Restons en contact

Internationale

Congrès du PS suisse: l’illégalité de la CEI en Côte d’Ivoire évoquée

Publié

activé

À l’invitation du PS Suisse, le parti ivoirien d'opposition, Liberté et Démocratie pour la République (LIDER)  y a été représenté par sa Délégation Régionale en Suisse, conduite par Haumar Sory, Délégué Régional, et Jean-Charles Wognin, Responsable LIDER-Cellule Lausanne.

Les 1 et 2 décembre 2018, à Brugg, en Argovie, en Suisse, s’est tenu le congrès ordinaire du Parti Socialiste Suisse (PS Suisse).

À l’invitation du PS Suisse, le parti ivoirien d’opposition, Liberté et Démocratie pour la République (LIDER)  y a été représenté par sa Délégation Régionale en Suisse, conduite par Haumar Sory, Délégué Régional, et Jean-Charles Wognin, Responsable LIDER-Cellule Lausanne.

En marge du Congrès, le PS suisse a organisé une rencontre séparée avec ces invités internationaux, tous membres de l’Alliance Progressiste Mondiale, dont notamment la Délégation Régionale de LIDER en Suisse. Haumar Sory a saisi l’occasion de cette rencontre d’échanges, pour présenter la situation sociale, économique et politique qui prévaut en Côte d’Ivoire.

Après Il a d’abord déploré que “le poulain de la communauté internationale, Alassane Ouattara, installé au pouvoir à coups de bombes par la  France, soit aujourd’hui celui-là même qui nargue les institutions internantionales, du fait de son refus, de dissoudre l’actuelle Commission Electorale Indépendante (CEI); pourtant déclarée dépuis  novembre 2016, par la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples d’illégitime et d’illégal, car en conflit les droits fondamentaux des peuples et des hommes à décider librement de la façon dont leur société doit être dirigée…”. À quelques mois de l’échéance électorale de 2020, Haumar Sory a donc rappelé à l’assemblée l’urgence de la mobilisation de tous les lobbys de promotion des droit humains, aux fins de faire pression sur “le bon élève” de la communauté internationale, Alassane Ouattara, pour que soit mis en place, avant 2020, une commission électorale impartiale et véritablement indépendante, pour l’organisation d’élections démocratiques, transparentes et inclusives, pour éviter des violences pré ou postélectorales à venir.

Ensuite, le Délégué Régional de LIDER en Suisse a terminé son propos, en invitant les partenaires économiques de l’Afrique de façon générale, à faire un bilan objectif “des prêts et des aides publiques au développement qu’ils accordent à l’Afrique depuis bientôt 60 ans, afin de constater que ces aides n’ont eu que le mérite de dévolopper la corruption, l’enrichissement des dirigeants africains, la paupérisation des populations et enfin le flux grossissant de migrants africains, fuyant le désespoir, aux frontières européennes…”. “L’Afrique n’a pas besoin d’argent, l’Afrique a besoin de démocratie, de liberté et d’Etat de droit.” a-t-il conclu.

Rappelons que ce Congrès du Parti Socialiste Suisse s’est achevé avec la réelection de Christian Levrat comme président du parti.

Hervé Christ, correspondant Leadernews Suisse

 

Comments

comments

Internationale

Ghana: La vie et l’œuvre du révolutionnaire Jerry John Rawlings

Publié

activé

Jerry John Rawlings, ex-président du Ghana, décédé le 12 novembre 2020

Jeremiah (Jerry) John Rawlings est né le  à Accra, sur la Côte-de-l’Or (actuel Ghana), une colonie britannique. Ses parents sont Victoria Agbotui, autochtone, et James Ramsey John, un chimiste originaire de Castle Douglas, en Écosse.

James Ramsey John était marié en Angleterre à quelqu’un d’autre, avec une famille qui vit à Newcastle et à Londres. Rawlings fréquente l’école Achimota à Accra. Il est le seul enfant né de sa mère, elle-même issue de groupes ethniques, les Nzema et les Ewe, d’importance numérique faible. Cette absence d’une lignée importante s’est avérée un avantage politique pour Rawlings, car elle l’a libéré des pressions familiales et tribales. Rawlings se marie à Nana Konadu Agyeman, qu’il rencontre au Collège Achimota. Ils ont trois filles.

Il entre en 1968 à l’académie militaire ghanéenne, à Teshie. Devenu lieutenant d’aviation de l’Armée de l’air ghanéenne, Jerry Rawlings anime une première tentative de coup d’État, le . Sa tentative échoue. Il est arrêté. Trois semaines plus tard, libéré par d’autres officiers, il organise un nouveau coup d’Etat, le , qui renverse le régime du Fred Akuffo et le porte au pouvoir. Le , il cède le pouvoir à un gouvernement civil, mené par le Président Limann.

Mécontent du pouvoir civil, qu’il estime corrompu, il reprend le contrôle du pays le  par un nouveau coup d’État qui renverse le régime de Limann. Il devient alors le président du Conseil provisoire de la défense nationale. En 1992, Rawlings démissionne de l’armée, instaure le multipartisme, et fonde le Congrès démocratique national. Il engage le pays dans un processus de démocratisation. Il ne se réclame ni du marxisme ni du capitalisme, mais, confronté à une crise économique, il applique à partir de 1983 une politique économique libérale, répondant aux souhaits du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale.

Il est élu président le , et prend ses fonctions le . La IVe République du Ghana est proclamée. Le , il est réélu à la présidence de la République du Ghana. Il entame son second mandat le . Après deux mandats, la limite prévue par la Constitution ghanéenne, Rawlings entérine la candidature de son vice-président, John Atta Mills, à la présidence en 2000, au nom de son parti. Mais le , c’est le candidat de l’opposition, du Nouveau Parti patriotique (NPP), John Kufuor, qui est élu président. L’alternance est pacifique, Rawlings passe à son tour dans l’opposition. Le , le candidat du Congrès démocratique national John Atta-Mills est cette fois élu président, marquant une nouvelle alternance politique. Encore une fois, cette alternance est pacifique.

Il meurt le 12 novembre 2020, d’une courte maladie, dans un hôpital d’Accra, à 73 ans, laissant derrière lui 5 enfants et un peuple ghanéen affecté. Des sources non officielles attribuent la cause de sa mort au COVID-19. Pour rappel, il avait enterré sa mère quelques semaines plutôt. Sa femme, Nana Konadu Agyeman Rawlings, 72 ans, est candidate à l’élection présidentielle de décembre 2020 au Ghana, pour le compte du Parti national démocratique (NDP).

 

Hervé Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Après l’adresse à la Nation de Ouattara, la France a tenu à s’exprimer sur la situation qui prévaut dans le pays

Publié

activé

Jean Yves Le Drian ministre des affaires étrangères français

À l’Assemblée Nationale française ce mardi 10 novembre 2020, Jean Yves Le Drian, Chef de la diplomatie française a été amené à se prononcer sur le dossier ivoirien.

L’information est donnée par Pierre Flirtion, journaliste à Radio France Internationale. À en croire ce journaliste, Le Drian « a estimé cet après-midi à l’Assemblée Nationale que la proposition de « dialogue » formulée par Alassane Ouattara va dans le bon sens ».

Le ministre Français des Affaires Étrangères a aussi émis le vœu que cette dynamique contribue « très clairement (…) à l’apaisement » à travers les actes qui seront posés. Pour la diplomatie française en effet, le règlement des différends entre le pouvoir d’Abidjan et l’opposition doit pouvoir être possible « sur une base inclusive » qui prenne en compte l’ensemble des forces politiques. Mais poursuit-il, cela doit se faire dans « le respect du cadre constitutionnel et dans le respect de l’état de droit ».

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Crise post-électorale: Communiqué de Gbagbo vrai ou faux ?

Publié

activé

K Laurent Gbagbo, ex président de la République de Côte d'Ivoire

COMMUNIQUE DE PRESSE DE MAÎTRE HABIBA TOURE, AVOCAT PERSONNEL DU PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO

Bruxelles, le 4 novembre 2020

Au vu de la situation politique qui s’est crispée avec l’arrestation du Président Henri Konan BEDIE, son épouse, le Premier Ministre Affi N’Guessan, les Ministres Assoa Adou et Maurice Guikahue et de bien d’autres personnalités politiques.

le Président Laurent Gbagbo, après 10 ans sans aucun contact avec le pouvoir en place, a appelé ce jour, Monsieur Hamed Bakayoko, en sa qualité de Premier Ministre, Chef de Gouvernement, Ministre de la Défense. Au cours de cet échange téléphonique, le Président Laurent Gbagbo a fait part de sa vive préoccupation quant au traitement infligé à Son Excellence, le Président Henri Konan BEDIE, Ancien Président de la République de Côte d’Ivoire, ainsi qu’à d’autres personnalités politiques.

Le Président Laurent Gbagbo s’est ému tout particulièrement de la situation vécue par Madame Henriette BEDIE qui, nonobstant son état de santé et le fait qu’elle ne fasse pas de politique, se retrouve séquestrée à son domicile.

Le Président Laurent Gbagbo a tenu à inviter le Premier Ministre Hamed Bakayoko, à apaiser la situation en favorisant le dialogue plutôt que la répression. Il s’est réjoui de la très bonne disponibilité du Premier Ministre Hamed Bakayoko qui a promis de poser des actes en faveur de la décrispation du climat politique. Le Président Laurent Gbagbo apporte sa solidarité aux familles des personnes séquestrées et appelle l’ensemble des militants à garder leur sérénité.

Maître Habiba TOURE; Avocat Personnel du Président Laurent Gbagbo.

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances