Restons en contact
Campagne #MamKoul2020

Nationale

Les aventures de MamKoul, le “théoricien”

Publié

activé

Professeur Mamadou Koulibaly, candidat de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) aux élections présidentielles de 2020 en Côte d'Ivoire

Mamadou Koulibaly intègre le gouvernement ivoirien en 1999 en tant que ministre du budget puis de l’économie. A l’époque sa mission est de financer l’organisation du référendum et de l’élection présidentielle de 2000 et d’empêcher l’état de péricliter.

Quand il prend fonction, les caisses de l’état sont vides, le pays est endetté jusqu’au cou, le FMI, la Banque mondiale, et l’Union Européenne ont rompu toute relation avec la CIV.

Le “théoricien” choisit tout d’abord de ne pas payer la dette extérieure. Il se consacre au paiement de la dette intérieure pour permettre aux entreprises ivoiriennes de survivre.

Le “théoricien” réduit le train de vie de l’état. Les avantages et prises en charges telles que les factures téléphoniques par exemple sont limitées et réservées qu’aux stricts ayant droits. Les frais de missions davantage contrôlés. Si bien qu’il réussit à organiser sur fond propres le référendum et l’élection présidentielle de 2000. Exploit inégalé à ce jour !

Le “théoricien” est à la base du budget sécurisé. Mis en place avec son Directeur de Cabinet feu Paul Antoine Bohoun Bouabré, ce dispositif permettra à la CIV de payer ses fonctionnaires pendant 10 ans sans avoir recours à l’emprunt. Bien que le l’état ne récoltait aucune recette dans les zones assiégées, les fonctionnaires de ces zones furent payés et les services de base comme l’eau et l’électricité maintenus.

Le “théoricien” n’hésitait pas à descendre en personne sur les marchés pour verifier le prix des marchandises afin d’éviter les surfacturations dont sont passés maîtres les gens que vous connaissez.

Le “théoricien” est demeuré fidèle aux idéaux pour lesquels il rejoignit la lutte du président Gbagbo, notamment la bonne gouvernance.

Le “théoricien” est le premier à avoir senti l’arnaque qui s’est concrétisée en octobre 2010, en claquant la porte de marcoussis.

Le “théoricien” est celui qui a convoqué à hotel ivoire, les états-majors francais et onusiens le 8 novembre 2004 pour demander des explications quant à la presence de chars français à quelques encablures de la résidence presidentielle.

Le “théoricien” a mis en garde sur les risques de conflits inhérents à l’organisation d’une élection sans désarmement total…

Hélas… le “théoricien” a eu tort d’avoir eu raison trop tôt.

Merci de m’avoir lu !
Je sais que maintenant vous êtes convaincus que Mamadou Koulibaly est un “théoricien” “idéaliste” “coupé des réalités” et “bon sur papier” uniquement.

#MamKoul2020

Jean-Charles Wognin, Délégué National à la Santé LIDER

Comments

comments

Nationale

Côte d’Ivoire: Voici le nouveau gouvernement Ouattara

Publié

activé

S.E.M. Alassane Ouattara, président de la République de Côte d'Ivoire-image d'illustration

Ce lundi 3 août 2020, le président de la république de Côte d’Ivoire a procédé à la nomination de plusieurs ministres au sein du gouvernement et de la présidence.

Le brusque départ du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat désigné du RHDP unifié à la Présidentielle 2020, a amené le Président Alassane Ouattara à procéder à quelques nominations à la présidence et au Gouvernement ce lundi 3 août 2020.

Il s’agit d’un léger réaménagement, et donc sans grand changement notable.

À la suite de la nomination d’Hamed Bakayoko en qualité de nouveau Premier ministre, d’autres ministres ont également été nommés par le chef de l’État, ainsi qu’indiqué dans le communiqué de la Présidence lu par Patrick Achi, Secrétaire général, qui vient de connaître une promotion dans l’ordre protocolaire en sa nouvelle qualité de ministre d’État.

Voici le communiqué :

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Alassane Ouattara: «je ne veux pas me retrouver président à 90 ans »

Publié

activé

S.E.M Alassane Ouattara président de la République de Côte d'Ivoire

En Côte d’Ivoire, la question d’un éventuel troisième mandat d’Alassane Ouattara fait sans doute la Une de l’actualité politique. Après la mort de l’ancien candidat de la RHDP, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly (AGC), les yeux sont braqués sur le chef d’Etat ivoirien en ce qui concerne sa prochaine décision sur le représentant du parti à la prochaine présidentielle 2020 dans le pays.

Alassane Outtara optera-t-il pour un troisième mandat en Côte d’Ivoire suite au décès inattendu de son ancien Premier ministre, AGC ? C’est bien la question qui est sur presque toutes les lèvres dans la classe politique ivoirienne. Une situation qui rappelle la ferme position du président ivoirien sur le sujet autrefois. Le chef d’Etat ivoirien avait fait savoir le 05 mars dernier à Yamoussoukro qu’il ne sera pas candidat pour un troisième mandat dans le pays.

De même, le jeudi 12 mars 2020 à Sofitel Hôtel Ivoire à l’occasion du choix de Amadou Gon Coulibaly, Alassane Ouattara avait fait des déclarations qui restent gravées dans la tête de beaucoup d’observateurs. « En rédigeant la nouvelle constitution, je me souviens que mon frère et ami Ouraga Obou m’a dit mais Président si on laisse la constitution en état, ça veut dire que tu peux faire deux autres mandats. J’ai dit Ouraga, moi je ne ferai pas quatre mandats parce que je ne veux pas me retrouver président à 90 ans », avait raconté le Président Alassane Ouattara.

Le chef d’Etat ivoirien avait aussi évoqué le caractère complexe de la charge du président qui mérite ainsi « un repos réparateur ». Pour Ouattara, si certains savaient la charge et la responsabilité qu’incombait le poste de président, ils allaient simplement se retirer. « A partir d’un certain âge, eux-mêmes ne chercheraient plus à être président. (…) mais tous les soirs on m’amène deux valises de documents, des notes, des signatures. (…) ayez pitié de moi ! Laissez-moi partir (rire) pour consacrer du temps à moi-même, a mes enfants à mes petits-enfants, je suis sûr que vous me comprenez » avait laissé entendre Ouattara.

Seulement qu’au vu du contexte actuel qu’a imposé le décès du Premier ministre ivoirien Amandou Gon Coulibaly, il est probable que Ouatarra renonce à son engagement solennel.

Pastoré

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Côte d’Ivoire : Corruption au tribunal du plateau

Publié

activé

Image d'illustration

La justice, troisième pouvoir dans un État, devrait être en plus de dire le droit, au service des usagers,

Mais est-ce le cas du Tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau?

Notre petite enquête va nous y conduire le mercredi 15 juillet 2020, nous y allons découvrir un système de corruption bien huilé occasionnant un désordre susceptible de favoriser la propagation du covid-19, au service de retrait des casiers judiciaires et de certificat de nationalité.

En effet, suites aux nombreuses plaintes qui nous sont parvenues, nous allions tenter de nous faire établir un certificat de nationalité et un casier judiciaire, nous fûmes stupéfaits par ce système identique à un iceberg.

Vous vous enregistrez normalement en payant les prestations à l’antenne du tresor où l’on vous donne un reçu avec une date de retrait, pour le moment tout se passe bien, mais le calvaire des usagers débute dès le jour de rendez-vous pour le retrait.

Deux semaines sans que les documents ne soient prêts, que se passe t’il ?

Nous nous sommes rendus compte que des individus, en complicité avec les agents dudi tribunal, ont mis sur pied un système parallèle d’établissement des actes, plus précisément un système de corruption générant un désordre écœurant.

Cinq mille (5000f) par demande en plus des frais normaux du trésor, donc 7.500f.

Nous avons compris l’origine de ce désordre que vous pourrez constater en image.

Les agents du tribunal privilégient “ceux qui payent” ce qui favorisent les retards donc le non respect des dates de retraits, mettant les usagers dans l’obligation de multiple déplacements pouvant s’étaler sur trois (3) semaines;

Depuis le 8 juillet jusqu’au 21 Juillet, nous sommes en attente de nos documents, notre prochain rendez-vous, ce vendredi 24 juillet, nous nous en remettons maintenant à DIEU vu que le tribunal ne peut rien pour nous.

Séraphin kouamé

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances