Restons en contact
Campagne #MamKoul2020

Politis

Côte d’Ivoire: l’ancien Magnat du cacao ivoirien, Mangoua jacques en liberté provisoire

Publié

activé

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

Par Leadernewsci,  le 02 Avril 2020

Arrêté le 21 septembre 2019 et condamné, le 3 octobre 2019 à cinq ans de prison par le tribunal de première instance de Bouaké,  Mangoua jacques vice-président du PDCI-RDA, a été libéré provisoirement le mardi 31 mars 2020 sur décision de la cour d’appel.

 

Henri konan bédié,  son président de parti quant à lui se  réjouit de cette décision comme il l’a indiqué sur son réseau social. « Le PDCI RDA se félicite de voir Jacques Mangoua libre, lui apporte, une nouvelle fois, tout son soutien et lui souhaite un bon retour en famille », a écrit l’ancien chef d’État ivoirien.

La Cour d’appel de Bouaké a ordonné la mise en liberté provisoire du président du conseil régional du Gbèkè après le report du jugement d’appel fixé au 28 avril 2020.

En effet,  le 21 septembre 2019,  l’ex président du conseil régional du Gbêbê est arrêté pour des faits de détention illégale d’armes et de munitions de gros calibres dans sa résidence située à son village natal.

Dans une procédure à la va-vite,  M. Mangoua jacques fut écroué dans une procédure pleine de mouvements de protestations vu   le mode d’arrestation et l’incrimination qui frôle une implication du politique et de l’exécutif.

Attendons donc voir la décision définitive des juges prévu pour Avril prochain.

Kobenan Adjei pour Leadernewsci

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 14 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Politis

[URGENT] Tina Spencer met une voiture d’Arafat DJ en vente

Publié

activé

Nous avons appris auprès d’une source proche de feu DJ Arafat, information ensuite confirmée par son fan Club, que Tina Spencer, la mère de l’artiste, aurait besoin  de ressources additionnelles qui serviront à s’occuper de la famille de son fils défunt, Houan Ange Didier.

Pour ce faire, elle a décidé de vendre l’une des voitures laissée par le Daishi Arafat, le leader des “chinois”.

                        La voiture de DJ Arafat mise en vente par sa mère

Rappelons que l’artiste ivoirien DJ Arafat est décédé le 12 Août dernier des suites d’un tragique accident de moto. Si ses funérailles ont donné lieu à des troubles publics qui ont vu la profanation de sa tombe, ils ont été aussi l’occasion de nombreux témoignages de soutien à la famille éplorée. Certaines indiscrétions font état de centaines de millions récoltés à cet effet. Tout cet argent et les biens laissés par l’artiste seraient en grande partie gérés par la mère de l’artiste, Tina Spencer, elle même artiste de renom en Côte d’Ivoire.

Hervé Christ

Comments

comments

Continuer la lecture

Politis

“Ivoiriens, n’acceptez pas une élection présidentielle au rabais

Publié

activé

Quand on dit que l’élection présidentielle à venir est décisive pour l’avenir de la Côte d’ivoire, ce n’est assurément pas pour celui des 322 462 km2 de terre, d’eaux et de flore que regorge ce pays, mais plutôt, pour ton avénir, toi l’ivoirien planteur, ouvrier, chef d’entreprise, fonctionnaire, politicien, et j’en passe….

Pendant 60 ans, par le biais d’ un système aux multiples visages, PDCI-RDA, RHDP  puis enfin RHDP-Unifié ou RDR, ils ont pris en otage et saboté  l’avenir, de nos grands parents, de nos parents et le notre. Aujourd’hui, ils se préparent à s’attaquer à l’avenir de nos enfants et notre déscendance avec….

Comments

comments

Continuer la lecture

Internationale

Soro se défend contre la plainte à Paris: 《 C’est une dénonciation calomnieuse》

Publié

activé

 

Dans la plainte avec constitution de partie civile, l’ex-Premier ministre est présenté comme le commanditaire de l’enlèvement, suivi de torture et d’assassinat, d’Ibrahima Coulibaly, un ex-chef rebelle ivoirien, le 27 avril 2011. Soro a vite réagi en déposant une plainte pour « dénonciation calomnieuse ».

La guerre entre les « deux frères » d’hier n’est pas prête de connaître son dernier épisode. L’ancien Premier ministre ivoirien Guillaume Soro et allié du président Ouattara depuis des années est visé par une plainte déposée à Paris, dans laquelle il est notamment accusé de « torture », « assassinat » et « crimes de guerre » en 2004 et 2011, a appris l’AFP auprès des avocats des plaignants. Cette plainte, déposée ce jeudi 7 mai avec constitution de partie civile, permet aux demandeurs dénonçant des faits pouvant être qualifiés de crimes de réclamer la désignation d’un juge d’instruction pour mener des investigations, sans passer par une enquête préliminaire du parquet.

Dans cette plainte, dont l’AFP a eu connaissance, Soro, qui conteste les accusations, est notamment présenté comme le commanditaire de l’enlèvement, suivi de torture et d’assassinat, d’Ibrahima Coulibaly, un ex-chef rebelle ivoirien, le 27 avril 2011. Les plaignants demandent également des poursuites pour des morts causées lors de combats entre factions rivales dans la nuit du 20 au 21 juin 2004 à Bouaké et Korhogo, qu’ils attribuent aux Forces nouvelles de Guillaume Soro, aujourd’hui âgé de 47 ans.

« Après de longues années d’impunité, cette plainte avec constitution de partie civile tend à ce que les responsabilités des auteurs, complices et autres donneurs d’ordres soient enfin exposées », relèvent les avocats Noémie Saidi-Cottier, Laurence Greig et Joseph Breham dans un communiqué.

Ils la justifient notamment par le fait que Soro réside depuis fin 2019 en France, un des éléments qui permet la saisine de la justice française. « Les faits dénoncés dans cette plainte sont faux et j’ai donné instruction à mes avocats de déposer une plainte en dénonciation calomnieuse », a réagi auprès de l’AFP Soro par l’intermédiaire d’un de ses conseils, Me Jean-Marc Fédida.

Guillaume Soro, candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle ivoirienne prévue en octobre, a par ailleurs été condamné fin avril par la justice de son pays à 20 ans de prison pour « recel de détournement de deniers publics » et « blanchiment de capitaux » lors de l’achat de sa résidence d’Abidjan en 2007.

Longtemps allié du président Alassane Ouattara, Soro était devenu Premier ministre, puis président de l’Assemblée nationale, avant de rompre avec le chef de l’Etat début 2019.

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances