Restons en contact

Nationale

URGENT! Nathalie Yamb donne les solutions contre la vie chère

Publié

activé

Nathalie a fêté son 52e anniversaire, hier jeudi 22 juillet 2021. L’euphorie de la célébration de cet évènement majeur dans la vie de toutes et de tous ne l’a aucunement éloigné de la réalité du quotidien des ivoiriens. Dans une vidéo qu’elle a publiée sur youtube, elle explique comment lutter contre la vie chère, réalité à laquelle les ivoiriens ont à faire face actuellement. Nous vous la partageons ici.

 

Herve Christ

Comments

comments

Nationale

“La France est un Etat criminel” Nathalie Yamb

Publié

activé

Nathalie Yamb, miitante panafricaine souverainiste et Conseillère exécutive du Professeur Mamadou Koulibaly.

À l’occasion des 61 ans d’indépendances arguées de la plupart des ex-colonies françaises en Afrique, l’activiste panafricaine Nathalie Yamb est revenue, à la faveur d’une video, sur les nombreux actes de sabotages, très souvent criminels, entrepris par la France, pour compromettre le développement et l’autonomie de ses ex-colonies.

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Reconciliation/Justice: “Cherchons plutôt à rendre notre constitution forte” Ben Bagnon

Publié

activé

Ben Bagnon, Ecrivain Engagé, Analyste politique

Depuis le décès du Président Félix Houphouët Boigny toutes crises ivoiriennes sont nées originellement des différends juridiques, qui ont entraînés des différends politiques et débouchés sur des conflits armés, affrontements civils…  Soit on se conteste un droit (un article bien précis) ou on conteste le Droit (la constitution).

Ce constat soulève quelques questions :

Notre législation est fragile et/ou floue ?

Le politique a-t-il un primat sur le juridique ?  Sommes-nous dans une jungle où le plus fort exerce le Droit ?

Autant de questions qui restant ouvertes interdisent des réponses tranchées ou tranchantes.

Les troubles nés de ces différends ont toujours été ensanglantés, ont endeuillé des familles, occasionné des dégâts matériels et bien d’autres délits dans chaque camp antagoniste, même très souvent chez le neutre, laissant la place au silence de la nuit.

C’est à ce moment que le pouvoir Judiciaire devrait entrer en scène pour situer les responsabilités et les condamner quel que soit le camp à la lumière de notre législation, du droit de l’homme et du droit international humanitaire (en cas de conflit armé) dans la vérité afin de prévenir toutes ces velléités.  Cependant c’est plutôt le plus fort du combat qui se mue en juge, cherchant les responsabilités uniquement de l’autre côté, installant ainsi la justice des vainqueurs puisque chaque parti vient au pouvoir avec son personnel de justice.  Triste effectivité quoique putative !

C’est ce cumul d’injustices endormies, des haines écumées, des ressentiments non avoués, de conflits mal réglés et/ou gérés qui est le problème fondamental dont souffre la côte d’ivoire et qui le plonge dans un cycle de crises depuis des décennies, où des personnes frustrées assoiffés de justice n’attendent qu’un petit claquement de doigt pour se faire justice.  Les cas de Béoumi en 2018, et la crise préélectorale en 2020 où l’on se discutait les articles (55 et 183) illustrent bien ces réalités suscitées et dénoncées.

Au demeurant, Ce qui est déplorable nous sortons toujours par ces crises que par des solutions politiques (compromis, arrangements, amnistie…) qui ne traitent que la forme du problème jamais le fond ; cherchant ainsi une réconciliation et une paix durable.

Est-il possible de faire une réconciliation vraie et vivre une paix durable sans une justice vraie ?

Enfin c’est là que se trouve le nœud de l’imbroglio que nous vivons il y a belle lurette pour ma part, contrairement à ceux qui pensent le changement de la classe politique arrangerait la situation, d’ailleurs se trouve leur solution impertinente, enfantine et très médiocre ; aucun des grands n’ira à la retraite avec son parti politique et ses modèles.

Cherchons donc plutôt à rendre notre constitution forte claire, résiliente et renforcer nos institutions pour ne pas reprendre rendez-vous avec la bêtise en 2025.

Ben Bagnon

Écrivain, essayiste, analyste politique

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Cherté de la vie en Côte d´Ivoire, Mamadou Koulibaly avait prevenu

Publié

activé

Mamdou Koulibaly, Maire d´Azaguié opposant politique ivoirien

Mamadou Koulibaly alertait le peuple de Côte d´Ivoire en Octobre 2016 quand il faisait campagne contre l´adoption de la constitution Alassane Ouattara. Une nouvelle constitution qui instaurait de nouvelles institutions budgetivores. Aujourd´hui les ivoiriens ne contiennent plus leur souffrance face à l´augmentation des prix de tous les produits.

“Vous pensez qu’il (Président Ouattara) va financer tout ce lot avec quoi ? Les sénateurs, les conseillers économiques et sociaux, le vice-président, le gouvernement, le premier ministre… etc.
Ce sont vos impôts.

Si vous allez voter oui à ce référendum, demain ne venez pas dire, comme le Président Babily “que la vie est chère hein”. Dans l’État, quand vous gérez des dépenses, il faut des recettes pour les financer. Il n’y a pas de dîner gratuit. (…).Si vous acceptez le Sénat, vous (les ivoiriens) paierez les sénateurs. Si vous acceptez les conseillers économiques et sociaux, ces députés, le vice-président, vous les paierez.

Et pour payer, c’est le courant, l’eau, le téléphone, les médicaments, l’essence, vous allez payez (…) etc qu’ils vont augmenter et vous paierez les taxes. Ne venez pas dire après que la vie coûte chère alors que vous-mêmes avez voté pour des dépenses supplémentaires. Vous pensez que l´argent va venir du ciel? Vous pensez que l´argent va venir du ciel? Non! Si vous dites je vote pour le Sénat, vous dites en même temps, je vote pour l´augmentation du prix du courant (…). Tant que ce sera comme cela on va être tondu comme des moutons (…)” déclarait Mamadou Koulibaly.

Leadernewsci 

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances