Restons en contact

Actualité

Affaire 342,6 milliards de francs CFA : Ouattara débouté par le tribunal de Paris

Publié

activé

Comments

comments

Actualité

Voeux de nouvel an: Yacourwa Boué Koné ” Lider est déterminé à poursuivre le combat”

Publié

activé

Yacourwa Boue Kone, Vice-Président de Lider

Yacourwa Boué Koné, le Vice-président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER), n´a pas dérogé à la règle de présentation de voeux en ce nouvel an.

Ci-dessous l´intégralité de sa déclaration

“Ce qui était censé être une belle révélation calendaire s’est plutôt transformé en aventure cauchemardesque dès le premier trimestre de ce 20/20 de l’année parfaite.
En mars, les premières alertes covid19 inscrivent notre nation sur la liste des pays où sévit le nouveau corona virus. La crise sanitaire offre alors le prétexte idéal au gouvernement pour attaquer les libertés civiles, l’état d’urgence en est l’acte d’assignation.

Alors que le pluralisme est placé en quarantaine, le gouvernement déroule : révision constitutionnelle en catimini ; modification unilatérale et illégale du code électoral, amalgame entre solidarité gouvernementale et agenda politique. Le RHDP fait campagne avec les moyens de l’État.

Toutes ces dérives sont le signe avant-coureur d’une deuxième moitié d’année tragique.
En effet, en septembre 2020, le conseil constitutionnel, sûr de son bon droit d’interpréter la loi à sa guise, exclut 40 candidats à l’élection présidentielle en flagrante collusion avec le chef de l’état dont il valide la candidature illégale.
L’opposition ivoirienne entre alors en désobéissance civile pour réclamer le respect de la constitution et la réforme de la CEI comme demandé par des arrêts successifs de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. La réponse du pouvoir consiste dans une répression policière, milicienne, judiciaire et meurtrière extrême contre quiconque ose exprimer son mécontentement.

Mais la détermination de l’opposition ivoirienne reste ferme, le peuple la suit et boycotte activement le simulacre d’élection dont se prévaut le chef de l’état pour régner sur un peuple qui l’a vomi.
Moi, Yacourwa Boué Koné, siégeant pour le compte de LIDER au sein de la coalition de l’opposition significative, témoigne de la noblesse du combat des Ivoiriennes et Ivoiriens et du courage de tous dans ces moments incertains. C’est pourquoi je me réjouis de la libération des otages politiques en les personnes du premier ministre Affi N’Guessan, et du Prof. Maurice Kacou Guikahué. J’espère dans celle prochaine de Mme Pulchérie Gbalet, des militantes de GPS ainsi que de tous les prisonniers politiques des crises électorales de 2010 et 2020. Faut-il conformément aux dispositions de la constitution rappeler le cas des exilés ? Monsieur Ouattara et son régime sont devant une obligation historique de se réhabiliter devant l’histoire de la CI.

Aux premières lueurs de l’an de grâce 2021, j’interpelle l’opposition ivoirienne à maintenir son rassemblement ; je lui garantis qu’une participation concertée et solidaire aux législatives pour affaiblir M. Ouattara est sa seule porte de sortie. Toute initiative individualiste ne serait que ruine. Ce qui nous unit doit prévaloir sur ce qui pourrait nous diviser.

Dieu bénisse la Côte d’Ivoire
Bonne année 2021 avec le “Presidium” de LIDER

Yacourwa Boue Kone, Vice-président LIDER.

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Affaire Guikahué: Nathalie Yamb se déchaine contre Ouattara

Publié

activé

nathalie-yamb-russie
Nathalie Yamb, Conseilière exécutif de Mamadou Koulibaly

Maurice Kakou Guikahué sécrétaire générale du Parti Démocratique de Côte d´Ivoire (PDCI) a été évacué d´urgence vers Paris en France dans la nuit du 19 au 20 décembre 2020, pour raison médicale.

Cardiologue de profession, ancien ministre de la Santé, Maurice Kakou Guikahue est l´actuel sécrétaire général en chef du PDCI dirigé par Henri Konan Bédié et l´un des farouches opposants à M. Alassane Ouattara.

Poursuivi par la justice ivoirienne avec plusieurs des ses camarades dont M. Narcisse N´dri pour ” complot contre l’autorité de l’Etat “, il a été arrêté à la résidence de cocody du président Henri Konan Bedié suite au blocus imposé par les forces de Ouattara. Détenu au sécret depuis début novembre, en total violation de son statut de député, M. Guikahue, 69 ans, avait été transféré le 11 décembre dans un hôpital d’Abidjan après un malaise cardiaque.

Réagissant à cette énième évacuation sanitaire d´un dirigeant ivoirien, Nathalie Yamb conseillière exécutif de Mamadou Koulibaly n´y est pas allée de main morte. “Maurice Kacou Guikahué, otage d’un régime illégitime, a été évacué en France après avoir été emprisonné pendant 2 mois. En CIV, avec Ouattara, il n’y a ni justice, ni hôpitaux valables. A ce rythme, un ministère de la mort sera plus approprié qu’un ministère de la réconciliation ” a-t-elle martelé.

L´un des projets phares defendu par Mamadou Koulibaly est de doter la Côte d´Ivoire de profesionnels de la santé compétents ainsi que d´équipements et infrastructures efficients afin de prendre efficacement en charge les problèmes de santé des autorités ivoiriennes, ce qui contraste avec la gouvernance sanitaire de M. Alassane Ouattara.

En cette année 2020 plusieurs dirigeants, autorités et membres du gouvernement ivoirien ont été évacués en europe pour des soins. A cet effet, le président du Sénat Ahoussou Jeannot se trouve toujours en allemagne pour ces mêmes raisons.

Leadernewsci.com

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Retour de Gbagbo laurent: Voici les défis qui l’attendent

Publié

activé

Laurent Gbagbo-image d'illustration

Après sa libération par la première chambre de la Cour pénale internationale (CPI) et l’obtention de ses deux passeports (ordinaire et de service), l’ambiance sociopolitique est focalisée autour du retour du président Laurent Gbagbo. L’ancien président ivoirien semble dans de bonnes dispositions d’esprit, dans la dynamique de la stabilité sociopolitique et la paix.

Au cours de sa dernière sortie médiatique fin octobre, le président Laurent Gbagbo a affiché une posture qui lui est reconnue depuis de nombreuses décennies. « Ce qui nous attend, c’est la catastrophe. C’est pour ça que je parle. Pour qu’on sache que je ne suis pas d’accord pour aller pieds et poings liés à la catastrophe. Il faut discuter », a déclaré Laurent Gbagbo. Ce discours qu’il tenait dans un contexte électorale – scrutin présidentiel du 31 octobre dernier – précis vaut aussi pour le contexte général dans lequel se trouve en ce moment le pays. Pour la réunification et la réconciliation au sein de sa famille politique et pour une décrispation de la situation sociopolitique nationale.

La réunification au sein du Front Populaire Ivoirien

La cohésion au sein du Front populaire ivoirien (FPI) n’a pas survécu à l’absence de son leader charismatique Laurent Gbagbo. Pendant son absence, ses plus proches collaborateurs, Pascal Affi Nguessan et Aboudramane Sangaré, se sont tournés le dos jusqu’à afficher ouvertement des postures d’animosité. Chacun de sont côté a bénéficié de soutiens au sein de la base militante. Dès son retour, le président Laurent Gbagbo devra s’atteler à rassembler tous les membres de son parti politique et jeter véritablement les bases du rassemblement et de la réconciliation en interne. Il devra en outre, non seulement manifester sa compassion à l’endroit des familles de ses ex-collaborateurs décédés pendant la longue traversée du désert mais surtout obtenir d’elles le pardon. Mais surtout que cela s’inscrive dans un cadre national.

Des personnalités connues pour avoir servi l’Etat au sommet ont perdu la vie dans des circonstances déplorables. Il y a eu Aboudramane Sangaré, Bohoun Bouabré, Désiré Tagro, Mamadou Ben Soumahoro pour ne citer que ces personnalités autrefois dans le cercle restreint de l’ancien président ivoirien, qui sont demeurées fidèles jusqu’au bout.

Le président Laurent Gbagbo a fondé le FPI, l’a conduit à la tête de l’Etat où il a exercé pendant 10 ans. Ce parti est aujourd’hui à la croisée des chemins. L’un des grands défis serait de remobiliser ses militants et leur assigner de nouveaux objectifs pour une nouvelle reconquête du pouvoir. Bien évidemment, la question de la succession n’échappera pas à tous ces défis à relever pour l’opposant historique de Félix Houphouët-Boigny.

« Asseyons-nous et discutons ». Le président Laurent Gbagbo devra une fois de plus traduire cette phrase qu’il aime tant prononcer dans les faits en allant au contact de ses adversaires politiques, Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara. Avec eux, il devra véritablement parachever les grands chantiers qui ont été entamés depuis 2003, après l’attaque rebelle qui a perturbé sa gouvernance. Henri Konan Bédié a noué les contacts avec l’ex-célèbre prisonnier de La Haye. Le président Alassane Ouattara, quant à lui, semble désormais dans de bonnes dispositions d’esprit. Lors de sa dernière sortie, le dimanche 6 décembre, le Secrétaire exécutif du parti du RHDP, Adama Bictogo, a rappelé que le président Ouattara œuvre « pour le rassemblement de tous les Ivoiriens et de toutes les Ivoiriennes autour de l’idéal de réconciliation et de paix ».

 

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances