Restons en contact

Nationale

Présidentielles Côte d’Ivoire: Azaguié, élan ou fin de course pour Mamadou Koulibaly?

Publié

activé

Seuls sont aujourd'hui, par cette victoire, comblés, revigorés et remotivés, les milliers de militants et sympathisants de LIDER, qui ont toujours cru en leur champion, et qui maintenant entrevoient l'échéance électorale de 2020 avec plus de sérénité et surtout beaucoup d'engouement

Le samedi 13 ocotbre dernier, se sont tenues, en Côte d’Ivoire, les élections municipales et régionales. À Azaguié, à quelques kilomètres d’Abidjan, la liste “Pour l’amour d’Azaguié”, conduite par le professeur Mamadou Koulibaly, candidat du parti Liberté et démocratie pour la république (LIDER) à la présidentielle de 2020, à largement recueilli les suffrages des populations locales.

Depuis cette date donc, Mamadou Koulibaly est le maire de la commune d’Azaguié. La large victoire qu’il y a obtenu aurait pu être une victoire ordinaire, comme toute autre dans une élection locale, si l’histoire récente du nouveau maire, ses ambitions politiques, et les passions que celles-ci et lui-même cristallisent n’étaient pas particulières; en d’autres termes, si “la banane” d’Azaguié n’était pas riche de symboles.

Histoire récente du nouveau maire  d’Azaguié

Mamadou Koulibaly a été dans un passé récent vice-président du Front populaire ivoirien (FPI), parti de Laurent Gbagbo, et président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire de 2001 à 2011. Après la chute du président Laurent Gbagbo, à l’issue d’une élection controversée en 2011, et devant le refus des autres membres de la direction d’alors du parti, d’une part, de tirer les leçons de cette debâcle, et d’autre part, d’adhérer à la nouvelle orientation politique stratégique qu’il proposait, Mamadou Koulibaly a saisi l’occasion de la porte de sortie que lui proposaientt ceux-ci devant leur désaccord, pour créer en juillet 2011, Liberté et Démocratie pour la République (LIDER). Cela, pour ne rester fidèle qu’à ses convictions et à sa vision de remettre la Côte d’Ivoire sur les rails et conduire ses populations vers l’épanouissement social, économique et politique.

Avec LIDER, il part aux élections legislatives de 2012, à Koumassi, à Abidjan, où il est battu. En 2015, il est candidat à l’élection présidentielle, mais devant les nombreuses irrégularités lièes à l’organisation de ce scrutin, il finit par se rétirer de la course au pouvoir et bat campagne pour le boycott par les populations de cette élection frauduleuse.

Il se consacre ensuite à l’organisation et à l’implantation de son parti politique jusqu’en mars 2018, date à laquelle, il quitte la présidence du parti pour ne redevenir que militant de base. Le congrès de mars 2018, l’a tout de même désigné comme candidat de LIDER, à l’élection présidentielle de 2020, et élu madame Monique Gbékia à la présidence du parti.

Aux dernières élections municipales, le samedi 13 octobre dernier, il élu avec une majorité écrasante maire de la commune d’Azaguié, sa ville natale.

Vision, ambitions et passions

Très écouté et adulé pendant les années “Refondation” (slogan politique du pouvoir Laurent Gbagbo), Mamadou Koulibaly, sera très vite, dès la création de son parti en 2011, la cible d’invectives de toutes sortes de la part de la frange des irréductibles “gardiens du temple” du FPI, qui se feront appeler plus tard les “Gbagbo ou rien” (GOR), mais aussi des moqueries venant des laudateurs d’Alassane Ouattara, les “ADOrateurs”.

Pour les premiers, la “débâcle” de Koumassi était bien le signe de la fin politique de Mamadou Koulibaly. Leur logique voudrait que, le FPI ayant fait de lui ce qu’il est politiquement, sans ce parti, il ne saurait avoir un avenir politique et même remporter une quelconque élection. Azaguié vient donc de les confondre.

Pour les seconds cités, “la déroute” de Koumassi était bien la preuve que l’ambition de prétendre au fauteuil présidentielle etait au-delá des forces d’un candidat qui n’est pas à même de remporter une “simple” élection locale. Azaguié les invite à la mise à jour urgente de leurs copies caduques d’analystes politiques.

Seuls sont aujourd’hui, par cette victoire, comblés, revigorés et remotivés, les milliers de militants et sympathisants de LIDER, qui ont toujours cru en leur champion, et qui maintenant entrevoient l’échéance électorale de 2020 avec plus de sérénité et surtout beaucoup d’engouement.

Et si le personnage de Mamadou Koulibaly cristallise tant de passions, c’est bien à cause de la singuliarité dont il fait montre dans le milieux sombreux de la classe politique ivoirienne. Au dela de sa probité morale inattaquable, son discours franc et direct, son refus de ménager la vérité, la pertinence, le réalisme et le pragmatisme de ses propositions, et enfin son humilité à toute épreuve entretiennent la peur chez ses adversaires et l’ardeur chez ses sympathisants. Beaucoup de passions se retrouvent donc à l’épreuve des ambitions d’un homme qui est conduit  par une vision à laquelle il reste, contre vents et marées attaché: la naissance d’une Côte d’Ivoire meilleure.

 Azaguié l’élan, ou Azaguié la fin de course?

Cette vision de Mamadou Koulibaly pour la Côte d’Ivoire qui cristallise toutes les passions, bonnes ou mauvaises, les populations d’Azaguié viennent de lui donner un laboratoire expérimental; même si fondamentalement, elles ont surtout démontré à l’ensemble des populations ivoiriennes que Mamadou Koulibaly est bel et bien éligible sur la base de ses seules idées.

Ce laboratoire expérimental n’engendrera évidemment pas de solutions toutes faites et/ou miraculeuses, avant l’écheance électorale présidentielle de 2020, dans quelques mois déjà. En témoignent ces propos du nouveau maire élu d’Azaguié:

Je ne suis pas un héros, je n’ai pas de solution toute faite ni de baguette magique pour effacer nos errances passées. Ne comptez pas sur moi pour vous faire miroiter un paradis artificiel afin d’attirer vos suffrages.

Mais ce laboratoire est l’occasion pour le Professeur en économie, Mamadou Koulibaly, de proposer un “new deal” aux populations d’Azaguié, une autre approche de la gestion des biens publics axée sur le bien être de la communauté avant tout, ou encore une adaptation locale des performances qu’il a réussies au niveau macroéconomique, lors de ses passages, aux ministères du budget et de l’économie des gouvernements de transition de 1999 à 2000. Impacter donc le quotidien à Azaguié de telle sorte à refaire vivre un brin de vive espoir de lendemains qui chantent dans le coeur désespéré des populations.

Les regards de ces détracteurs, désormais rivés sur Azaguié, n’en seront qu’émerveillés, et l’élan pour la course aux élections présidentielles à venir aurait été bien prise. En revanche, un échec à Azaguié pourrait compliquer le projet de conquête du pouvoir de Mamadou Koulibaly, voire même précipiter la fin de la course vers cette conquête.

Hervé Christ

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 ⁄ 13 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nationale

URGENT! Nathalie Yamb donne les solutions contre la vie chère

Publié

activé

Nathalie a fêté son 52e anniversaire, hier jeudi 22 juillet 2021. L’euphorie de la célébration de cet évènement majeur dans la vie de toutes et de tous ne l’a aucunement éloigné de la réalité du quotidien des ivoiriens. Dans une vidéo qu’elle a publiée sur youtube, elle explique comment lutter contre la vie chère, réalité à laquelle les ivoiriens ont à faire face actuellement. Nous vous la partageons ici.

 

Herve Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Cherté de la vie en Côte d´Ivoire, Mamadou Koulibaly avait prevenu

Publié

activé

Mamdou Koulibaly, Maire d´Azaguié opposant politique ivoirien

Mamadou Koulibaly alertait le peuple de Côte d´Ivoire en Octobre 2016 quand il faisait campagne contre l´adoption de la constitution Alassane Ouattara. Une nouvelle constitution qui instaurait de nouvelles institutions budgetivores. Aujourd´hui les ivoiriens ne contiennent plus leur souffrance face à l´augmentation des prix de tous les produits.

“Vous pensez qu’il (Président Ouattara) va financer tout ce lot avec quoi ? Les sénateurs, les conseillers économiques et sociaux, le vice-président, le gouvernement, le premier ministre… etc.
Ce sont vos impôts.

Si vous allez voter oui à ce référendum, demain ne venez pas dire, comme le Président Babily “que la vie est chère hein”. Dans l’État, quand vous gérez des dépenses, il faut des recettes pour les financer. Il n’y a pas de dîner gratuit. (…).Si vous acceptez le Sénat, vous (les ivoiriens) paierez les sénateurs. Si vous acceptez les conseillers économiques et sociaux, ces députés, le vice-président, vous les paierez.

Et pour payer, c’est le courant, l’eau, le téléphone, les médicaments, l’essence, vous allez payez (…) etc qu’ils vont augmenter et vous paierez les taxes. Ne venez pas dire après que la vie coûte chère alors que vous-mêmes avez voté pour des dépenses supplémentaires. Vous pensez que l´argent va venir du ciel? Vous pensez que l´argent va venir du ciel? Non! Si vous dites je vote pour le Sénat, vous dites en même temps, je vote pour l´augmentation du prix du courant (…). Tant que ce sera comme cela on va être tondu comme des moutons (…)” déclarait Mamadou Koulibaly.

Leadernewsci 

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

LIDER: Voilà pourquoi le président du 4e Congrès a claqué la porte

Publié

activé

Paul Hervé Agoubli, Délégué national à la communication et président du 4e congrès de LIDER

Ouvert le 14 juillet 2021 dernier, le 4e Congrès ordinaire de Liberté et démocratie pour la république (LIDER), se tient actuellement au siège dudit parti.

Ce congrès, censé être des retrouvailles festives pour célébrer les 10 années d’existence de LIDER, est devenu plutôt le théâtre de l’étalage des graves dissensions qui minent le parti fondé par le professeur Mamadou Koulibaly.

Après le 1er vice-président du parti, Yacourwa Koné, qui le 09 juillet 2021, présentait sa démission du cabinet, en évoquant en autres “un collège électoral frappé de suspicion légitime” pour ce congrès, ce fut au tour du Délégué national à la communication et président du 4e congrès, Paul Hervé Agoubli de claquer la porte. Cela, le 14 juillet 2021, dès la clôture du premier jour des travaux.

il donne ses raisons:

Bonsoir à tous,
Je notifie par ce message mon intention de quitter les travaux du congrès, le bilan ayant été fait et les perspectives ayant été débattues.

À ce stade, et décidant pour moi, sans conséquence sur les choix que chaque personne pourra faire, c’est un truisme même que de le dire, j’estime que le statu quo lié à la décision de justice est une impasse. Les membres de ce LIDER qui (re)naît iront-ils aux prochaines élections sous la bannière de leur parti ? La question liée à la création ou non d’un nouveau parti n’ayant pas été clairement donnée avant qu’il ne soit décidé séance tenante de l’élection d’un président n’entraîne pas mon adhésion et je ne puis m’y résoudre comme on a vu dans la salle que je m’y suis opposé par mon abstention.

Au surplus, le défaut d’un membre à un Congrès sans justificatifs n’est pas chose banale pour qu’on considère l’absence de Mamadou Koulibaly comme un fait anecdotique. Là encore, nous n’avons pas regardé froidement la situation, à mon avis, pour dire clairement que le nouveau/ancien parti qui (re)naît s’émancipe de lui alors que 98% des intervenants sur la question ont dit être là au nom du leadership qu’il incarne.

En tout état de cause, je me retire de ces assises en souhaitant bonne chance à tous ceux, amis chers, qui continuent, comme on dit, la lutte. Mon affection au prochain président, une personne digne d’estime, avec mes vœux de plein succès dans sa mission future.
Paul-Hervé AGOUBLI

Lettre de démission de Yacourwa Koné, 1er vice-président de LIDER

Un autre responsable du parti, Haumar Sory, Délégué régional à l’implantation de LIDER en Suisse et en Italie a affirmé, à travers un post facebook, ne pas être solidaire des travaux de ce congrès.

Le congrès est prévu pour s’achever le samedi 17 juillet 2021. Nous reviendrons sur les conclusions de ce congrès.

Seraphin Kouamé

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances