Restons en contact

Citoyenneté

Côte d’Ivoire/La nouvelle CNI va coûter 15 000 FCFA en réalité

Publié

activé

Par leadernews, 29 juin 2019

Selon Jean-Marie Akéboué (ex-DG de l’INS), la nouvelle Carte Nationale d’Identité va coûter 15 000 FCFA en réalité.

Expert en identification, ancien directeur général de l’Institut national de la statistique (Ins), Jean-Marie Akéboué s’est confié au journal Le Nouveau Réveil.

Vous avez, par le passé, travaillé dans le domaine de l’identification, de l’enrôlement et des élections. Que pensez-vous du coût de la carte nationale d’identité voté par des députés du parlement ?

La confection de la nouvelle carte d’identité, en réalité, va coûter 15.000 fcfa à toute personne qui voudra avoir sa carte d’Identité. En réalité, elle va coûter 5.000F mais pour faire une carte d’identité, il faut te faire établir un certificat de nationalité, le prix moyen, c’est entre 2000 et 5000. Pour l’avoir,  il faut un extrait de naissance ou un jugement supplétif. Et il t’en faut deux. Les timbres sont à 500 francs. Deux, cela te revient à 1.000 francs. Ajouté à cela le transport, donc au minimum, il faut avoir 15.000 francs pour avoir sa carte d’identité.

Le Pdci Rda avait-il raison de demander la gratuité de cette pièce ?

Le Pdci avait raison en demandant que cela soit gratuit. Vous avez remarqué en Côte d’Ivoire que les cartes d’identité ne se font pas de manière permanente. La carte d’identité doit être gratuite parce que c’est un acte de souveraineté.

Quand vous donnez votre nom à votre fils, vous ne demandez pas de l’aide à votre patron. Donc on ne finance pas de l’extérieur la confection de la carte d’identité, elle se fait sur le budget de l’Etat. C’est  pour cela que vous avez remarqué que c’est aux approches des élections que les cartes d’identité sont confectionnées. C’est en finançant les élections qu’on profite pour faire en même temps les cartes d’identité et réduire les coûts. Donc le Pdci avait parfaitement raison.

Y a-t-il d’autres raisons qui devraient emmener le gouvernement à opter pour la gratuité de la carte d’identité ?

Autre fait, c’est qu’il y avait des problèmes dans l’identification de la Côte d’Ivoire. On sait que cette année, à cause de la conscience que le niveau international est au fait des problèmes liés à la carte d’identité, l’hebdomadaire Jeune Afrique, du jeudi 26 avril 2018, a rapporté que  la Banque mondiale avait entamé des négociations avec le gouvernement ivoirien, pour le financement de nouvelles cartes d’identité biométriques avec puce. Un projet est estimé à 50 millions de dollars. Donc les bailleurs de fonds se promettaient de nous aider.

Les bailleurs de fonds se proposaient d’aider la Côte d’Ivoire parce qu’ils entrevoyaient la fraude ?

Pourquoi étaient-ils convaincus qu’il y a fraude sur l’identification ? Tous nous nous souvenons  de l’intervention de l’ex porte-parole du gouvernement, Koné Bruno, en réponse de l’intervention de l’Ambassadeur d’Italie qui avait indiqué qu’il y avait 13.000 Ivoiriens qui demandaient à immigrer chez eux. Le ministre Bruno Koné avait dit que parmi ces 13.000, seuls deux mille pouvaient prétendre être des ivoiriens.

qu’en est-il des autres qui ont les pièces d’identité Ivoiriennes ? Cela veut dire que la question de la fraude sur l’identité est bel et bien réelle. Avec cela, nous avons tous appris  qu’on veut instituer un registre national des personnes physiques sur financement de la Bad.

Cela va causer des problèmes avec les registres d’Etat civil qui sont uniques pour les étrangers et les Ivoiriens. Cela va amener des problèmes de complexité qui commandent que le gouvernement rassure tout le monde par la sensibilisation, par l’institution de structure qui va garantir la transparence de l’opération.

Quelles sont les conséquences de cette mesure de non gratuité de la Cni sur les élections de 2020 ?

Cela pose un problème de faisabilité. Les cartes d’identité devraient, au plus tard, être terminées dans le premier trimestre de l’année 2020. Pour permettre à la nouvelle Cei de voir tout ce qu’il lui faut. Quand on parle de liste électorale, c’est tout simplement le fichier d’identification qu’on remet à la Cei. Il en extrait les étrangers, il en extrait les Ivoiriens qui n’ont pas l’âge et il en extrait les Ivoiriens qui ont perdu leur droit civique. C’est cela la liste  électorale.

Le chiffre que nous avons commande qu’une opération spéciale se fasse au lieu de faire une identification comme si on était en période normale. L’opération spéciale, c’est d’organiser des audiences foraines sans que les populations se déplacent, c’est les juges qui sont à leur disposition et cela réduit les délais et en ce moment, la production de la carte d’identité n’est liée qu’à la capacité des machines dont nous disposons. Si on fait autrement, c’est prendre beaucoup trop de risques par rapport au délai des élections de 2020.

Qu’en est-il de la crédibilité de l’opérateur qui a été désigné pour cette opération ?

Moi, je ne pense que le gouvernement peut se permettre de prendre un opérateur qui ne soit pas crédible. Mais le problème, c’est la réalisation même de l’opération. Parce qu’on ne peut pas dire à un paysan qui est dans son village ou son campement de venir en ville débourser 15.000 francs pour se faire établir une carte d’identité.

Seuls ceux qui en ont fait un objectif politique pour leurs militants et pour des ambitions électoralistes qui peuvent en donner les raisons. C’est seulement une opération spéciale qui peut permettre de tenir dans des délais acceptables.

Que doivent faire les partis d’opposition ?

C’est la Charte africaine des droits de l’homme qui demande que tous ceux qui ont le droit d’être sur la liste électorale qui doivent avoir la capacité de discuter. Et même la déclaration de Bamako du 03 novembre 2012 indique qu’il y ait un consensus politique, ça veut dire que tous les gouvernants s’asseyent avec les partis politiques et la société civile pour organiser l’opération.

Et je pense que tout est réuni pour que le gouvernement, les partis politiques, et la société civile travaillent ensemble pour un consensus politique, pour rassurer les Ivoiriens que leurs cartes d’identité ne sont données qu’aux Ivoiriens. Cela demande de la transparence.

6 millions d’Ivoiriens ont leurs cartes d’identité qui arrivent à expiration. Il faut les refaire. Et il y a 6 millions de nouveaux majeurs à qui il faut donner de nouvelles cartes d’identité. Cela fait 12 millions d’acquéreurs. Que faire pour tenir les délais ?

La France qui est un pays démocratique, pour faire face aux élections et pour tenir dans les délais, a pris un décret pour proroger la validité des cartes d’identité qui existent. Avec cette mesure, déjà, on réduit de moitié le volume de production des cartes d’identité. Et donc c’est pour ces 6 millions qu’il faut réunir les conditions de transparence, et dans une opération spéciale, on se donne toutes les chances pour tenir dans le délai.

Interview réalisée

DIARRASSOUBA SORY et JEAN PRISCA

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 ⁄ 2 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Citoyenneté

« L’amour de la France pour l’Afrique est destabilisateur » Nathalie Yamb

Publié

activé

Nathalie Yamb, miitante panafricaine souverainiste et Conseillère exécutive du Professeur Mamadou Koulibaly.

Dans son rendez-vous hebdomadaire avec ces abonnés, Nathalie Yamb, la dame de Sochi, conseillère exécutive de Mamadou Koulibay, a abordé, une fois encore, la relation France -Afrique.

Elle est revenue sur les 60 ans de relation amoureuse destabilisatrice de la France pour l’Afrique.

Dans cette vidéo, Nathalie Yamb revient sur tous les complots de la France en Afrique, de Sékou Touré à Laurent Gbagbo, en passant par Thomas Sankara. Un rappel historique édifiant.

Herve Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Citoyenneté

Mort d’un Afro-américain : émeutes et incendies pour réclamer justice, Donald trump fait des promesses

Publié

activé

Mort d'un Afro-américain-image d'illustration

 

La colère provoquée par la mort de cet afro-américain, George Floyd aux mains de la police a débouché sur des soulèvements populaires dans la soirée du mercredi dernier à Minneapolis, une ville américaine dans l’Etat de Minnesota. C’était la deuxième nuit d’affrontements entre manifestants et policiers dans cette ville.

Ces soulèvements populaires sont survenus aux lendemains de la mort d’un afro-américain, George Floyd, entre les mains de certains policiers. Dans une vidéo qui a parcouru la toile, on voit le sieur Floyd qui n’arrivait pas à respirer alors qu’un policier blanc s’appuie de tout son poids sur son cou. Trois autres policiers observent sans rien faire, nonobstant les supplications des passants.

La police a bien notifié que le sieur Floyd, âgé de 46 ans, n’était pas armé. Elle a soupçonné l’afro-américain d’avoir tenté de faire usage des faux billets dans un restaurant de la place. Transféré à l’hôpital, il a finalement rendu l’âme.

Le maire de la ville, Jacob Frey, un Blanc, a demandé à ce que la justice aille loin dans l’affaire. Il a fait savoir que si c’était un simple citoyen qui avait commis un crime pareil, comme ce fut le cas avec le sieur Floyd, ce citoyen serait déjà mis en prison. Sur sa page twitter, il a publié un message dans lequel on peut lire : « Je demande donc au procureur du comté de Hennepin, Mike Freeman, d’inculper l’agent de police ».

La députée d’origine somalienne Ilhan Omar, dont la circonscription électorale inclut l’ensemble de Minneapolis, a été plus précise. Elle a, elle aussi, publié sur sa page Twitter que l’agent de police, responsable de la mort de monsieur Floyd « devrait être inculpé pour meurtre ». Vu l’allure que prenaient les événements, elle a, quelques heures après, appelé tout le monde au calme à travers un autre écrit : « Nous devrions et devons protester pacifiquement. Mettons fin au cycle de la violence ».

Des manifestants ont brûlé de nombreux magasins. Le feu s’est répandu sur d’autres bâtiments voisins. D’après le site web Twin Cities, la police, dont certains éléments se sont positionnés sur les toits, a fait recours aux gaz lacrymogènes, aux balles en plastique et aux grenades à concussion pour maîtriser les manifestants à distance. Mais ces manifestants ont riposté de la plus belle des manières. Beaucoup d’entre eux ont lancé des pierres et d’autres projectiles sur les policiers. D’autres ont renvoyé des bombes lacrymogènes vers les policiers.


A en croire le quotidien Minneapolis Star Tribune, un individu surpris dans la nuit de mercredi à jeudi, en train de voler dans un magasin avait été tué par balles. La police a laissé entendre que c’est le propriétaire du magasin qui lui aurait tiré dessus.

Ce n’est pas la première fois que la police est impliquée dans la mort d’un civil sur fond de tensions raciales au Minnesota. Dans la même ville de Minneapolis, en 2017, un policier d’origine somalienne, avait tiré sur une femme blanche qui a rendu l’âme. Il avait été arrêté et inculpé pour meurtre. Il avait écopé d’une peine d’emprisonnement de 12 ans et demi qu’il continue de purger. Un verdict que New York Times a qualifié de « deux poids, deux mesures ».

Le président américain, Donald Trump a laissé entendre que la mort de monsieur Floyd est un événement « très triste ». Les autorités fédérales mènent des enquêtes sur cet incident, a-t-il poursuivi.

Le chef de la police de la ville du Nord des Etats-Unis a demandé aux manifestants de garder leur calme pour ne pas connaître les mêmes débordements que la veille.

Pastoré

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

CNI/ Election Présidentielle: Un leader de jeunesse de Dabou mobilise

Publié

activé

M. Mel Silas Gnagne dit Stocker La Flamme - image d´illustration

Le President de l´association Jeune Adioukrou Moderne (JAM),  Mel Silas Gnagne appelle les jeunes de Côte d´Ivoire et plus precisement à ceux du Leboutou(departement de Dabou) à prendre leur destin en main en allant se faire établir leur carte nationale d´identité (CNI) et à se faire enroller sur la liste électorale, pour faire barrage à la promotion de la médiocrité.

 je voudrais rappeler à ces nombreux jeunes qui me suivent que, l’opération de la confection des cartes nationales d’identité est lancée depuis lors. À l’instar des vieillards qui ne peuvent pas se déplacer pour se faire enrôler, sortez massivement des maquis, caves, buvettes et aller établir vos CNI.

Bientôt, les élections! Mais pas seulement les élections, un frère. Ta CNI va te servir à des papiers administratifs et sera bénéfique à tes progénitures.

Au risque de continuer à rester dans nos chambres et ou salons et dire bas ce qui vous dérange tant, et pire, cautionner cette forfaiture tout en suivant des hommes politiques qui ne pensent qu’à leur positionnement, svp, sortez et allez vous faire enrôler. Cela y va de votre intérêt !

Comme bon nombre de jeunes Ivoiriens et Africains, je préfère aller en Europe pour gagner mon pain. N’est-ce pas ?
Certains vont rétorquer que j’ai raison et d’autres répondront, pas forcément d’aller en Europe pour gagner son pain. Ils ont aussi leur raison, je réponds.
Mais, une chose; nos binguistes ne sont pas des vauriens, des faiblards. Ce sont des bosseurs et tous à la fois courageux et intelligents. Trop stratèges, nos binguistes. Big up à vous !
A bengue, un livreur de pain est mieux traité. Ses droits reconnus et respectés. Il peut mieux vivre et faire vivre sa famille.
Comparaison n’est pas raison dit-on, mais, pas le cas chez nous.
Le mal, ce sont nos dirigeants qui insultent l’intelligence Ivoirienne et Africaine. Eux aussi, ils ont raison keh. Saviez-vous pourquoi ?
Je vous explique : ils viennent au pouvoir dans des conditions beaucoup défavorables et entourées d’ambiguïtés, donc, calamiteuses.
Soit, une fois au pouvoir, ils font face à des traités où ils sont impuissants à eux seuls d’agir. Des contrats qui ne sont pas au profit du peuple. Trop tard…
Comment pouvez-vous comprendre que dans un pays où la jeunesse, son éducation et son devenir est capital est banalisée?
Comment admettre que dans un Etat sérieux et respectueux où la quête de l’excellence est importante, l’on privilégie la médiocrité en lieu et place de la promotion du mérite?
Oui, je peux l’affirmer que nous sommes dans une logique où l’on encourage et fait la promotion de la médiocrité. Sinon, comment comprendre qu’un simple bouffeur de dix (10) morceaux de pains pour son dîner peut être promu et inviter sur les antennes de nos chaînes TV et Radio pour expliquer quoi ?
Justement, pour expliquer comment avaler des baguettes de pains en une respiration.
J’ai lu une publication où l’auteur (qui n’est même pas jeune) s’interroge sur la nécessité de continuer à combattre pour une jeunesse qui refuse de s’affirmer.
Nous sommes dans une société capitaliste. Que les uns et les autres comprennent.
Mais, en même temps, comme nous sommes en Afrique et sommes des Africains, mettons en avant les valeurs Africaines qui fondent notre société, toujours en l’adaptant en fonction.
Réfléchissons encore !
Analysons encore !
Agissons ensemble !

Stocker La Flamme

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances