Restons en contact
Campagne #MamKoul2020

Nationale

Grève des écoles: “Il y a péril sur l’avenir de la Côte d’Ivoire” Monique Gbekia, présidente LIDER

Publié

activé

À quelques jours de l'anniversaire de son premier mandat à la tête de Liberté et Démocratie pour la République en Côte d'Ivoire (LIDER), nous avons rencontré pour vous Monique Gbékia (au milieu sur cette photo), présidente de LIDER, et abordé avec  elle les axes prioritaires de ses actions et l'actualité politique et sociale en Côte d'Ivoire.

À quelques jours de l’anniversaire de son premier mandat à la tête de Liberté et Démocratie pour la République en Côte d’Ivoire (LIDER), nous avons rencontré pour vous Monique Gbékia, présidente de LIDER, et abordé avec  elle les axes prioritaires de ses actions et l’actualité politique et sociale en Côte d’Ivoire. Entretien

Bonjour Madame la présidente. Dans quelques jours vous aurez passé un an à la tête de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER). Quel bilan pouvez-vous faire de votre première année de mandat à la tête de ce parti ?

Merci pour la question. Mon mandat est placé sous le signe de la continuité de la vision du Professeur Mamadou Koulibaly, fondateur du parti. Autrement dit, faire la promotion du projet de société, le faire adopter par les populations. Mais en même temps, mon rôle est le recrutement de personnes capables de sécuriser le vote de notre candidat pour 2020, et ça, nous nous y attelons. Les résultats sont satisfaisants.

Sécuriser le vote de votre candidat, le professeur Mamadou Koulibaly en 2020, suppose une implantation de votre parti partout en Côte d’Ivoire, quel est donc le bilan de votre parti à ce niveau ?

En matière d’implantation, le travail est permanent. Toutefois, noter que LIDER est largement implanté en Côte d’Ivoire et de plus en plus dans la diaspora depuis 2018 avec des représentants très engagés. La sécurité du vote d’un candidat relève de certains parmi nous et qui sont capables d’oublier de manger tellement l’objectif est vital pour eux. Autrement dit, de vrais commandos qu’il faut extraire parmi les militants, voir des sympathisants, car contrairement à l’opinion commune, une élection présidentielle ne se gagne pas avec seulement ses militants. Bref, le fichier des adhésions 2019 est très rassurant et concerne plus d’un millier de nouveaux adhérents.

LIDER a donc résolument le regard tourné vers 2020. Cette échéance s’annonce aussi avec un nouveau paysage politique. La libération du président Gbagbo, l’éclatement du RHDP en trois tendances. Comment LIDER appréhende donc stratégiquement 2020 par rapport à ce nouveau paysage ?

Cette recomposition du paysage politique est en réalité une bonne chose dans la mesure où cela permet aux populations de mieux faire leur choix parmi les différentes offres politiques et les hommes qui portent ces offres. LIDER est à l’aise dans une ambiance comme celle -ci, car les arguments abondent en dehors du projet de société.

On ne peut parler de 2020 sans aborder la question de la Commission électorale indépendante. Récemment vous avez porté la question de son inégalité devant le Conseil Fédéral Suisse par le biais du parti socialiste suisse, votre allié au sein de l’alliance progressiste mondiale. Pensez-vous que cela n’ait pas plu au gouvernement à telle enseigne qu’il ait exclu LIDER de l’entame des consultations pour la réforme de la CEI ?

Vous avez raison, la commission électorale joue un rôle majeur d’où la question de son indépendance organique, fonctionnelle et financière pour lesquelles LIDER se bat à travers ses structures de la diaspora. Je profite de votre micro pour féliciter et remercier nos militants et le parti frère Suisse de l’Alliance Progressiste.

Concernant l’exclusion de LIDER le 21 janvier dernier, plus d’une hypothèse peuvent expliquer cela. D’abord, et vous avez raison, le gouvernement ne supporte pas le fait que LIDER puisse être membre d’une grande alliance, ensuite il considère notre parti comme faisant partir de leur groupement politique, ce qui est un non-sens. Nous voudrions d’ailleurs lui rappeler que notre parti a un candidat déclaré, en la personne de Mamadou Koulibaly, depuis le 24 mars 2018. Ensuite, il n’a jamais voulu d’une vraie réforme de la commission électorale alors que LIDER lui a envoyé une copie de son avant-projet de Loi sur la réforme de cette commission. Nous n’acceptons pas cette exclusion et nous avons depuis, entamé des rencontres avec les ambassadeurs qui sont dans notre pays. Celui de la Suisse a été le 3e à nous recevoir.

Malgré votre exclusion en savez-vous d’avantage sur l’état d’avancement des travaux relatifs á la reforme de cette institution ? 2020 est proche mais Alassane Ouattara semble ne pas se presser sur cette question ?

On va juste dire que la montagne a accouché d’une sourie.  Autrement dit la réforme s’est limitée à la rencontre d’ouverture et plus rien depuis environ 2 mois.

Il nous est apparu que cette exclusion de LIDER n’a fait l’objet d’aucune condamnation de la part des autres partis d’opposition. Qu’est ce qui explique selon vous ce silence alors qu’en même temps ils appellent contre une alliance de l’opposition contre le RHDP en 2020 ?

On note toutefois, dans leur réponse au gouvernement, l’appel à des discussions inclusives et à une réforme en profondeur.

Pensez-vous comme certaines opinions politiques que seule une alliance inclusive de l’opposition permettra de mettre Ouattara en déroute en 2020,

Ce serait en effet idéal pour mettre fin à l’élection dès le premier tour.  Mais Ouattara peut être mis en déroute même avec deux candidatures de l’opposition.

Quelle est donc la position de LIDER face à une candidature unique de l’opposition ?

Pour le moment, la consigne consiste à observer et voir comment les choses évoluent.  Il semble que la plateforme de Bédié, à travers son secrétaire exécutif vient de rejoindre LIDER sur la question de la composition de la CEI. Donc bravo !

Avez- vous madame la présidente un point d’actualité sur lequel vous souhaiteriez vous prononcer particulièrement avant que nous n’achevions cette interview ?

Oui ! Sur la grève dans les établissements scolaires.  Le candidat Mamadou Koulibaly a, dans sa tribune « Jeudi c’est Koulibaly », fait de bonnes propositions que je prends à mon compte. Et l’une d’elles est que le chef de l’Etat prenne lui-même les choses en main.

Voilà que le lycée classique d’Abidjan qui jusque-là n’avait pas pris part à la grève, est finalement entré en grève depuis une semaine. Cette grève qui perdure tout en s’élargissant est dommage pour les enfants, l’avenir du pays, donc une menace sérieuse pour la construction d’une Côte d’Ivoire moderne et meilleure.

Pour clore l’interview quel sera votre dernier mot à l’endroit des ivoiriennes et aux ivoiriens ?

Comme mot de fin, je voudrais lancer un appel aux ivoiriennes et aux ivoiriens, et leur dire qu’ils ont une opportunité unique de contribuer à élire pour notre pays le meilleur candidat, à savoir Mamadou Koulibaly en 2020, pour une vraie politique humaine de développement inclusif du pays avec les populations et pour les populations. Je vous remercie.

Merci présidente. Merci pour votre disponibilité et bonne continuation.

Propos recueillis par Hervé Christ

Comments

comments

Nationale

Coronavirus à l’université Alassane Ouattara: Voici la décision du conseil d’université

Publié

activé

Université Alassane Ouattara de Bouaké-image d'illustration

 

Le vendredi 19 juin 2020 dernier 5 cas infectés de covid-19 ont été confirmés à l’université Alassane Ouattara de Bouaké précisément sur le campus 2. Ceux-ci ont été  évacués immédiatement vers la première capitale ivoirienne précisément à vitib; centre d’accueil des cas de coronavirus. À cet effet, un conseil d’université s’est tenu à l’effet d’arrêter des mesures drastiques pour prévenir et éviter d’autres cas. Voici-dessous la décision.

 

 

DÉCISIONS ISSUES DU CONSEIL D’UNIVERSITÉ EXTRAORDINAIRE DU 25 JUIN 2020

En raison de la confimation de cas de Covid-19 sur l’espace universitaire, le Conseil de l’Université, réuni en session extraordinaire, a pris les mesures suivantes:

– entérinement de la fermeture du Campus 2 jusqu’au 02 jullet 2020;
-fermeture du Campus 1 après les activités pédagogiques, administratives et financières du
lundi 29 juin 2020
-aseptisation générale de l’espace universitaire (les batiments à usage administratif,
pédagogique et scientifique ainsi que les résidences universitaires);
-désinfection et dératisation des prairies jouxtant les Campus 1 et 2;
extension des cours en ligne jusqu’au niveau Licence pendant la période de fermeture des
campus et après la reprise des activités académiques en présentiel;
– réouverture des Campus 1 et 2, le 03 juillet 2020, sous le slogan “un esprit nouveau dans un environnement nouveau”; mise en service de la brigade tripartite (Enseignants, PAT et étudiants) chargée de veiller au
respect scrupuleux des mesures barrières; renforcement des attributions de la Cellule Interne d’Assurance Qualité (CIAQ) pour une évaluation constante des actions de la brigade tripartite;

 

– obligation de signaler tout cas suspect à la Céllule Scientifique Pluridisciplinaire COVID-19
de l’UAO (CSP C19 UAO)
– mise en place de l’opération un tout en un  (eau, savon, désinfectant dans les füts à eau installes à fentrée de chaque grand båtiment);
-prise de température corporelle aux entrées des campus 1 et 2;
-obligation de rappeler les mesures barrières, arrêtées par le Conseil National de Sécurité, avant, pendant ou après chaque cours:
-nécessité d’adosser toute déclaration publique sur la situation sanitaire de l’Université à  l’expertise de la CSP C19-UAO

Le Président Poamé Lazare

Pastoré

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Blé goudé: << la CPI n'est pas la fin >>.

Publié

activé

Blé goudé-image d'illustration

Après les audiences de la Chambre d’Appel de la Cour Pénale Internationale (CPI), Blé Goudé décide de tourner le regard vers l’avenir.

“FIN DES AUDIENCES SUR L’APPEL. EN UNION DE PRIÈRE, ON ATTEND LE VERDICT.

MOI, JE DONNE DOS AU PASSÉ AVEC LE REGARD DÉSORMAIS TOURNÉ VERS L’ AVENIR.

LA CPI N’EST PAS LA FIN, C’EST PLUTÔT UN AUTRE DÉPART. MERCI À TOUS POUR VOS PRIÈRES ET VOTRE SOUTIEN.

CE QUE DIEU A COMMENCÉ, IL VA TERMINER.”

Source: Yeclo

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Affaire trafic de drogue/Hamed bakayoko: le FIDHOP dénonce le silence de Ouattara

Publié

activé

Plusieurs voix s’élèvent à propos de l’affaire trafic de drogue dans laquelle le ministre d’Etat Hamed Bakayoko est cité. A l’instar de plusieurs personnalités qui se sont prononcées, la Fondation Ivoirienne pour l’observation et la surveillance des Droits de l’Homme et de la vie politique (FIDHOP) a aussi donné de la voix. Elle dénonce le mutisme du président ivoirien Alassane Ouattara et exige la démission du ministre concerné.

Le mutisme qui s’observe chez le président ivoirien Alassane Ouattara à propos de l’affaire trafic de drogue dans laquelle son ministre de la défense est cité, n’est pas du goût de la FIDHOP qui regrette son mutisme « coupable ». Pour des accusations du genre et faits très graves, la FIDHOP a fait savoir que le président ivoirien qui a tout le temps évoqué l’intégrité et la bonne moralité de ses collaborateurs devrait réagir d’une manière rapide.

« La FIDHOP considère que cette affaire constitue le plus gros scandale d’Etat que la Côte d’Ivoire n’ait jamais connu depuis sa création, car c’est toute la République qui est ainsi souillée », écrit l’association. Par ailleurs, la fondation exige la démission d’Hamed Bakayoko de son poste de ministre d’Etat à la défense pour que l’affaire soit élucidée.

Alors que Hamed Bakayoko a été présenté par une enquête de Vice Media comme étant le bras droit d’un grand réseau de trafic de drogue en Afrique de l’ouest principalement en Côte d’Ivoire, il a donné de la voix en réfutant ces accusations. « En Côte d’Ivoire, dans mon pays, ma réputation est faite, elle est pure et sans tache », avait-il écrit lundi dans un communiqué dans lequel il a pris la décision de poursuivre les journalistes de même que ceux qui ont relayé ces articles.
Face à cet état de choses, un certain nombre de ministres du gouvernement ivoirien ont soutenu Hamed Bakoyoko. En effet, il s’agit du ministre de l’Agriculture, Kouassi Adjoumani et celui de la communication, porte-parole du gouvernement Sidi Touré Tiémoko. Ils ont dénoncé un « attentat politique » et une manœuvre politique qui consiste à entacher la réputation du ministre à quelques mois de l’élection présidentielle.

Pastoré

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances