Restons en contact

Societe

Coming To Côte d´Ivoire, Emma Lohoues fait parler son coeur à Dabou

Publié

activé

Emma Lohoues Fondatrice de Coming To Côte d´Ivoire au centre

Alain Loba promoteur de La Nuit des Etoile du Leboutou a mis sous les projecteurs une fille de Dabou, et non des moindres il s´agit d´ Emma Lohoues, célèbre influenceuse ivoirienne qui a plus d´1million de followers. La native du Leboutou connue des ivoiriens pour ses buzz sur les réseaux sociaux, a montré le 1er Mai dernier que beaucoup de ceux qui parlent d´elle, ne la connaissent pas vraiment.

Invitée de marque de la 2e Edition de La Nuit des Etoiles du Leboutou, l´un des plus prestigieux évènements du département de Dabou, Emma Lohoues a fait montre de toute sa classe en rehaussant l´évènement par sa présence.

On peut le dire, AGL Production a eu le nez creux en sollicitant Emma Lohoues pour le volet social de la Nuit des Etoiles. En effet, répondant avec enthousiasme à l´invitation, des organisateurs, à travers sa Fondation Coming To Côte d´Ivoire, Emma Lohoues a fait de nombreux dons à la Pouponnière de Dabou, à l’ONG Les Amazones qui milite en faveur des veuves et des orphelins de Dabou, ainsi qu´à l´Institut des Aveugles de Dabou.

En cette occasion les habitants de Dabou ont pu communier avec Emma Lohoues, et decouvrir en elle est une âme pleine de compassion, une femme intelligente.

Certainement que la bonté de Emma Lohoues est héréditaire quand on connait la générosité de son père. Mais cela elle le dira sans doute à Leadernewsci dans un interview.

Leadernewsci

Comments

comments

Societe

Election du Délégué CNJCI-Dabou: Gnagne Mel Silas candidat

Publié

activé

Gnagne Mel Silas, Président de l´Association Jeune Adioukrou Moderne

Le Conseil National des Jeunes de Côte d´Ivoire (CNJCI)- section de Dabou renouvelle ses instances, le 11 juillet 2021. Pour ce faire les candidatures au poste et fonction de délégué ont été ouverte. Gnagne Mel Silas le président de l´association Jeune Adioukrou Moderne, beaucoup plus connu sous le sobriquet de Stocker La flamme, a déclaré ce jour sa candidature.

Ci-dessous l´intégralité de la déclaration de candidature de Gnagne Mel Silas

Ma candidature à l’élection du Délégué du Conseil National des Jeunes de Côte d’Ivoire section Dabou (CNJCI-Dabou)

Mesdames et Messieurs les Présidents des Jeunes, d’Associations et ONG,

Chers amis Leaders de Jeunesse de Dabou,

Chers tous,

Dans le cadre du renouvellement des instances de la jeunesse de Côte d’Ivoire, notre Ministère de tutelle, via la Direction Régionale de la Jeunesse des Grands Ponts, a rendu public, ce jour, la liste des candidatures retenues dans notre Département ; le Leboutou.

Suite donc à ladite publication, je voudrais vous annoncer officiellement ma candidature à ce grand et historique rendez-vous de la Jeunesse de Dabou et de notre Région qui retient toute mon attention et dire merci à l’association Jeune Adioukrou Moderne d’avoir cru en moi et qui a parrainé ma candidature.

Cette candidature est la vôtre, chers Jeunes !

Ensemble, je dis bien ensemble, donnons la place à la Jeunesse dans notre société !

Pour la jeunesse de Dabou, je suis candidat !

Dimanche 11 Juillet 2021, date prévue pour les élections.

Mel Gnagne Silas,

President de JAM

Candidat au poste de Délégué

du CNJCI Dabou

 

Comments

comments

Continuer la lecture

Societe

Les collectivités locales en souffrance, le coup de gueule de Prudence Botti DN Lider

Publié

activé

Prudence Botti Déléguée Nationale de Lider à la décentralisation

Prudence Botti Déléguée Nationale de Lider à la décentralisation n´est pas contente de la politique de décentralisation mise en place par le gouvernement de M. Alassane Ouattara depuis dix (10) ans. “Les collectivités locales n’ont pas d’argent pour travailler et on nous parle de décentralisation” martelle-t-elle.  Ci-dessous leadernewsci vous livre l´integralité son coup de gueule.

Décentraliser signifie : Transfert de compétences et de ressources, faire confiance et rétablir le principe de subsidiarité entre l’Etat et les élus locaux.

La Côte d’Ivoire compte aujourd’hui 31 régions et 201 communes. Elles sont supposées intervenir dans les domaines qui leur ont été transférés (16 compétences) tels que :
– L’éducation
– La santé et l’hygiène publique
– L’aménagement du territoire
– Le transport
– L’urbanisme et l’habitat
– La sécurité et la protection civile

Pour les compétences transférées, l’article 79 de la Loi n° 2003-489 du 26 décembre 2003 portant régime financier, fiscal et domanial des collectivités territoriales prévoit les ressources dont une partie des recettes fiscales de l’Etat, les taxes rémunératoires et les redevances, l’aide de l’Etat (DGF), les fonds de concours et d’aide extérieure, les emprunts.

La loi sur la décentralisation précise que les communes sont des collectivités territoriales dotées d’une personnalité morale et d’une autonomie financière. Cette autonomie financière n’est qu’imaginaire car aucune collectivité en Côte d’Ivoire ne peut lever d’impôt sur son territoire.
Selon les articles 88 et 90 de la même loi, l’Etat lève les recettes fiscales et leur verse une dotation globale de fonctionnement et une dotation générale de décentralisation chaque année. Ces dotations représentent une part importante des recettes totales des collectivités territoriales.

Les recettes propres des collectivités qui sont insignifiantes, sont issues de la vente de timbres, la taxe de stationnement, la taxe sur les publicités, sur l’occupation du domaine publique, sur les charrettes, les baux à loyer, les patentes, les billets sur les marchés. Ces recettes ne représentent qu’une petite partie des recettes totales des collectivités territoriales moins de 13%. L’autonomie financière est très loin d’être atteinte.

Concernant les budgets des collectivités locales, je n’ai pas trouvé d’article précisant la date limite de vote du budget. Mais certaines collectivités voient leurs budgets validés par le ministère de tutelle au mois de juin ou juillet, délai trop long.

En France, nous avons jusqu’au 15 avril pour voter le budget de l’année. Et avant le vote du budget, nous sommes autorisés à exécuter 25% du budget d’investissement de l’exercice précédent.

Il faut savoir, qu’en Côte d’Ivoire, avant le vote du budget aucune dépense d’investissement ne peut être faite, seules les dépenses de fonctionnement (fournitures, carburant, eau, électricité…) sont assurées par le Maire. Les salaires sont payés directement par l’Etat.
Aussi, il est difficile pour les collectivités de solliciter les banques, vu qu’elles dépendent fortement de l’Etat et manquent de crédibilité vis-à-vis des établissements financiers.

L’Etat transfert 16 compétences aux collectivités et met à leur disposition moins de 5% du budget global.

Selon l’article 21 de la loi 2020-972 portant budget de l’Etat pour 2021, seulement 87, 436 milliards que l’Etat prévoit verser aux Collectivités, soit 1%, alors que ses ressources globales s’élèvent à 8 398 milliards.

Le constat est que, non seulement cette prévision est insuffisante pour les collectivités, mais une inertie se fait ressentir au niveau de l’Etat pour leur verser les dotations prévues afin qu’elles réalisent les investissements inscrits dans leurs budgets.
En effet, jusqu’à aujourd’hui, la majorité des collectivités n’ont pas de crédit pour travailler correctement.

Les questions que je me pose sont:
Quel est le rôle de l’UVICOCI ? Pourquoi les élus locaux ne se mobilisent pas contre cette lenteur de l’état ?

Prudence Botti DN Lider

Comments

comments

Continuer la lecture

Citoyenneté

“L’amour de la France pour l’Afrique est destabilisateur” Nathalie Yamb

Publié

activé

Nathalie Yamb, miitante panafricaine souverainiste et Conseillère exécutive du Professeur Mamadou Koulibaly.

Dans son rendez-vous hebdomadaire avec ces abonnés, Nathalie Yamb, la dame de Sochi, conseillère exécutive de Mamadou Koulibay, a abordé, une fois encore, la relation France -Afrique.

Elle est revenue sur les 60 ans de relation amoureuse destabilisatrice de la France pour l’Afrique.

Dans cette vidéo, Nathalie Yamb revient sur tous les complots de la France en Afrique, de Sékou Touré à Laurent Gbagbo, en passant par Thomas Sankara. Un rappel historique édifiant.

Herve Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances