Restons en contact

Nationale

Reforme CEI-Côte d’Ivoire: LIDER exclu des travaux

Publié

activé

"LIDER est le seul parti politique qui a rédigé, diffusé et mis à la disposition de l’opinion et du gouvernement, un projet de réforme de la commission électorale (CEI)" Monique Gbekia, présidente de LIDER

Alors qu’il a été, par courrier, invité à une réunion d’échanges par le premier ministre Amadou Gbon, sur la reforme de la commission électorale indépendante (CEI), Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) a vu ses représentants empechés d’accéder aux locaux de la primature.

Nous vous communiquons ci-dessous le Communiqué de Monique Gbekia, présidente de LIDER, à ce sujet.

En date du 17 janvier 2019, le premier ministre a fait parvenir un courrier à la présidente de LIDER pour la convier à la rencontre du gouvernement avec les partis politiques concernant la réforme de la commission électorale (Cei) devant se tenir le 21 janvier 2019 à son cabinet.

En date du 18 janvier 2019, la présidente a accusé réception de l’invitation et fait parvenir au cabinet du premier ministre une copie de la proposition de LIDER concernant ladite réforme, à verser au dossier. (http://lider-ci.org/lavant-projet-de-loi-lider-pour-la-ref…/)

Le même jour, LIDER a été contacté par M. Doumbia du cabinet du ministre de l’intérieur et de la sécurité (20.25.00.31) pour connaître le nom des 3 personnes qui prendront part à la rencontre. Les noms lui ont été communiqués: Monique Gbekia (présidente), Yacourwa Boué Koné (vice-président), Nathalie Yamb (conseillère exécutive du Prof. Mamadou Koulibaly).

Ce matin, alors que la délégation de LIDER se rendait à la réunion, elle a été stoppée à la guérite du premier ministère, sous le prétexte que LIDER ne figurait pas sur la liste. Le cabinet du ministre de l’intérieur a marqué sa surprise par rapport à cette situation, confirmant que la délégation conduite par Mme Monique Gbekia était effectivement sur la liste des participants attendus.

L’adjudant-chef à l’entrée de la guérite de la primature a confirmé qu’instruction leur avait été donnée le matin même de ne pas laisser entrer LIDER.

1. LIDER constate la volte-face inexpliquée du gouvernement et en prend acte.

2. LIDER est le seul parti qui a désigné et investi, lors de son 3e congrès ordinaire de mars 2018, un candidat à l’élection présidentielle de 2020 en la personne du Professeur Mamadou Koulibaly.

3. LIDER est le seul parti politique qui a rédigé, diffusé et mis à la disposition de l’opinion et du gouvernement, un projet de réforme de la commission électorale qui préconise la mise en place d’une Cei exclusivement apolitique, composée de 7 personnes proposées par la société civile, qui seront sélectionnées après des auditions publiques et télévisées en direct par l’Assemblée nationale.

4. LIDER constate que cet état de choses semble effrayer le gouvernement, qui a opté, contrairement aux assertions répétées de consensus et d’inclusion du président de la République, pour une attitude de division et d’exclusion, afin de réaliser son plan commun de conservation du pouvoir à tout prix en 2020, conformément aux déclarations du premier ministre et du ministre d’Etat en charge de la défense ce week-end.

5. LlDER rassure les populations ivoiriennes de son engagement sans faille dans le combat pour l’obtention d’un code électoral et d’une commission électorale crédibles, qui permettront la tenue d’élections source de joie, d’espoir et de stabilité pour la Côte d’Ivoire, et les invite à rester mobilisées dans l’attente des mots d’ordre.

Fait à Abidjan, le 21 janvier 2019

Monique GBEKIA 
Présidente de LIDER

Pour rappel, la CEI a été déclarée en 2016 , par la Cour Africaine des droits humains et des peuples, illégale et non conforme aux droits fondamentaux des populations à décider librement de la gestion de leur société. À quelques mois de l’échéance électorale décisive de 2020, l’injonction de cette cour de justice  ne sembla pas encore avoir été entendu dansles palais d’Abidjan, cela, malgré de nombreuses promesses d’Alassane Ouattara de donner voix à cette décision judiciaire.

Hervé Christ

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 × 26 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Justice

Côte d´Ivoire: Pourquoi 400 millions de fcfa pour des Toges?

Publié

activé

Sansan Kambilé, Garde des Sceaux, ministre de la justice et des droits de l´homme

La remise de toge aux magistrats ivoiriens a eu lieu le samedi 07 Mai 2022. Cette cérémonie de remise de robe s´est déroulée à la salle des pas perdus du palais de Justice du Plateau à Abidjan, en présence du ministre Sansan Kambilé. Des costumes de travail dont le faramineux coût a surpris plus d´un ivoirien.

Dans son allocution le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme a insisté sur l´importance de la toge pour le magistrat en soulignant que  « l’un des outils essentiels de travail des magistrats est le costume. Le costume pour le magistrat revêt un sens particulier : il symbolise la solennité et la dignité rattachées à son serment et à ses obligations de rendre la justice au nom du peuple en toute impartialité. »

M. Sansan Kambilé renchérie est affirmant que : « La justice, en effet, est toujours rendue en robe. Pourtant, que de difficultés pour les juridictions dans la constitution des formations de jugement, liées au déficit de toges. Ce problème est désormais résolu. Chaque magistrat, d’une formation de jugement pourra à présent prendre son audience, en toute sérénité, sans avoir à rechercher une toge. »

Ce qui justifie sans doute  « la remise 468 toges de magistrat d’un montant de 400 millions de FCFA financés par le Budget de l’Etat. Ces toges sont composées de 325 toges noires et de 143 toges rouges. Sur les 468 toges, 287 ont été distribuées dont 195 noires et 92 rouges. Il restera ainsi en réserve 181 toges constituées de 130 noires et de 51 rouges ».

Leadernewsci

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Voilà pourquoi Patrick Achi n’a pas été nommé à la vice-présidence

Publié

activé

Patrick Achi, premier ministre de Côte d'Ivoire

Né le 17 novembre 1955 à Paris, Achi Jérôme Patrick est premier ministre depuis mars 2021, en remplacement de Hamed Bakayoko décédé dans conditions dramatiques. Cet ingénieur de l’École supérieure d’électricité et pur technocrate vient de se voir reconduit comme premier ministre par Alassane Ouattara, président de République de Côte d’Ivoire, alors qu’il était préssenti comme le prochain Vice-président de la République.

Que cache donc cette reconduction ?

Selon des sources bien introduites, Patrick Achi ou encore le blanc de la Mê a été poussé à la démission dans l’optique de recevoir une promotion. Mais c’était sans compter sur les caïds du RDR, avec à leur tête, Cissé Bacongo, qui voit d’un mauvais œil la monté en puissance de ce transfuge du PDCI-RDA (parti d’Henri Konan Bédié). Selon eux, si le président se reteouve dans l’incapacité de diriger la pays, alors que Patrick Achi est Vice-président, ce serait en fait le PDCI-RDA qui assurerait la charge du pouvoir, vu que pour eux, ce dernier n’a jamais vraiment rompu d’avec son ancien parti.

Toujours selon notre source, le président Alassane Ouattara ne ferait également pas entièrement confiance aux caciques du RDR, “à cause de leur ego démesuré,” pour occuper le poste de vice-président de la République. C’est ainsi que le nom Tiemoko Myeliet Koné a été suggéré pour occuper ce poste.

En effet, cet expert- banquier et économiste de formation, né le 26 avril 1949 , était, depuis le 17 août 2014, Gouverneur de la BCEAO, après avoir assuré un intérim de 3 ans. Il est un fidèle des fidèles du président ivoirien et est également renommé pour sa discrétion et son amour le travail bien fait. C’est certainement ce qui a convaincu Alassane Ouatttara à porter son choix sur sa personne, pour occuper le poste de vice-président. Ce qui semble bien ravir, à la fois les caciques du RDR, vu que ce dernier est un fils de Tafiré, au nord de la Côte d’Ivoire, mais aussi les modérés du parti, car il serait un personnage très modéré et très ouvert.

Désiré Amani

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Tiémoko Meyliet Koné, l´ex-gouverneur de la BCEAO, nommé Vice-président

Publié

activé

Tiémoko Meyliet Koné, ex-gouverneur de la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest

Depuis le 13 juillet 2020, suite à la démission de M. Daniel Kablan Duncan, la Côte d´Ivoire n´avait pas de Vice-Président. Pour les Caciques du Rassemblement des Houphouetistes pour Démocratie et la Paix (RHDP) ce poste doit être dévolu à un cadre du nord du pays.

M. Meyliet Koné, qui a dirigé la BCEAO depuis 2011, a été présenté par M. Ouattara devant le Congrès à Yamoussoukro comme étant un « brillant économiste, un technocrate hors pair », un « homme compétent et travailleur » qui a « toute ma confiance ».

Qui est Tiémoko Meyliet Koné ?

Né le 26 avril 1949 en Côte d’Ivoire, précisément à Tafiré, ville située au centre-nord du pays dans la région du Hambol (Katiola), Monsieur Tiémoko Meyliet Koné est marié et père de 5 enfants.

Après ses études supérieures en sciences économiques, Monsieur KONE a finalisé sa formation financière et monétaire au Centre de Formation de la BCEAO de 1973 à 1975 ainsi qu’à l’Institut du FMI à Washington en 1979.

Intégré dans le corps de l’encadrement supérieur de la BCEAO, il a occupé les hautes fonctions dans l’Institution Communautaire.

Cumulativement avec ses fonctions à la BCEAO, M. Koné a été Président du Conseil d’Administration de la Caisse de Retraite par Répartition avec Epargnes de l’UEMOA (CRRAE-UEMOA) de 1996 à 2006.

En 2007, M. Tiémoko KONE a intégré l’Administration Publique ivoirienne au sein de laquelle il a occupé les fonctions de Directeur de Cabinet du Premier Ministre de la République de Côte d’Ivoire, avec rang de Ministre (de 2007 à 2010), de Ministre de la Construction, de l’Urbanisme et de l’Habitat puis, enfin, celles de Conseiller Spécial du Président de la République, chargé des Affaires Economiques et Monétaires.

M. Tiémoko Meyliet Koné a été nommé Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest le 30 mai 2011 par la Conférence des Chefs d’Etat de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine. Son mandat a été renouvelé respectivement en 2014 et 2020.

En sa qualité de Gouverneur de la BCEAO, M. KONE assure la présidence de plusieurs organes de I’UEMOA.

Sur le plan international, M. Meyliet Koné a assuré également la présidence des Organismes ci-après:

  • la conférence des Gouverneurs des pays de langue française
  • le Comité des Gouverneurs des Banques Centrales de la CEDEAO
  • l’Initiative Africaine sur les Politiques de Services Financiers via la téléphonie mobile (AMPI)

Le 13 septembre 2017, il a été élu membre du Conseil d’Administration de l’Alliance pour l’Inclusion Financière (AFI) au sein duquel il a représenté les régions de l’Afrique Subsaharienne, du Moyen-Orient et de l’Afrique du Sud.

Au titre des Décorations, M. Meyliet Koné a reçu les distinctions suivantes

  • Grand Officier de l’Ordre National de la République de Côte d’Ivoire
  • Grand Officier de l’Ordre National du Bénin
  • Commandeur de l’Ordre international des Palmes académiques du CAMES (Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur)
  • Officier de la Légion d’Honneur française
  • Commandeur de l’Ordre National du Mérite pour la Coopération et le Développement de la République de Guinée Bissau

Leadernewsci 

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances