Restons en contact

Nationale

Côte d’Ivoire: Rapport final de la phase 3 du dialogue politique

Publié

activé

Manifestations contre le 3e mandat d'Alassane Ouattara en août 2020, à Abidjan. Photo d'illustration

Le pouvoir illégitime d’Abidjan et une partie de l’opposition ivoirienne ont entamé un dialogue politique le lundi 21 décembre 2020. Ce dialogue s’est achevé ce mardi 29 décembre 2020. Nous vous en livrons le rapport intégrale.

Dans son allocution à la cérémonie de prestation de serment tenue le lundi 14 décembre 2020, le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a instruit Monsieur le Premier Ministre à l’effet de reprendre les discussions avec les partis politiques pour mettre en œuvre les recommandations de la CEDEAO relatives à la Commission Electorale Indépendante (CEI), et permettre la tenue des élections législatives dans le courant du premier trimestre 2021.

En exécution de ces instructions, Monsieur le Premier Ministre a initié, du 21 au 29 décembre 2020, une session du dialogue politique.

Le présent rapport sanctionnant la fin des travaux s’articule autour des points suivants : les participants (i), la méthodologie adoptée (ii), les principales propositions (iii) et les recommandations (iv).

I – LES PARTICIPANTS

Le dialogue politique a enregistré la participation :

▪️ Au titre du Gouvernement : le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Ministre de la Défense, a présidé les travaux de la session d’ouverture ;

Il a été représenté, lors des séances en comité restreint, par le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, accompagné par plusieurs membres du Gouvernement ;

▪️ Au titre des partis et groupements politiques : le RHDP, le PDCI-RDA, le FPI/AFD, EDS, la LMP, le GP-PAIX, l’URD, l’UDR, l’AID, le RPP, le RENOUVEAU DEMOCRATIQUE, CONCORDE, l’UDCY, le PACI ;

▪️ Au titre des organisations de la société civile : la POECI, la 2PFJ, la PEACE-CI, la CSCI, l’AFJC, le GEIA, le FOSCAO-CI, l’ASSELCI, le MIDH, le GPATE, le GOFEHF, l’APDH, l’OIDH, la COFEMCI-REPC, la COFEMCI et la CIDD.

II – LA METHODOLOGIE

● Le déroulement

La troisième phase du dialogue politique s’est déroulée en trois étapes :

− La séance d’ouverture officielle : le lundi 21 décembre 2020, Monsieur le Premier Ministre a procédé à l’ouverture officielle du dialogue politique. Le mode opératoire, les thématiques et le calendrier des travaux ont été adoptés ;

− Les comités restreints : les mercredi 23, jeudi 24 et lundi 28 décembre 2020, ont eu lieu les échanges au sein d’un comité restreint unique réunissant les représentants du Gouvernement, des formations politiques ainsi que ceux de la société civile.

− La séance plénière de clôture : elle a eu lieu le mardi 29 décembre 2020 et, comme à l’ouverture, elle a été présidée par Monsieur le Premier Ministre. Elle a servi à la signature solennelle du rapport final, après son adoption lors de la dernière séance du comité restreint, le lundi 28 décembre 2020.

● Les thématiques abordées

Deux thématiques ont été adoptées :

− L’environnement politique ;

− La CEI.

Ces thématiques ont été discutées, respectivement, les mercredi 23 et jeudi 24 décembre 2020.

III – LES PRINCIPALES PROPOSITIONS

A l’issue des discussions, qui se sont globalement déroulées dans la courtoisie, la bonne ambiance et un climat apaisé, les points ci-après ont été évoqués par les participants :

A- Au titre des mesures d’apaisement de l’environnement politique :

1. La poursuite des discussions à un haut niveau entre le Président de la République et le Président Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA;

2. La libération des personnes poursuivies pour des faits liés au mot d’ordre de désobéissance civile de 2020 et à la crise post-électorale de 2010 ;

3. La poursuite des procédures judiciaires en cours, afin d’éviter toute impunité ;

4. La réparation et le dédommagement des victimes des violences ;

5. La repentance des auteurs et des acteurs politiques pour les actes de violence perpétrés ;

6. Le maintien du cadre de dialogue politique au-delà des échéances électorales ;

7. L’organisation d’assises nationales pour la paix et la réconciliation.

B- Au titre de la Commission Electorale Indépendante (CEI) :

1. La désignation des membres des bureaux des Commissions Electorales Locales par voie élective, tout en encourageant les partis politiques à des compromis sur le terrain ;

2. Le retour dans les organes de la Commission Electorale Indépendante des partis politiques membres qui ont suspendu leur participation ;

3. L’élargissement de la composition de la Commission Centrale de la CEI à d’autres partis politiques sans préjudice de l’équilibre de celle-ci.

C- Au titre des autres questions liées au processus électoral :
Conformément aux termes du discours du Premier Ministre lors de la séance plénière marquant l’ouverture du Gouvernement à discuter d’autres points liés au processus électoral, les participants ont fait les propositions suivantes :

1. L’amélioration du découpage électoral, en maintenant les acquis ;

2. Le financement public des candidats aux élections législatives ;

3. La remise aux partis politiques de la version de la liste électorale comportant des photos ;

4. L’égale valeur probante des procès-verbaux remis aux représentants des candidats dans les bureaux de vote avec ceux détenus par la CEI ;

5. La remise aux représentants des candidats d’exemplaires du procès- verbal de compilation après le dépouillement par les Commissions Electorales Locales ;

6. L’introduction de la proportionnelle intégrale aux élections législatives pour les circonscriptions ayant plus de deux sièges.

IV- LES RECOMMANDATIONS :

A l’issue du dialogue politique, les parties prenantes, condamnent unanimement la violence et l’incivisme sous toutes leurs formes, comme mode de conquête et de gestion du pouvoir d’Etat, conformément au préambule de la Constitution Ivoirienne.

Les parties prenantes font les recommandations suivantes :

1 . Avant la tenue des élections législatives :

1. La désignation des membres des bureaux des Commissions Electorales Locales, conformément aux dispositions légales en vigueur ;

2. Le retour dans les organes de la Commission Electorale Indépendante des partis politiques membres qui ont suspendu leur participation ;

3. L’élargissement à d’autres partis politiques, de la composition de la Commission Centrale de la CEI, conformément aux recommandations de la CEDEAO, sans préjudice de l’équilibre de celle-ci ;

4. La remise aux représentants des candidats d’exemplaires du procès- verbal de compilation après le dépouillement par les Commissions Electorales Locales ;

5. L’organisation des élections législatives en mars 2021 ;

6. Le renforcement de la sécurisation du processus électoral ;

7. La levée du mot d’ordre de désobéissance civile ;

8. La mise en œuvre de mesures qui concourent à l’apaisement de l’environnement politique.

2- A moyen et long termes :

1. La poursuite des discussions à un haut niveau entre le Président de la République et le Président Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA ;

2. Les participants encouragent le Président de la République à ouvrir des discussions avec le Président Laurent GBAGBO et tous autres leaders politiques ;

3. L’égale valeur probante des procès-verbaux remis aux représentants des candidats dans les bureaux de vote avec ceux détenus par la CEI ;

4. L’amélioration du découpage électoral, en maintenant les acquis ;

5. La repentance des auteurs et des acteurs politiques pour les actes de violence perpétrés ;

6. La prise de mesures en faveur des personnes poursuivies pour des faits liés au mot d’ordre de désobéissance civile de 2020 et à la crise post-électorale de 2010, au terme des procédures judiciaires en cours ;

7. Le maintien du cadre permanent de dialogue politique ;

8. La signature d’une charte de bonne conduite par les leaders politiques.

Les participants s’engagent fermement à entreprendre, conjointement, des actions de promotion et de renforcement de la cohésion sociale.

Les participants ont convenu que toutes les propositions n’ayant pas fait l’objet de recommandation formelle seront examinées dans le cadre des sessions ultérieures du dialogue politique.

Fait à Abidjan, le 29 décembre 2020

Pour le RHDP ADAMA BICTOGO
Pour le PDCI-RDANIAMKEY KOFFI
Pour le GOUVERNEMENT Gal VAGONDO DIOMANDE Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité

Pour le FPI/AFD CHRISTINE KONAN
Pour la LMP KABRAN APPIA
Pour EDS GEORGES A. OUEGNIN
Pour l’AID DJEDJE ZADY
Pour le RENOUVEAU DOUMBIA SOUMAILA
Pour le GP-PAIX DEMOCRATIQUE AMEDEE DJE
Pour l’UDR GADEAU REINE LYDIE
Pour l’URD EHOUMAN GILBERT
Pour l’UDCY GNANZI GUELA ANICET
Pour l’OIDH KOUAME KOFFI LEON
Pour le RPP TIBE BI RAYMOND
Pour le CONCORDE ALCIDE DJEJDJE
Pour la POECI KONE IBRAHIMA
Pour PEACE-CI KAMARA MYLENE
Pour la CSCI MAHAMADOU KOUMA
Pour le GPATE ABRAHAM D. YAUROBAT
Pour la 2PFJ JEAN LUC GOGBEU
Pour le GOFEHF RACHEL GOGOUA
Pour l’APDH ARSENE NENE BI
Pour l’AFJCI ASSA AKOH SIMONE
Pour le GEIA DAH OLIVIER

Comments

comments

Nationale

Côte d’Ivoire/ législatives: l’opposition ivoirienne vole en éclats

Publié

activé

Image d'illustration

 À l’approche des élections législatives, l’opposition ivoirienne se divise à petits coups. C’est ce qu’a fait savoir le directeur de publication du site Ivoirnewsinfo.net.

« C’est fait l’opposition vole en éclats. Une nouvelle plateforme bientôt… Arguant qu’ils sont les plus nombreux et les plus riches, le pdci et les Gor n’ont voulu faire montre d’aucune flexibilité lors des discussions pour le choix des candidats de l’opposition aux législatives. Faisant montre d’un excès de suffisance et de mépris ils ont décidé d’imposer leurs candidats dans toutes les localités.

 

Comme il fallait s’y attendre, cela irrita les autres partis qui claquèrent la porte. Ils décident toutefois créer leur propre plateforme. Elle comprendra le fpi, leader, l’udpci, l’urd, le Cojep. Nous y reviendrons », a indiqué Édouard Yro, directeur de publication du site Ivoirnewsinfo.net.

Selon ce journaliste la division a finalement eu raison de l’opposition qui avait voulu aller à ces élections législatives en rang serré c’est–dire en présentant un unique candidat par localité. Mais hélas, ce vœu ne fera pas long feu car chaque parti présentera son candidat. Notons que depuis les élections présidentielles du 31 octobre passé, l’opposition dans tout son ensemble s’était réunie pour faire face au RHDP mais sa participation à ces élections législatives a fini par la diviser.

Pastoré

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Monique Gbekia (Présidente de LIDER): “Il faut un leadership nouveau en Côte d’Ivoire”

Publié

activé

monique-gbekia-lider
Monique Gbékia Présidente de LIDER

Mme Monique Gbékia, Présidente de LIDER, n´a pas derogé à la règle de présentation de voeux de nouvel an au peuple de Côte d´Ivoire. Ci-dessous son adresse à la nation.

Militantes et militants de LIDER; Ivoiriennes, Ivoiriens, chers compatriotes; Madame, Monsieur, amis de la Côte d’Ivoire…

En fermant la porte de 2020, ce n’est pas qu’une seule année difficile que nous laissons derrière nous, ce sont les deux premières décennies du 21e siècle que nous achevons sans gloire.

Que dire ? Les crises sociales, politiques et militaires successives n’ont pas forcément révélé le meilleur de nous-mêmes : entrée douloureusement dans le 3e millénaire, la Côte d’Ivoire en clôture avec peine les 20 premières années. Les défis économiques, technologiques et humains n’ont toujours pas été relevés dans un contexte de compétition mondiale où la faiblesse est un risque considérable.

C’est pourquoi, en ouvrant ce nouveau cycle calendaire, en nous enfonçant davantage dans ce 3e millénaire de tous les miracles humains, je souhaite pour la Côte d’Ivoire, une prise de conscience des immenses défis qu’il nous reste à relever. Cette demande de progrès nécessite un leadership nouveau que LIDER, avec son candidat, Mamadou Koulibaly, est prêt à relever avec tous ses partenaires de l’opposition significative de Côte d’Ivoire. Ceci commence aujourd’hui par la restauration de l’état de droit en grande souffrance sous le régime actuel.

En attendant cet avènement prochain, je vous souhaite de joyeuses célébrations du nouvel an dans la paix, dans l’amour et la fraternité universelle.

Bonne année 2021

Mme Monique Gbékia, Présidente de LIDER

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

“Ouattara a été le cauchemar des ivoiriens en 2020” Haumar Sory (LIDER)

Publié

activé

Haumar Sory, Délégué régional à l'implantation de LIDER pour la Suisse et l'Italie. Photo d'Illustration

À l’occasion du nouvel An, Haumar Sory, délégué régional à l’implantation de LIDER en Suisse et Italie, a adressé un message aux ivoiriens. Nous en avons reçu copie que nous publions

Le dynamisme imparable du temps vient de baisser le rideau sur l’année 2020, pour mettre les projecteurs sur l’année 2021. Quelle année ! Est-on tenté de s’exclamer quand on repasse les événements qui ont marqué cette année qui s’est achevée.
Sans conteste, l’événement marquant, en 2020, pour le monde entier est l’apparition du nouveau Coronavirus. Cette épidémie grippale apparue en Chine et qui s’est très vite transformée en un véritable cauchemar pour tous les pays du monde, mais surtout pour les pays les plus développés.

Alassane Ouattara, le cauchemar des ivoiriens

Mais « chacun ses cauchemars », comme aime à le dire Nathalie Yamb, conseillère du Professeur Mamadou Koulibaly. En effet, à la différence des pays développés, mon pays, la Côte d’Ivoire, a eu pour cauchemars en 2020, non pas le COVID-19, mais plutôt Alassane Dramane Ouattara et son élection présidentielle du 31 octobre. Ce rendez-vous de célébration de la démocratie et de la liberté d’opinions sous d’autres cieux, a été au contraire, une fois encore, comme nous en avons coutume en Côte d’Ivoire avec ce dernier, un rendez-vous d’endeuillement de nombreuses familles, avec la mise en service de la nouvelle force de maintien de l’ordre de Alassane Dramane Ouattara : « les microbes ». Ces « enfants en conflit avec la loi », fidèles à leur réputation ont tué, décapité, mutilé et brûlé, souvent des familles entières, alors que les ivoiriens, dans leur aspiration légitime à la démocratie, manifestaient pour exiger des élections libres, justes, transparentes et inclusives. La suite, on la connaît : une parodie électorale consécutive à l’entêtement du président sortant et dont l’issue n’est pas reconnue par le peuple ivoirien.
Je voudrais, ici, témoigner toute ma reconnaissance à ces milliers d’ivoiriens qui se sont mobilisés pour faire barrage à cette imposture électorale. J’exprime ma compassion aux familles endeuillées par cette barbarie signée et souhaite la paix du repos à l’âme de ces centaines de jeunes ivoiriens tombés sur le chemin de la marche de notre pays vers la démocratie. Leur sacrifice n’est pas, et ne sera pas vain.
Ce sacrifice n’est pas vain parce qu’il aura permis de ternir l’image d’homme fréquentable d’Alassane Dramane Ouattara aux yeux des nations modernes et civilisées. Le boucher des lagunes ne tient que par les intérêts financiers de ses tuteurs français qu’il arrive encore à préserver. Cela donne une indication claire et précise aux ivoiriens quant à l’orientation stratégique à donner à la lutte en cette nouvelle année 2021, pour en finir avec la dictature d’Abidjan.

Voeux d’unité

Cette nouvelle année pour laquelle je m’interdirai de souhaiter aux ivoiriens les traditionnels vœux de santé, de prospérité et de bonheur. Dans un pays où l’accès à des soins de qualité est un privilège, où 90% des emplois crées le sont dans le secteur informel, où la pauvreté est endémique et où la liberté est prise en otage par une justice injuste, ces vœux ne seront, pour moi, que des vœux pieux.
En revanche, mes vœux pour les ivoiriens, mais aussi pour la classe politique, seront des vœux d’amour et de courage. Le courage de nous aimer les uns les autres. Cet amour qui nous donnera la force de cette union qui fait notre force face à l’oppresseur Alassane Dramane Ouattara, que nous vaincrons ainsi. Mamadou Koulibaly n’a-t-il pas dit : « un peuple uni, jamais ne sera vaincu » ? C’est donc l’unité, le socle sur lequel nous bâtirons la victoire du peuple dans ce combat contre l’asservissement que nous n’avons d’autres choix que de continuer.
Ensemble, nous serons plus fort en 2021 !
Bonne et heureuse année à toutes et à tous.
Haumar Sory
Délégué Régional à l’Implantation
LIDER Suisse & Italie
*Le titre et les sous-titres sont le rédaction

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances