Restons en contact

Internationale

TCHAD: Mahamat Idriss Deby prend la tête du pays, le scénario Kabila se dessine

Publié

activé

Général Mahamat Idriss Deby, Chef du Conseil Militaire Tchadien

Tchad – Quelques heures après la mort dans des circonstances troubles, du Maréchal Idriss Deby Itno, President de la République recemment réelu, son fils Mahamat Idriss Deby Itno Prend les rênes du pays et mène le combat face aux FACT(Front pour l´Alternance et la Concorde au Tchad).

Le général Azem Bermandoa Agouna, Porte-Parole de l´armée, a déclaré dans un communiqué lu à l’antenne de la Radio nationale, peu de temps après qu’il eut annoncé ce mardi la mort du chef de l’Etat le Maréchal Idriss Deby Itno, la mise en place du Conseil Militaire dirigé par le général Mahamat Idriss Déby Itno fils du President Tchadien à peine réelu “mort dans des combats contre les rebelles dans le Nord”.
Une charte dénomée Charte de Transition a été promulguée par le Conseil Militaire (CM), sans qu´on en sache grande chose de son contenu.
Qui est Mahamat Idriss Deby Itno qui à 37 ans dirige le pays?
Général quatre étoiles, Chef de la Direction Générale des Services de Sécurité des Institutions de l’Etat (DGSSIE)- la Garde présidentielle tchadienne, Mahamat Idriss Deby Itno est né en 1984. Il a été élévé par sa grand-mère partenelle, pour cette raison il porte comme surnom  Mahamat-Kaka  “kaka” qui signifie “grand-mère ” en arabe tchadien.

Mahamat a fait sa formation militaire au Groupement des écoles militaires interarmées du Tchad, puis a fait un bref passage au lycée militaire d’Aix-en-Provence (Trois mois). Dès son retour au pays, il entre dans la Direction générale de service de sécurité des institutions de l’État (DGSSIE), la garde républicaine.

En mai 2009, il participe à la bataille victorieuse d’Am-Dam contre une coalition rebelle menée par Timan Erdimi, dans l’est du Tchad. En 2010, il devient le commandant de l’escadron blindé et des gardes du corpsde la DGSSIE. En 2012, il est nommé à la tête du groupement numéro 1 de la DGSSIE, chargée de la sécurité du palais présidentiel.

En 2013, il est nommé au poste de commandant en second des Forces armées tchadiennes en intervention au Mali (Fatim), dans le nord du Mali, sous les ordres du général Oumar Bikomo. Il participe également à la bataille du Tigharghâr.

À 37 ans Mahamat Idriss Deby Itno prend la tête du Conseil Militaire de Transition devenant le nouvel homme fort du pays.

Leopold VII Abrotchi

Comments

comments

Internationale

“Napoléon et De Gaulle étaient des putschistes” Nathalie Yamb

Publié

activé

Nathalie Yamb, miitante panafricaine souverainiste et Conseillère exécutive du Professeur Mamadou Koulibaly. CREDIT PHOTO: LeadernewsCI

L’abeille panafricaine souverainiste, Nathalie Yamb, a encore piqué Emmanuel Macron, pour son deux poids, deux mesures, devant les putschistes en Afrique.

Dans une video, elle expose les inconhérences du président français, mais aussi de la communauté internationale, devant les putschistes au Mali et au Tchad.

Elle a aussi invité Assimi Goïta, nouvel homme fort du Mali, à profiter de la pléiade de sanctions dont le Mail fait l’objet pour s’émanciper définitivement de la tutelle française.

Hervé Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

CEDEAO – Mali: la première victoire du nouveau Chef d’Etat Malien

Publié

activé

Assimi Goïta, Chef d'Etat du Mali

Réunis expressément hier, dimanche 30 mai 2021 à Accra (Ghana), en sommet extraordinaire sur le Mali, les Chefs d’Etat de la CEDEAO ont pris position sur la question malienne.

En effet,  Après de longs débats sur la situation au Mali, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont prix les décisions suivantes:

a. Réaffirmer l’importance et la nécessité de respecter le processus démocratique d’accession au pouvoir, conformément au Protocole de la CEDEAO de 2001 sur la démocratie et la bonne gouvernance. Ils condamnent en particulier toutes les actions qui ont conduit à l’instabilité persistante au Mali, et ses conséquences dans la région ;

b. Décider de suspendre le Mali des institutions de la CEDEAO conformément aux dispositions de la CEDEAO ;

c. Appel à la nomination immédiate d’un nouveau Premier ministre civil ;

d. Un nouveau gouvernement inclusif devrait être formé pour poursuivre le programme de transition ;

e. Réaffirmer la nécessité de respecter la période de transition de 18 mois décidée à Accra. Dans ce contexte, la date du 27 février 2022 déjà annoncée pour l’élection présidentielle doit être absolument maintenue. Un mécanisme de suivi sera mis en place à cet effet;

F. Réitérons les décisions antérieures selon lesquelles le chef de la transition, le vice-président et le premier ministre de la transition ne devraient, en aucun cas, être candidats à la prochaine élection présidentielle ;

g. Réaffirmer le soutien de la CEDEAO pour accompagner le processus de transition au Mali.

h. Exhorter tous les partenaires internationaux (Union africaine, Nations Unies et Union européenne) à continuer d’accompagner le Mali vers la réussite de la mise en œuvre de la transition ;

i. Félicitez et encouragez le Médiateur à persévérer dans ses efforts de médiation et à rester saisi de la situation au Mali à travers le Comité Local de Suivi.

Comme vous l’auriez sûrement constaté, aucune sanction économique n’a été prise contre le Mali. Et l’injonction de nomination d’un premier ministre n’est que l’enterinement de la proposition de Assimi Goïta au mouvement de la société civile M5, pour occuper ce poste.

En sus, la CEDEAO, qui se dit prête à accompagner la transition au Mali, a même invité la communauté internationale à la suivre dans cette veine, déboutant ainsi au passage Emmanuel Macron, qui n’a cessé de menacer le Mali avant le début du sommet.

Les conclusions du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernements autorisent de fait le nouvel homme fort du Mali à conduire la transition. C’est donc une première victoire pour Assimi Goïta, arrivé au pouvoir après deux coups d’Etat.

Hervé Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Le Colonel Assimi Goita, Chasse Godluck Jonathan et la délégation de la CEDEAO

Publié

activé

Colonel Assimi Goita, Vice-Président du Gouvernement de transition malien

Mali 25 mai 2021 – Après le Coup d´État qui a vu le Président et le Premier-Ministre de la transition mis en détention les condamnations fusent de toute part et les menaces de sanctions avec. En face, l´homme fort du pays semble avoir choisi le bras de fer avec la communauté internationale.

Depuis hier, comme il fallait s´y attendre le Mali subit une pluie de condamnations et de sanctions, comme cela est de coutume en pareille circonstance. Déjà la France, l´Union Africaine et la CEDEAO ont unanimement condamné le nouveau coup d´État.

Le Président français Emmanuel Macron, a d´ailleurs menacé de sanctions ciblées sur les commanditaires du coup d´État c´est-à-dire le Colonel Assimi Goïta et ses hommes.

A Bamako la situation se durcit, la junte militaire reste intraitable. La délégation de la CEDEAO conduite par l´ancien président du Nigéria, Jonathan Goodluck, arrivée hier matin dans la capitale malienne, a été éconduite. La rencontre entre Goodluck Jonathan et le vice-président Assimi Goïta annulée et renvoyée à une date ultérieure, selon une source.

La CEDEAO avait déjà été contestée par la junte en Aout dernier lors du Putsch contre le Président Ibrahim Boubacar Keita.

Assimi Goita a le dos au mur, il faudra vite mettre en place un nouveau gouvernement civil ou civilo-militaire pour calmer la communauté internationale.

Leadernewsci

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances