Restons en contact

Societe

Côte d’Ivoire/ Zuénoula sous tension: L’hypothèse d’un meurtre avec préméditation !

Publié

activé

Préfecture de Zuénoula 06/06/2019

Côte d’Ivoire/Zuénoula sous tension : L’hypothèse d’un meurtre avec préméditation !

Par leadernews 06 Juin 2019

La Côte d’Ivoire se porte mal. Hier, c’était Béoumi (60 km à l’ouest de Bouaké, centre). Avec pour actualité affrontements entre populations autochtones (Baoulé) et allogènes (Dioula, ressortissant du Nord). Conséquence, des dizaines de blessés, dont six membres des forces de l’ordre.

Aujourd’hui, c’est Zuenoula, un département de la région de Marahoué, dans le district de Sassandra-Marahoué. À en croire que la situation se dégrade, elle va de pire en pire. Le nombre de violence sans cesse croissant.

En effet, dans la nuit d’hier mercredi 05 juin 2019, le chef de village de Bohizra, Robert Djè bi Djè, a reçu des balles qui ont causé sa mort, alors qu’il regagnait tard dans la nuit son lieu d’habitation.

Les jeunes mécontents, dénoncent un assassinat et protestent vigoureusement jusqu’à saccagé la préfecture de Zuenoula. Incendiés des maisons…

Par ailleurs, on en sait un peu plus sur ces évènements venus arrachés la vedette aux questions politiques qui animaient la toile. En réalité, la mort du chef de Bohizra, Robert Djè bi djè, à l’origine de ces tensions, ne relève pas en effet du hasard. Depuis des semaines, le feu couvait déjà dans la localité susmentionnée. La raison, une crise au sein de la chefferie de ladite localité.

Présidant à la destinée de son village, depuis 2011, le chef de Bohizra, fait l’objet de contestation depuis ces dernières années.

Selon une source sur place, le sieur Robert Djè bi Djè, avait été convié à une cérémonie. C’est à la fin de celle-ci, lorsqu’il rentrait à moto tard dans la nuit, que des individus non encore identifiés, ont ouvert le feu sur ce dernier. L’homme tente avec sa moto de rattraper son assassin, mais il n’en a plus la force et s’écroule avec l’engin. Évacué à l’hôpital, il rend l’âme. Une mort que ces partisans dans le village n’ont pas accepté d’aussitôt. Ceux-ci prennent directement pour cible, le nouveau chef nommé par l’administration. Pourquoi lui ?

Eh bien, auparavant, le préfet du département, suite aux faits de mauvaises gestions des terres et biens d’autres reproches portés devant lui, avait par le biais d’un arrêté mis fin à l’autorité du chef Robert djè bi djè. Lequel ne pouvait plus se prévaloir de ses titres et autres privilèges de président des chefs du département, mais encore et mieux, de vice-président du collectif des rois et chefs traditionnels de la région de la Marahoué.

S’en prendre donc au chef de l’administration et à la préfecture, est une sorte de vengeance. Pour protester contre le préfet qui a signé l’arrêté supposé à l’origine de la mort du chef démis.

En somme, une intervention prompte de la police et de la gendarmerie a permis de calmer les ardeurs et de restaurer un tant soit peu la stabilité et la quiétude.

L.Y

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 − 3 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Arts & Musiques

Décès de DJ Arafat: Nathalie Yamb pleure et déplore

Publié

activé

Nathalie Yamb, conseillère exécutive de Mamadou Koulibaly, candidat à l'élection présidentielle de 2020

La disparition subite et tragique de la star ivoirienne du Coupé décalé, DJ Arafat, des suites d’un accident à moto, tôt, le matin du lundi 13 août 2019, suscite l’émoi jusque dans la classe politique en Côte d’Ivoire.

Nous vous livrons ici, celui très émouvant et fort d’enseignements de Nathalie Yamb, conseillère exécutive de Mamadou Koulibaly, candidat à l’élection présidentielle de 2020 qui a aussi compati, à travers un Tweet, à la douleur de la famille, des amis et des fans de l’artiste, trop tôt arraché à l’affection des siens.

 


Hervé Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Faits divers

Cameroun : Pour loyer impayé, le propriétaire bloque la soupe de poulet de son locataire

Publié

activé

Par leadernews, 16 juillet 2019

Chaque fois que je lui demande de quitter ma maison, il me présente certains articles
La scène se passe au Cameroun. Un propriétaire de maison a choqué ses locataires en confisquant la soupe de poulet de l’un d’entre eux, pour loyer impayé.

Venu le weekend dernier réclamer le loyer, le propriétaire de maison a confisqué la soupe de poulet que la femme du locataire cuisinait. Motif, ce dernier lui doit six mois de loyer.

Selon le Cameroun-Concord, l’incident a eu lieu dans le quartier de Bassa à Douala.
Les efforts déployés par d’autres locataires pour convaincre le propriétaire de revenir sur sa décision sont restés vains.

Sur les motivations qui l’ont poussé à prendre une mesure aussi extrême, le propriétaire a déclaré:

Cet homme a de l’argent pour préparer du poulet, mais n’a pas d’argent pour payer son loyer. Il n’a pas payé son loyer au cours des six derniers mois.
Chaque fois que je lui demande de quitter ma maison, il me présente certains articles du Code pénal, indiquant que je pourrais avoir de sérieux problèmes avec les forces de l’ordre, si je le chasse dans un délai de deux mois sans préavis.

Les occupants des maisons voisines qui ont assisté au déroulement de cette scène assez hilarante, ont affirmé que leur propriétaire a été très indulgent avec leur voisin depuis qu’il a commencé à refuser de payer son loyer, mais jamais il n’a atteint ce niveau.

Bien qu’ils aient admis que le propriétaire est de nature difficile à manœuvrer sur les questions de loyer, notamment en ce qui concerne les retards de règlement, ils ne comprenaient pas pourquoi il était resté silencieux jusqu’à ce jour.

«C’est seulement aujourd’hui que nous apprenons que le locataire a cité des articles du Code pénal pour effrayer le propriétaire», a déclaré l’un des locataires.

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Côte d’Ivoire/ Réforme de la Cei: Allons-nous encore tout droit dans le mur?

Publié

activé

Yao Landry Kiélé, Juriste.

Par Yao Landry Kiélé, 29 juin 2019

À 16 mois des élections présidentielles, les discussions sont toujours en cours en ce qui concerne la réforme de la Commission électorale indépendante (Cei). La presse ivoirienne a donné un large écho des révélations faites par le Front populaire ivoirien (Fpi), frange d’Affi N’guessan, ce mercredi 26 juin 2019. Cela a porté sur les négociations avec le gouvernement, relativement à ladite réforme.

Le 25 juin 2019, au cours d’une conférence de presse, Issiaka Sangaré, numéro 2 de la formation politique citée plus haut a estimé que la Cei qui sera acceptée de tous, sera celle qui aura à sa tête, une personnalité issue de l’opposition. Curieuse vision !

Et au président Alassane Ouattara de dire qu’«aucun désordre ne sera toléré en 2020. On ne va pas traîner dans les réunions». Pourtant, comme le signifiait Kevin Domoraud de Lider en réponse «il y a eu Accra 1 et 2, Lomé 1 et 2, Marcourssis, Pretoria et Ouaga. Les réunions se sont succédées pour que tu puisses être candidat en 2010. »

Aussi, lorsque le ministère de l’intérieur et de la sécurité désigne le représentant du Paci comme mandataire d’une plateforme qui devrait regrouper LIDER, Udr, Udcy et le Paci lui-même, alors que ce dernier est membre du Rhdp, tout porte à croire que nous sommes en présence d’une course pour le contrôle de la Commission électorale indépendante.

Cette course effrénée pour le contrôle de cet organe nous perdra tous si nous n’y prenons garde. Pourquoi vouloir à tout prix être arbitre et joueur à la fois ? Si on ne souhaite pas un arbitre venant du Rhdp, pourquoi vouloir qu’il sorte des rangs de l’opposition ?

Il est de notoriété publique que lorsque l’on sème des graines de maïs, l’on ne peut que récolter des maïs. La phrase populaire dit “on récolte ce qu’on sème”. Si nous voulons que la récolte change, un pays différent, des situations différentes, alors changeons ce que nous semons, ce que nous choisissons et ce que nous faisons.

Mr Youssouf Bakayoko encore à la tête de la Commission Electorale indépendante (Cei) a été élu en février 2010 sur proposition de Mr Aimé Henri Konan Bédié alors dans l’opposition,  par l’ancien président de la République, Mr Laurent Gbagbo, pour répondre à des exigences d’équilibre au sein de la commission. La suite, nous la connaissons tous, un malentendu entre les parties a conduit à la catastrophe qui a fait plus de 3000 morts selon le bilan officiel.

Or les mêmes causes produisent évidemment les mêmes effets.

Nous estimons humblement qu’une Cei totalement apolitique reste beaucoup moins arbitraire que toute autre formule. Une commission électorale indépendante qui échappe au contrôle des politiques de tous bords mais composée uniquement de personnes proposées par la société civile, sélectionnées après des auditions publiques, télévisées en direct par l’Assemblée nationale et qui ne seraient assujetties ni au président de la République, ni à toute autre autorité quelle qu’elle soit, serait la bonne formule.

Une Cei indépendante financièrement fonctionnera de façon autonome.

C’est à ce prix que nous parviendrons à organiser des élections transparentes, crédibles, apaisées et qui sera acceptées de tous.

Yao landry Kiélé, Juriste.

Comments

comments

Continuer la lecture
Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances