Restons en contact

Nationale

Pour combattre efficacement le terrorisme à nos frontières, Paul Auguste Koffi propose

Publié

activé

Paul Auguste Koffi, Politologue

Depuis plus d´un an la système de défense de l´État de Côte d´Ivoire est harcelé par des assaillants aux methodes terroristes. Ces action de destabilisation et de terreur sont pour l´instant localisées dans le nord du pays à la frontière Ivoiro-burkinabé. De Kafolo à Tehini les forces de défenses ivoiriennes ont perdu 17 soldats au moins dans des attaques de terroristes venant du burkina faso pour l´essentiel. Paul Auguste Koffi (politologue) propose sa solution qui s´articule autour d´une série de mesures urgentes que l´État de Côte d´Ivoire doit prendre.

Selon le politologue Paul A. Koffi,  “Il nous faut avant tout, réformer notre armée sur les nouvelles dispositions voire techniques de lutte contre le terrorisme”. Il justifie cette assertion en s´appuyant sur cinq (5) élements fondamentaux:

1- Nos armées sont formées sur les techniques de guerre symétrique alors que le terrorisme lui est asymétrique. Cette façon symétrique faire la guerre est révolue

2- Nos armées sont faites pour le combat urbain et forestier alors que les groupes terroristes opèrent aujourd’hui dans des zones presque désertique voire complètement désertiques

3- Nos armées sont politisées. C’est à dire que le choix d’équiper efficacement nos troupes dépendra de l’unité et de sa position par rapport à ses exercices vis à vis du pouvoir central. Autrement dit, une unité qu’on considère efficace ou fidèle sera proche des pouvoirs pour assurer la sécurité des élites tandis que, les autres seront affectées loin et sans réel équipement ou avec un équipement vétuste

4- La mutualisation des forces armées ouest africaines reste un idéal pas encore atteint. Cela en terme de coopération et de communication sur les informations

5- Le terrorisme prospère dans des zones où l’Etat est absent. Même si le cas de la Côte d’Ivoire est différent de ceux du Niger, du Burkina Faso ou encore du Mali, des similitudes existent. Les populations se fidélisent à des groupes parce que ceux ci se substituent au gouvernement dans les apport au développement dans ces zones. Ils financent des mariages, résolvent des problèmes sociaux, donnent de l’emploi et des crédits financiers etc.

Suite donc à ce constat qui concerne les similitudes entre l´enracinement du terrorisme dans le sahel et en Côte d´Ivoire, M. Paul A. Koffi conseille le gouvernement ivoirien: “Il faut donc organiser des dialogues civilo-militaires dans ces zones, impliquer les leaders communautaires dans le processus pour aboutir à une politique botton-up ( du bas vers le haut) sans quoi vous tuerez les terroristes et non le terrorisme dans ces zones”.

Leadernewsci

Comments

comments

Nationale

URGENT! Nathalie Yamb donne les solutions contre la vie chère

Publié

activé

Nathalie a fêté son 52e anniversaire, hier jeudi 22 juillet 2021. L’euphorie de la célébration de cet évènement majeur dans la vie de toutes et de tous ne l’a aucunement éloigné de la réalité du quotidien des ivoiriens. Dans une vidéo qu’elle a publiée sur youtube, elle explique comment lutter contre la vie chère, réalité à laquelle les ivoiriens ont à faire face actuellement. Nous vous la partageons ici.

 

Herve Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Cherté de la vie en Côte d´Ivoire, Mamadou Koulibaly avait prevenu

Publié

activé

Mamdou Koulibaly, Maire d´Azaguié opposant politique ivoirien

Mamadou Koulibaly alertait le peuple de Côte d´Ivoire en Octobre 2016 quand il faisait campagne contre l´adoption de la constitution Alassane Ouattara. Une nouvelle constitution qui instaurait de nouvelles institutions budgetivores. Aujourd´hui les ivoiriens ne contiennent plus leur souffrance face à l´augmentation des prix de tous les produits.

“Vous pensez qu’il (Président Ouattara) va financer tout ce lot avec quoi ? Les sénateurs, les conseillers économiques et sociaux, le vice-président, le gouvernement, le premier ministre… etc.
Ce sont vos impôts.

Si vous allez voter oui à ce référendum, demain ne venez pas dire, comme le Président Babily “que la vie est chère hein”. Dans l’État, quand vous gérez des dépenses, il faut des recettes pour les financer. Il n’y a pas de dîner gratuit. (…).Si vous acceptez le Sénat, vous (les ivoiriens) paierez les sénateurs. Si vous acceptez les conseillers économiques et sociaux, ces députés, le vice-président, vous les paierez.

Et pour payer, c’est le courant, l’eau, le téléphone, les médicaments, l’essence, vous allez payez (…) etc qu’ils vont augmenter et vous paierez les taxes. Ne venez pas dire après que la vie coûte chère alors que vous-mêmes avez voté pour des dépenses supplémentaires. Vous pensez que l´argent va venir du ciel? Vous pensez que l´argent va venir du ciel? Non! Si vous dites je vote pour le Sénat, vous dites en même temps, je vote pour l´augmentation du prix du courant (…). Tant que ce sera comme cela on va être tondu comme des moutons (…)” déclarait Mamadou Koulibaly.

Leadernewsci 

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

LIDER: Voilà pourquoi le président du 4e Congrès a claqué la porte

Publié

activé

Paul Hervé Agoubli, Délégué national à la communication et président du 4e congrès de LIDER

Ouvert le 14 juillet 2021 dernier, le 4e Congrès ordinaire de Liberté et démocratie pour la république (LIDER), se tient actuellement au siège dudit parti.

Ce congrès, censé être des retrouvailles festives pour célébrer les 10 années d’existence de LIDER, est devenu plutôt le théâtre de l’étalage des graves dissensions qui minent le parti fondé par le professeur Mamadou Koulibaly.

Après le 1er vice-président du parti, Yacourwa Koné, qui le 09 juillet 2021, présentait sa démission du cabinet, en évoquant en autres “un collège électoral frappé de suspicion légitime” pour ce congrès, ce fut au tour du Délégué national à la communication et président du 4e congrès, Paul Hervé Agoubli de claquer la porte. Cela, le 14 juillet 2021, dès la clôture du premier jour des travaux.

il donne ses raisons:

Bonsoir à tous,
Je notifie par ce message mon intention de quitter les travaux du congrès, le bilan ayant été fait et les perspectives ayant été débattues.

À ce stade, et décidant pour moi, sans conséquence sur les choix que chaque personne pourra faire, c’est un truisme même que de le dire, j’estime que le statu quo lié à la décision de justice est une impasse. Les membres de ce LIDER qui (re)naît iront-ils aux prochaines élections sous la bannière de leur parti ? La question liée à la création ou non d’un nouveau parti n’ayant pas été clairement donnée avant qu’il ne soit décidé séance tenante de l’élection d’un président n’entraîne pas mon adhésion et je ne puis m’y résoudre comme on a vu dans la salle que je m’y suis opposé par mon abstention.

Au surplus, le défaut d’un membre à un Congrès sans justificatifs n’est pas chose banale pour qu’on considère l’absence de Mamadou Koulibaly comme un fait anecdotique. Là encore, nous n’avons pas regardé froidement la situation, à mon avis, pour dire clairement que le nouveau/ancien parti qui (re)naît s’émancipe de lui alors que 98% des intervenants sur la question ont dit être là au nom du leadership qu’il incarne.

En tout état de cause, je me retire de ces assises en souhaitant bonne chance à tous ceux, amis chers, qui continuent, comme on dit, la lutte. Mon affection au prochain président, une personne digne d’estime, avec mes vœux de plein succès dans sa mission future.
Paul-Hervé AGOUBLI

Lettre de démission de Yacourwa Koné, 1er vice-président de LIDER

Un autre responsable du parti, Haumar Sory, Délégué régional à l’implantation de LIDER en Suisse et en Italie a affirmé, à travers un post facebook, ne pas être solidaire des travaux de ce congrès.

Le congrès est prévu pour s’achever le samedi 17 juillet 2021. Nous reviendrons sur les conclusions de ce congrès.

Seraphin Kouamé

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances