Restons en contact
Campagne #MamKoul2020

Nationale

Rebellion armée: Des vérités que le FPI n’aimerait pas entendre

Publié

activé

Le président Laurent Gbagbo et son président d'Assemblée Nationale, le professeur Mamadou Koulibaly (2001-2011)

“Si seulement le Front Populaire Ivoirien (FPI) avait écouté Mamadou Koulibaly ? Mais avec des SI on pourrait mettre Paris en bouteille et Abidjan dans gobelet.
Au début de la crise, le Monsieur d’Azaguié vous a dit qu’on ne négocie pas avec la rébellion. Vous l’aurez saisi aujourd’hui car les autres vous rient au nez, eux qui ont fait leur rébellion, vous disent qu’on mâte une rébellion. Il vous nargue. Quelle leçon !
Le FPI est allé à Marcoussis, s’asseoir sur la même table que ceux qui veulent sa tête et ils ont partagé le gâteau là où Mamadou Koulibaly a claqué la porte. On ne négocie pas avec une rébellion car, par essence, elle est jusqu’au boutiste. Elle te saute ou tu l’écrases, il n’y a pas de juste milieu, ni de demi-mesure. Le FPI a introduit le vers dans le fruit et on connait la suite. Une gestion calamiteuse des affaires comme la mauvaise fréquentation, ou plus justement la mauvaise cohabitation, est corrosive.
Comme par un effet de mimétisme qui les perdra, le FPI s’est plu à patauger dans la même boue que le RHDP qui n’avait qu’un seul but : se salir pour mieux salir le FPI car la fange lui appartient. On dira que c’est lui. Les scandales se sont enchaînés et sont devenus la norme. Mamadou Koulibaly s’est plaint auprès du Président Gbagbo de la corruption dans laquelle se plaisaient les refondateurs, aujourd’hui appelés ironiquement les Refondus par les militants de la case caféinée. Notre bien aimé Laurent Gbagbo, sans doute pour ne pas se mettre à dos, les camarades de lutte qui auront souffert avec lui dans l’opposition à laisser faire en disant : « Je vais faire quelque chose, ne t’inquiète pas Mamadou ». Le quelque chose n’est jamais arrivé. Au pire on démontait les ministres, puis on les réinstallait, jeux de chaise musicale, comme ce fut le cas après le scandale des déchets toxiques en 2006. Mamadou Koulibaly dérangeait les grilleurs d’arachides à tel enseigne qu’on commençait à le stigmatiser. L’aile dure du régime à commencer à prévenir le Président Laurent Gbagbo de se méfier de ce « Dioula » débarqué au parti sur le tas. Ce libéral est arrivé au FPI vers la fin des années 1990, repéré pour ses idées rénovatrices. Ce type louche que la Banque Mondiale a classé comme « un dangereux économiste » pour son système d’exploitation, était en fait un homme honnête et « radical » dans le sens révolutionnaire.
Mamadou Koulibaly disait, Président méfie-toi de ton entourage et des FAFN qui font les saints matous depuis l’accord de Ouaga. Gbagbo disait je vois le dos du nageur. A la fin, il a tellement vu le dos arrivé, qu’il a pris le nageur pour un nounours. Le nageur submergé a planté le couteau, là où il fallait. L’hémorragie a fait le reste. De quoi je parle ? Avant l’élection de 2010 il fallait d’abord désarmer les FAFN car le chien ne change jamais son éhontée manière de s’asseoir, c’est Amadou Kourouma qui l’a dit. C’est pour installer leur mentor Ouattara, l’enfant gâté de la Communauté internationale, qu’ils ont pris les armes (bon ils ont dit aussi avoir pris les armes pour le nord, ça c’est à vérifier). Donc pourquoi auraient-ils accepté une éventuelle défaite ? Donc leurs camarades tués en 2002 et en 2003 par les FDS et leurs alliés Libériens et miliciens, allaient mourir cadeau comme ça pour voir Gbagbo encore au pouvoir ? Non le Président Gbagbo a été naïf. Il a sans doute crû au sondage d’Ipsos le créditant d’une bonne avance sur le Président Ouattara. Laurent Gbagbo est tombé dans le piège, la tête la première.
Après ça les caciques du régime sont devenus des frayalistes, laissant les pauvres jeunes patriotes à leur sort, ces jeunes qui ont résisté pour la mère patrie. Les caciques du FPI ont accusé Mamadou Koulibaly d’avoir quitté le pays dès les premiers coups de feu. Mais qu’attendiez-vous ? Quelqu’un qui vous a prévenus y’a longtemps de faire attention, vous avez joué au sourd et vous voulez qu’ils aillent au charbon sans armes ni armée digne de ce nom ? Nonnn désolé chers camarades socialistes. Quand on a été entêté on assume. C’est pourquoi il a salué le couronnement de Ouattara, car Ouattara a gagné sa fraude, grâce à la naïveté des camarades socialistes.
On avale la couleuvre et on continue la lutte pour revenir au pouvoir. A son retour Mamadou Koulibaly a voulu nettoyer la maison en l’absence du Président Gbagbo. Il voulait changer le nom du FPI, là je ne suis pas d’accord. Mais les gens ont crié : « Haro, traitre » or parmi les fidèles de Gbagbo c’est lui qui lui ressemble le plus. C’est lui qui a voulu créer la monnaie ivoirienne dès l’accession au pouvoir, c’est lui qui a dit d’en finir avec la rébellion, car nulle part on n’a vu un pouvoir s’entendre avec une rébellion. Pouvoir et rébellion sont antinomiques, l’un doit anéantir l’autre. Les caciques du FPI ont chassé le Monsieur d’Azaguié parce qu’ils sont allergiques à la réforme, au renouveau, or ce type-là, son ventre est rempli d’idées révolutionnaires (c’est lui qui a écrit la section Economie du programme du FPI en 2000). Je vais faire un poste sur son programme qui demeure le meilleur à mes yeux. Il sortira la Côte d’Ivoire du conflit identitaire, du supra présidentialisme, de la corruption de nos élites, de la gabegie. Bon ça c’est un autre sujet, pour une autre fois”.

Lu pour vous sur le profil Facebook de Alex Timauh

Le titre est de la redaction

Comments

comments

Nationale

[EXCLUSIF] Election 2020, Harcèlements, CEI, le grand déballage de Monique Gbekia, présidente LIDER

Publié

activé

monique-gbekia-lider

À l’occasion du Nouvel An 2020, nous avons eu l’exclusivité de la première interview presse de madame Monique Gbekia, présidente de LIDER, parti dont est issu le Professeur Mamadou Koulibaly, candidat à l’élection présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire.

Sans détours et sans langue de bois, nous avons fait, avec elle, le bilan de la vie politique ivoirienne et de celle de son parti en 2019 et abordé les points focaux des objectifs du parti qu’elle dirige pour l’année 2020.

La rédaction

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Des affrontements possibles lors de la grève des fonctionnaires prévue pour le 23 janvier prochain

Publié

activé

“Des fonctionnaires syndiqués vont faire grève dans tout le pays en Côte d’Ivoire, du 23 au 31 janvier. Manifestations connexes, affrontements possibles.” Telle est la substance du message d’alerte envoyé par la plateforme Alertstar à ses abonnés;

Le lanceur d’alertes asiatique précise: “contactez les établissements de santé à l’avance pour obtenir des informations sur les temps d’attente, qui peuvent varier selon les hôpitaux et les cliniques. Planifiez en conséquence une augmentation de l’absentéisme chez les employés qui sont parents ou tuteurs d’enfants d’âge scolaire; envisagez de proposer des accords de télétravail. Par mesure de précaution, évitez toutes les manifestations et les zones où les forces de sécurité semblent se déployer. Si des foules se forment, quittez immédiatement la zone et cherchez un abri dans un endroit sûr.”

Mais que se passe-t-il exactement?

Les employés syndiqués du secteur public représentés par le Mouvement contre la grande injustice sociale au sein de la fonction publique, Action contre la grande injustice sociale au sein de la Fonction publique, MACGI – une organisation  comprenant plusieurs groupes de travailleurs – prévoit de faire grève sur l’ensemble du territoire, 23-31 janvier. L’arrêt de travail devait initialement se dérouler du 15 au 23 janvier mais a été reporté à la suite de consultations avec le ministère de la fonction publique. Le MACGI, qui comprend au moins 19 syndicats, demande une amélioration des régimes d’avantages sociaux et de la transparence de l’emploi. Les syndicats en grève comprennent l’Union des fonctionnaires et agents du ministère de la Culture et de la Francophonie (SMCF), l’Union nationale des fonctionnaires et agents du ministère de la Communication et des Médias (SYNAFAMICOM), le Syndicat du personnel administratif et technique de la Ministère des Affaires étrangères (SYPATMAE-CI), l’Union nationale des agents des ministères hydrauliques (SYNAMH) et l’Union nationale des assistants administratifs de Côte d’Ivoire (SYNAA-CI).

L’arrêt de travail aura probablement un impact significatif sur les bureaux administratifs du gouvernement, les établissements de santé publics et les écoles publiques. Les agences gouvernementales, ainsi que les hôpitaux et cliniques publics, n’offriront probablement que des services limités pendant la durée de la grève en raison de pénuries de personnel; cependant, les établissements médicaux publics continueront probablement de fournir des soins d’urgence.

Bien que la direction du MACGI n’ait pas appelé spécifiquement à des manifestations, les grévistes pourraient organiser des manifestations. Les rassemblements pourraient avoir lieu en dehors des installations gérées par le gouvernement – telles que les écoles, les hôpitaux et les bureaux administratifs – dans les grandes villes et villages, notamment Abidjan, Yamoussoukro, Bouaké, San Pedro et Korhogo. La police se déploiera massivement pour surveiller toute manifestation. Des affrontements sont à craindre, car les agents de sécurité pourraient recourir à la force pour disperser les rassemblements publics. Des perturbations de la circulation sont aussi à prévoir.

Source: Alertestar

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

[URGENT] “Ouattara veut faire arrêter Mamadou Koulibaly” Nathalie Yamb

Publié

activé

nathalie-yamb-russie

Alors que les présidents des pays du G5 Sahel étaient  à Pau pour faire allégeance à l’Etat et à l’armée française, Nathalie Yamb, l’icône de la lutte souverainiste africaine, était l’invitée de l’émission ”PolitRussia”.

Occasion qu’elle a saisie, d’une pour s’adresser et mobiliser les ivoiriens et les souverainistes africains, mais aussi pour éclairer l’opinion Russe sur la réalité de la situation en Côte d’Ivoire.

En outre, elle a fait de graves revélations sur les menaces qui planent sur elle et sur Mamadou Koulibaly, candidat, dont elle la conseillère exécutive, à l’élection Présidentielle de 2020.

Hervé Christ

Comments

comments

Continuer la lecture
Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances