Restons en contact

Nationale

Des affrontements possibles lors de la grève des fonctionnaires prévue pour le 23 janvier prochain

Publié

activé

“Des fonctionnaires syndiqués vont faire grève dans tout le pays en Côte d’Ivoire, du 23 au 31 janvier. Manifestations connexes, affrontements possibles.” Telle est la substance du message d’alerte envoyé par la plateforme Alertstar à ses abonnés;

Le lanceur d’alertes asiatique précise: “contactez les établissements de santé à l’avance pour obtenir des informations sur les temps d’attente, qui peuvent varier selon les hôpitaux et les cliniques. Planifiez en conséquence une augmentation de l’absentéisme chez les employés qui sont parents ou tuteurs d’enfants d’âge scolaire; envisagez de proposer des accords de télétravail. Par mesure de précaution, évitez toutes les manifestations et les zones où les forces de sécurité semblent se déployer. Si des foules se forment, quittez immédiatement la zone et cherchez un abri dans un endroit sûr.”

Mais que se passe-t-il exactement?

Les employés syndiqués du secteur public représentés par le Mouvement contre la grande injustice sociale au sein de la fonction publique, Action contre la grande injustice sociale au sein de la Fonction publique, MACGI – une organisation  comprenant plusieurs groupes de travailleurs – prévoit de faire grève sur l’ensemble du territoire, 23-31 janvier. L’arrêt de travail devait initialement se dérouler du 15 au 23 janvier mais a été reporté à la suite de consultations avec le ministère de la fonction publique. Le MACGI, qui comprend au moins 19 syndicats, demande une amélioration des régimes d’avantages sociaux et de la transparence de l’emploi. Les syndicats en grève comprennent l’Union des fonctionnaires et agents du ministère de la Culture et de la Francophonie (SMCF), l’Union nationale des fonctionnaires et agents du ministère de la Communication et des Médias (SYNAFAMICOM), le Syndicat du personnel administratif et technique de la Ministère des Affaires étrangères (SYPATMAE-CI), l’Union nationale des agents des ministères hydrauliques (SYNAMH) et l’Union nationale des assistants administratifs de Côte d’Ivoire (SYNAA-CI).

L’arrêt de travail aura probablement un impact significatif sur les bureaux administratifs du gouvernement, les établissements de santé publics et les écoles publiques. Les agences gouvernementales, ainsi que les hôpitaux et cliniques publics, n’offriront probablement que des services limités pendant la durée de la grève en raison de pénuries de personnel; cependant, les établissements médicaux publics continueront probablement de fournir des soins d’urgence.

Bien que la direction du MACGI n’ait pas appelé spécifiquement à des manifestations, les grévistes pourraient organiser des manifestations. Les rassemblements pourraient avoir lieu en dehors des installations gérées par le gouvernement – telles que les écoles, les hôpitaux et les bureaux administratifs – dans les grandes villes et villages, notamment Abidjan, Yamoussoukro, Bouaké, San Pedro et Korhogo. La police se déploiera massivement pour surveiller toute manifestation. Des affrontements sont à craindre, car les agents de sécurité pourraient recourir à la force pour disperser les rassemblements publics. Des perturbations de la circulation sont aussi à prévoir.

Source: Alertestar

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 10 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nationale

URGENT! Nathalie Yamb donne les solutions contre la vie chère

Publié

activé

Nathalie a fêté son 52e anniversaire, hier jeudi 22 juillet 2021. L’euphorie de la célébration de cet évènement majeur dans la vie de toutes et de tous ne l’a aucunement éloigné de la réalité du quotidien des ivoiriens. Dans une vidéo qu’elle a publiée sur youtube, elle explique comment lutter contre la vie chère, réalité à laquelle les ivoiriens ont à faire face actuellement. Nous vous la partageons ici.

 

Herve Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Cherté de la vie en Côte d´Ivoire, Mamadou Koulibaly avait prevenu

Publié

activé

Mamdou Koulibaly, Maire d´Azaguié opposant politique ivoirien

Mamadou Koulibaly alertait le peuple de Côte d´Ivoire en Octobre 2016 quand il faisait campagne contre l´adoption de la constitution Alassane Ouattara. Une nouvelle constitution qui instaurait de nouvelles institutions budgetivores. Aujourd´hui les ivoiriens ne contiennent plus leur souffrance face à l´augmentation des prix de tous les produits.

“Vous pensez qu’il (Président Ouattara) va financer tout ce lot avec quoi ? Les sénateurs, les conseillers économiques et sociaux, le vice-président, le gouvernement, le premier ministre… etc.
Ce sont vos impôts.

Si vous allez voter oui à ce référendum, demain ne venez pas dire, comme le Président Babily “que la vie est chère hein”. Dans l’État, quand vous gérez des dépenses, il faut des recettes pour les financer. Il n’y a pas de dîner gratuit. (…).Si vous acceptez le Sénat, vous (les ivoiriens) paierez les sénateurs. Si vous acceptez les conseillers économiques et sociaux, ces députés, le vice-président, vous les paierez.

Et pour payer, c’est le courant, l’eau, le téléphone, les médicaments, l’essence, vous allez payez (…) etc qu’ils vont augmenter et vous paierez les taxes. Ne venez pas dire après que la vie coûte chère alors que vous-mêmes avez voté pour des dépenses supplémentaires. Vous pensez que l´argent va venir du ciel? Vous pensez que l´argent va venir du ciel? Non! Si vous dites je vote pour le Sénat, vous dites en même temps, je vote pour l´augmentation du prix du courant (…). Tant que ce sera comme cela on va être tondu comme des moutons (…)” déclarait Mamadou Koulibaly.

Leadernewsci 

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

LIDER: Voilà pourquoi le président du 4e Congrès a claqué la porte

Publié

activé

Paul Hervé Agoubli, Délégué national à la communication et président du 4e congrès de LIDER

Ouvert le 14 juillet 2021 dernier, le 4e Congrès ordinaire de Liberté et démocratie pour la république (LIDER), se tient actuellement au siège dudit parti.

Ce congrès, censé être des retrouvailles festives pour célébrer les 10 années d’existence de LIDER, est devenu plutôt le théâtre de l’étalage des graves dissensions qui minent le parti fondé par le professeur Mamadou Koulibaly.

Après le 1er vice-président du parti, Yacourwa Koné, qui le 09 juillet 2021, présentait sa démission du cabinet, en évoquant en autres “un collège électoral frappé de suspicion légitime” pour ce congrès, ce fut au tour du Délégué national à la communication et président du 4e congrès, Paul Hervé Agoubli de claquer la porte. Cela, le 14 juillet 2021, dès la clôture du premier jour des travaux.

il donne ses raisons:

Bonsoir à tous,
Je notifie par ce message mon intention de quitter les travaux du congrès, le bilan ayant été fait et les perspectives ayant été débattues.

À ce stade, et décidant pour moi, sans conséquence sur les choix que chaque personne pourra faire, c’est un truisme même que de le dire, j’estime que le statu quo lié à la décision de justice est une impasse. Les membres de ce LIDER qui (re)naît iront-ils aux prochaines élections sous la bannière de leur parti ? La question liée à la création ou non d’un nouveau parti n’ayant pas été clairement donnée avant qu’il ne soit décidé séance tenante de l’élection d’un président n’entraîne pas mon adhésion et je ne puis m’y résoudre comme on a vu dans la salle que je m’y suis opposé par mon abstention.

Au surplus, le défaut d’un membre à un Congrès sans justificatifs n’est pas chose banale pour qu’on considère l’absence de Mamadou Koulibaly comme un fait anecdotique. Là encore, nous n’avons pas regardé froidement la situation, à mon avis, pour dire clairement que le nouveau/ancien parti qui (re)naît s’émancipe de lui alors que 98% des intervenants sur la question ont dit être là au nom du leadership qu’il incarne.

En tout état de cause, je me retire de ces assises en souhaitant bonne chance à tous ceux, amis chers, qui continuent, comme on dit, la lutte. Mon affection au prochain président, une personne digne d’estime, avec mes vœux de plein succès dans sa mission future.
Paul-Hervé AGOUBLI

Lettre de démission de Yacourwa Koné, 1er vice-président de LIDER

Un autre responsable du parti, Haumar Sory, Délégué régional à l’implantation de LIDER en Suisse et en Italie a affirmé, à travers un post facebook, ne pas être solidaire des travaux de ce congrès.

Le congrès est prévu pour s’achever le samedi 17 juillet 2021. Nous reviendrons sur les conclusions de ce congrès.

Seraphin Kouamé

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances