Restons en contact

Nationale

Côte d’Ivoire / Les autorités ivoiriennes vont-elles traduire l’ex-président Henri Konan Bédié devant les tribunaux ?

Publié

activé

Henri Konan Bédié, Ex-Président de la République de Côte d'Ivoire, Président du PDCI-RDA.

Côte d’Ivoire / Les autorités ivoiriennes vont-elles  traduire l’ex-président Henri Konan Bédié devant les tribunaux ?

Par leadernews, 09/06/2019

Dans un communiqué hier sur la RTI1, fait par son porte-parole, le ministre Sidi Tiémoko Touré, le gouvernement ivoirien s’insurgeait contre les propos tenus par le président du PDCI-RDA, monsieur Henri Konan Bédié, qu’il juge de « xénophobe » et évoque une action en justice.

Le gouvernement du pésident Alassane Ouattara condamne les dernières déclarations du président du PDCI en la personne de monsieur Henri Konan Bédié.

 

Déclaration du porte-parole du gouvernement:

Recevant une délégation de son parti politique, en sa résidence de Daoukro, le mercredi 5 juin 2019, Monsieur Aimé Henri KONAN BEDIE, ancien Chef de l’Etat et Président du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), a tenu les propos suivants :

– « … on fait venir des étrangers armés qui sont stationnés maintenant dans beaucoup de villages… »

– « … il faut simplement que nous soyons conscients, car le moment venu, nous agirons, pour empêcher ce hold-up sur la Côte d’Ivoire, sous le couvert de l’orpaillage … » ;

– « d’autres ont fait venir clandestinement … surtout dans la commune d’Abobo ; les gens rentrent, on leur fait faire des papiers … » ;

– « … nous avons fait venir des étrangers dans nos plantations de café, de cacao ; et ensuite, les gens se sont installés à leur propre compte, et aujourd’hui, ils agressent les planteurs ivoiriens et se disputent même la propriété des terres » ;

– « … il faut que nous réagissions pour que les Ivoiriens ne soient pas étrangers chez eux, car actuellement on fait en sorte que l’Ivoirien soit étranger chez lui. Mais les Ivoiriens n’accepteront jamais cela… ».

 

Ces propos, d’une extrême gravité, appelant à la haine de l’étranger, sont de nature à mettre en péril, au-delà de la paix et de la cohésion sociale, l’unité nationale et la stabilité du pays. Selon le ministre Sidi Tiémoko Touré.

Cette déclaration intervient à un moment où plusieurs localités du pays sont secouées par des violences intercommunautaires qui se sont soldées par des morts, des blessés ainsi que par des déplacements en détresse humanitaire. C’est pourquoi le gouvernement condamne cette sortie qui n’honore pas son auteur qui ne doit pas méconnaître les obligations liées à son statut.

Le gouvernement tient à rappeler à tous que le racisme, la xénophobie, le tribalisme et la discrimination raciale ou religieuse sont constitutifs d’infractions prévues et punies par la loi pénale. Fait à Abidjan le 08/06/2019, Sidi Tiemoko Touré, Ministre de la communication et des medias, Porte-parole du Gouvernement.

L.Y

Comments

comments

Nationale

Côte d’ivoire: Tendons-nous vers la privatisation des universités publiques?

Publié

activé

L’année académique 2018-2019 des universités publiques de côte d’ivoire s’est vu plusieurs fois interrompue pour cause d’inscriptions.

Les étudiants des universités publiques depuis plusieurs mois se plaignent des exigences des responsables des scolarités des universités de côte d’ivoire qui ne cessent d’exiger une inscription préalable de l’etudiant lambda avant même de béneficier d’un groupe de TD (travaux diriger), d’accéder aux compositions et mêmes aux résultats de fin d’année. Cette exigence a-t-elle des raisons extérieures au système universitaire ou tendons-nous vers une privatisation des universités publiques?

En effet le système universitaire depuis l’an 2014 est regenter par une politique d’autogestion. C’est à dire que les universités se gèrent financièrement elles mêmes via les frais inscriptions des différents étudiants qui constituera le budget des universités et reçoit les 10% de l’Etat d’où cette exigence nonobstant les frais d’inscription qui sont plus ou moins exhorbitant pour la masse évaluer à hauteur de 30.000 Francs CFA le premier cycle , 60.000 Francs CFA le sécond cycle et 90.000 Francs CFA le troisième sans compter les frais annexes.

Comments

comments

Continuer la lecture

Economie

Côte d’Ivoire : A Azaguié, Mamadou Koulibaly donne une leçon de transparence à Kandia Camara

Publié

activé

Mairie d'Azaguié, 22 km d'Abidjan-Côte d'Ivoire

Le maire de la commune d’Azaguié, Mamadou Koulibaly et son conseil ont présenté le lundi 16 septembre 2019, le bilan des actions menées en faveur de leurs administrés depuis leur élection.

Le président-fondateur de Liberté et démocratie pour la république (LIDER), Mamadou Koulibaly, après la victoire de la liste qu’il menait lors des élections municipales d’octobre 2018, a présenté les projets réalisés par le conseil municipal depuis son accession à la tête de la mairie. En effet, depuis cette date, ce sont 700 tables-bancs qui ont été offertes aux élèves par celui qui considère l’éducation comme la base de tout développement.

Le coût alloué à la confection de ces tables-bancs non importées s’élève à 12.174.000 F cfa. Soit 17.391 F cfa par table-banc. Le marché d’Abbè a été réhabilité à hauteur de 15.000.000 F cfa. Quant à l’extension du réseau d’adduction d’eau ; il a été réalisé à 29.000.000 F cfa en vue d’offrir de l’eau potable à ses administrés. Par ailleurs, l’on note également la construction d’une école maternelle à la gare d’Azaguié à 15.000.000 Fcfa et la réhabilitation d’un bâtiment pour l’inspection de l’enseignement primaire et préscolaire à un coût global de 16.800.000 F cfa.

S’agissant de la mairie, elle a été équipée en mobiliers de bureau à 15.000.000 FCFA et l’acquisition d’une tondeuse à 2.980.000 FCFA. Mamadou Koulibaly donne ainsi une leçon de transparence à ses collègues maires et à la ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, Kandia Camara.

 

En effet, ces chiffres contredisent les 200 000 tables-bancs semi-métalliques que le gouvernement d’Amadou Gon Coulibaly avait importés pour des écoles au coût de 17 milliards FCFA dans un contrat de gré à gré avec la Société d’import de divers de Côte d’Ivoire (SIMD-CI). soit 85 000 FCFA l’unité. Alors que notre pays regorge d’une région forestière par excellence. Un pays dont la partie sud est couverte par la forêt et dont les produits sont transformés sur place, en produits semi-finis et finis très fiscalisés.

Karina Fofana

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Le double jeux sécuritaire de Ouattara.

Publié

activé

Le chef de l’etat de côte d’ivoire vient d’initier un vaste remaniement ministériel qui pourrait placer le petit frère du premier ministre à la tête des forces spéciales de la présidence.

 

Le remaniement ministèriel du 04 septembre 2019 dernier a ouvert une place à la tête  du groupement de sécurité  du président de la république de côte d’ivoire (GSPR) , la très stratégique unité de sécurité du président et des VIP en déplacement dans le pays.

En nommant le chef du GSPR, le géneral d’armée Vagondo Diomandé, au poste de ministre de la sécurité, le président de la république  fait d’une pierre deux coups.

Il contient non seulement l’influence grandissante du ministre de la défense, Hamed Bakayoko, en appelant au gouvernement un haut gradé capable de tenir  tête à ce dernier mais ouvre également la voie à un remaniement dans le millieu des cadres du GSPR à moins d’un ans de l’échéance présidentielle.

Le principal successeur à l’actuel ministre  en vue actuellement est le petit frère du premier ministre Amadou Gon Coulibaly nommé Ibrahim Gon Coulibaly.

N’est -il pas un moyens pour M.Ouattara de raffraichir stratégiquement sa garde a l’approche des élections ou satisfaire des intérêts susceptibles d’être bénéfique dans des jours a venir?

 

 

Comments

comments

Continuer la lecture
Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances