Restons en contact

Societe

Port-Bouet : Dr. Emmou debout auprès de ses administrés

Publié

activé

Dr. Emmou Sylvestre Député-Maire de la commune de Port-bouet

La Commune de Port-bouet, connait d’énormes difficultés structurelles, tout comme la plupart des communes du district d’Abidjan.

Depuis son élection à la tête de la Mairie de Port-bouet, Dr. Emmou Sylvestre   s’evertue avec force détermination à apporter des solutions concretes aux nombreux problèmes que connaissent ses administrés, entre autres, les innondations.

Les pluies de ces derniers jours, ont fait ressurgir le problème de canalisation des eaux de ruissellement qui provoquent des innondations dans certains quartiers cette commune.

Toute chose, qui a appelé une réaction spontanée du Maire Emmou «J’ai fait un état des lieux qui nécessite encore plus d’actions en collaboration avec les populations» assure-t-il.

En effet, il a parcouru les quartiers sinistrés de Benogosso, Abraham et 2 poteaux et d’ Adjouffou, ou il a précisément visité le Centre Espoir dans le secteur du grand terrain et au Casier.

Après les constatations, Dr. Emmou Sylvestre a tenu à rassurer ses administrés «tout sera mis en œuvre pour amplifier les travaux déjà existants dans ce quartier ainsi que dans d’autres comme à Mobibois et à Saint Exupery afin d’améliorer les voies d’accès et de créer encore plus de passages pour les eaux dans les secteurs» .

Saint Léo

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 6 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Societe

« Le 7 Août, un jour historique et spécial pour le peuple ivoirien »

Publié

activé

Aujourd’hui est un jour historique et spécial pour le peuple ivoirien. Un jour fortement chargé d´émotions pour nous, un jour de fête mais surtout de revisitation de notre histoire commune.

Nous qui n´avons pas connu l’époque de l’esclave et de la colonisation, nous qui ne vivons ces moments que par des brides d´images, les émotions et sensations de ces braves aïeux, les souffrances de nos arrières grands-parents, qui depuis les années 1500 ont connu la deshumanisante traite négrière et le crime contre l´humanité de l’esclavage.

A ces vaillants et résilients ascendants de pères et mères, qui à la fin des années 1800, ont douloureusement subi la colonisation des impérialistes esclavagistes occidentaux, nous vous rendons hommage en ce jour mémorable, hommage à vous tous nos aïeux qui êtes morts pour que nous pussions parler aujourd’hui d’indépendance.

Aujourd’hui indépendants, nous célébrons, votre mort, vos douleurs, vos offenses, vos blessures, vos souffrances, vos révoltes. Cette indépendance, notre indépendance traduit la concrétisation de vos combats, de vos luttes pour notre émancipation.

Hommage à vous tous qui avez été torturés, tués, jetés dans des fosses commune, hommage à vous nos martyres.

Pour vous, nous réaffirmons ici et maintenant notre indépendance et rejetons fermement le néocolonialisme, lien par lequel des esprits pervers veulent nous maintenir dans la dépendance. Une sournoise négation de notre si chère indépendance.

L´indépendance de notre chere Côte d´Ivoire a la valeur des souffrances et du sang versés de nos aïeux. Et si elle n’est pas complète, alors levons-nous et menons les batailles de notre génération pour une indépendance pleine. La Côte d’Ivoire se doit d´être totalement indépendante.

Hommage à nos aïeux, braves africains, fiers de leur race, de leur origine et cultures. Ils sont nos guerriers et héros de tous les temps.

Djedjagne Darius

Comments

comments

Continuer la lecture

Societe

CMU « Le gouvernement inflige un supplice au peuple » Delaroche Amessan VP Alternative Nouvelle

Publié

activé

En Côte d´Ivoire la décision d´interdiction des élèves ne possédant pas la couverture maladie universelle (CMU) à s´inscrire dans les collège et lycées  publiques, continue de susciter, de l´incompréhension et du mécontentement. Delaroche Amessan vice-président de Alternative Nouvelle à réagi face au cas de la population de Grand-Lahou.

« C´est avec des mots mesurés que j´interviens sur ce sujet. Le constat fait ici et là montre clairement que l’émoi et l´indignation sont grands dans le pays. En effet, le gouvernement à décider de conditionner les inscriptions scolaires à l’enroulement de la CMU de nos enfants, tout comme c´est le cas pour l´établissement de la nouvelle pièce d’identité ou de certains actes administratifs essentiels », affirme l´homme politique.

Très vite son constat devient un cri de coeur « nos gouvernants, nous obligent et nous enroler sans tenir compte de nos réalités. Par exemple à Grand Lahou nous avons 171 villages et campements en plus de la ville de Grand Lahou elle-même, pour un seul centre d’enrôlement de la CMU situé à l’hôpital général de Grand Lahou. Beaucoup de parents viennent avec leurs enfants de très loin et le transport leur revient en aller et retour en moyenne à 12 000 frs CFA rien que pour prendre rdv enfin d’être sur la liste de ceux qu’ils vont recevoir la semaine prochaine ».

Ensuite vient l´incompréhension  du leader politique « comme de nombreux ivoiriens, je ne comprends pas, comment un parti politique qui a longtemps lutté pour gouverner mieux leur pays peut-il affliger de la sorte son peuple ? Je n’arrive à comprendre l’esprit qui anime ce gouvernement. Ils obligent les Ivoiriens à s’enrôler et en faisant l’achat des timbres en ligne alors qu´ils savent très bien que la connexion internet n´est pas possible partout en côte d’Ivoire et surtout dans nos campements et village reculés ».

Il dénonce une décision gouvernementale inappropriée « aujourd’hui ils sont nombreux les Ivoiriens qui ont payé pour les CNI et la CMU et attendent toujours leurs cartes. Dans ce contexte, ordonner l’enrôlement des élèves pour la CMU, sans augmenter les centres d’enrôlement pour à la fin renvoyer les enfants des gens pour quelque chose qui n´a même pas de sens est malsain. Personnellement, je ne vois pas le rapport entre l´inscription dans un établissement scolaire publique et la CMU. Je vois plutôt un non-sens, un acte inconstitutionnel et en totale inadéquation avec les attentes des élèves ivoiriens, en ce sens que cette décision du gouvernement viole le droit à l´éducation d´enfants mineurs étant entendu que la majorité est à 18 ans ».

Le vice-président de Alternative Nouvelle voit en cette décision un aveu d´échec d´un projet mal ficelé, « pourquoi obliger les citoyens à avoir une assurance ? Tous savons que la souscription à une assurance est une adhésion volontaire. Cette décision qui reste fortement impopulaire, montre la confusion dans la gestion sociale de notre pays. »

Pour M. Delaroche solution viendra de son parti politique : « Il faut Alternative nouvelle pour sauver les ivoiriens du mal vivre qui gangrène notre belle Cõte d´Ivoire, du fait des décisions néfastes de ceux qui nous gouvernent ».

Saint Léo 

Comments

comments

Continuer la lecture

Societe

Journée Internationale des Droits des Femmes, beaucoup reste à faire en Côte d´Ivoire

Publié

activé

Leopold Abrotchi, écrivain, Alternative Nouvelle

08 Mars – Journée Internationale des Droits des femmes, une journée qui nous interpelle tous. C´est une occasion renouvellée pour poser la réflexion – bilan sur les droits des femmes partout dans le monde et en particulier en Côte d´Ivoire.

En cette journée Internationale des Droits des femmes, mes pensées vont à aux 60% de nos soeurs, de nos mères, de nos épouses et nos filles, qui sont encore illettrées et analphabetes. À toutes ces femmes qui dans ce 21e siècle avec ses défis technologiques, ne savent ni lire ni écrire dans la langue officielle de notre pays.

Je pense également à la situation de toutes celles qui ont fait de longues études (BTS – Licence – Master – Doctorat) et qui attendent de bénéficier d’un quota de 30% pour intégrer des institutions privées ou publiques nationales.

Je n’oublie pas celles, très nombreuses qui malgré leur formation qualifiante voire performante sont en quête d’un premier emploi ou exercent des professions ou métiers pénibles et de surcroit précaires. Engageons-nous résolument pour l´égalité professionnelle homme-femme. Par ailleurs, il nous faut continuer le combat contre les stéreotypes et les inégalités liées au genre.

Je réaffirme mon ferme soutien à toutes les violées, à ces femmes qui souffrent de violences conjugales et dont les tribunaux tardent à se prononcer sur les cas. Militons activement pour que justice leur soit rendue et que  leur droit soit respecté. Elles méritent la protection de l´État.

Plus de 60 années après l´indépendance de notre pays, beaucoup reste encore à faire en matière de Droit des femmes. Il faut des décisions fortes et participatives de la part de l´Etat, qui garantissent les droits des femmes en Côte d´Ivoire.

Je formule le voeu que cette journée 2023 soit une journée de réveil et d’éveil des consciences féminines. Que nos femmes, mères, soeurs et filles se lèvent et luttent pour leurs droits, non encore conquis.

En somme nous devons donner sa valeur à la femme. Tous ensemble travaillons pour qu’elle soit vertueuse et non dépravée; pour qu’elle soit une aide, semblable à l’homme dans notre société.

Leopold  Abrotchi

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances