Restons en contact

Politique

Côte d´Ivoire/ Alternance politique: Yacourwa Koné cogne fort Gbagbo, Bédié et Ouattara

Publié

activé

Yacourwa Boue Kone, Ex-Vice-Président de Lider

La question de l´alternance politique en Côte d´Ivoire est plus qu´une nécessité. Mais les « trois grands » que sont Laurent Gbagbgo, Henri Konan Bedié et Alassane Ouattara ne semblent pas vouloir resister à la tentation d´une candidature à la prochaine présidentielle de 2025. Yacourwa Koné un proche de Mamadou Koulibaly, se lâche et cogne les caciques de la politiques ivoirienne.

Ci-dessous l´intégralité de sa déclaration

« De Jean-Louis Billon à Koné Katinan en passant par Mamadou Touré, aucun des cadres des trois grands partis politiques ivoiriens n’a le courage d’assumer de dire que la page du trio Gbagbo-Bédié-Ouattara est tournée. Or elle l’est en effet !

Personne au PDCI-RDA ne pourra courageusement aligner un candidat de 91 ans en 2025 en plein 21e siècle sans risquer un jugement implacable de l’histoire et la honte planétaire qui va avec. Henri Konan Bédié ne sera donc pas candidat. Les discours – justement des discours – de Jean-Louis Billon et des autres servent de paravent. Aux candidats potentiels du PDCI-RDA qui avancent en tapinois, le sphinx de Daoukro sert de faire-valoir, surtout pour un électorat ethnique qui attend un successeur de sang.

Mamadou Touré, malgré toute la verve enfiévrée qu’il déploie, ne pourra pas faire de son « papa frappeur » un candidat valable à 83 ans en 2025. Le repêché du 3e mandat aura fort à faire pour convaincre ses soutiens extérieurs surtout que l’on se souvient de l’hostilité générée par sa dernière candidature. La faconde de Mamadou Touré n’est donc qu’un trompe-l’œil. Les récentes rivalités au sein du parti-Etat, le RHDP, entre Gon Coulibaly, Hamed Bakayoko et Téné Birahima Ouattara ; entre les anciens et les modernes, sont la raison de l’agitation du fétiche unificateur. Mais il faudra bientôt assumer de passer à autre chose.

Laurent Gbagbo, quant à lui, si ses adversaires étaient forfaits ne pourrait en aucune manière, à 80 ans, remporter une élection quelconque contre un candidat dynamique représentant ce siècle. « Son temps est passé », ses irréductibles se trompent d’agenda à multiplier les déclarations tapageuses dont ils connaissent les limites.

Nous devons nous assumer plutôt que d’attendre un adoubement. Les manœuvres dilatoires et obséquieuses ne pourront sauver personne d’une lutte au sein des appareils politiques et en dehors ; car le pouvoir, en définitive, comme chacun sait, ne se transmet pas, on le prend ».

Yacouwra Boué Koné

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 × 10 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualité

Afrique – Décolonisation: la Côte d’Ivoire, dernière de la classe?

Publié

activé

Aliou Sawadogo, le jeune de 13 ans qui a abattu un drone avec son lance-pierre, le samedi 20 novembre 2021, lors du blocus contre un convoi militaire à Kaya, Burkina Faso. Photo d'illustration

Du jeudi 18 au 21 novembre 2021 , un convoi militaire français a fait face à un blocus à Kaya, dans la région centre-nord du Burkina Faso.

Ce convoi, en provenance d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, doit regagner le Niger. Mais dès son entrée sur le territoire burkinabé, il n’a eu de cesse d’être confronté à l’hostilité affichée des populations. Cela, dans plusieurs villes du pays des hommes intègres. D’abord stoppé net à Kaya pendant 3 jours, le convoi a dû rebrousser chemin pour se retrouver à nouveau bloqué, par d’autres manifestants, à quelques kilomètres de Ouagadougou.

Il faut rappeler qu’en Côte d’ivoire, d’où il vient, ce convoi, fort d’une soixantaine de véhicules et d’une centaine hommes, n’a eu à faire face à aucune hostilité. Il a traversé ce pays, du sud au nord, sans encombre, avant de se retrouver dans l’impasse au Burkina Faso. Cela pose la problématique de la position des populations ivoiriennes dans ce combat, maintenant panafricain, contre l’occupation française continue, en Afrique francophone, plus de 60 ans après les prétendues indépendances.  Les populations ivoiriennes, au début des années 2000, ont pourtant été les premières, dans la sous-région, à scander et exiger le départ de l’armée d’occupation française.

Mais qu’en est-il de cet engagement aujourd’hui? Comment la Côte d’Ivoire en est elle arrivée à céder sa position de précurseur sous-régional de ce combat, au Mali et au Burkina Faso, pour devenir le quartier général incontesté de l’armée d’occupation française? Le pouvoir extrêmement répressif d’Alassane Ouattara, laudateur incontesté de la Françafrique, pourrait expliquer cela. Mais aussi, la transition politique qui couve actuellement en Côte d’Ivoire, avec une population dont les priorités peuvent être sujettes à interrogations, voire à inquiétudes.

En effet, les ivoiriens semblent s’être laissés embringués dans les guéguerres émotionnelles, les atermoiements et incohérences d’une classe politique vieillotte. Une classe politique dont l’engagement ne se résume qu’à une ambition revancharde, motivée par une vision nombriliste, émotionnelle et intéressée du combat politique. En Côte d’Ivoire, les lignes idéologiques de souveraineté, de liberté et de démocratie semblent plutôt avoir fait la part belle, aux humeurs des hommes politiques que sont Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara.

Ainsi donc, de précurseur générationnel sous-régional de la lutte contre le néocolonialisme français, les ivoiriens vont-ils continuer à se contenter dans leur rôle actuel de dernier de la classe? Ou vont-ils se laisser  de nouveau inspirer par les jeunes maliens et Burkinabés, engagés plus que jamais ouvertement contre le colon français, pour revenir prendre toute leur place dans ce combat à portée panafricaine aujourd’hui ?

 

Hervé Christ

 

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

RD-Congo : Mobutu est mort, vive Mobutu!

Publié

activé

Joseph Désiré Mobutu, dit Sese Seko, président de la République du Zaïre (RD Congo, aujourd'hui), de 1965 à 1997.

Une enquête dénommée Congo Hold-Up, révèle comment la banque privée BGFIBank a été utilisée pour détourner des fonds publics et des ressources naturelles de la République démocratique du Congo.

Ces malversations ont principalement contribué l’enrichissement de l’entourage de l’ancien président Joseph Kabila. Elles portent au moins sur 138 millions de dollars, en six ans et impliquent des intermédiaires suisses.

Cette fuite spectaculaire de documents révèle surtout que la kleptocratie en RD Congo reste une réalité à laquelle les congolais doivent toujours faire face. Cela, 24 ans après le départ de Mobutu Sese Seko.

En RD-Congo, 70% des congolais survivent avec moins de deux dollars (1.76 euros) par jour. Pendant ce temps, Joseph Kabila, principal héritier de l’ère Mobutu, et sa famille ont accumulé, entre 2001 et 2019, une fortune colossale. Cela, à la faveur d’un pouvoir sans partage.

 

Herve Christ

 

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Sénégal : Ousmane Sonko et ses amis libérés

Publié

activé

Ousmane Sonko, Opposant Senegalais

Dakar, Mercredi 10 Novembre 2021 – Barthélémy Dias, Ousmane Sonko et Malick Gakou, trois alliés au sein de la même coalition dans la perspective des élections locales du 23 janvier 2022, ont été arrêtés et conduits au camp Abdou-Diassé.

Les trois opposants ont été interpellés avant d’être remis en liberté, ce mercredi 10 novembre. Le matin même, Barthélémy Dias, par ailleurs candidat à la mairie de Dakar, était convoqué au tribunal selon Jeune Afrique.

Ousmane Sonko, Barthélémy Dias et Malick Gakou, sont tous trois membres d’une même coalition dans la perspective des élections locales du 23 janvier 2022. Selon des proche,  « ils ont été arrêtés après avoir renoncé à se rendre au tribunal de Dakar »,  et conduits au camp Abdou-Diassé

Leur incarcération n’aura cependant duré que quelques heures. À 18h, ils ont été remis en liberté, sans qu’aucune charge ne soit retenue à leur encontre.

Alors que, depuis plusieurs jours, Barthélémy Dias et ses alliés appelaient à la mobilisation, le candidat à la mairie de Dakar ne s’est pas présenté à l’audience à laquelle il était convoqué et qui s’est tenue vers 9h30 du matin. Au bout d’une dizaine de minutes, l’affaire a été renvoyée au 1er décembre par le juge.

Leadernewsci

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances