Restons en contact

Citoyenneté

Côte d’Ivoire: Rentrée universitaire sous fond de décalage horaire

Publié

activé

les étudiants de la Faculté de droit de l'université Félix Houphouet Boigny, "père fondateur du pays", ne vont commencer que maintenant, l'année scolaire 2018-2019, soit une année de retard sur le cursus

Partout dans le monde, la rentrée scolaire et universitaire 2019-2020 bat son plein.

Si elle n’a pas dejà commencé dans certains pays, elle y pointe en tout cas le nez.

En Côte d’Ivoire malheureusement, les étudiants de la Faculté de droit de l’université Félix Houphouet Boigny, “père fondateur du pays”, ne vont, que maintenant, commencer l’année scolaire 2018-2019, soit une année de retard sur le cursus.

Cette situation a fait l’objet d’échanges, sur Twitter, entre Mamadou Koulibaly, Professeur en économie dans la même université, par ailleurs, candidat de LIDER à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, et un étudiant de la dite faculté.

Le Professeur, dans un Tweet tinté d’ironie et d’humour que nous mettons à votre disposition ci-dessous, a évoqué le décalage horaire pour justifier ce retard sur le calendrier scolaire universel.

 

Hervé Christ

Comments

comments

Citoyenneté

[VIDEO] Santé: Tiassalé a reçu la Caravane de Santé Mamadou Koulibaly

Publié

activé

219 patient(e)s dépisté(e)s gratuitement du cancer du sein et du col de l’utérus, du diabète, de l’hypertension et des maladies rénales à Tiassalé et Azaguié

Entamée depuis 2018, sous l’égide de Jean-Charles Wognin, Délégué National à la Santé de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER), la Caravane de Santé Mamadou Koulibaly, était à Tiassalé, le jeudi 22 août 2020.

Une centaine de personnes, hommes et femmes, ont pu ainsi être dépistées gratuitement du cancer du sein et du col de l’utérus, du diabète, de l’hypertension et des maladies rénales à cette occasion.

Le correspondant de Leadernews à cet événement nous en propose un résumé dans cette vidéo.

 

Hervé Christ

 

Comments

comments

Continuer la lecture

Citoyenneté

Côte d’Ivoire: “Alassane Ouattara, le vrai père de l’Ivoirité ?” (Opinion)

Publié

activé

Son Excellence M. Alassane Ouattara, président de la République de Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : “Alassane Ouattara, le vrai père de l’Ivoirité ?” (Opinion)

par Afrik Soir on 12 juin 2019

Pourquoi diantre je n’ai pas le droit de dire que je suis Ivoirien ?Pourquoi les autres ont le droit de m’appeler gnak au Sénégal mais je n’ai pas le droit de lui rappeler qu’il vient du Sénégal. Les autres peuvent traiter l’ivoirien de « grande gueule » mais lui n’a pas le droit d’énoncer un stéréotype concernant son pays.

Le faire ou l’insinuer fait de moi automatiquement un xénophobe. Ivoirien, à un moment, il faut se départir de ce faux complexe. Dieu m’a fait grâce de connaître d’autres pays et très récemment le pays du monde libre. Dans chacun de ces pays on me disait. « Toi à ta façon de faire et t’habiller tu ressemble à un ivoirien » je n’ai pas traité quelqu’un de xénophobe. J’étais d’ailleurs fier. 

A mes rayures les autres reconnaissaient que j’étais un tigre. Ma culture se lisait dans ma façon de faire. Mais il suffit que l’ivoirien disent Burkinabé, malien, sénégalais ou je ne sais quoi encore pour qu’on le traite de xénophobe.

 

pourquoi nous en sommes là aujourd’hui ? Nous en sommes là Parceque Alassane Ouattara a tellement instrumentalisé ce vocable. Il a tellement joué sur cette corde de l’ivoirité que l’ivoirien a honte de revendiquer sa préférence nationale. Le faire ce serait blesser les autres. En gros c’est un outrage.

 Ce venin du complexe d’être ivoirien Alassane Ouattara a su le placer habillement dans la matrice de nombreux ivoiriens notamment de deux groupes démographiques importants en Côte d’Ivoire : les musulmans et les ressortissants du nord. Qui ne se rappelle pas cette fameuse phrase? « On ne veut pas que je sois président, parce que je suis musulman et du nord »

 Avec cette simple phrase il s’est autoproclamé souffre-douleur d’un système. Moi, Daouda Coulibaly, né à Bouaké. Originaire d’Odienne plus précisément de Tieme, je ne me suis jamais senti concerné par ce vocable Ivoirité. Je ne me suis jamais senti persécuté. Je n’ai pas à justifier de ma nationalité. Je le suis un point. Un tigre, un vrai ne clame pas sa tigritude. Ça se voit à ses rayures. Dieu merci dans mes mots et mes accoutrements on sait déjà. Pourquoi devrais-je polémiquer. Pourquoi je dois me sentir concerné ?

 Hélas, c’est toujours nos parents du nord qui se sentent touchés par ces propos. A un moment, si vous vous sentez obligés de justifier de votre nationalité c’est que les gens ont peut-être raison.

 Il n’y a pas de honte à être ivoirien et à revendiquer sa préférence nationale. Où est donc le crime que certains fassent passer les nationaux avant les autres. Excusez moi, mais tout près de nous à Dakar, en tant qu’ivoiriens je paye plus que le sénégalais pour voir l’île de Gorée notre histoire commune. Si ce n’est pas de la préférence nationale c’est quoi?

 A un moment, il faut arrêter avec ce faux complexe sans nom que le président veut nous imposer. J’aime l’étranger mais je préfère ma nation.

 Daouda Coulibaly

Comments

comments

Continuer la lecture

Citoyenneté

Côte d’Ivoire/La nouvelle CNI: Une carte à puce électronique sécurisée et à multi-usage!

Publié

activé

Carte Nationale d'Identité, Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire/ La nouvelle CNI : Une carte à puce électronique sécurisée et à multi-usage!

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Sidiki Diakité a présenté, ce jour, aux députés membres de la Commission des Affaires Générales et Institutionnelles (CAGI) de l’Assemblée nationale qui l’ont adopté, un projet de loi instituant une carte nationale d’identité biométrique.«La carte nationale d’identité biométrique peut servir de carte d’électeur, de permis de conduire, de carte bancaire .., » a-t-il expliqué.

A l’occasion, le ministre Sidiki Diakité a annoncé que la validité des cartes nationales d’identité ivoiriennes en vigueur pourrait être prorogée jusqu’à la fin de la confection des cartes biométriques.Cette  prorogation sera examinée par le gouvernement et la date de péremption des cartes d’identité en vigueur fera l’objet d’un décret de prorogation jusqu’à la fin de la confection des CNI biométriques qui démarre en octobre », a révélé le ministre Sidiki Diakité.

Expliquant le bien-fondé de cette prorogation, il a précisé qu’elle s’impose pour permettre à l’opérateur  qui finance à 70% le coût global de l’investissement du système de production, d’interconnexion et d’équipement  estimé à  50 milliards FCFA, de mettre en place la solution technologique».

Non sans rassurer que les cartes nationales d’identité seront renouvelées avant le 31 décembre 2019.Abordant la question de la nouvelle carte nationale d’identité, objet de la séance du jour, il a souligné que l’institution de cette carte est motivée par des impératifs de sécurité et la libre circulation des biens et des personnes dans l’espace CEDEAO.

C’est une carte à puce électronique sécurisée et à multi-usage contenant des informations biographiques et des données biométriques. «La carte nationale d’identité biométrique peut servir de carte d’électeur, de permis de conduire, de carte bancaire .., » a-t-il expliqué.

Comme innovations majeures, la nouvelle carte d’identité est, selon le commissaire du gouvernement, d’un niveau plus sécurisé et les matériaux utilisés sont plus durables en plus d’être multi usages. Bien que la carte nationale d’identité en vigueur soit biométrique, il convient d’indiquer que la présente qui la remplace désormais arbore un design différent avec des mentions obligatoires et optionnelles.

Destinée aux seuls citoyens ivoiriens, elle est individuelle et obligatoire pour tout citoyen âgé d’au moins seize ans. Elle  peut être également délivrée à tout citoyen ivoirien âgé d’au moins 5 ans.
Dans l’espace de la CEDEAO, le Sénégal est le premier pays de la communauté à mettre en œuvre cette recommandation issue de la 46ème session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tenue à Abuja le 15 décembre 2014.

D’autres États ont emboîté le pas au Sénégal dont le Ghana, le Mali, la Guinée, le Burkina Faso, le Bénin et la Gambie.
Source ministère de l’intérieur.

Comments

comments

Continuer la lecture
Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances