Restons en contact

Internationale

Affaire 49 soldats ivoiriens arrêtés au Mail, une preuve choquante de mauvaise gouvernance

Publié

activé

M. Léopold Abrotchi, vous êtes écrivain, analyste politique et ancien DRI (Délégué Régional à l´Implantation) de LIDER au Portugal, merci d´avoir accepté de vous prêter à nos questions sur la crise ivoiro-malienne des 49 soldats.

Le dimanche 10 juillet 2022, 49 soldats ivoiriens ont été arrêtés à l´aéroport Modibo Keita de Bamako, pour atteinte à la sûreté de l´Etat. Selon des sources proche du gouvernement malien, le détachement de soldats ivoiriens n´avait pas d´ordre de mission clair. Interrogés ces derniers auraient donné plusieurs versions de leur mission sur le territoire malien.

Quel commentaire faites-vous de la situation ?

Avant tout propos, je tiens à vous remercier pour l´opportunité que vous me donnez et exprimer ma compassion aux soldats arrêtés et à leurs familles. Concernant la situation ubuesque des 49 soldats ivoiriens, il nous faut faire un bref rappel des faits avant tout commentaire.

Le dimanche 10 juillet 2022, nous apprenons tous l´arrestation de 49 de nos soldats à l´aéroport de Bamako, leur présence est considérée comme illégale et logiquement, ils sont accusés d´activité subversive contre les institutions maliennes. Pour leur défense, nos compatriotes soldats disent être une relève de MINUSMA, puis être en mission auprès du contingent allemand au Mali et enfin, avoir été recrutés pour assurer la sécurité des sites logistiques de Sahel Aviation Service.

Très tôt le lundi 11 juillet 2022, le gouvernement allemand mise en cause par les déclarations des soldats ivoiriens nie être impliqué dans « le mercenariat » des soldats ivoiriens, contestant avoir fait appel au détachement de NSE ivoiriens entendons par-là Eléments Nationaux de Sécurité. L’ambassade d’Allemagne à Bamako, est catégorique : « Il n’y a pas de lien direct entre ces soldats ivoiriens et nous », aurait affirmé un diplomate allemand. La société SAS quant à elle, n’a pas communiqué sur l’affaire, surtout que, le cadre légal des NSE n’autorise pas des entreprises privées à faire appel à ce mécanisme dévolu aux Etats.

Le même lundi 11 juillet 2022, selon son porte-parole de la MINUSMA M. Olivier Salgado, la mission onusienne au Mali ne reconnaissait pas le huitième (8) détachement de soldats ivoiriens, ces derniers ne faisant pas partie des contingents de la MINUSMA, encore moins de ses relèves. Toutefois, le responsable onusien se voulant rassurant explique que les 49 soldats ivoiriens sont des Eléments Nationaux de Sécurités (NSE).

Le mardi 12 juillet 2022, la plus haute instance sécuritaire de la Côte d´Ivoire à savoir le Conseil National de Sécurité (CNS) se réunissait en session extraordinaire pour rassurer le peuple en démontrant que le 8e détachement faisait bel et bien partie du mécanisme NSE (Éléments Nationaux de Soutien). Présidé par le Chef de l´État himself nous dit-on, le Conseil s´est fendu d´un communiqué très peu convainquant et arrogant à la limite demandant aux autorités maliennes de « libérer sans délai ses militaires incarcérés injustement ».

Un argumentaire qui s´est vite avéré fallacieux. En effet, le 13 juillet 2022, dernier camouflé international, l´Organisation des Nations Unies, affirmait que les 49 soldats ne sont pas membres des effectifs des Éléments Nationaux de Soutien (NSE), tout comme leurs équipements et armements ne sont assumés par l´ONU, qui au passage reconnait un dysfonctionnement administratif. Une grosse douche froide qui laisse transparaitre l´humiliation de notre pays.

L´incompréhension est grande encore aujourd´hui et soulève plusieurs questions, par exemple : Si comme l´affirment les autorités ivoiriennes, la présence de ces soldats est « bien connue » des autorités maliennes, pourquoi le ministère de la défense ne divulgue-t-il pas les documents afférents ?  Etant donné que l´Allemagne, Sahel Aviation Services, la MINUSMA et l´ONU ne reconnaissent ni de près ni de loin les 49 soldats ivoiriens arrêtés pour atteinte à la sureté de l´État malien, que faisons-nous ?

Mon constat est que l´État de Côte d´Ivoire baigne à dessein dans l´incurie et l´incongruité, parce que justement, nous savons tous que les autorités actuelles du Mali sont sous les feux de coups d´états depuis leur accession au pouvoir, et que les colonels de Bamako accusent sans le nommer, un certain pays occidental d´être à la base des tentatives de déstabilisation de leur régime. Dans cette atmosphère de forte suspicion, un gouvernement sérieux prend toutes les garanties avant d´y envoyer ses concitoyens en mission dans un tel pays.

Au surplus, envoyer des soldats en mission dans un pays étranger sans ordre de mission clair est irresponsable et fait foi de manque de professionnalisme. Dès lors, nous comprenons aisément que le gouvernement a livré une cinquantaine de nos soldats, aux mains d´un pays étranger avec lequel nous n´avons plus de très bonnes relations diplomatiques, suite à notre position dans la crise qui a cours actuellement dans ce pays. C´est donc à raison que le Mali considère la présence du 8e détachement sur son territoire comme illégale. Et nous aurions fait la même chose en pareil circonstance. Pour douloureuse que soit cette situation, ce n´est pas le Mali, un État souverain que nous ivoiriens devions blâmer.

Comment expliquez-vous l´attitude du gouvernement ivoirien ?

Le gouvernement ivoirien est pris au dépourvu et le Chef des armées avec.  En fait, Il croyait cacher longtemps au peuple son commerce honteux de convenance qui lui procurait ans nul doute une rente inconnue des contribuables ivoiriens. Lâché par ses partenaires du mercenariat, notre gouvernement ne sait plus à quel saint se vouer.

Le chef des armées est comme pris la main dans le sac, dans une sordide entreprise de mercenariat auquel se livraient certaines personnes au sommet de l´État de Côte d´Ivoire depuis longtemps, (depuis 2019) et dans le dos des ivoiriens. Pour mieux comprendre, le mercenaire c´est « un combattant de métier qui est recruté moyennant finance par un État, une entreprise, un mouvement politique ou toute autre organisation, en dehors du système statutaire de recrutement militaire d’un pays ». « Les services des mercenaires sont généralement sollicités pour une opération militaire identifiée et pour une durée limitée ou pour un type de service spécialisé ». Cette définition, vous la trouvez un peu partout dans tous les dictionnaires français.

Autrement dit, le gouvernement ivoirien prêtait des soldats ivoiriens pour des services privés moyennant argent. Ce précédent inique et unique en son genre est un fait gravissime, puisqu´il fait de notre pays en une république de pirates. Il est déshonorant et donc inacceptable d´envoyer les soldats de l´armée de notre pays, faire à la corvée de l´armée d´un autre pays. Maintenant que nous savons tous que nos soldats étaient prêtés pour jouer les agents de sécurité privée au Mali, il convient que la représentation Nationale (Assemblée Nationale) mette en place une commission d´enquête parlementaire en bonne et due forme dont les débats seront retransmis en direct et que le peuple sache à combien ont été payés ces services depuis son commencement jusqu´à aujourd´hui, c´est à dire depuis 2019.

En outre, puisque le ministère de la défense ne dit pas vrai, logiquement le gouvernement cache la vérité et comme le Conseil de National de Sécurité a été confondu et clairement contredit par l´ONU, il faut craindre que cette affaire soit par la suite classée Secret Défense. A l´évidence, le bras de fer choisi par le gouvernement ivoirien a conduit à la condamnation de nos soldats à de lourdes peines de prison par la justice malienne.

Quelles solutions préconisez-vous ?

Pour la crise des 49 soldats arrêtés au Mali, le gouvernement ivoirien doit descendre de ses grands chevaux, et négocier de façon transparente la relaxe des « soldats mercenaires ». Il fallait s´accorder à l´amiable plutôt que d´aller devant le juge. Il faut sortir définitivement de la défiance, car nous sommes en position de faiblesse, la junte malienne est en position de force avec 49 de nos soldats entre leurs mains. C´est le gouvernement malien qui détient le bâton.  Nous aurions dû éviter par la diplomatie un procès pour le bien de nos soldats. Je pense que le Chef de l´État a été lourdement trompé, des conseillers lui ont menti dans cette affreuse affaire. Je ne sais dire si ce fut par désespoir, que le Chef de l´État a confié le sort de nos soldats à la CEDEAO, quand il est notoirement établi que les déclarations tapageuses et menaçantes du syndicat des chefs d´Etat ouest africains (CEDEAO) contre le Mali ont été de nul effet jusqu´à présent.

En l´état actuel des choses et ce malgré les condamnations à des peines d´emprisonnement lourdes, il faut continuer la négociation par le dialogue direct, afin d´obtenir le retour de nos soldats, nous perdons inutilement du temps avec les intermédiaires. Nous devons tenir compte des liens historiques qui unissent le Mali et la Côte d´Ivoire. Nous n´avons pas besoin de médiateur dans nos affaires, nous pouvons et devons nous parler directement. L´autre option revient à la justice et donc au garde des sceaux, de demander l´extradition de nos soldats dans le cadre d´une collaboration judiciaire. Dans tous les cas nos soldats rentreront mais marqués à tous les niveaux. Une chose est cependant sure ils ne seront pas des héros, hélas.

En ce qui concerne l´armée ivoirienne dans son ensemble, il faut rappeler, que l´objectif essentiel de la loi de programmation militaire 2016 – 2020 était de faire de notre armée une armée professionnelle, performante, avec ce que nous assistons depuis quelques mois, ajouté aux soldats tués par les terroristes dans le nord du pays, nous sommes très loin du compte.  Vous constaterez avec moi qu´il y a un vrai malaise au sien de notre armée et que petit à petit notre armée est en train de perdre son essence républicaine pour s´apparenter à une milice. Par conséquent, elle ne rassure plus la totalité des ivoiriens, sa conduite depuis 2017 avec les mutineries à cette rocambolesque arrestation inquiète le peuple de Côte d´Ivoire.  Il faut redonner ses lettres de noblesse à notre armée et à son administration.

Pour cela, Il nous faut nécessairement une alternative nouvelle :

1) En 2025 changer de gouvernement par les urnes, parce que le RHDP a échoué dans les domaines stratégiques et souverains de l´État ; 2) Reprendre la réforme du système de sécurité, bâclée par le gouvernement Ouattara ; 3) Revoir la loi de programmation militaire, en plaçant le budget en marge de toute élection présidentielle, ainsi notre grande muette ne subira pas de fortes pressions visant à la corrompre ; 4) Mettre les hommes qu´il faut aux postes à la tête de notre armée.

Leadernewsci 

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 9 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Internationale

Afrique de l´Ouest: La sous-région en tension, quel choix géostratégique?

Publié

activé

Konaté ABDOURRAHIM, Analyste en science politique

La théorie des dominos est une théorie géopolitique américaine énoncée au XXème siècle, selon laquelle le basculement idéologique d’un pays en faveur du communisme serait suivi du même changement dans les pays voisins, selon un effet domino.

La configuration géopolitique actuelle de notre région est l’illustration parfaite de ce concept de l’ancien président américain Eisenhower.

En effet, depuis maintenant trois ans, nous assistons à une rémanence des coups d’Etats dans notre région, notamment dans les républiques francophones.  D’abord le Mali, après un double coup d’Etat, les nouvelles autorités du pays, à leur tête le colonel Assimi Goïta dénoncent la présence de la force Barkane sur le sol malien en pointant du doigt son inefficacité face à la recrudescence des attaques terroristes qui endeuillent le pays. Elles se tournent vers les mercenaires Wagners, parrainée par la Russie.

Ensuite le Burkina Faso, des officiers, au nom de l’insécurité grandissante dans le pays ont déposé le président Roch Marc Kaboré. L’homme à la manœuvre est le colonel Damiba. Jugé inefficace et trop docile à la France, il sera à son tour renversé par un coup d’Etat dirigé par le jeune officier, capitaine Traoré Ibrahim. Une fois aux affaires, il va suivre les traces de son grand voisin et demande à l’Élysée le retrait de ses troupes stationnées sur le territoire burkinabé.

On comprend bien que par ces actions, l’allié potentiel sera encore la Russie. Aujourd’hui c’est le président Mohamed Bazoum qui vient d’être déposé par un putsch orchestré par le commandant de la garde présidentielle. Le Gl Tchiani, comme Assimi du Mali et Traoré du Faso a lui aussi évoqué la menace terroriste et l’inefficacité tactique du président face au terrorisme pour justifier son coup d’Etat.

Évidemment, comme pour les deux précédentes, les nouvelles autorités nigériennes demandent aussi tôt le retrait des forces françaises du territoire. On comprend dès lors tout le sens de la théorie des dominos. Dans notre cas, elle constitue clairement le basculement des pays autrefois dans la sphère d’influence française vers celle de la Russie.

Bien sûr, la question qui nous vient à l’esprit est, est-ce le bon choix pour résoudre nos problèmes sécuritaires ? Sécuritaires, par ce que la sécurité est la condition sine-qua-non à tout désir de développement.

Nous devons apprendre à réinventer l’imaginaire africaine, l’adapter à la réalité, la rendre plus pragmatique. L’émotion et la naïveté ne sauraient conduire le destin de tout un peuple, toute une génération. La configuration géopolitique n’est pas une guerre du bien contre le mal. Certainement pas. Ceux qui pensent que David vient à la rescousse de l’Afrique pour combattre et la débarrasser du grand Goliath, je vous invite à vous détacher de la vertu cartésienne et faire face à l’immoralité de la géopolitique. « L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère » Ainsi parlait le capitaine Thomas Sankara.  Ne nous y trompons pas. Ce qui se joue au Sahel, précisément dans notre sous-région n’est rien d’autre que le positionnement des puissances extérieures. Des puissances qui considèrent notre région comme un terrain de bataille géopolitique pour étendre leurs influences. Face à ces prédateurs, notre position doit être rationnelle, guidée par nos intérêts et par le bien-être de nos peuples. C’est naïf de croire que la France ou la Russie sont nos amis, comme le colon l’a fait croire à nos ancêtres. De Gaulle lui-même, nous le dit en ces termes « Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts ». Ce principe est aussi vieux que le monde. Sun Tzu dans son remarquable livre, l’art de la guerre, nous confirme cela. « Il existe des intérêts permanents, mais pas d’ami éternel ». Rappelez-vous, avant le coup d’Etat au Niger, cet État était à couteau tiré avec le Mali. Mais aujourd’hui le Mali est prêt à défendre le Niger contre une possible intervention militaire de la CEDEAO au Niger.  La géopolitique n’est pas une science exacte. Les positions varient en fonction des intérêts, même s’il faut flirter avec le diable pour assurer le bien-être être de son peuple.  Notre position doit être une position africaine.

Nous aspirons à une Afrique libre, indépendante, responsable et surtout lucide dans le choix stratégique de ses partenaires.

Je termine cet article avec la célèbre pensée de Cheick Anta Diop, que tout africain devrait s’approprier. « Armez-vous de sciences jusqu’à la dent. À formation égale, la vérité triomphe. »

Konaté ABDOURRAHIM

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

NIGER: Emanuel Macron cède aux injonctions du Général Tchiani

Publié

activé

Général Abdourahamane Tchiani, Chef de l´Etat du Niger et Président du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie

Le Bras de fer qui opposait le peuple du Niger au gouvernement de monsieur Emanuel Macron, vient de connaitre son dénouement.

En effet, depuis près de deux mois les nouvelles autorités du Niger qui ont renversé Mohamed Bazom ont mis fin à l´accréditation de l´ambassadeur de Macron dans leur pays. Le président français qui disait ne pas reconnaitre les militaires au pouvoir à Niamey avait catégoriquement rejeté l´idée d´un rappel de son ambassadeur.

Le rapport de force qui opposait le pouvoir de la junte nigérienne conduite par le Général Tiani, au président français est pour l´heure à l´avantage du gouvernement du Niger et de son peuple. Hier dimanche 24 septembre 2023, monsieur Emanuel Macron a décidé de rappeler son ambassadeur et annoncé que les 1500 militaires français présents aux Niger seraient rapatriés d’ici à la fin de l’année.

Dans le même le Conseil national pour la Sauvegarde de la Patrie CNSP a annoncé l´interdiction du survole de son territoire par les avions français. Cette nouvelle décision oblige le gouvernement de Macron à négocier avec le Général Tiani et ses hommes.

Leadernewsci

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Qui est Ali Mahamane Lamine Zeine, le nouveau premier ministre du Niger ?

Publié

activé

Ali Mahamane Lamine Zeine, nouveau premier nigérien

Depuis le 27 juillet 2023, le Général Abdourahamane Tchiani, chef du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP) qui a déposé Bazoum, est le nouveau Chef de l´État du Niger. Alors que les sanctions pleuvent sur le pays, les militaires au pouvoir, adoubés par le peuple, avancent avec assurance. De ce fait, le 7 Août 2023 le Général Tchiani a nommé Ali Mahamane Lamine Zeine au poste de Premier ministre de la transition.

Qui est Ali Mahamane Lamine Zeine, le nouveau premier ministre du Niger ?

Ali Lamine Zeine est né en 1965 à Zinder, diplômé du Centre d’études financières, économiques et bancaires de Marseille et Paris-I,
il a également été représentant résident de la Banque africaine de développement (BAD) en Côte d’Ivoire, au Gabon et au Tchad. D´abord directeur de cabinet de l´ancien président Mamadou Tandja, il fut nommé au gouvernement en tant que ministre de l’Économie et des Finances le 24 octobre 2003.

Le 18 février 2010, Mamadou Tandja est évincé par un coup d’État militaire et son gouvernement est dissous. Ali Zeine l’un des trois principaux ministres de Tandja, qui n’est pas rapidement libéré de sa résidence surveillée dans les jours qui suivent le coup d’État. Selon l’un des chefs de la junte, le colonel Djibrilla Hamidou Hima, les ministres « encore sous surveillance » auraient détenu des « portefeuilles très sensibles » et il était donc nécessaire « d’assurer leur sécurité ». Le MNSD ex-parti au pouvoir avait demandé et obtenu la libération de Zeine, Tandja et les autres emprisonnés.

À 58 ans, l’économe Ali Mahamane Lamine Zeine va diriger un gouvernement pour la toute première fois. Il devra former un gouvernement dans les jours à venir.

Les attentes sont nombreuses surtout avec l´embargo de la CEDEAO et l´asphyxie financière imposée par l´Union Économique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA).

Saint Léo

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances