Restons en contact

Internationale

Ce qui deviendra irréversible si Donald Trump est réelu en 2020

Publié

activé

Le Président Américain Donald Trump

Par Claire Tervé, Huffpost 18/06/2019 04:13

 

PRÉSIDENTIELLE 2020 – Un second mandat, sans retour en arrière. Donald Trump doit annoncer, sans grand suspense, le lancement de sa campagne pour un second mandat, ce mardi 18 juin depuis la Floride. Le président américain, qui a eu 73 ans le 14 juin, dit régulièrement son impatience d’en découdre, de replonger dans la bataille électorale pour l’élection de 2020.

 

Si beaucoup veulent croire qu’il a peu de chances d’être réélu à cause des scandales qu’il traîne -notamment avec la Russie- et l’échec de son parti lors des élections de mi-mandat, plusieurs facteurs laissent à penser qu’il a toutes les chances de l’emporter.

 

Même si Trump a de nombreux détracteurs, il ne faut pas oublier qu’il a aussi une base électorale solide. Le fait est qu’il a été élu en 2016 avec un programme très conservateur qu’il met un point d’honneur à respecter. Un élément qui pourrait encourager les électeurs républicains à se mobiliser pour lui. Autre argument qu’il pourra brandir, les chiffres d’une économie désormais florissante. D’autres éléments sont à prendre en considération: les impôts ont baissé et la nation est “en paix”, puisque le locataire de la Maison Blanche a réduit au minimum la présence de son armée dans les pays sous tension. Enfin, d’un point de vue historique, il est très rare que les électeurs empêchent un président sortant de faire un deuxième mandat.

 

Et si tel est le cas pour Trump, plusieurs décisions cruciales qu’il aura prises seront alors irréversibles, ont expliqué au HuffPost Jean-Eric Braana, spécialiste des États-Unis et Donald Cuccioletta, expert en politique américaine basé à Montréal.

 

Ce qui ne pourra plus (ou presque) changer

Les “four more years” ne semblent donc pas inatteignables pour Donald Trump, ce qui lui permettrait de poursuivre et raffermir ses positions, quitte à rendre irréversibles certaines conséquences de ses choix. 

 

“Il va solidifier ses positions, aller encore plus loin dans ses objectifs tels que la construction du mur, la guerre commerciale avec la Chine qui finira par devenir une guerre militaire à terme, ou encore la solidification des relations avec la Corée du Nord qui donnera à cette dernière une plus grande importance”, nous explique Donald Cuccioletta.

 

Et trois autres secteurs subiraient des effets irréversibles.

Le climat

Les conséquences de la politique climatique de Trump et le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris vont peser encore davantage sur le climat. “C’est désastreux, le temps que les États-Unis ne passent pas à se soucier du climat et à contrôler leur consommation de CO2 n’est pas rattrapable. Le temps est compté, le réchauffement climatique fait déjà des ravages, et s’il est réélu, ce temps perdu le sera définitivement”, déplore Jean-Eric Braana.

 

En effet, si Donald Trump gouverne quatre ans de plus, il faudra attendre 2025 pour voir la plus grande puissance mondiale agir contre ses émissions de CO2 (à condition que son successeur s’y attelle). Selon le Global Carbon Project, groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, si la “décarbonisation” avait commencé à l’échelle mondiale en 2000, une réduction des émissions d’environ 2% par an aurait été suffisante pour rester en dessous de 2 degrés Celsius de réchauffement. Aujourd’hui, il faudrait environ 5% par an et si nous attendons une autre décennie, ce sera environ 9%.

 

De plus, selon le GCP, pour avoir une chance de maintenir le réchauffement planétaire en dessous de 1,5 degrés Celsius -objectif de l’Accord de Paris sur le climat- il faudrait que d’ici 2030, les émissions de CO2 chutent d’environ 45% par rapport aux niveaux de 2010. Malheureusement, au lieu de diminuer, elles sont en hausse. Ce n’est donc pas gagné.

 

La course à l’armement

La guerre règle tous les problèmes. Cest la façon de penser de John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Trump. Et ce dernier a décidé de prendre cette phrase pour argent comptant. Il vient de lancer une course à l’armement qu’il sera impossible d’arrêter”, regrette Donald Cuccioletta.

 

En effet, selon lui, les attaques du président contre les alliances des États-Unis et le retrait unilatéral des traités de contrôle des armements ont rendu le monde beaucoup plus dangereux. “Nous sommes dans une période très peu sécurisante et sous tension”, assure le spécialiste. Car, après avoir sorti les États-Unis de l’accord nucléaire iranien -portant ainsi gravement atteinte à la réputation des USA en tant qu’allié et partenaire de négociation-, Trump n’a pas réussi à prendre le dessus dans sa relation avec la Corée du Nord (qui est aujourd’hui plus ou moins au point mort). Il laisse ainsi Kim Jong-Un sans contrôle et avec une position internationale plus forte car il n’a pas plié face à la grande puissance.

 

“S’il est réélu, plusieurs pays pourront choisir de se doter d’armes nucléaires, en particulier ceux situés dans des régions qui ont eu recours aux garanties de sécurité américaines, telles que le Moyen-Orient et l’Asie du Nord-Est”, note The Atlantic. Un scénario qui signerait l’arrêt de mort du régime mondial de non-prolifération que les États-Unis et L’UE avaient réussi à mettre en place.

“Le Brésil est en train de se doter de l’arme nucléaire avec l’aide de Trump également”, confie Donald Cuccioletta. Et une fois qu’un pays est doté de l’arme atomique, il est trop tard pour revenir en arrière.

 

 L’équilibre de la Cour suprême

Donald Trump a placé deux juges conservateurs à la Cour suprême: Neil Gorsuch, anti-IVG, pro-armes et pro-peine de mort, et le controversé Brett Kavanaugh. L’arrivée de ce dernier a placé les juges progressistes -quatre sur neuf- en minorité pour de nombreuses années.

 

Lors de ce deuxième potentiel mandat, ce déséquilibre pourrait encore s’aggraver: la doyenne de la Cour suprême, Ruth Bader Ginsburg, 86 ans et atteinte d’un cancer, a promis de tenir jusqu’à la fin du premier mandat de Trump… Mais il est peu probable qu’elle soit là pour quatre années de plus.

 

Si elle venait à décéder, l’institution perdrait une grande juge progressiste démocrate et le président pourrait placer un troisième juge conservateur, scellant ainsi pour de très nombreuses années l’avancée des conservateurs. À noter également que le juge démocrate Stephen Breyer aura 82 ans en 2020, “mais il est encore en bonne forme, donc je pense qu’il sera là pour un éventuel second mandat”, estime Donald Cuccioletta.

 

Cela ne sera pas sans conséquences, notamment pour les droits des femmes. On l’a vu, ces dernières semaines, plusieurs États américains ont adopté des mesures ultra-restrictives sur l’IVG. Leur objectif: obliger la Cour suprême à revoir sa jurisprudence de 1973, contenue dans l’arrêt “Roe v. Wade”, fixant la constitutionnalité du droit à l’avortement. Une hypothèse tout à fait plausible avec une Cour suprême majoritairement conservatrice.

 

La “toute puissance” de Trump

Grâce aux deux juges qu’il a pu placer à la Cour suprême, Donald Trump a davantage le champ pour agir. Toutefois, depuis 2018, il n’a pu réellement faire passer de nouvelles lois car il a perdu la chambre des Représentants lors des élections de la mi-mandat. Il utilise donc les décrets pour pouvoir agir. Il n’est toutefois pas impossible qu’il récupère cette chambre lors des élections qui suivront la présidentielle de 2020.

 

“Mais il ne faut pas se voiler la face, selon Donald Cuccioletta, même s’il ne la récupère pas, il ne faut pas oublier que la chambre des Représentants, à majorité Démocrate, comporte aussi en son sein des conservateurs qui peuvent être enclins à accepter certaines lois que proposera Trump. Il n’a peut-être plus autant le champ libre qu’avant, mais cela ne l’empêchera pas de faire passer des lois conservatrices”.

 

L’expert pense notamment à la lutte acharnée contre l’avortement, ou encore les restrictions visant la communauté LGBTQ, en particulier contre les personnes Trans.

“Il faut se dire aussi que s’il est réélu, Donald Trump sera tout puissant. Il aura prouvé d’une part que son élection en 2016 n’était pas une erreur et d’autre part que les Américains veulent la politique qu’il propose. Ensuite, sa victoire remettra en cause le parti démocrate de l’intérieur. Le parti va imploser face aux dissensions internes, chacun se rejetant la faute sur l’autre. Ce sera une période très difficile pour la politique américaine”, conclut pour sa part Jean-Eric Braana.

Comments

comments

Internationale

Burkina Faso: L’état major adopte des mésures restrictives relatives à son espace aérien

Publié

activé

Sukhoi su-35 - image d'illustration

Par Leadernewsci, le 19 Novembre 2019

L’état-major de l’armée burkinabè a demandé à la France et aux autres pays intervenant dans le pays, de l’informer désormais de tout déplacement d’aéronefs, faute de quoi ceux-ci seraient considérés comme « ennemis ».

« Des aéronefs non identifiés survolent nos bases et zones d’opération. (…) Désormais, des instructions ont été données aux unités déployées pour qu’ils soient considérés comme ennemis et traités comme tel », a écrit le chef d’état-major général des armées du Burkina Faso, le général de brigade Moïse Miningou, dans un courrier adressé le 15 novembre à l’attaché de défense de l’ambassade de France à Ouagadougou.

« Par conséquent, nous vous prions de bien vouloir nous informer 48 heures à l’avance, de tout déplacement de vos aéronefs dans ces zones et en coordination avec l’Armée de l’Air et l’État major général des armées », assène le général. Le texte, qui a fuité sur les réseaux sociaux, a enflammé la toile burkinabè, sur fond de montée d’un sentiment anti-français dans un Sahel où la situation sécuritaire s’aggrave.

Voici-dessous le document officiel

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Pour avoir critiqué le Franc CFA, une panafricaniste est interdite de voyage en France et fichée S

Publié

activé

Nathalie Yamb, conseillère spécial du professeur Mamadou Koulibaly

Par Leadernewsci, le 10 Novembre 2019

La Lettre du continent révèle que la panafricaniste Nathalie Yamb est interdite de voyage en France et fichée S pour ses liens avec La Russie .

La note Fichée  S est attribuée par les services de renseignement français pour désigner un individu qui est suspecté de porter atteinte à la sécurité ou l’ordre publics en France. On y trouve à l a fois des terroristes, des activistes écologistes ou de simples manifestants Gilets jaunes comme Eric Drouet.

En outre, après son discours vigoureux et véridique prononcé au Sommet Russie Afrique de Sotchi, l’encyclopédie numérique Wikipedia a désactivé sa biographie en ligne .

Voici les odieux agissements de la France qui se prétend terre des droits de l’homme mais intimide ceux qui refusent de faire ses éloges ou révèlent ses pratiques criminelles en Afrique quelle veut occulter . Où est la différence entre ses méthodes et celles des dictatures quelle prétend combattre ?

Source: Pour le panafricanisme

***********************

Mon pays de cœur se désintègre, sous nos yeux. 700 morts dus aux attaques terroristes au Burkina Faso depuis 2015, et Florence Parly, ministre des armées françaises, dit qu’il faut qu’on fasse preuve de patience face à l’hydre qui décime à tout va, à coups de bombes, de kalachnikovs et de mines qui explosent. 700 morts, alors que 4.500 militaires français sont stationnés là-bas depuis 2014. Ce n’est même pas à elle que j’en veux. C’est contre ceux qui pensent que Barkhane et G5 Sahel sont là pour combattre les terroristes que je suis en colère.

«Nous voulons le démantèlement des bases militaires françaises qui, sous le couvert d’accords de défense bidons, ne servent qu’à permettre le pillage de nos ressources, l’entretien de rébellion, l’entraînement de terroriste et le maintien de dictateurs à la tête de nos États». Je crois qu’à Sochi, j’avais tout dit.

Pensées attristées à celles et ceux qui ont été brutalement arrachés à l’affection de leurs proches et aux blessés aux stigmates indélébiles. La mort a assez gagné. Il est temps que ce soit la patrie qui vainc. Courage au peuple Burkinabè. Salif Diallo, tu nous manques! #RIP 🇧🇫💔

Nathalie Yamb

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Droit de réponse: “Facebook n’a aucun respect pour les africains” Haumar Sory (LIDER)

Publié

activé

Haumar Sory, Délégué régional à l'implantation de LIDER pour la Suisse et l'Italie

En réaction à la sortie récente du média social Facebook, relative à des activités de manipulation de l’opinion depuis la Russie et à destination de certains pays, Haumar Sory, Délégué régional de LIDER en Suisse et en Italie, nous a transmis un droit de réponse que nous publions pour vous. Bonne lecture.

Dans un article exclusif, intitulé « Facebook dénonce des campagnes de manipulation menées en Afrique depuis la Russie », publié par “Jeune Afrique, le 30 Octobre 2019, nous lisions “Le géant de la Silicon Valley (Facebook) a identifié en particulier trois campagnes de manipulation de l’opinion publique menées à partir de 2015 sur Facebook et Instagram, depuis des comptes situés en Russie. Les opérations auraient visé les utilisateurs de huit pays africains, dont la RDC, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, la Centrafrique et Madagascar… ”

Joignant l’acte à la parole, nous avons pu constater que Facebook a bloqué la page Facebook de l’Ong AFRIC (Association pour la Recherche Libre et la Coopération Internationale) qui est une communauté de chercheurs, enquêteurs, experts, et activistes qui ont pour but de mettre sur pieds une plateforme pour la diffusion d’information objectives, d’analyses pertinentes, de point de vue sur des sujet d’actualité ; en établissant la communication et l’interaction. Les comptes Facebook de leaders de cette association ont même été supprimés.

Nous exprimons toute notre indignation et condamnons avec la dernière énergie cet acharnement de l’entreprise de Mark Zuckerberg contre la lutte souverainiste africaine, de façon générale, et contre cette l’Ong AFRIC, en particulier. En effet, cette organisation est une  actrice majeur de la lutte africaine pour l’éveil des consciences contre ce système colonialiste et impérialiste entretenu par certaines nations occidentales qui prend en otage, depuis des siècles, les droits fondamentaux à la liberté, à l’éducation, à la santé et au bien-être des peuples d’Afrique par le maintien à la tête de leurs Etats des laquais à coups de rébellion, de coup d’Etat, d’élections truquées et même de complots terroristes, pour mieux organiser le pillage des ressources du continent.

Nous sommes d’autant plus surpris que cette « information exclusive » du media « Jeune Afrique », caisse à résonnance et outil de propagande et de manipulation par excellence de l’opinion en Afrique, à la solde des impérialistes, apparaisse au lendemain du sommet historique Russie-Afrique consacré justement à la mise en place de mécanismes techniques et économiques pour aider l’Afrique à gagner le combat de sa souveraineté. Nous savons aussi que pendant ce sommet, des panafricanistes, comme Nathalie Yamb, conseillère exécutive de Mamadou Koulibaly, le candidat de l’alliance du peuple, à la présidentielle en 2020 en Côte d’Ivoire, Kemi Seba, et des organisations de la société civile comme AFRIC, ont brillamment travaillé à exposer au monde entier la face hideuse de tous ces mécanismes néocolonialistes, comme le Franc CFA, comme l’occupation militaire, qui entretiennent la pauvreté et le désespoir en Côte d’Ivoire, au Cameroun et en République Centrafricaine, pour ne citer que ceux-là.

Il ne fait donc l’objet d’aucun doute que cette sortie du réseau social Facebook n’est qu’une autre tentative de manipulation de l’opinion africaine et internationale, une contre-offensive désespérée devant l’écho retentissant du discours magistral, mémorable et historique de Nathalie Yamb à Sotchi,  tant dans les milieux africains intellectuels et populaires que dans le monde diplomatique. Il n’y a qu’à remarquer la liste des pays évoqués dans l’article de “Jeune Afrique” pour s’en rendre compte. Ils sont tous d’Afrique  francophone; alors que nous avons encore en mémoire le quart d’heure difficile et humiliant pour la diplomatie française qu’a été le discours de la désormais héroine de Sotchi, Nathalie Yamb.

Notre indignation est d’autant plus grande, que Facebook s’arroge le droit de décider des informations qui sont bonnes ou pas pour l’Afrique. C’est une grave atteinte à la liberté d’opinion et un mépris vis-à-vis de la capacité de discernement des africains. Cette attitude grossière, irrespectueuse et à tout point de vue offensante s’inscrit dans la ligne droite de la pensée grégaire colonialiste et impérialiste qui prétend toujours savoir ce qui est bon pour l’Afrique. Ceci n’est rien d’autre que la pérennisation de cette culture de manipulation de la conscience collective africaine et mondiale, ayant justifié, des siècles durant, les agressions et les barbaries esclavagistes, impérialistes et colonialistes en Afrique, et qui tendait à faire passer les peuples africains comme des sauvages barbares et ignorants à qui l’on doit apporter la civilisation. N’est-ce pas là, l’hôpital qui se moque de la charité quand on sait que l’une des premières civilisations les plus anciennes qu’à connues le monde est africaine (4000 ans avant JC) ; à une époque où les ancêtres de Mark Zuckerberg vivaient reclus dans des grottes, dans des sociétés barbares qu’aucune autre partie du monde n’ait jamais connue ?

Nous invitons Facebook donc à se ressaisir incessamment et à témoigner beaucoup de respect à l’endroit de l’opinion africaine à l’avenir. Nous sommes un peuple mature, responsable, rempli de valeurs et qui sait clairement et précisément ce qu’il veut : la fin de l’ingérence de l’occident l’impérialiste dans le choix de son mode de vie culturel, social, politique et économique. Si Facebook a décidé de faire allégeance au camp des fossoyeurs du droit au bien-être des populations africaines,  qu’il comprenne que l’étincelle que Sotchi, à travers le discours de dame Nathalie Yamb,  a fait jaillir dans l’opinion en Afrique, particulièrement auprès des jeunes générations, n’est que le résultat d’un ras-le-bol généralisé qui végète depuis longtemps, et en même temps, le début d’une ère nouvelle, le début du processus irréversible du crépuscule du diktat de l’envahisseur impérialiste, pour l’aube d’une souveraineté et d’une indépendance non négociable en Afrique. Alors bien choisir son camp et rester rigoureusement fidèle au statut de plateforme de libre opinion qu’elle revendique, pourrait être déterminante pour l’avenir de l’entreprise de Mark Zuckerber.

C’est le lieu pour nous, d’inviter tous les souverainistes et panafricanistes africains, experts et spécialistes, revendiquant des compétences en création et développement web de se mettre ici et maintenant à la disposition de la cause africaine, par l’initiation d’un projet de réseau social, propre à l’Afrique, pour les 1,3 milliards d’africains. Ce réseau sera à tout point de vue décisif pour la suite combat.

Haumar Sory

Délégué Régional à l’implantation

LIDER SUISSE-ITALIE

Comments

comments

Continuer la lecture
Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances