Restons en contact

Nationale

Reconciliation/Justice: « Cherchons plutôt à rendre notre constitution forte » Ben Bagnon

Publié

activé

Ben Bagnon, Ecrivain Engagé, Analyste politique

Depuis le décès du Président Félix Houphouët Boigny toutes crises ivoiriennes sont nées originellement des différends juridiques, qui ont entraînés des différends politiques et débouchés sur des conflits armés, affrontements civils…  Soit on se conteste un droit (un article bien précis) ou on conteste le Droit (la constitution).

Ce constat soulève quelques questions :

Notre législation est fragile et/ou floue ?

Le politique a-t-il un primat sur le juridique ?  Sommes-nous dans une jungle où le plus fort exerce le Droit ?

Autant de questions qui restant ouvertes interdisent des réponses tranchées ou tranchantes.

Les troubles nés de ces différends ont toujours été ensanglantés, ont endeuillé des familles, occasionné des dégâts matériels et bien d’autres délits dans chaque camp antagoniste, même très souvent chez le neutre, laissant la place au silence de la nuit.

C’est à ce moment que le pouvoir Judiciaire devrait entrer en scène pour situer les responsabilités et les condamner quel que soit le camp à la lumière de notre législation, du droit de l’homme et du droit international humanitaire (en cas de conflit armé) dans la vérité afin de prévenir toutes ces velléités.  Cependant c’est plutôt le plus fort du combat qui se mue en juge, cherchant les responsabilités uniquement de l’autre côté, installant ainsi la justice des vainqueurs puisque chaque parti vient au pouvoir avec son personnel de justice.  Triste effectivité quoique putative !

C’est ce cumul d’injustices endormies, des haines écumées, des ressentiments non avoués, de conflits mal réglés et/ou gérés qui est le problème fondamental dont souffre la côte d’ivoire et qui le plonge dans un cycle de crises depuis des décennies, où des personnes frustrées assoiffés de justice n’attendent qu’un petit claquement de doigt pour se faire justice.  Les cas de Béoumi en 2018, et la crise préélectorale en 2020 où l’on se discutait les articles (55 et 183) illustrent bien ces réalités suscitées et dénoncées.

Au demeurant, Ce qui est déplorable nous sortons toujours par ces crises que par des solutions politiques (compromis, arrangements, amnistie…) qui ne traitent que la forme du problème jamais le fond ; cherchant ainsi une réconciliation et une paix durable.

Est-il possible de faire une réconciliation vraie et vivre une paix durable sans une justice vraie ?

Enfin c’est là que se trouve le nœud de l’imbroglio que nous vivons il y a belle lurette pour ma part, contrairement à ceux qui pensent le changement de la classe politique arrangerait la situation, d’ailleurs se trouve leur solution impertinente, enfantine et très médiocre ; aucun des grands n’ira à la retraite avec son parti politique et ses modèles.

Cherchons donc plutôt à rendre notre constitution forte claire, résiliente et renforcer nos institutions pour ne pas reprendre rendez-vous avec la bêtise en 2025.

Ben Bagnon

Écrivain, essayiste, analyste politique

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nationale

Azaguié: Le maire Mamadou Koulibaly bel et bien à son poste

Publié

activé

Prof. Mamdou Koulibaly, Maire d´Azaguié opposant politique ivoirien

Azaguie – Jeudi 07 juillet 2022. Le professeur Mamadou Koulibaly a présidé le conseil municipal de la mairie. Prenant à contre-pied le gouvernement de M. Alassane Ouattara, qui comptait le pousser à la démission par une scrabeuse affaire de correction fiscale, en continuant de servir ses administrés.

Selon la plateforme Think Tank Mamadou Koulibaly: « contrairement donc à ce qu’on lit ici et là sur les réseaux sociaux, il n’y a pas de poste vacant à la mairie d’Azaguié. Mamadou Koulibaly demeure le maire et continue de travailler d’arrache-pied pour le développement de sa commune, en témoignent la maternelle construite par la mairie et la salle d’hospitalisation et de suites de couches au centre de Santé Urbain (CSU) d’Azaguié en construction ».

Les points les plus importants abordés lors de ce conseil municipal ont été :

– Le reprofilage lourd de 50 Km de voies dans la Commune d’Azaguié ;
– La Construction d’une école maternelle avec bureau, un bloc sanitaire et un préau à Azaguié-bambou ;
– L’acquisition de quatre cent (400) tables-bancs pour les écoles primaires publiques de la commune;
– Construction d’une école primaire publique de six (6) classes plus bureaux et un bloc sanitaire à Abbè ancien carrefour ;
– Réhabilitation de l’abattoir Municipal d’Azaguié;
– L’aménagement des cimetières Municipaux d’Azaguié;
– Réhabilitation d’un bâtiment administratif devant servir de bibliothèque Municipale ;
– Extension du réseau d’adduction en eau potable dans les quartiers de la commune d’Azaguié;
– Aménagement d’un espace public à Azaguié-gare;
– Aménagement du stade Municipal d’Azaguié-bambou, du terrain de sport de l’EPP d’Azaguié-Ahoua et du stade EGLIN à Azaguié-gare;
– Réhabilitation d’un bâtiment Administratif devant servir de Médiathèque Municipale;
– Construction de trois (3) salles de classe avec bureau et un bloc sanitaire pour le Centre d’Action Communautaire pour la petite Enfance d’Azaguié-gare;
– Construction du préau de l’hôtel de ville d’Azaguié;
– Construction d’un groupe scolaire de six (6) salles de classe + bureaux et un bloc sanitaire à Azaguié-gare;
– Réhabilitation des deux (02) centres de loisirs d’Azaguié-Ahoua et gare;
– Frais d’étude d’assainissement et de drainage de 25 km de voies dans la ville d’Azaguié…

Autant de projets censés améliorer la qualité de vie des populations d’Azaguié, leur environnement immédiat, professionnel et familial.

Souce: Think Tank Mamadou Koulibaly

LeaderNewsci 

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Danielle Boni Claverie met en garde Bédie-Gbagbo et Ouattara

Publié

activé

Danielle Boni Claverie, Presidente de l´Union Républicaine pour la Démocratie (URD)

Annoncée à coup de fanfare, la rencontre au sommet des trois anciens présidents de la république ivoirienne et présidents de leur respectif parti politique aura lieu le 14 juillet 2022. La présidente de l´Union Republicaine pour la Démocratie, Danielle Boni Claverie propose un ordre du jour en indiquant les attentes des ivoiriens.

Le 14 juillet, nos 3 géants de la politique ivoirienne vont se rencontrer. Disons-le tout net, nos compatriotes ne vont pas se contenter d’accolades plus ou moins chaleureuses, de main dans la main ou de sourires fussent-ils éclatants. Nos compatriotes veulent des réponses tangibles à leurs préoccupations listées au cours du Dialogue politique et jusqu’ici restées sans réponse. Tous les prisonniers doivent sortir, civils et militaires.

Le cas de Soro Guillaume ne doit pas être escamoté et il serait regrettable que l’on nous ressorte les vieilles ficelles d’un gouvernement de réconciliation ou d’union nationale où quelques postes distribués parcimonieusement mettraient l’opposition au garde à vous. Il ne suffit pas de se retrouver, le fiasco de la rencontre des anciens chefs d’Etat au Burkina Faso nous montre les limites de ces entretiens comme vecteurs de réconciliation. Souhaitons que grâce à un ordre du jour précis, la rencontre du 14 juillet aboutisse à éclaircir le ciel orageux de la Côte d’Ivoire.

Danièle Boni-Claverie

Présidente de l’URD.

Comments

comments

Continuer la lecture

Justice

Côte d´Ivoire: Pourquoi 400 millions de fcfa pour des Toges?

Publié

activé

Sansan Kambilé, Garde des Sceaux, ministre de la justice et des droits de l´homme

La remise de toge aux magistrats ivoiriens a eu lieu le samedi 07 Mai 2022. Cette cérémonie de remise de robe s´est déroulée à la salle des pas perdus du palais de Justice du Plateau à Abidjan, en présence du ministre Sansan Kambilé. Des costumes de travail dont le faramineux coût a surpris plus d´un ivoirien.

Dans son allocution le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme a insisté sur l´importance de la toge pour le magistrat en soulignant que  « l’un des outils essentiels de travail des magistrats est le costume. Le costume pour le magistrat revêt un sens particulier : il symbolise la solennité et la dignité rattachées à son serment et à ses obligations de rendre la justice au nom du peuple en toute impartialité. »

M. Sansan Kambilé renchérie est affirmant que : « La justice, en effet, est toujours rendue en robe. Pourtant, que de difficultés pour les juridictions dans la constitution des formations de jugement, liées au déficit de toges. Ce problème est désormais résolu. Chaque magistrat, d’une formation de jugement pourra à présent prendre son audience, en toute sérénité, sans avoir à rechercher une toge. »

Ce qui justifie sans doute  « la remise 468 toges de magistrat d’un montant de 400 millions de FCFA financés par le Budget de l’Etat. Ces toges sont composées de 325 toges noires et de 143 toges rouges. Sur les 468 toges, 287 ont été distribuées dont 195 noires et 92 rouges. Il restera ainsi en réserve 181 toges constituées de 130 noires et de 51 rouges ».

Leadernewsci

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances