Restons en contact

Internationale

Illégalité CEI-Côte d’Ivoire: le Conseil Fédéral suisse « prend note »

Publié

activé

Manuel Tornare, le député socialiste ayant inscrit la question de l'organe électoral en Côte d'Ivoire, aux debats parlementaires du lundi 10 décembre 2018.

Le lundi 10 décembre 2018, le Conseil Fédéral suisse a répondu à Manuel Tornare, conseiller national, membre du Groupe socialiste, qui, une semaine plutôt, déposait au parlement suisse, des questions au gouvernement, relatives à l’impartialité et à l’indépendance de l’organe électoral de Côte d’Ivoire,  la CEI  (Commission électorale indépendante,), à la veille de l’échéance électorale de 2020.

Manuel Tornare, le député socialiste, fondant ses préoccupations sur l’Arrêt, en septembre 2017, de la Cour Africaine des Droits de l’homme et des Peuplesjugeant l’organe électorale ivoirien illégal et illégitime, a ainsi interrogé le Conseil Fédéral:

Le 28 septembre 2017, la cour africaine des droits de l’homme confirme que la Côte d’Ivoire a violé son obligation de créer un organe électoral indépendant et impartial, prévu par l’article 17 de la Charte africaine sur la démocratie.

– Est-ce que la Côte d’Ivoire viole toujours son obligation de protéger le droit des citoyens de participer librement à la direction des affaires publiques de leurs pays?

– Qu’est-ce que la Suisse fait pour renforcer la démocratie dans ce pays en vue des élections 2020?

Lire aussi, Congrès du PS suisse: l’illégalité de la CEI en Côte d’Ivoire évoquée

Dans sa réponse, visiblement empreinte de beaucoup de diplomatie, aux questions pertinentes de Manuel Tornare, le Conseil fédéral a d’abord rappelé l’implication de la Suisse, depuis 2011, dans le retour à la normalisation en Côte d’Ivoire, avant de dire prendre « note de l’arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme concernant la composition de la Commission électorale indépendante de Côte d’Ivoire… »  et de rappeler « la déclaration du président Ouattara, qui reconnaît le besoin de se conformer à cet arrêt et de réformer cette commission avant les élections présidentielles de 2020. »

En tout état de cause, « la Suisse aborde régulièrement les questions relatives aux droits civiques et politiques avec les autorités ivoiriennes. A cet effet, elle suit de près l’évolution de la situation dans ce pays à travers son ambassade sur place et continue de s’engager en faveur de l’Etat de droit et d’un déroulement d’élections démocratiques, en vue des prochaines élections présidentielles… »  a clarifié le Conseil Fédéral avant de terminer.

Pour rappel, cette saisine parlementaire fait suite, aux inquiétudes exprimées par Liberté et démocratie pour la république (LIDER), représenté par les Liders Haumar Sory et Jean-Charles Wognin, lors du dernier Congrès du Parti socialiste suisse, les 1 et 2 décembre 2018, à Brugg et qui concernent les risques liés aux élections catasptrophiques qu’Alassane Ouattara prépare pour 2020, devant son manque de volonté, malgré une promesse en août derner, d’enclacher le processus de reforme de l’organe électoral ivoirien, la CEI.

Hervé Christ, Leadernewsci Suisse

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 − 1 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualité

La France accuse un déficit commercial record en 2021

Publié

activé

Déficit commercial

En France, le rebond de la croissance a stimulé une reprise de la consommation des ménages. Le pays a ainsi achevé 2021 sur un déficit commercial record comme jamais enregistré depuis une décennie.

La France a terminé 2021 avec un déficit commercial record, a annoncé la direction des douanes française le mardi 8 février. Chiffré à 84,7 milliards d’euros, ce déficit s’avère le plus corsé depuis une décennie. En effet un tel niveau des échanges extérieurs remonte à 2011 où le déficit s’était chiffré à 75 milliards d’euro.

Bien que les exportations aient grimpé de 17%, elles n’ont pas été suffisantes face aux flots des importations. « Un rebond plus marqué des importations  elles en hausse  de  18,8 % », souligne le communiqué des douanes. Et l’administration note que  «  l’énergie et, dans une moindre mesure,  les produits manufacturés » comme les principales causes.

Pour Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, le déficit commercial est un véritable « point noir » pour l’économie française. À l’en croire, outre les causes apparentes, « L’affaiblissement industriel au cours des 30 dernières années » reste la source. « Il n’y a pas d’autre solution pour rétablir la balance commerciale extérieure que de réindustrialiser massivement, rapidement notre pays », préconise-t-il.

Un déficit commercial lié à la croissance

De son côté, son homologue du commerce extérieur, Franck Riester a relativisé, mettant en exergue les points forts. « Il est important de regarder le tableau de notre activité commerciale », a-t-il martelé. Dans cette optique, il a brandit un  « excédent record des services, à 36,2 milliards d’euros ». Par contre, expliquant la situation déficitaire, il a indiqué que « des secteurs forts à l’export sont encore en deçà de leur niveau de 2019 ». Il a notamment cité l’aéronautique qui n’a retrouvé que 57% de son régime d’avant-crise. Pour clore son playdoyer, Frank Riester a mis en exergue un regain de 7% de croissance observé par l’économie française. Ce qui « a influé sur les importations de biens de consommation, d’outils industriels produits à l’étranger ».

En somme, que d’être une note de satisfaction, la croissance économique a plutôt, pour le Trésor français, un goût d’amer. Et cela risque de perdurer, du moins dans cette condition de “désindustrialisation avancée“.

                                                                                                                                                                       Frère John

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Maroc : Rayan, un  garçon de 5 ans tombé dans un puits de 32m

Publié

activé

Au Maroc, le sort du garçonnet de 5 ans tombé dans un puits suscite l'émoi

Le Maroc entier retient son souffle. Et pour cause, Rayan, 5 ans, est au fond d’un puits où il est tombé depuis le 1er février.

Le pays de Sa Majesté Mohamed VI est dans un émoi généralisé autour du sort de Rayan. un garçon de cinq ans. Ce dernier est tombé dans un puits 32 mètres de profondeur depuis le 1er février dans la province de Chefchaouen, une localité dans le nord du pays.

Lire : Etats-Unis/covid-19: le marocain Moncef Slaoui nommé par Donald Trump pour développer un vaccin contre la Coronavirus

Au Maroc, l’histoire de Rayan cristallise toute la nation. Les regards, les cœurs et les prières sont orientés vers le sauvetage du petit garçon. Après quelques tentatives de la communauté locale du village d’Ighrane où il réside, la protection civile a pris le relais depuis le mercredi 2. Depuis lors, des efforts monstres sont entrepris pour sortir Rayan vivant de ce calvaire.

En effet des engins de forage et une équipe de topographes ont été mobilisés. L’’opération consiste a creuser en vertical à côté du puits à une profondeur suffisante. Puis il s’agira pour les secouristes de prendre le relais et tenter de le récupérer. Toutefois c’est une opération délicate à cause des risques d’éboulement, précisent les géologues.

les secours mobilisés pour extraire Rayan du puits

Les secours sont mobilisés pour extraire Rayan du puits

Jusqu’à vendredi, l’agence de presse officielle rapportait que Les travaux de forage « ont atteint plus de 27 mètres, avec l’espoir d’arriver à 32 mètres durant les prochaines heures, avant de creuser une brèche horizontale de 3 mètres entre le trou et le puits pour récupérer l’enfant.

Une chute accidentelle

«C’est mon puits, j’étais en train de le réparer, Rayan était à côté de moi, à un moment il est tombé. Je ne m’en suis pas rendu compte. Nous avons alerté les autorités et tous les habitants sont venus nous soutenir. Tout le monde fait son maximum pour qu’il sorte vivant et qu’on puisse le prendre dans nos bras d’ici la fin de journée. Mais je ne vous cache pas que moi et sa mère sommes abattus et très inquiets». Ce sont là les propos rapportés par le père de la victime.

Rayan au fon du puits filmé par une caméra

images d’une caméra présentant Rayan au fond du puits

En tout état de cause c’est un drame que vivent Rayan et sa famille. Et avec eux, toute la nation marocaine comme en témoignent les publications qui inondent la toile. Faut-il préciser que le sort du jeune homme a été rendu complexe par la nature du puits. Très étroit, il ne fait que 45 cm d’épaisseur. Impossible donc d’y descendre. Cependant de l’oxygène est acheminé à l’enfant à travers des tubes. « Cet oxygène, insufflé de manière ininterrompue dans le trou, a permis au petit de ne pas manquer d’air », rapporte la presse locale.

Les doigts sont croisés, et les cœurs unis pour que Rayan sorte vivant de ce cauchemar. Ce qui serait alors un heureux dénouement pour tout un peuple.

Frère John

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Bénin – Terrorisme: Qui a attaqué Porga (Nord du Bénin)?

Publié

activé

Le Bénin a connu le jeudi 02 Décembre 2021, la première attaque terroriste de son histoire, dans le nord du pays à la frontière avec le Burkina Faso, dans localité de Porga. Cette attaque a couté la vie à deux soldats des Forces Armées Béninoises (FAB).

Les signaux étaient au rouge depuis des mois. Jeudi 2 décembre, la menace terroriste qui planait sur le nord du Bénin s’est concrétisée. Dans la nuit, deux soldats des Forces armées béninoises (FAB) ont été tués dans la localité de Porga, près de la frontière avec le Burkina Faso. « Un djihadiste a été abattu par nos forces », a précisé le colonel Fructueux Gbaguidi, chef d’état-major de l’armée de terre, dans un message adressé aux officiers béninois diffusé sur les réseaux sociaux.

La veille, dans la localité de Mékrou Yinyin, plus à l’est dans le nord du pays, des militaires « en position de surveillance de la zone frontalière » avaient déjà été visés, selon un communiqué de l’état-major. Des « individus non identifiés » ont tiré après avoir essayé « de contourner le dispositif de prévention en place ». Un assaillant a été tué. « Cette nouvelle épreuve de feu nous rappelle dans le sang et dans la douleur que le danger est réel sur le terrain », a déploré le colonel Fructueux Gbaguidi.

Plusieurs souces sécuritaires attribuent le raid à l’un des groupuscules affiliés au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM). Pour Kars de Bruijne, chercheur spécialisé sur les conflits au sein de l’Institut des relations internationales de Clingendael, aux Pays-Bas« Elle pourrait avoir été commise par des hommes de la katiba Macina, une unité combattante de djihadistes basée à Kompienga, une ville du sud-est du Burkina Faso située à proximité des frontières togolaises et béninoises».  

Lire la suite: https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/12/03/au-benin-l-armee-subit-les-premieres-attaques-terroristes-de-son-histoire_6104643_3212.html

Leadernewsci

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances