Restons en contact
Campagne #MamKoul2020

Internationale

Plus de 600 cas confirmés en Afrique, selon l’OMS

Publié

activé

Brazzaville, 19 mars 2020 – Plus de 600 cas de COVID-19 ont été confirmés dans 34 pays d’Afrique au 19 mars, contre 147 il y a une semaine. Bien que la région ait connu une augmentation significative des cas confirmés récemment, il y a encore moins de cas que dans d’autres parties du monde.

«L’évolution rapide du COVID-19 en Afrique est profondément inquiétante et constitue un signal clair pour l’action», a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). «Mais nous pouvons encore changer le cours de cette pandémie. Les gouvernements doivent puiser dans toutes leurs ressources et capacités et renforcer leur réponse. »

Douze pays de la région africaine connaissent actuellement une transmission locale. Il est essentiel que les gouvernements empêchent la transmission locale d’évoluer vers le pire des scénarios de transmission communautaire durable et généralisée. Un tel scénario représentera un défi majeur pour les pays dont les systèmes de santé sont faibles.

«L’Afrique peut tirer des enseignements de l’expérience d’autres pays qui ont connu une forte baisse des cas de COVID-19 en intensifiant rapidement les tests, en isolant les cas et en suivant méticuleusement les contacts», a déclaré le Dr Moeti.

Comprendre comment la pandémie de COVID-19 évoluera en Afrique est encore un travail en cours. La réponse devra être adaptée au contexte africain – la démographie du continent est très différente de la Chine, de l’Europe et des États-Unis. L’Afrique a la population la plus jeune du monde et il semble que les personnes âgées soient plus vulnérables au COVID-19. Cependant, une analyse préliminaire révèle que les personnes atteintes d’affections sous-jacentes sont plus à risque. Dans la Région, près de 26 millions de personnes vivent avec le VIH. Plus de 58 millions d’enfants ont ralenti leur croissance en raison de la malnutrition. Il est donc possible que les jeunes soient plus à risque en Afrique que dans d’autres parties du monde.

L’OMS a aidé les gouvernements à détecter précocement en fournissant des kits de test COVID-19 aux pays africains, en formant des techniciens de laboratoire et en renforçant la surveillance dans les communautés. Quarante-cinq pays africains peuvent désormais tester le COVID-19: au début de l’épidémie, seuls deux pouvaient le faire. L’OMS fournit également un soutien à distance aux pays touchés sur l’utilisation des outils de données électroniques, afin que les autorités sanitaires nationales puissent mieux comprendre l’épidémie dans leurs pays. Des équipements de protection individuelle ont été expédiés dans 24 pays et une deuxième expédition est en cours de préparation pour les pays dont les cas sont confirmés.

«COVID-19 est l’un des plus grands défis sanitaires auxquels l’Afrique a été confrontée en une génération», a déclaré le Dr Moeti. «Nous ne pouvons arrêter ce virus que par solidarité. Et le monde se rassemble. Les donateurs se mobilisent et fournissent des financements tandis que le secteur privé dans de nombreux pays offre également son soutien. »

Les enseignements tirés de la lutte contre les épidémies précédentes servent de fondement à la riposte.

Les mesures préventives de base par les individus et les communautés restent l’outil le plus puissant pour empêcher la propagation du COVID-19. Pour cette raison, l’OMS aide les autorités locales à créer des messages radio et des spots télévisés pour informer le public des risques de COVID-19 et des mesures à prendre. L’OMS mène également des activités de gestion des rumeurs dans tous les pays touchés et guide les pays dans la mise en place de centres d’appels et de lignes directes pour garantir que le public est informé.

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 + 13 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Internationale

Coronavirus: La Chine a-t-elle a menti sur le nombre de morts?

Publié

activé

Par Leadernewsci,  le 02 Avril 2020

Un rapport du renseignement américain révèle que Pékin aurait déclaré des chiffres largement sous-évalués du nombre de victimes de la pandémie.

Selon Washington, la Chine aurait dissimulé la gravité de l’épidémie pendant des mois.
3319
Les États-Unis sont parvenus à la conclusion que la Chine a menti sur son bilan du nouveau coronavirus. Celui-ci serait largement sous-évalué, selon un rapport du renseignement américain relayé mercredi par plusieurs parlementaires.

L’agence Bloomberg a évoqué mercredi ce rapport confidentiel remis la semaine dernière à la Maison-Blanche. Le renseignement y estime que le nombre de morts et de cas de contamination affichés par Pékin sont faux, intentionnellement en-deçà de la réalité, affirme l’agence d’information.

«Le Parti communiste chinois a menti, ment et continuera à mentir au sujet du coronavirus pour protéger le régime», a réagi le sénateur républicain Ben Sasse. «Le renseignement américain a désormais confirmé ce que nous savions déjà: la Chine a dissimulé la gravité de ce virus pendant des mois, a abondé son collègue de la Chambre des représentants William Timmons. Le monde paie à présent pour leurs erreurs.»

L’administration de Donald Trump, à commencer par le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, a très sévèrement critiqué la Chine ces dernières semaines, estimant qu’elle avait manqué de transparence sur la portée de l’épidémie à l’égard du reste du monde. Mais elle n’avait jusqu’ici pas accusé aussi clairement Pékin d’avoir menti sur son bilan.

Urnes funéraires comme indicateur

Mardi, la coordinatrice de la cellule de crise mise en place par la Maison-Blanche pour lutter contre la pandémie a toutefois semblé confirmer que le bilan chinois était sous-évalué.

«Je pense que la communauté médicale a interprété les chiffres chinois en pensant que c’était grave, mais moins que redouté, probablement, à la lumière de ce que nous voyons maintenant en Italie et en Espagne, car nous ne disposions pas d’un nombre important de données», a dit le Dr Deborah Birx.

La Chine, où le premier malade a été détecté officiellement en décembre, a enregistré 3312 morts et 81’554 cas, d’après les chiffres rendus publics. Soit moins que les États-Unis, où le Covid-19 a fait à ce jour plus de 4600 morts et contaminé plus de 209’000 personnes, selon le comptage de l’Université Johns Hopkins, qui fait référence.

Mais de nombreux experts estiment que les données chinoises sont largement sous-évaluées. Ils se basent notamment sur le grand nombre de familles qui se présentent ces derniers jours pour récupérer des urnes funéraires avec les cendres de leurs proches à la faveur de la levée du confinement à Wuhan, berceau de la pandémie.

source: AFP

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Coronavirus : la CEDEAO se prononce sur le traitement avec la chloroquine

Publié

activé

La CEDEAO dans sa décision, approuve la chloroquine pour traiter le coronavirus. D’après L’Observateur, l’organisation sous-régionale a dressé, le vendredi dernier, avec toutes les précautions à observer une posologie pour l’usage de la chloroquine associée à d’autres molécules.

Concernant les patients souffrant d’une forme légère du nouveau coronavirus, la CEDEAO interdit un traitement antiviral pour les symptômes. Elle recommande à ce qu’ils soient traités au paracétamol en première intention. S’agissant du traitement des patients, souffrant d’une forme sévère du coronavirus, la CEDEAO donne son autorisation pour un traitement antiviral supplémentaire avec l’hydroxychloroquine de 5 à 7 jours en cas de suivi à domicile. A ce niveau, la CEDEAO recommande des soins d’appoint optimaux à l’hôpital, rapporte l’observateur.

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Russie: Poutine prend des mesures pour soutenir les familles

Publié

activé

Poutine propose des congés hypothécaires et des prêts, de nouveaux paiements pour les familles avec enfants pour lutter contre les répliques de Covid-19

Le président russe Vladimir Poutine a proposé un ensemble d’avantages sociaux et économiques, visant à soulager les citoyens alors que l’épidémie de coronavirus continue de marteler l’économie.
“Je suggère des vacances de prêt et d’hypothèque”, a déclaré mercredi Poutine à la nation lors d’un discours télévisé. Ces étapes comprennent également de nouveaux paiements pour les familles avec enfants.

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances