Restons en contact

Politique

Législatives 2021 : De quel droit le trésor public demande-il la carte d´électeur pour le payement de la caution des candidats.

Publié

activé

Leopold VII Adou Agnouwol, Ecrivain et DRI LIDER Portugal

Depuis quelques jours des bruits courent toute la Côte d´Ivoire, faisant état de ce que l´administration de M. Alassane Dramane Ouattara imposerait aux candidats à l´élection législative qui aura lieu le 06 Mars 2021, la présentation de leur carte d´électeur lors du payement de leur caution.

” Je suis au plateau trésorerie générale Abidjan sud et on me demande la carte d’électeur” la réaction à chaud d´un candidat.

Il notoirement reconnu que le régime ivoirien prend un malin plaisir à la forfaiture, mais ce coup-ci est indigeste. Depuis quand le trésor ivoirien est-il organe de contrôle des cartes électeurs des candidats ? Par quelle alchimie, une structure de perception de taxe peut-elle exiger à des citoyens qui viennent s´acquitter de leur caution de candidature, la qualité d´électeur ? L´organisation de calamiteuse de l´élection présidentielle d´octobre 2020 n´a visiblement pas servi au chef de l´Etat M. Alassane Dramane Ouattara et à son gouvernement.

Ils (le parti au pouvoir et son gouvernement) ont décidé de remettre le couvercle de la tension pré-électorale. Sans doute espèrent-ils beaucoup plus de tètes à  décapiter en Mars prochain. Nous prenons l´opinion nationale et internationale à témoin sur cette énième forfaiture d´une administration qui peu à peu s´est transformée en une confrérie au profit d´un clan au sein d´un parti politique qui refuse de se repentir du sectarisme. La flagrante imposture constatée du trésor publique ivoirien, jette l´huile sur le feu de cette autre élection à laquelle l´opposition s´est résolument engagée à y participer.

La malicieuse intention de cette institution publique est claire : empêcher certains candidats surtout ceux de l´opposition à ne pas compléter leur dossier de candidature par le payement de la caution et donc à ne pas participer aux législatives. Un acte inconstitutionnel car d´une part, le trésor publique n´organise pas les élections en Côte d´Ivoire, elle n´est pas membre de la Commission Electorale Indépendante et la carte d´électeur n´est pas une pièce d´identification pour les transactions financières. D´autre part, ce n´est pas la carte électeur qui confirme la qualité d´électeur mais bien la présence sur la liste électorale et là encore les services du trésor n´en sont pas les gendarmes, étant entendu que chaque candidat connaissant les conditions de candidature, s´est préalablement informé de sa présence sur la liste électorale.

Au surplus les électeurs peuvent s´acquitter de leur droit de vote en présentant leur Carte Nationale d´Identité (CNI) ou leur passeport ou toute autre pièce ayant requis les mêmes éléments de constitution. Pourquoi vouloir créer  une nouvelle onde de frustation au sein de la population, toute chose qui provoquera assurément des réactions de colère? A peine les tensions des présidentielles semblent-elles baissées que le parti-Etat au pouvoir en sucite déjà une autre, de la sorte que le gouvernement ivoirien sera tenu responsable de toutes les actes de violation des droits de l´homme et de crimes contre l´humanité.

Dieu protège la Côte d´Ivoire

Leopold VII A. Agnouwol DRI LIDER

Comments

comments

Politique

Candidature de Michael Séri rejetée, Le mépris du Conseil Constitutionnel

Publié

activé

Michael Seri Boli (DRI-LIDER), Candidat aux législatives 2021

C´est dans un communiqué dont Leadernewsci a reçu copie que Michael Seri Boli, le jeune candidat aux légisatives du 06 mars 2021 dans la circonscription de Guibéroua a denoncé le mépris du Conseil Constitutionnel envers sa candidature.

Ci-dessous l´intégralité du communiqué

Pourquoi je ne suis pas candidat aux élections législatives ?

Je tiens à informer l’ensemble des ivoiriens, de mes sœurs et frères et de tous ceux qui ont cru en ma personne, ma vision et mon programme que ma candidature n’a pas été retenu par la Commission électorale indépendante CEI.

L’argument avancé par cette institution est et j’utilise les mêmes mots qu’eux ” Défaut d’électeur”.

Défaut d’électeur, après renseignement auprès de l’instance est qu’ils ne me retrouvent pas sur le fichier électoral.

Cependant, je tiens à rappeler que je me suis belle et bien enrôlé et figurant sur la liste.

Les Preuves ayant été envoyé à la CEI, elles n’ont pas été retenu. La CEI m’a demandé de me rendre auprès du Conseil Constitutionnel avec mes preuves pour faire le recours car de leur côté seul le Conseil Constitutionnel peut imposer de revenir sur leur décision.

Sans tarder, je me rends au Conseil Constitutionnel accompagné de mon suppléant.

Recours réaliser le 1er février 2021, et selon l’avocate ayant reçu ma requête je recevrais un retour après les 8 jours dont disposait les candidats recalés pour contester la décision.

Jusqu’à ce jour, 26 février 2021 début de la campagne électorale, je n’ai jamais eu de retour de cette institution. Ni de Mail, d’Appel, ni de SMS.

Étant un Homme attaché à la République et aux valeurs, je suis peiné en moi-même.

Je reste persuadé que la côte d’ivoire vaut mieux que cela et qu’il y a encore de l’espoir, rien n’est encore perdu.

Je crois en l’avenir de la côte d’ivoire, du meilleur lendemain pour chaque ivoirienne et ivoirien.

Rassurez-vous, personnellement je ne suis pas abattu. Je reste autant déterminer à affirmer que la jeunesse ivoirienne est formée, outillées pour prendre la relève politique.

Le combat contre la pauvreté, l’éducation de qualité, l’accès au soin de santé de qualité est aussi nôtre combat.

Vous pouvez compter sur moi, pour mener mes actions, aussi petite soit-elle pour améliorer les conditions de vie de la population ivoirienne y compris celle du GuiDiGa ma localité natale.

Ensemble nous révélerons le meilleur de la côte d’ivoire.

Cap sur les prochaines échéances.

Je veux compter sur ma maturité de chaque candidat et de chaque électeur pour la bonne marche de ces législatives.

Bonne chance à tous.

Mickaël Seri Boli-SBM

Comments

comments

Continuer la lecture

Politique

Législative2021: Georges Ouegnin met EDS en ordre de bataille

Publié

activé

Professeur Georges Armand Ouegnin, Président de EDS

En Côte d´Ivoire, la campagne électorale pour les législatives du 06 mars 2021 démarre aujourd´hui 26 février, chaque état-major sonne la mobilisation de ses bases. A cet effet, Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) plateforme de l´opposition proche de l´ancien président Laurent Gbagbo, n´est pas resté en marge. Son président, le professeur Georges-Armand Ouegnin dans une adresse a mis les militants et sympathisants de la plateforme en ordre de bataille.

ci-dessous l´intégralité de sa déclaration

Ivoiriens, Ivoiriennes

Chers frères et sœurs

Vous êtes appelés le 6 mars 2021 à exercer votre droit citoyen en sortant massivement pour élire vos représentants à l’hémicycle.

Nous vous attendons en grand nombre dans les bureaux de vote parce que cette élection est historique.

Oui historique et même symbolique parce que pour la première fois depuis ce triste matin d’avril 2011, les partisans du président Laurent Gbagbo, réunis sous la bannière de la plateforme politique Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS)participeront à ces élections. Et cette participation de EDS aux élections législatives trouve son fondement dans l’acquittement historique du président Laurent Gbagbo par la Cour Pénale Internationale (CPI).

Certes, les conditions d’élections véritablement crédibles, libres, justes, transparentes et apaisées ne sont pas totalement réunies, notamment à travers entre autres l’absence troublante de EDS à la commission centrale et donc dans les commissions locales de la Commission Electorale Indépendante (CEI).

Mais pour notre part, fidèles à la Philosophie politique du “Asseyons-nous et discutons “de notre référent le président Laurent Gbagbo, nous avons toujours œuvré pour un dialogue inclusif. Tel nous apparaît dès lors le cadre de notre présence au dernier dialogue politique organisé par les tenants actuels du pouvoir pour exiger des élections transparentes et la libération des prisonniers politiques civils et militaires. Malgré tous nos efforts, vous constatez avec nous que le pouvoir refuse obstinément d’entendre raison en espérant secrètement que l’opposition responsable boycotte les élections à venir dans la perspective de s’octroyer sans coup férir tous les sièges du parlement et nous ramener à un échiquier politique où l’opposition responsable sera réduite à sa plus simple expression. C’est ce gros piège que nous avons déjoué en acceptant d’aller aux urnes en dépit des vicissitudes inhérentes aux tenants actuels du pouvoir.

Nous avions en son temps engagés en toute responsabilité un noble combat contre le viol de notre loi fondamentale, notre grande norme, notre Constitution en Août 2020.Toute chose qui a valu l’arrestation de bon nombre de nos militants (pour les plus chanceux) et la mort pour certains… Je voudrais à ce stade de mon propos pouvoir m’incliner respectueusement devant la mémoire de ces “Immortels de la Démocratie Ivoirienne “et dire solennellement que nous ne les oublierons pas parce que nous n’avons pas pour habitude de reléguer aux calendes grecques nos martyrs. En toute responsabilité, nous avons poussé plus loin la réflexion et nous avons compris que gagner les élections législatives étaient la seule manière honorable pour nous de rendre justice à ceux des nôtres qui sont tombés pour la Démocratie et la Liberté. En d’autres termes, ces élections législatives du 6 mars 2021 sont le prolongement du combat entamé en Août 2020 et elles sont d’autant plus cruciales qu’elles nous permettront de constituer un contre-pouvoir au RHDP en contestant l’hégémonie des pouvoirs exécutifs et judiciaires qui semblent s’être ligués contre le peuple de Côte d’Ivoire.

Ivoiriens, Ivoiriennes

Chers frères et sœurs,

L’heure est au rassemblement derrière deux grands hommes d’Etat, deux apôtres de la Paix, deux amoureux de la Côte d’ivoire et des Ivoiriens, à savoir les présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo, qui à travers l’alliance de leur formation politique, entendent réconcilier véritablement les Ivoiriens.

Cette alliance PDCI-RDA/EDS est donc la vôtre et je vous exhorte à vous mobiliser dans la cohésion et la Paix à sortir massivement le 6 mars 2021 pour voter les candidats des listes PDCI-RDA/EDS ou les candidats PDCI-RDA ou EDS ou encore les candidats de l’opposition dans les localités où notre alliance est absente.

Et ce ne sera que justice pour nos défunts, pour nos blessés et pour nos prisonniers.

Nous voulons compter sur vous, sur votre engagement, sur votre responsabilité, sur votre sens du devoir pour faire sien le crédo du “Rien que la victoire sera belle” et permettre ainsi au président Laurent Gbagbo dont le retour sur sa terre natale est plus qu’imminent, de rentrer en toute quiétude afin de fêter dans l’allégresse en compagnie de son ainé le président Henri Konan Bédié, la victoire du peuple Ivoirien reconcilié avec lui-même.

Que Dieu qui est amour, justice et vérité bénisse la côte d’ivoire notre patrimoine commun !

Je vous remercie.

 

Fait à Abidjan le 25 février 2021

Pour EDS

Professeur Georges-Armand Ouegnin

 

Comments

comments

Continuer la lecture

Politique

Légisatives2021: Bédié appelle à une victoire écrasante de l´opposition

Publié

activé

Henri Konan Bédié Président du PDCI, Chef de l´opposition

À l´occasion de l´ouverture de la campagne électoral pour législatives du 06 mars 2021, le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié a adressé un message poignant aux ivoiriens en les invitant à voter massivement les candidats de l´opposition et plus précisement ceux de son parti en vu d´équilibrer des pouvoirs.

Ivoiriens, Ivoiriennes,

Mes chers compatriotes,

L’histoire de notre jeune nation est marquée depuis plus d’une vingtaine d’années par des moments tragiques, des douleurs profondes dans les cœurs de toutes nos populations.

Les blessures sont redevenues encore plus vives ces derniers mois, à l’occasion d’une élection présidentielle organisée aux forceps par le pouvoir RHDP. Une nouvelle déchirure dont nous n’avions pas besoin après tout ce que nos braves populations ont déjà vécu pendant des décennies.

Disons-le sans faux-fuyant !

En vérité, la riche diversité de notre belle nation, les valeurs fondatrices de notre République que sont l’union, la discipline et le travail s’écroulent sous nos yeux par la faute d’un clan qui veut se maintenir coûte que coûte au pouvoir en violation des règles élémentaires de la bonne gouvernance et surtout de notre Loi fondamentale, La Constitution.

Devant cette dérive et face au refus obstiné de dialogue du Chef de l’Etat dans l’intérêt de la nation, j’ai lancé un appel à la désobéissance civile après concertation avec tous les leaders de l’opposition dont le Président Laurent Gbagbo. Je félicite et renouvelle ma confiance à la grande majorité de nos compatriotes qui a massivement adhéré au mot d’ordre de désobéissance civile.

Par Amour pour notre pays et comme un seul homme, vous avez répondu solidairement Non à la violation de notre Constitution, faisant face aux violences inouïes et sans limites des milices armées à la solde du pouvoir. Le triste bilan d’une centaine de morts, de plus de 200 blessés graves et la destruction programmée de biens privés et professionnels, n’a ému personne parmi les tenants du pouvoir en place.

En votre nom, je rends à tous nos frères et nos sœurs, à tous nos enfants disparus ou grièvement atteints dans leur intégrité physique et morale, un hommage renouvelé pour leur courage et leur détermination en faveur de la liberté, de la démocratie et de l’état de droit.

Les vrais résultats de l’élection présidentielle pour laquelle tant d’hommes et de femmes sont morts ou marqués à vie, sont connus de tous.

La participation réelle confirmée par des observateurs internationaux crédibles est inférieure à 10%. Les résultats annoncés officiellement ne sont que le reflet d’une volonté délibérée de nos dirigeants de prendre en otage la démocratie en dépit des aspirations profondes de notre peuple à la paix.

A l’issu de cette mascarade d’élection, plusieurs dirigeants politiques, responsables d’associations de la société civile, de nombreux jeunes et des vaillantes femmes ont fait l’objet d’arrestations arbitraires, d’emprisonnement ou d’assignation à résidence.

Mon épouse, Madame Henriette Konan Bédié et moi-même avons été agressés et séquestrés à notre domicile de Cocody par des milices encagoulées et armées. Nous avons échappé à un enlèvement et été interdits de visite.

Je rends aussi un hommage à chaque victime de ces tristes événements de notre Histoire récente. Je renouvelle mon soutien à tous ceux et celles qui sont encore injustement emprisonnés et jugés malgré l’illégalité des procédures judiciaires engagées. Je demande leur libération pour renforcer l’esprit d’un climat d’apaisement pour la construction d’une paix durable pour notre pays.

Dans le but de préserver des vies humaines et éviter à notre pays de s’engager à nouveau dans une violence dont les conséquences seraient préjudiciables pour nous tous, j’ai lancé un nouvel appel au dialogue. Ma seule ambition en agissant ainsi est de donner une chance à la paix pour reconstruire ensemble une nouvelle nation unie et prospère. J’ai la profonde conviction que seul un dialogue vrai et sincère, libéré des intérêts de clans et dominé par l’Amour de notre patrie, peut ramener notre pays sur le chemin du bonheur.

C’est dans ce cadre que le Président Gbagbo et moi-même appelons solennellement, toutes les filles tous les fils de la Côte d’Ivoire, épris de fraternité et de démocratie à participer aux élections législatives du 06 Mars prochain.

Notre participation à ces élections est en parfaite cohérence avec ce que je vous avais proposé. Elle traduit prioritairement, devant l’Histoire, notre refus catégorique de la violation flagrante de notre constitution et ce qui en découle.

Nous devons donc prendre la majorité à l’Assemblée nationale pour :

Premièrement, équilibrer les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires afin d’éviter la consolidation d’un pouvoir absolu dans notre pays. Il s’agira de donner à la Côte d’Ivoire les attributs d’un Etat moderne dont les orientations stratégiques et les décisions sont une émanation de toutes ses composantes.

Deuxièmement, Réconcilier les Ivoiriens avec le retour des exilés, la libération de l’ensemble des détenus politiques et militaires, la mise en place d’un dialogue à tous les niveaux de la nation, la réparation de tous les préjudices subis en vue de restaurer l’unité nationale en tenant compte de l’expression de nos diversités.

Troisièmement, contribuer positivement et fortement à l’avènement d’une bonne Gouvernance sur les plans administratif, économique, judiciaire et politique en vue d’une répartition équilibrée, juste de nos richesses.

Par ailleurs, je suis conscient des inquiétudes justifiées de nos compatriotes, quant à la sécurisation du processus électoral et à la prévention des violences. J’interpelles le Chef de l’État, le gouvernement et la CEI afin que toutes les dispositions soient prises pour garantir un processus apaisé et sans violences dans les circonscriptions électorales de notre pays.

Dès maintenant, je lance un appel solennel à tous les compatriotes et demande de transformer notre adhésion à la désobéissance civile en instrument de pouvoir en votant massivement les candidats du PDCI RDA et ceux de l’opposition.

Ensemble, nous devons gagner ces élections pour la Côte d’Ivoire, pour le retour de la fraternité, de l’unité et la solidarité pour le bonheur de l’ensemble des Ivoiriens.

Nous devons gagner ces élections pour sauver l’avenir de nos enfants en recherchant un système éducatif rigoureux et cohérent dans la discipline et le travail, en luttant pour obtenir une politique de santé performante. La pandémie du Coronavirus et ses dégâts sous nos yeux nous enseignent qu’il ne faut pas croiser les bras.

Nous devons gagner pour nos paysans producteurs de matières premières (café, cacao, anacarde, etc.) pour que leurs produits soient vendus au juste prix.

Nous devons gagner pour que la question de la réduction du coût de la vie dans notre pays soit enfin une réalité.

Nous devons gagner pour préparer ensemble, à travers un dialogue franc, les conditions d’un retour définitif de la paix.

Nous devons gagner pour reconstruire ensemble une nouvelle nation, fraternelle, démocratique et prospère.

Pour finir, je voudrais paraphraser le philosophe français Paul Dorey : « la douleur nous a brisés, demain notre fraternité nous relèvera et de nos blessures jaillira un fleuve de liberté ».

Le combat que nous menons aujourd’hui, c’est un combat pour notre bonheur commun et celui des générations futures.

Nous devons gagner ce noble combat grâce à la mobilisation sans précédent de tous.

Le 06 Mars prochain, allons tous voter.

Votons pour les candidats de l’opposition responsable de notre pays la Côte d’ivoire.

Cher(e)s compatriotes ivoiriens et ivoiriennes, je compte sur vous.

Les leaders de l’opposition comptent sur vous.

La Côte d’ivoire, notre mère patrie, compte sur vous.

Je vous remercie

Dieu bénisse la Côte d’ivoire

Henri Konan Bédié Président du PDCI-RDA

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances