Restons en contact

Internationale

CEDEAO – Mali: la première victoire du nouveau Chef d’Etat Malien

Publié

activé

Assimi Goïta, Chef d'Etat du Mali

Réunis expressément hier, dimanche 30 mai 2021 à Accra (Ghana), en sommet extraordinaire sur le Mali, les Chefs d’Etat de la CEDEAO ont pris position sur la question malienne.

En effet,  Après de longs débats sur la situation au Mali, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont prix les décisions suivantes:

a. Réaffirmer l’importance et la nécessité de respecter le processus démocratique d’accession au pouvoir, conformément au Protocole de la CEDEAO de 2001 sur la démocratie et la bonne gouvernance. Ils condamnent en particulier toutes les actions qui ont conduit à l’instabilité persistante au Mali, et ses conséquences dans la région ;

b. Décider de suspendre le Mali des institutions de la CEDEAO conformément aux dispositions de la CEDEAO ;

c. Appel à la nomination immédiate d’un nouveau Premier ministre civil ;

d. Un nouveau gouvernement inclusif devrait être formé pour poursuivre le programme de transition ;

e. Réaffirmer la nécessité de respecter la période de transition de 18 mois décidée à Accra. Dans ce contexte, la date du 27 février 2022 déjà annoncée pour l’élection présidentielle doit être absolument maintenue. Un mécanisme de suivi sera mis en place à cet effet;

F. Réitérons les décisions antérieures selon lesquelles le chef de la transition, le vice-président et le premier ministre de la transition ne devraient, en aucun cas, être candidats à la prochaine élection présidentielle ;

g. Réaffirmer le soutien de la CEDEAO pour accompagner le processus de transition au Mali.

h. Exhorter tous les partenaires internationaux (Union africaine, Nations Unies et Union européenne) à continuer d’accompagner le Mali vers la réussite de la mise en œuvre de la transition ;

i. Félicitez et encouragez le Médiateur à persévérer dans ses efforts de médiation et à rester saisi de la situation au Mali à travers le Comité Local de Suivi.

Comme vous l’auriez sûrement constaté, aucune sanction économique n’a été prise contre le Mali. Et l’injonction de nomination d’un premier ministre n’est que l’enterinement de la proposition de Assimi Goïta au mouvement de la société civile M5, pour occuper ce poste.

En sus, la CEDEAO, qui se dit prête à accompagner la transition au Mali, a même invité la communauté internationale à la suivre dans cette veine, déboutant ainsi au passage Emmanuel Macron, qui n’a cessé de menacer le Mali avant le début du sommet.

Les conclusions du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernements autorisent de fait le nouvel homme fort du Mali à conduire la transition. C’est donc une première victoire pour Assimi Goïta, arrivé au pouvoir après deux coups d’Etat.

Hervé Christ

Comments

comments

Internationale

“Le Mali et la RCA doivent attaquer la France en justice” Nathalie Yamb

Publié

activé

Nathalie Yamb, miitante panafricaine souverainiste et Conseillère exécutive du Professeur Mamadou Koulibaly.

Les récents revers diplomatiques qu’a connus la France, au Mali, en Suisse et en Indo-Pacifique, ont suscité l’intérêt de Nathalie Yamb.

Dans une vidéo, elle se félicite, entres autres, de la disgrâce qui frappe la France sur la scène internationale et invite les leaders africains à engager “la bataille intellectuelle dans les tribunaux contre la France”, dans le combat pour la souveraineté menöe contre elle.

 

Hervé Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Élections Présidentielles en République Démocratique du Congo: Les germes d’une crise à venir

Publié

activé

CENI Commission Electorale Nationale Indépendante de la RDC

En République Démocratique du Congo, la tension commence à être palpable surtout depuis que le Président Felix Tshisekedi est soupçonné par l´opposition de préparer la fraude à l´élection présidentielle de 2023.

La réforme de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) est demandée par le peuple mais le Président de la République “non élu” Tshilombo Antoine Tshisekedi  et son gouvernement voudraient faire du forcing.

Une marche de grande envergure est prévue par l’opposition LAMUKA avec sa tête son chef de file M.Fayulu Martin dit “Président élu” de la RDC pour le mercredi 15 Septembre 2021 dans tout le pays, pour rappeler au gouvernement, que l’organe sensé représenter le socle de la démocratie, ne saurait être politisé au risque de générer de futures crises électorales.

Kouamé Séraphin

Leadernews.rdc

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Guinée-Conacry : Le coup d´État en cours va-t-il emporter Alpha Condé

Publié

activé

Alpha Condé, Présent de la République Guinéenne lors de la campagne présidentielle 2020

Alpha Condé l’opposant historique à Sékou Touré, père de l’indépendance de la Guinée, puis à Lansana Conté a modifié la constitution, pour se présenter à un 3è mandat. En 2010 lors de son élection Alpha Condé avait promis le changement à son pays.

Selon le journal panafricain Jeune Afrique, depuis les environs de 8h ce dimanche, des tirs nourris sont entendus autour de Sékoutoureya, le palais présidentiel où se trouve le chef de l’État, Alpha Condé. Celui-ci se porte bien et est sous la protection de sa garde présidentielle, d’après nos sources.

Selon les informations de Jeune Afrique, cette tentative de coup d’État est menée par les éléments du Groupement des forces spéciales (GPS), une unité d’élite de l’armée aussi bien entrainée qu’équipée.

À sa tête, le colonel Mamady Doumbouya, un ancien légionnaire de l’armée française qui a été rappelé en Guinée pour prendre la tête de ce corps créé en 2018. Ces derniers mois, sa volonté d’autonomiser le GPS par rapport au ministère de la Défense avait suscité la méfiance du pouvoir de Conakry. En mai, des rumeurs infondées faisant part de sa possible arrestation avaient même circulé dans la capitale guinéenne.

Mamady Doumbouya et les éléments du GPS font en ce moment face aux soldats de la garde présidentielle. Ce n’est pas la première fois qu’Alpha Condé est confronté à une tentative de putsch – en 2011 notamment, son domicile avait été la cible d’un assaut – mais, cette fois-ci, la qualité des putschistes rend la situation “sérieuse”, selon des sources sur place.

Arrivé au pouvoir en 2010, Alpha Condé, 83 ans, a été réélu en 2020 pour un troisième mandat après une révision de la Constitution controversée.

Source : Jeune Afrique

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances