Restons en contact

Actualité

Afrique : Voici les plus grosses fortunes en milliard de dollar en 2022

Publié

activé

La valeur de ces fortunes a haussé
Le magazine américain Forbes a livré son classement des plus grosses fortunes d'Afrique en 2022

Le magazine centenaire américain Forbes, vient de livrer son traditionnel classement des plus grosses fortunes au monde. Il s’agit, précisons-le, des milliardaires en dollar américain (US$). Et en Afrique ils ne sont que 18 à figurer sur cette liste très sélect.

Pour la 11ème année consécutive, Aliko Dangote est l’homme le riche d’Afrique. C’est ce que révèle le dernier classement Forbes des plus grosses fortunes africaines. Précision de taille, il s’agit des fortunes qui ont passé le cap du milliard de dollar américain (US$). Et sur cette liste très sélect, ils sont, comme l’année dernière, 18 à y figurer.

Pour dire vrai, même si c’est le même groupe de l’an dernier qui s’est maintenu, deux remarques importantes ressortent. Primo, l’on observe une variation sensible de la fortune, ce qui a causé en second lieu quelques changement de place. En effet, « les 18 milliardaires du continent ont une fortune estimée à 84,9 milliards de dollars », révèle Forbes. Ce qui correspond une augmentation de 15 % par rapport à 2021, et la plus importante depuis 2014. Ainsi dans l’ensemble, leurs richesses ont crû, et à des niveaux différents. Toutefois, deux de ces fortunes n’ont pas eu la même embellie. Par conséquent le classement, certes avec les mêmes fortunes, a connu un réaménagement technique.

Dangote indéboulonnable

Dans le détail, Aliko Dangote occupe la première place avec 13,9 milliards de dollars, contre 12,1 milliards de dollars l’an dernier. À sa suite, le magnat sud-africain des produits de luxe (Cartier, Montblanc) Johann Rupert qui était quatrième l’an dernier. Sa fortune est passée à 11 milliards de dollars, contre 7,2 milliards de dollars. À la troisième place son compatriote Nicky Oppenheimer avec une fortune estimée à 8,7 milliards de dollars.

Par ailleurs la plus belle performance réalisée est l’œuvre du zimbabwéen Strive Masiyiwa. Ce dernier est passé à 2,7 milliards de dollars, contre 1,2 milliard l’an dernier. Soit une hausse spectaculaire de 125%. Quant au nigérian Abdulsamad Rabiu qui a connu un sort similaire, il s’est enrichi de 1,5 milliard de plus. Par contre le Sud-Africain Koos Bekker et le Tanzanien Mohammed Dewji ont vu leurs avoirs baissé cette année.

Pour clore, des 18 milliardaires africains, on dénombre 5 égyptiens, 5 sud-africains, 3 nigérians, 2 marocains.  L’Algérie, le Zimbabwe et la Tanzanie comptent chacun un représentant. Faut-il préciser que ce classement exclut les hommes politiques.

                                                                                                                                                                          Frère John

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
30 − 20 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualité

Suicides en Côte d’Ivoire, Leopold Abrotchi propose

Publié

activé

Leopold Abrotchi, écrivain, Alternative Nouvelle

Selon des rapports crédibles, la Côte d´Ivoire est l´un des pays d´afrique de l´ouest qui a le taux de suicide le plus élévé. Dès lors la question mérite toute notre attention.

Avant tout propos, nous exprimons notre profonde compassion aux familles éplorées, qui vivent le traumatisme du drame du suicide.

Le suicide n’est pas un problème politique ou de politique publique comme par exemple les accidents de la route. Malgré le nombre relativement élevé en Côte d’Ivoire comparé aux autres pays francophones d’Afrique de l’Ouest, il nous faut traiter le sujet avec beaucoup de froideur. Car un cas de suicide nous place toujours à la limite, entre le crime et la déficience mentale, qui elle peut être un problème de santé publique lorsque le taux est élevé.

Dans le cas d’espèce ce sont des cas isolés. Cependant, en tant que problème social, ces cas doivent être traiter minutieusement et séparément.

Dans l’immédiat et face à ces drames sucessives qui présentent plus ou moins des similitudes, nous engageons l’Etat de Côte d’Ivoire à des investigations sérieuses. Des enquêtes poussées menées par notre police scientifique en vue d’établir les causes réelles ayant conduit à la commission de ces suicides. Seuls les résultats pertinents de ses recherches permettront de prendre les décisions idoines pour mitiger ce qui s’apparente à un phénomène en relative progression dans la société ivoirienne.

Nous invitons le gouvernement et ou les ministères concernés (santé et ou Affaires sociales) à une prise en charge, un accompagnement psychologique sérieux des familles ayant vécu le traumatisme du suicide d’un des leurs.

Tenant compte du fait que la majeur partie des cas de suicide indique une fragilité psychique, nous encourageons l’Etat de Côte d’Ivoire à accroitre l’emploi de psychologues et spécialistes affiliés à cette profession, afin de garantir aux citoyens dans le besoin, un accompagnement efficient et ou une détection précoce de toute situation pouvant aboutir au suicide dans certains milieux comme l´éducation.

En outre, l’Etat doit surveiller de très près ce phénomène qui progresse dans notre société, en mettant en place des numéros verts et un mécanisme de prise en charge rapide.

Leopold Abrotchi, Alternative Nouvelle.

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Opinion: La Côte d’Ivoire a besoin d’un renouveau

Publié

activé

Jean De Dieu Gnago, Alternative Nouvelle

Face l´avalanche de contenus de divertissement proposés par les chaînes de télévision ivoirienne,  Jean de Dieu Gnago se prononce.

Quand on est obnubilé par les buzz incessant sur les réseaux sociaux, quand on fait la Promotion de la décadence moral et intellectuelle par légitimation et la vulgarisation des influenceurs et influenceurs qui n’ont aucun fondement académique et universitaire, quand on ne se pose pas la question de la domination politique, quand la prostitution sous un autre nom ‘Bizzi” devient une norme et corrompt nos valeurs intrinsèques sociétales, on ne se pose pas la question de la domination politique.

Et ces exemples parmi tant d’autres qui gangrènent notre cher pays montrent bien que cette stratégie a un double intérêt, car en plus de détourner l’attention du peuple de sa servitude, elle induit ce qu’on appelle un ramollissement de la volonté.

L’accoutumance au divertissement nous fait perdre le goût de notre liberté. Et donc cette stratégie d’amollissement de la volonté par le divertissement, montre bien que le pouvoir ne s’exerce pas uniquement par la force.

Car lorsqu’il s’exerce par la force, le pouvoir devient visible. Le pouvoir ne s’exerce pas uniquement par la force, il s’exerce d’abord par la ruse. Et le divertissement c’est la ruse du pouvoir pour produire un amollissement de la volonté et un abrutissement de l’esprit.

On rend les individus consentants et donc acteurs de leur soumission, justement parce qu’un peuple diverti est un peuple consentant.

Jean de Dieu Gnago, Alternative Nouvelle

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Panafricanisme: Alassane Ouattara rejoint le mouvement

Publié

activé

Alassane Dramane Ouattara, président ivoirien

Le vendredi 9 décembre 2022, Catherine Colonna, ministre française des Affaires étrangères était en visite officielle en Côte d’Ivoire, oú elle a rencontré le président Alassane Ouattara.

Le lendemain, samedi 10 décembre 2022, elle s’est rendue dans la commune de Yopougon, à Abidjan, pour échanger avec des personnalités issues de la société civile soigneusement choisies par Mamadou Touré, ministre ivoirien de la Promotion de la jeunesse, qui accompagnait la Cheffe de la diplomatie française à cette occasion.

Les échanges ont évidemment essentiellement porté sur le mécontentement populaire grandissant contre la présence française en Afrique, et ont été l’occasion de tirs groupés contre les pourfendeurs de la France par la ministre française et son obligé du jour, son homologue ministre ivoirien.

La ministre française des Affaires étrangères participe d’une discussion à Yopougon, Abidjan, aux côtés du ministre ivoirien pour la Promotion de la jeunesse Mamadou Touré, le 10 décembre 2022.

En effet, Catherine Colonna n’a pas hésité a qualifié les arguments défendus par les militants souverainistes africains de « sornettes », tout en osant traiter, de façon peu voilée, « d’imbéciles » tous ceux chez qui ces arguments trouvent écho. Quant à Mamadou Touré, il a lui voulu dénoncer « une montée de populisme », tout en précisant ce qui suit:

Nous ne sommes ni pro-France, ni pro-Russie. Nous sommes pro-Africains.

Quand on sait que cette affirmation, émanant d’un des serviteurs les plus zélés du président Alassane Ouattara, est la même qui est défendue par les leaders des mouvements souverainistes panafricains tels Nathalie Yamb et Kemi Seba, n’est-on pas en droit de se demander si le président ivoirien a décidé de rejoindre le mouvement panafricain?

À moins que ce ne soit encore une enième expression démagogique du feu follet ministre ivoirien de la promotion de la jeunesse, pour surfer sur un thème qui mobilise de plus en plus la jeunesse africaine.

 

Hervé Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances