Restons en contact

Politique

Situation sociopolitique: Ben Bagnon (Ecrivain) ” C´est un manque d´éducation”

Publié

activé

Ben Bagnon, Ecrivain Engagé

Depuis son arrestation le 11 Avril 2011, c´est ce jeudi 29 Octobre 2020 que, le Président Laurent Gbagbo a rompu le silence dans une interview qu’il a accordé la chaîne française TV5.

En effet l’ex-chef d’État ivoirien (2000-2010) et ex-détenu de la CPI (Cour Pénale Internationale) s’était prononcé lors de son audition par cette instance judiciaire, cependant c’est à 2 jours du scrutin présidentiel dans notre pays la côte d’Ivoire qu’il a décidé de quitter son mutisme pour appeler à la retenue dans ce moment très crucial pour son pays. Pour ma part, j’ai toujours respecté la stratégie de communication politique de cet homme qui comme tout bon chef traditionnel africain parle quand il le faut. Il a ainsi mis en action son verbe restant du côté de la loi fondamentale et de son respect sans toutefois appeler à la violence mais au dialogue.

C’est avec grande attention que j’ai suivi cet entretien dans lequel à certain moment l’ex président et moi nous nous sommes rejoints , en fait dans son intervention il dit : « il faut de l’auto-éducation pour réussir la démocratie. » , vous allez peut-être trouver ma récente phrase prétentieuse, cependant en toute vérité en 2018, j’ai fait appel à ce même remède ” éducation ” dans mon manuscrit, qui n’a pas encore été publié à cause de la situation politique de notre pays , certaines maisons d’édition craignant des représailles de la part du pouvoir en place. Hélas !

Dans ce manuscrit intitulé ” cri du cœur’‘, j’ai ainsi écrit que ce ne sont pas nos institutions, ni nos systèmes politiques (gauche, centre, droite) qui sont le problème mais ce sont les hommes qui y sont ou qui les pratiquent ; c’est l’homme qui est le problème ; l’homme qui manque d’éducation, de bonne moralité et de bon sens.

Encore récemment pour ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux, notamment sur un réseau social américain après le Post du Ministre Katinan Koné en date du 16 Septembre 2020 évoquant les défaillances de nos institutions de par les réseaux sociaux, je partageai cette information sur ma page Facebook en donnant mon point de vue du haut du post en ces termes : « Notre pays est à l’épreuve de la démocratie et tous les grands États démocratiques sont passés par là. Espérons qu’après ce flou nos institutions connaitront des réformes conséquentes et nos hommes l’éducation qu’il faut. Je médite sur l’après ».

Loin de me targuer de politologue averti encore moins d’excellent analyste politique cependant j’attire l’attention collective pour boire ce médicament “éducation” et le prescrire à quiconque.

C’est à cause du manque d’éducation et de bon sens que nous nous trouvons dans cette impasse, car c’est avec la complicité des intellectuels, de plusieurs chefs traditionnels, plusieurs guides religieux, plusieurs artistes renommés et bien d’autres élites que le Président Alassane Ouattara a violé notre loi fondamentale qui est notre boussole, il les a ainsi achetés pour qu’ils se taisent et le suivent dans sa création de catastrophe dans notre pays.

Il suit de là que M. Alassane Ouattara s’est servi de cette élite pour assouvir sa volonté inconstitutionnelle. Pour dire que ce n’est seulement que la classe politique qui a besoin d’éducation mais plutôt et surtout la classe gouvernée dans cette affaire de démocratie. J’ai pour coutume d’écrire ou de dire que l’Afrique surtout l’Afrique francophone n’aura pas nécessairement son salut dans l’alternance politique mais dans le changement de la société, en allant d’une société corruptible à une société incorruptible ; d’une société médiocre à une société excellente ; d’une société distraite à une société réfléchie. C’est à partir de là que sera disqualifié tout politique roublard, assoiffé du pouvoir.

L’éducation doit être pour nous une permanente aspiration. Mais une question se pose, à savoir comment nous y arriverons avec l’expérience qu’on a de l’unanimisme ?

Je suis en réflexion et je vous reviendrai bientôt avec quelques propositions. Je ne mettrai pas fin à mon écrit sans vous témoigner ma séduction au propos de Nelson Mandela qui dit « l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde », je m’incline devant sa mémoire pour conclure que l’éducation est le remède pour prévenir et\ou guérir les maux d’une société.

Ben Bagnon, Ecrivain Analyste Politique

Comments

comments

Politique

Législatives 2021 : De quel droit le trésor public demande-il la carte d´électeur pour le payement de la caution des candidats.

Publié

activé

Leopold VII Adou Agnouwol, Ecrivain et DRI LIDER Portugal

Depuis quelques jours des bruits courent toute la Côte d´Ivoire, faisant état de ce que l´administration de M. Alassane Dramane Ouattara imposerait aux candidats à l´élection législative qui aura lieu le 06 Mars 2021, la présentation de leur carte d´électeur lors du payement de leur caution.

” Je suis au plateau trésorerie générale Abidjan sud et on me demande la carte d’électeur” la réaction à chaud d´un candidat.

Il notoirement reconnu que le régime ivoirien prend un malin plaisir à la forfaiture, mais ce coup-ci est indigeste. Depuis quand le trésor ivoirien est-il organe de contrôle des cartes électeurs des candidats ? Par quelle alchimie, une structure de perception de taxe peut-elle exiger à des citoyens qui viennent s´acquitter de leur caution de candidature, la qualité d´électeur ? L´organisation de calamiteuse de l´élection présidentielle d´octobre 2020 n´a visiblement pas servi au chef de l´Etat M. Alassane Dramane Ouattara et à son gouvernement.

Ils (le parti au pouvoir et son gouvernement) ont décidé de remettre le couvercle de la tension pré-électorale. Sans doute espèrent-ils beaucoup plus de tètes à  décapiter en Mars prochain. Nous prenons l´opinion nationale et internationale à témoin sur cette énième forfaiture d´une administration qui peu à peu s´est transformée en une confrérie au profit d´un clan au sein d´un parti politique qui refuse de se repentir du sectarisme. La flagrante imposture constatée du trésor publique ivoirien, jette l´huile sur le feu de cette autre élection à laquelle l´opposition s´est résolument engagée à y participer.

La malicieuse intention de cette institution publique est claire : empêcher certains candidats surtout ceux de l´opposition à ne pas compléter leur dossier de candidature par le payement de la caution et donc à ne pas participer aux législatives. Un acte inconstitutionnel car d´une part, le trésor publique n´organise pas les élections en Côte d´Ivoire, elle n´est pas membre de la Commission Electorale Indépendante et la carte d´électeur n´est pas une pièce d´identification pour les transactions financières. D´autre part, ce n´est pas la carte électeur qui confirme la qualité d´électeur mais bien la présence sur la liste électorale et là encore les services du trésor n´en sont pas les gendarmes, étant entendu que chaque candidat connaissant les conditions de candidature, s´est préalablement informé de sa présence sur la liste électorale.

Au surplus les électeurs peuvent s´acquitter de leur droit de vote en présentant leur Carte Nationale d´Identité (CNI) ou leur passeport ou toute autre pièce ayant requis les mêmes éléments de constitution. Pourquoi vouloir créer  une nouvelle onde de frustation au sein de la population, toute chose qui provoquera assurément des réactions de colère? A peine les tensions des présidentielles semblent-elles baissées que le parti-Etat au pouvoir en sucite déjà une autre, de la sorte que le gouvernement ivoirien sera tenu responsable de toutes les actes de violation des droits de l´homme et de crimes contre l´humanité.

Dieu protège la Côte d´Ivoire

Leopold VII A. Agnouwol DRI LIDER

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Côte d’Ivoire/ législatives: l’opposition ivoirienne vole en éclats

Publié

activé

Image d'illustration

 À l’approche des élections législatives, l’opposition ivoirienne se divise à petits coups. C’est ce qu’a fait savoir le directeur de publication du site Ivoirnewsinfo.net.

« C’est fait l’opposition vole en éclats. Une nouvelle plateforme bientôt… Arguant qu’ils sont les plus nombreux et les plus riches, le pdci et les Gor n’ont voulu faire montre d’aucune flexibilité lors des discussions pour le choix des candidats de l’opposition aux législatives. Faisant montre d’un excès de suffisance et de mépris ils ont décidé d’imposer leurs candidats dans toutes les localités.

 

Comme il fallait s’y attendre, cela irrita les autres partis qui claquèrent la porte. Ils décident toutefois créer leur propre plateforme. Elle comprendra le fpi, leader, l’udpci, l’urd, le Cojep. Nous y reviendrons », a indiqué Édouard Yro, directeur de publication du site Ivoirnewsinfo.net.

Selon ce journaliste la division a finalement eu raison de l’opposition qui avait voulu aller à ces élections législatives en rang serré c’est–dire en présentant un unique candidat par localité. Mais hélas, ce vœu ne fera pas long feu car chaque parti présentera son candidat. Notons que depuis les élections présidentielles du 31 octobre passé, l’opposition dans tout son ensemble s’était réunie pour faire face au RHDP mais sa participation à ces élections législatives a fini par la diviser.

Pastoré

Comments

comments

Continuer la lecture

Politique

“Mamadou Koulibaly ne trahira pas le peuple de côte d´ivoire” Leopold Adou

Publié

activé

Leopold VII Adou Agnouwol, Ecrivain et DRI LIDER Portugal

Depuis fin 2015, alors que M. Alassane Dramane Ouattara entreprend de modifier la constitution ivoirienne, le professeur d´économie Mamadou Koulibaly, fondateur du parti politique Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) comprend que l´intention inavouée du roublard président de la république d´alors.

L´opposant va donc dénoncer le tripatouillage constitutionnel de M. Alassane Ouattara en vue de faire un troisième mandat. La stratégie de l´invétéré tricheur était pourtant claire arguer de la non-rétroactivité de la constitution en cours pour prétendre à une candidature à un troisième mandat constitutif.

L´opposition d´alors va mener le combat pour empêcher le changement de la constitution, mais les manifestations seront réprimées violemment et les initiateurs dont Mamadou Koulibaly arrêtés.  Acculé par ses mandats occidentaux et particulièrement le gouvernement français, M. Alassane Dramane Ouattara va déployer un arsenal de juristes et autres experts constitutionalistes soutenus par les ministres de son gouvernement aux fins de démontrer l´impossibilité pour le président sortant c´est-à-dire M. Ouattara, d´être candidat à une quelconque élection présidentielle sur la base du principe de limitation des mandats. Principe repris dans son intégralité dans la nouvelle constitution sous-tendue lui-même par le principe de continuité du mandat constitutionnel, car en effet M. Alassane Dramane Ouattara a continué son deuxième mandat dans la troisième république qui en devenait de fait le premier.

La force de la démonstration très médiatisée a fini par convaincre même dans le camp des opposants au projet de modification constitutionnelle, sauf Mamadou Koulibaly qui restait convaincu de la duplicité du Chef de l´Etat. Dans l´une de ses régulières adresses aux ivoiriens l´opposant ivoirien démontrait que M. Alassane Dramane Ouattara manifestait des signes inquiétants de confiscation du pouvoir.

Août 2020 donnera raison à Mamadou Koulibaly, Ouattara a renié sa parole et nié avoir dit qu´il ne modifiait pas la constitution pour faire un troisième mandat consécutif. Ses experts et juristes ont fait la démonstration de leur perversité. L´iniquité était consommée. Même le Ministre Abinan Kouakou Pascal qui lors d´un point de presse avait juré par tous les dieux de mettre sa main au feu si M. Alassane Dramane Ouattara se portait candidat, ne reconnait pas ses propres paroles, touché par la versatilité. Dès lors que, la violation de la constitution par le Chef de l´Etat fut constatée le peuple de Côte d´Ivoire et l´opposition engage des manifestations sur toute l´entendue du territoire national pour contester la forfaiture alassaniste.

Par la violation de la constitution M. Alassane Ouattara a fini de convaincre les ivoiriens sur son imposture.

Depuis Août donc Mamadou Koulibaly est engagé auprès du peuple de Côte d´Ivoire dans la protestation contre le troisième mandat. Cette lutte démocratique pour le respect de la constitution de la Côte d´Ivoire et pour la défense des valeurs républicaines, baptisée « Non au 3eme mandat », s´est durcie avec la répression brutale du gouvernement Ouattara. Suite à l´entêtement de M. Alassane Dramane Ouattara, la désobéissance civile fut lancée, Mamadou Koulibaly était toujours présent pour donner de la voix. Son message au stade Felix Houphouet Boigny le 10 octobre 2020 résonne encore fortement dans la conscience du peuple ivoirien.

Non Mamadou Koulibaly n´a pas trahi ses convictions, il n´a pas trahi les aspirations du peuple de Côte d´Ivoire.  L´homme politique qu´il est, est connu et reconnu pour sa constance. Durant le boycotte de l´élection présidentielle d´octobre 2020 lancé par les partis de l´opposition, Mamadou Koulibaly est resté sur sa position. Après la réussite du boycott et la mise en place du Conseil National de Transition, Mamadou Koulibaly est resté constant. D’ailleurs lors de l´entretien de son parti avec le président Henri Konan Bédié chef de fil de l´opposition, les ivoiriens ont pu reconnaitre la hargne de l´homme. Rassurer vous Mamadou Koulibaly reste combatif et déterminé dans le combat pour la restauration de la démocratie et de l´instauration des valeurs républicaines en Côte d´Ivoire. Il ne trahira pas la lutte, il ne trahira pas le peuple de Côte d´Ivoire car sans le peuple Mamadou Koulibaly n´est rien. Quand l´homme politique a pleinement conscience que le pouvoir appartient au peuple, il assume advienne que pourra son rôle de porte-drapeau des aspirations du peuple.

Les ivoiriens voulaient voir Mamadou Koulibaly dans une structure unissant des leaders politiques de l´opposition ce qui est fait depuis quelques temps. Comme pour dire que l´homme politique qu´il est, n´est ni sectaire ni clanique mais plutôt qu´il sait occuper sa place dans un groupe. Oui il ne parle pas en dehors du cadre d´unité de l´opposition et ce pour laisser libre cours à ceux qui doivent parler de parler. Mamadou Koulibaly n´a donc pas perdu sa langue encore moins vendu la lutte comme les manipulateurs de toujours tentent à le faire croire et il parlera.

Au lieu de chercher Mamadou Koulibaly avec une touche à Abidjan comme Talès, pourquoi ne pas commencer à mettre en pratique ses recommandations, comme pour lui montrer que son travail de réveil des consciences a porté ses fruits. Au lieu de décharger notre peur et frustration sur Mamadou Koulibaly, démontrons-lui que “le pouvoir appartient au peuple” et qu´un “peuple uni jamais ne sera vaincu”. Tuons en nous nos peurs, retroussons nos manches, inscrivons notre combat dans la durée et allons ensemble remporter les victoires démocratiques pour l´amour de la Côte d´Ivoire. C´est là que Mamkoul nous attend.

La lutte continue! Dieu protège la Côte d´Ivoire !

Leopold VII Adou, Ecrivain, DRI LIDER Portugal

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances