichée avec Gbagbo lors de sa rencontre avec Bedié. Ce n’est pas anodin.

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo a demandé à plusieurs de ses proches collaborateurs de se tenir à distance de son épouse, Simone Gbagbo. Le patron du Front populaire ivoirien (FPI) « tendance Gbagbo », Assoa Adou, évite ainsi soigneusement l’ancienne première dame depuis plusieurs semaines.

Les dernières initiatives de celle-ci ont particulièrement agacé l’ex-président. Depuis début septembre, Simone Gbagbo multiplie les tournées très politiques  dans le pays début octobre, elle a mis en musique l’accueil de plusieurs exilés politiques, tous militants du FPI.

L’ancien président peine toujours autant à unifier son parti à l’approche de la présidentielle de 2020. Le président statutaire du FPI, Pascal Affi N’guessan, continue de refuser de démissionner de son poste, condition posée par Laurent Gbagbo pour renouer avec son ancien premier ministre. Ce dernier, qui est arrivé à Bruxelles le 7 octobre pour un séjour de quelques jours, ne devrait pas rencontrer son ex-mentor.

Source : LC N˚809 Paris, le 09 Octobre 2019, Confrère cJ. RÉMY NGON Coups francs.

Comments

comments

Continuer la lecture

Economie

Côte d’Ivoire/ La preuve du bidouillage des chiffres pour caher la réalité aux ivoiriens

Publié

activé

https://classroomclipart.com/clipart-view/Clipart/Government_Clipart/budget-deficit-clipart-2_jpg.htm

Par LIDER News/ 07 Octobre 2019

Dans un article mis en ligne le 4 octobre 2019, et retweeté par Mamadou Koulibaly, l’agence Ecofin nous annonçait que «selon les données du ministère ivoirien de l’économie, la Côte d’Ivoire a enregistré un déficit budgétaire s’élevant à 364 milliards FCFA (606 millions $) au premier semestre 2019. Ce montant est en dessous des prévisions qui indiquaient un niveau de 427 milliards (714 millions $) au cours de cette période, soit un effort de contraction du déficit budgétaire de 63,2 milliards FCFA (105 millions $). Le financement de ce déficit, ainsi que d’autres opérations non précisées dans le document, a été effectuée via un recours aux marchés monétaires et financiers pour un montant de 988,4 milliards FCFA (1,6 milliard $), contre un niveau prévisionnel de 950,5 milliards FCFA (1,5 milliard $).»

Ces chiffres et cette formulation n’ont pas manqué d’interroger le candidat de LIDER à la présidentielle de 2020, qui les a qualifiés de «curieux», suivi en cela par de nombreux internautes. «Je ne comprends pas. Donc ils ont pris crédit de 988 milliards pour boucher un trou de 364 milliards? Comment c’est possible ça? Vraiment je ne comprends plus rien, les maths sont devenues mystiques», a ainsi twitté l’un d’entre eux, @lefrereblack.

Ils ont raison de s’interroger, car la dette publique est le stock de financement nécessaire pour financer le déficit budgétaire. Si le déficit est de 364 milliards fcfa, l’endettement pour le financer ne peut pas être 988 milliards fcfa. Si non un des deux montants est faux. Si, en revanche, l’endettement obtenu est de 988 milliards fcfa, il sert à financer le déficit budgétaire, qui ne peut donc être inférieur à la dette. Dans ce cas, aussi l’un des chiffres est faux.

Le ministre de la construction et gendre d’Alassane Dramane Ouattara, Bruno Nabagne Koné, qui a par le passé prouvé à maintes reprises qu’il était loin d’être un as en économie, a jugé utile d’affirmer que «la dette ne sert pas qu’à la couverture du déficit. Elle est également contractée pour couvrir des besoins budgétaires courants non couverts (par exemple) par les ressources fiscales et douanières. Il s’agit ici de ressources d’emprunts, auxquelles tous les pays ont recours…»

Évidemment, cette réponse absconse n’a pas manqué de faire tiquer la twitto @MyriamYele, qui a réagi en demandant à Bruno Koné de bien vouloir définir lesdits «besoins budgétaires courants non couverts…»

Sans surprise, le ministre et ex porte-parole du gouvernement a préféré prendre la tangente en prétextant qu’il lui était «difficile en 280 caractères de faire un cours, même sur une question aussi basique» et en suggérant à Myriam «de lire quelques livres d’économie, de macroéconomie ou de comptabilité budgétaire, ou même + simplement, de parcourir le budget» pour avoir la réponse à sa question.

S’il avait été taggé, le Professeur Koulibaly, brillant économiste et que l’on sait fin pédagogue, aurait sans doute pu expliquer très simplement à Bruno Koné que ce sont justement les besoins budgétaires courants non couverts par les ressources fiscales et douanières sur une période donnée que l’on appelle déficit budgétaire pour ce qui concerne l’Etat, et déficit public pour ce qui concerne la situation du secteur public (les administrations publiques centrales, l’administration territoriale et les administrations de sécurité sociale). Il lui aurait également appris que l’État ne recourt à l’emprunt que pour couvrir son déficit, c’est-à-dire quand les recettes de l’État (avant emprunt) sont inférieures à ses dépenses (avant remboursement de dettes), et donc que son solde budgétaire est négatif.

Tout porte à croire que le gouvernement Ouattara manipule les chiffres et induit en erreur l’opinion, comme s’il y avait camouflage de déficit budgétaire dans de pseudo «autres opérations non précisées».

En effet, la question n’est pas de dire que le déficit est maitrisé, car les réalisations sont inférieures aux prévisions. Il s’agit d’expliquer pourquoi, pour financer un déficit de 364 milliards fcfa, le gouvernement Ouattara a été obligé de s’endetter à hauteur de 988 milliards fcfa, et comment expliquer qu’il ne considère pas ce dernier chiffre comme le montant réel du déficit budgétaire, auquel cas le déficit prévu aurait été dépassé de 988-427 = 561 milliards, soit un dépassement de plus de 131%.

Soit les chiffres du gouvernement Ouattara sont trafiqués pour cacher la réalité du déficit budgétaire au premier semestre 2019, soit les chiffres de l’article sont incorrects. À moins que nous ne soyons tous incapables de comprendre des choses simples.

Comments

comments

Continuer la lecture
Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances