Restons en contact

Politique

Légisatives2021: Bédié appelle à une victoire écrasante de l´opposition

Publié

activé

Henri Konan Bédié Président du PDCI, Chef de l´opposition

À l´occasion de l´ouverture de la campagne électoral pour législatives du 06 mars 2021, le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié a adressé un message poignant aux ivoiriens en les invitant à voter massivement les candidats de l´opposition et plus précisement ceux de son parti en vu d´équilibrer des pouvoirs.

Ivoiriens, Ivoiriennes,

Mes chers compatriotes,

L’histoire de notre jeune nation est marquée depuis plus d’une vingtaine d’années par des moments tragiques, des douleurs profondes dans les cœurs de toutes nos populations.

Les blessures sont redevenues encore plus vives ces derniers mois, à l’occasion d’une élection présidentielle organisée aux forceps par le pouvoir RHDP. Une nouvelle déchirure dont nous n’avions pas besoin après tout ce que nos braves populations ont déjà vécu pendant des décennies.

Disons-le sans faux-fuyant !

En vérité, la riche diversité de notre belle nation, les valeurs fondatrices de notre République que sont l’union, la discipline et le travail s’écroulent sous nos yeux par la faute d’un clan qui veut se maintenir coûte que coûte au pouvoir en violation des règles élémentaires de la bonne gouvernance et surtout de notre Loi fondamentale, La Constitution.

Devant cette dérive et face au refus obstiné de dialogue du Chef de l’Etat dans l’intérêt de la nation, j’ai lancé un appel à la désobéissance civile après concertation avec tous les leaders de l’opposition dont le Président Laurent Gbagbo. Je félicite et renouvelle ma confiance à la grande majorité de nos compatriotes qui a massivement adhéré au mot d’ordre de désobéissance civile.

Par Amour pour notre pays et comme un seul homme, vous avez répondu solidairement Non à la violation de notre Constitution, faisant face aux violences inouïes et sans limites des milices armées à la solde du pouvoir. Le triste bilan d’une centaine de morts, de plus de 200 blessés graves et la destruction programmée de biens privés et professionnels, n’a ému personne parmi les tenants du pouvoir en place.

En votre nom, je rends à tous nos frères et nos sœurs, à tous nos enfants disparus ou grièvement atteints dans leur intégrité physique et morale, un hommage renouvelé pour leur courage et leur détermination en faveur de la liberté, de la démocratie et de l’état de droit.

Les vrais résultats de l’élection présidentielle pour laquelle tant d’hommes et de femmes sont morts ou marqués à vie, sont connus de tous.

La participation réelle confirmée par des observateurs internationaux crédibles est inférieure à 10%. Les résultats annoncés officiellement ne sont que le reflet d’une volonté délibérée de nos dirigeants de prendre en otage la démocratie en dépit des aspirations profondes de notre peuple à la paix.

A l’issu de cette mascarade d’élection, plusieurs dirigeants politiques, responsables d’associations de la société civile, de nombreux jeunes et des vaillantes femmes ont fait l’objet d’arrestations arbitraires, d’emprisonnement ou d’assignation à résidence.

Mon épouse, Madame Henriette Konan Bédié et moi-même avons été agressés et séquestrés à notre domicile de Cocody par des milices encagoulées et armées. Nous avons échappé à un enlèvement et été interdits de visite.

Je rends aussi un hommage à chaque victime de ces tristes événements de notre Histoire récente. Je renouvelle mon soutien à tous ceux et celles qui sont encore injustement emprisonnés et jugés malgré l’illégalité des procédures judiciaires engagées. Je demande leur libération pour renforcer l’esprit d’un climat d’apaisement pour la construction d’une paix durable pour notre pays.

Dans le but de préserver des vies humaines et éviter à notre pays de s’engager à nouveau dans une violence dont les conséquences seraient préjudiciables pour nous tous, j’ai lancé un nouvel appel au dialogue. Ma seule ambition en agissant ainsi est de donner une chance à la paix pour reconstruire ensemble une nouvelle nation unie et prospère. J’ai la profonde conviction que seul un dialogue vrai et sincère, libéré des intérêts de clans et dominé par l’Amour de notre patrie, peut ramener notre pays sur le chemin du bonheur.

C’est dans ce cadre que le Président Gbagbo et moi-même appelons solennellement, toutes les filles tous les fils de la Côte d’Ivoire, épris de fraternité et de démocratie à participer aux élections législatives du 06 Mars prochain.

Notre participation à ces élections est en parfaite cohérence avec ce que je vous avais proposé. Elle traduit prioritairement, devant l’Histoire, notre refus catégorique de la violation flagrante de notre constitution et ce qui en découle.

Nous devons donc prendre la majorité à l’Assemblée nationale pour :

Premièrement, équilibrer les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires afin d’éviter la consolidation d’un pouvoir absolu dans notre pays. Il s’agira de donner à la Côte d’Ivoire les attributs d’un Etat moderne dont les orientations stratégiques et les décisions sont une émanation de toutes ses composantes.

Deuxièmement, Réconcilier les Ivoiriens avec le retour des exilés, la libération de l’ensemble des détenus politiques et militaires, la mise en place d’un dialogue à tous les niveaux de la nation, la réparation de tous les préjudices subis en vue de restaurer l’unité nationale en tenant compte de l’expression de nos diversités.

Troisièmement, contribuer positivement et fortement à l’avènement d’une bonne Gouvernance sur les plans administratif, économique, judiciaire et politique en vue d’une répartition équilibrée, juste de nos richesses.

Par ailleurs, je suis conscient des inquiétudes justifiées de nos compatriotes, quant à la sécurisation du processus électoral et à la prévention des violences. J’interpelles le Chef de l’État, le gouvernement et la CEI afin que toutes les dispositions soient prises pour garantir un processus apaisé et sans violences dans les circonscriptions électorales de notre pays.

Dès maintenant, je lance un appel solennel à tous les compatriotes et demande de transformer notre adhésion à la désobéissance civile en instrument de pouvoir en votant massivement les candidats du PDCI RDA et ceux de l’opposition.

Ensemble, nous devons gagner ces élections pour la Côte d’Ivoire, pour le retour de la fraternité, de l’unité et la solidarité pour le bonheur de l’ensemble des Ivoiriens.

Nous devons gagner ces élections pour sauver l’avenir de nos enfants en recherchant un système éducatif rigoureux et cohérent dans la discipline et le travail, en luttant pour obtenir une politique de santé performante. La pandémie du Coronavirus et ses dégâts sous nos yeux nous enseignent qu’il ne faut pas croiser les bras.

Nous devons gagner pour nos paysans producteurs de matières premières (café, cacao, anacarde, etc.) pour que leurs produits soient vendus au juste prix.

Nous devons gagner pour que la question de la réduction du coût de la vie dans notre pays soit enfin une réalité.

Nous devons gagner pour préparer ensemble, à travers un dialogue franc, les conditions d’un retour définitif de la paix.

Nous devons gagner pour reconstruire ensemble une nouvelle nation, fraternelle, démocratique et prospère.

Pour finir, je voudrais paraphraser le philosophe français Paul Dorey : « la douleur nous a brisés, demain notre fraternité nous relèvera et de nos blessures jaillira un fleuve de liberté ».

Le combat que nous menons aujourd’hui, c’est un combat pour notre bonheur commun et celui des générations futures.

Nous devons gagner ce noble combat grâce à la mobilisation sans précédent de tous.

Le 06 Mars prochain, allons tous voter.

Votons pour les candidats de l’opposition responsable de notre pays la Côte d’ivoire.

Cher(e)s compatriotes ivoiriens et ivoiriennes, je compte sur vous.

Les leaders de l’opposition comptent sur vous.

La Côte d’ivoire, notre mère patrie, compte sur vous.

Je vous remercie

Dieu bénisse la Côte d’ivoire

Henri Konan Bédié Président du PDCI-RDA

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 ⁄ 1 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nationale

Aprés sa libération, les regrets de Laurent Gbagbo

Publié

activé

Laurent Gbagbo, ex-président ivoirien. Image d'illustration

le Directeur de la rédaction de Jeune Afrique François Soudan a écrit un éditorial intitulé ” Retour de Gbagbo: la tentation de la revanche ”.

Selon lui, s’il y’a une chose que l’ancien président Laurent Gbagbo se reproche, c’est d’avoir sous-estimé la ” méchanceté ” de Ouattara, Bédié et Sarkozy. << Lors d’un entretien fin 2020 à Abidjan, en ces jour sépulcraux où se jouait son avenir, j’avais été frappé de l’entendre me dire qu’à ses yeux, dans l’histoire alors quinquagénaire de la Côte d’Ivoire, il n’y avait que deux hommes: Houphouët-Boigny et lui. La première indépendance en 1960 et la seconde , accouchée aux forceps en octobre 2000 avec son arrivée au pouvoir. Tout le reste n’était que parenthèse >> a-t-il avancé.

Poursuivant, François Soudan précise: << Laurent Gbagbo ajoutait que la guerre avait gâché son mandat, qu’il n’avait pu gouverner que pendant vingt mois avec la marge de manœuvre nécessaire, jusqu’à la tentative de coup d’État en 2002 et qu’il ne se reprochait qu’une seule chose: avoir sous-estimé ce qu’il appelait la ” méchanceté ” de ses adversaires, au premier rang desquels figuraient Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

A ceux qui se posent des questions sur l’avenir politique de l’homme, François Soudan répond que l’ancien président ne rentrera pas au pays pour prendre sa retraire. ” Laurent Gbagbo a encore faim et quoi qu’il puisse laisser paraître, la plaie ouverte par son éviction n’est pas refermée.

Lu pour vous

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Covid-19/Vaccination: Pourquoi le gouvernement ivoirien reste muet sur le cas AstraZeneca?

Publié

activé

Leopold VII Adou Agnouwol, Ecrivain et DRI LIDER Portugal

Y a-t-il une task force en charge de la campagne de vaccination Anti-Covid-19 en Côte d´Ivoire?  A-t-elle conseillé au gouvernement ivoirien de conserver le vaccin AstraZeneca, sans aucune explication sur les cas de coagulation sanguine qui augmente chaque jour, ni aucun débat démocratique sur la question des vaccins et de la stratégie vaccinale?

Depuis que des contre-indications sont observées ça et là en europe après l´administration du vaccin d´AstraZeneca, la Direction Générale de la Santé et même le ministre de santé de Côte d´Ivoire évite de prendre une position claire surtout que plusieurs pays ont ou suspendu ou arrêté l´utilisation du vaccin AstraZeneca. Tout porte à croire que les autorités ivoiriennes attendent les conclusions de l’EMA sur la nouvelle évaluation du vaccin Anglo-suedois.

Le gouvernement ivoirien maintient donc le vaccin et continue la campagne de vaccination. Il nous revient et de façon récurrente que des sujets de moins de 50 ans appartenant aux professions de la santé, de la sécurité, de l´armée et de l´éducation sont vaccinés, là où le vaccin AstraZeneca a démontré une inefficacité sur les personnes de cet âge et fort de cela il reste fortement recommandé au plus de 55 à 70 ans.

Face à ce mutisme, on peut légitimement se poser la question de savoir, est-ce nous avons un régulateur des médicaments ou encore un comité d’évaluation des risques de pharmacovigilance en Côte d´Ivoire? Si oui pourquoi donc se tait-il ? Quelles actions ce comité ou régulateur a-t-il entrepris en vue d´évaluer les risques au niveau local ? Il est suffisamment évidant que les milliards du CovidBonds n´ont pas permis à une telle structure une indépendance d´analyse et de décision par rapport à cette situation sanitaire gravissime que le monde entier connaît. Pour notre santé également nous sommes livrés au bon vouloir de la France.

Le constat est clair, la Côte d´Ivoire n´est pas indépendante dans le domaine sanitaire et cela se voit avec les évacuations sanitaires régulières des hautes autorités du pays vers l´Europe. Cette soumission sanitaire démontre l´échec de la politique de santé publique de M. Alassane Ouattara.

Leopold VII Abrotchi

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Côte d´Ivoire: Gouvernement Patrick ACHI I, voici la liste complète

Publié

activé

SEM. Alassane Ouattara, president de la republique de Côte d´Ivoire

Attendu depuis deux semanines voici la liste complète du nouveau gouvernement ivoirien. Le premier gouvernement Patrick ACHI est une équipe de 41 membres, dont la moyenne d´âge est de 50 ans et huit (8) femmes.

COMMUNIQUE DE LA PRÉSIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a procédé, ce mardi 06 avril 2021, à la signature de plusieurs décrets de nomination au titre du Gouvernement, de la Présidence de la République et du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel.

AU TITRE DU GOUVERNEMENT

Sur proposition du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Patrick Jérôme ACHI, le Président de la République a procédé à la signature d’un décret portant nomination des Membres du Gouvernement Ainsi sont nommés:

1. Le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de L`Intégration Africaine et de la Diaspora :
Mme Kandia KAMISSOKO CAMARA

2. Ministre d’Etat, Ministre de la Défense :
M. Téné Birahima OUATTARA

3. Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural :
M. Kobenan Kouassi ADJOUMANI

4. Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme :
M.Jean Sansan KAMBILÉ

5. Ministre de L`Intérieur et de la Sécurité :
Gal Vagondo DIOMANDÉ

6. Ministre des Eaux et Forêts :
M. Alain Richard DONWAHI

7. Ministre du Plan et du Développement :
Mme Nialé KABA

8. Ministre des Transports :
M. Amadou KONÉ

9. Ministre de l’Economie et des Finances:
M. Adama COULIBALY

10. Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration :
Mme Anne Désirée OULOTO

11. Ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme :
M. Bruno Nabagné KONÉ

12. Ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat :
M. Moussa SANOGO

13. Ministre de l’Hydraulique :
M. Laurent TCHAGBA

14. Ministre de l’Equipement et de l’Entretien Routier :
M. Amedé Koffi KOUAKOU

15. Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation :
Mme Mariatou KONÉ

16. Ministre de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale :
M. Bertin KOUADIO KONAN

17. Ministre du Commerce et de l’Industrie :
M. Souleymane DIARRASSOUBA

18. Ministre de la Promotion des Sports et du Développement de l’Economie Sportive :
M. Paulin Claude DANHO

19. Ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, Porte-parole du Gouvernement :
M. Amadou COULIBALY

20. Ministre de la Promotion de la Jeunesse, de L`Insertion Professionnelle et du Service Civique, Porte-parole adjoint du Gouvernement :
M. Mamadou TOURÉ

21. Ministre de la Promotion de L`Investissement et du Développement du Secteur Privé :
M. Emmanuel Esmel ESSIS

22. Ministre de la Promotion des PME, de l’Artisanat et de la Transformation du Secteur Informel :
M. Félix ANO BLÉ

23. Ministre des Ressources Animales et Halieutiques :
M. Sidi Tiémoko TOURÉ

24. Ministre du Tourisme et des Loisirs :
M. Siandou FOFANA

25. Ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance, du Renforcement des Capacités et de la Lutte contre la Corruption :
M. Epiphane ZORO BI BALLO

26. Ministre de l’Economie Numérique, des Télécommunications et de L`Innovation :
M. Roger Félix ADOM

27. Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique :
M. Adama DIAWARA

28. Ministre de la Santé, de l’Hygiène Publique et de la Couverture Maladie Universelle :
M. Pierre DIMBA

29. Ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie :
M. Thomas CAMARA

30. Ministre de l’Assainissement et de la Salubrité :
M. Bouaké FOFANA

31. Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté :
Mme Myss Belmonde DOGO

32. Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale :
M. Adama KAMARA

33. Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant :
Mme Nassénéba TOURÉ

34. Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage :
M. KOFFI N’GUESSAN

35. Ministre de la Culture et de L`Industrie des Arts et du Spectacle :
Mme Arlette Badou N’GUESSAN KOUAMÉ

36. Ministre de l’Environnement et du Développement Durable :
M. Jean-Luc ASSI

37. Ministre délégué auprès du Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Diaspora, chargé de L`Intégration Africaine :
M. Alcide DJÉDJÉ

Secrétariats d’Etat

1. Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, chargé du Logement Social :
M. N’Guessan Lataille KOFFI

2. Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, chargé de la Modernisation de l’Administration :
M. Brice Kouamé KOUASSI

3. Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Transports, chargé des Affaires Maritimes :
M. Célestin SEREY DOH

4. Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale, chargé de la Protection Sociale:
Mme Clarisse KAVO MAHI

Le premier Conseil des Ministres du nouveau Gouvernement se tiendra le mercredi 07 avril 2021 à 11 heures, au Palais de la Présidence de la République.

AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIOUE

Suite à la nomination, le lundi 29 mars 2021, de Monsieur Abdourahmane CISSÉ, en qualité de Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République, le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a procédé à la signature d’un décret portant nomination de Ministres à la Présidence de la République.

Ainsi sont nommés:
– Ministre auprès du Président de la République, chargé des Relations avec les Institutions de la République:
M. Gilbert Koné KAFANA

– Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République:
M. Fidèle SARASSORO.

Ce décret abroge les décrets portant nomination du Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République et des autres Ministres à la Présidence de la République.

AU TITRE DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL, ENVIRONNEMENTAL ET CULTUREL

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a procédé à la signature de deux décrets.

Le premier décret porte nomination de Monsieur Eugène AKA AOUELE, en qualité de membre du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel.

Aux termes du deuxième décret, Monsieur Eugène AKA AOUÉLÉ est nommé Président du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel.

Fait à Abidjan, le mardi 06 avril 2021
Le Ministre, secrétaire Général de la Présidence
Abdourahmane Cissé

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances