Restons en contact
Campagne #MamKoul2020

Nationale

Jean-Pierre Akadie: Une vision et des objectifs clairs pour Grand-Lahou

Publié

activé

"Je suis candidat parce que j'ai une vision, des objectifs bien definis et un défi à relever" Jean-Pierre Akadie candidat aux élections municipales à Grand-Lahou

Les prochaines élections municipales, du 13 octobre 2018, en Côte d’Ivoire, enregistrent la participation de nombreuses jeunes figures montantes du monde politique ivoirien. Notre serie de rencontre de celles-ci, nous l’entamons avec Jean-Pierre Akadié, candidat, à Grand-Lahou. C’est un homme détendu, sérein et accueillant que nous avons rencontré pour vous.

Leadernews: Qui est Jean-Pierre Gbogba Akadie?

Jean-Perre Akadie: Je suis Akadie Jean-pierre Gbogba.  Je  fais partie de cette nouvelle élite ivoirienne  qui prône  l’entrepreneuriat. En effet, j’ai passé 14 ans durant au  bureau VERITAS CI, en tant que responsable du département contrat du gouvernement. Ensuite, j’ai décidé de lancer ma propre entreprise en 2015. Je suis  ingénieur en management des transports et de la logistique, marié et père de 4 enfants.

Qu’est ce qui a motivé votre candidature à l’élection municipale ?

Je suis candidat parce que j’ai une vision, des objectifs bien definis et un défi à relever. Grand-lahou est une ville a fort potentiel; un potentiel qui est malheureusement pas, peu ou mal exploité.  En tant que cadre, je juge utile d’apporter ma contribution au développement économique et social de notre cité.

Quelles sont les actions que vous avez déjà posées ?

Nous ne cessons de poser des actions en faveur du développement de notre ville . il ya 25 ans, j’étais déjà dans les actions de développement. Nous avons initié la construction de la cité ”Hemidon” que vous trouverez à l’entrée de la ville. Nous avons aussi dans le cadre de nos démarches permis l’acquisition d’une ambulance à l’hôpital général de Grand-lahou. Dans le volet social, chaque fin d’année, nous offrons des centaines de jouets aux enfants démunis, l’école de Dioulabougou a été réhabilitée par nous. Également, à chaque rentrée scolaire, nous offrons des kits scolaires aux enfants de la ville. Et, pendant les vacances, nous organisons le festival de Grand-lahou qui est maintenant à sa 5 ème édition. Ce festival propose diverses activités culturelles et sportives aux populations, notamment, un tournoi de maracana, un concours culinaire, un concours d’awalé, de ludo, de jeu de dames et un cross populaire. Aussi avons-nous pendant la journée internationale de la femme distribué 300 complets de pagne, 5 broyeuses américaines aux femmes des villages et campements, afin de faciliter leur autonomisation. Cette année, nous avons financé 6000 bons de permis de conduire.

Quelles seront les grandes lignes de votre mandat une fois élu maire ?

Je me  propose de mettre de cette jeunesse lahoueen, longtemps laissée oisive, au travail. Ainsi dans mon projet de campagne novateur, je me donne comme mission, dans les 5 années à venir, de veiller au développement social de la femme et à l’automisation de jeunesse à travers le financement de projet, en mettant surtout l’accent sur la formation, seul gage de performances. Nous allons également créer les conditions pour le fleurissement industriel de la ville.

Propos recueillis par Desiré Amani pour Leadernews

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
48 ⁄ 24 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nationale

Côte d´Ivoire: Ouattara garantit l´impunité à ses partisans

Publié

activé

Un Père de famille deshumanisé par les partisans de M. Alassane Ouattara

C’était avec grand joie que le peuple ivoirien a accueilli les propos du président Alassane Ouattara qui révélaient qu’il ne briguerait pas un 3e mandat et s’engageait à passer le flambeau à une nouvelle génération, face au congrès réuni le 5 Mars 2020 à Yamoussokro.

Cette nouvelle qui était en parfait accord avec notre constitution a emu le peuple ivoirien, et même suscité l approbation du président Français Emmanuel Macron qui avait twité pour féliciter son homologue pour sa décision, en effet tous l’ont vu comme un homme d’État Africain exemplaire qui n’a pas attrapé ” l’épidémie de 3e mandat” comme les autres pouvoiristes. Pour l’opposition comme pour sa chapelle politique M. Alassane Ouattara venait de poser là un acte fort dans l’histoire ivoirienne en particulier et en générale dans celle de l’Afrique qui ferait de lui un second Nelson Mandela comme le disait le Directeur exécutif du Rassemblement des Houphouetistes pour Démocratie et la Paix (RHDP) son parti politique.

Cependant c’est contre toutes attentes qu’à la veille de la commémoration de notre indépendance ( 6 Août 2020 ), pendant son discours traditionnel à la nation que le Président trahit sa parole disant qu’il se représenterait aux élections présidentielles. Les deux raisons fondamentaux sont les suivantes: premièrement, le président cite les enjeux sécuritaires, sociaux auxquels aucune personne ne pourra faire face dans son parti politique après la brusque disparition de son dauphin Ahmadou Gon Coulibaly début juillet 2020; Deuxièmement le président note que la Côte d’Ivoire a eu de grandes avancées sous ses mandats alors ne souhaiterait pas que quiconque vienne la fasse régresser. Pour beaucoup ce sont des arguments farfelus.

En effet, en ce qui concerne son parti le Rhdp, il referme en son sein plusieurs hauts cadres compétents ( des présidents d’institutions, des ministres, élus locaux etc…) qui ont fait leurs preuves tant au niveau local qu’au niveau international, de plus nous sommes dans une démocratie et non royaume, alors quelque soit votre héroïsme, l’alternance s’impose à tous. C’est contre cette forfaiture constitutionnelle du président, que l’opposition et le peuple ivoirien ( la société civile, les mouvements de défense de Droit civiques et politiques) ont décidé de manifester pacifiquement dans les rues ce qui est d’ailleurs leur droit selon art. 20 de notre constitution. Ces manifestations se sont deroulées sur tout le territoire ivoirien, y compris à Guiberoua ( centre-ouest du pays) d’où je suis originaire.

Voici ce qui nous a mis tout Guiberoua en émoi et qui vous fera pareil chers lecteurs. Après les marches pacifiques , le RHDP, les pro-Ouattara répondent  avec cruauté et immoralité. En effet , les partisans du président Alassane Ouattara ont enlevé un jeune père de famille qui avait participé aux marches de l’opposition, le mirent nu, le traînèrent dans les rues de la ville, armés de gourdins et machettes proférant des propos injurieux et belliqueux, incitant à la violence  “filmez-le et mettez les vidéos sur les réseaux sociaux pour montrer aux bethés que ADO doit rester au pouvoir”.

A la suite de cet acte odieux, des associations et des fédérations de jeunes de la ville de Guibéroua ont saisi les autorités compétentes afin de punir ce viol à l’intégrité physique, psychique et à la dignité humaine qui porte à la désacralisation de la personne humaine, que devrait garantir en principe notre État ( art 2. de notre constitution ). Malgré toutes ces démarches auprès des autorités rien n´a été fait jusqu´à ce jour, les agresseurs se pavanent dans la ville sans être inquietés. Dans le même temps, le RHDP ( parti au pouvoir) appelle à la paix dans ma cité. Mais peut-on construire une paix durable dans l´impunité?

Qu’on arrête cette hypocrisie et ce manque de respect du peuple! Et soyons sincères avec nos consciences. Pour ma part, c’est avec toute mon énergie que je condamne cette répresaille machiavélique des militants du RHDP et le mutisme des autorités compétentes saisies, et je m’insurge contre tout comportement macabre démontré par le pouvoir RHDP en reponse aux  manifestations pacifiques dans d’autres localités notamment Bonoua, Daoukro, Ferké etc…
La question que la majeur partie du peuple ivoirien se pose est de savoir si nous sommes encore dans un État de Droit ?

Ben Bagnon , fils de Guiberoua
Président-Fondateur la Jeune Intelligentsia Ivoirienne.

 

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Côte d´Ivoire: Test COVID pour les usagers du transport aérien

Publié

activé

Au nombre des mesures prises par le gouvernement ivoirien contre la pandémie du coronavirus figure les tests de dépistage de la population ivoirienne. Cette mesure s´applique desormais aux voyageurs à destination ou au départ d´Abidjan.

Communiqué

Le Ministre des Transports rappelle aux compagnies de transport aérien, aux usagers ainsi qu’à tous les services publics et privés exerçant sur les plateformes aéroportuaires ivoiriennes, que conformément aux décisions du Conseil des Ministres du 05 août 2020 et vu l’évolution de la pandémie à travers le monde, il est fait obligation à tout voyageur au départ et à destination de la Côte d’Ivoire de se munir d’une attestation de test négatif à la COVID-19 dont le prélèvement date de moins de 07 jours.

A cet effet, les voyageurs au départ, à l’arrivée et en transit en Côte d’Ivoire sont soumis au renseignement d’un formulaire de Déclaration de Déplacement par Voie Aérienne (DDVA). Ce formulaire est disponible en ligne, via l’adresse : deplacement-aerien.gouv.ci

Le gouvernement ivoirien attachant une importance capitale à l’application de cette mesure, le Ministre des Transports invite par conséquent, les acteurs sus-cités à son strict respect afin de ne pas compromettre les excellents résultats enregistrés par notre pays dans la lutte contre la propagation de la pandémie.

Fait à Abidjan, le 17 octobre 2020
Le Ministre des Transports
Amadou KONE

Comments

comments

Continuer la lecture

Actualité

Réorientations dans les Universités publiques de Côte d’Ivoire: le ministère de l’Enseignement Supérieur est-il complice des malversations actuelles ?

Publié

activé

Professeur Abou Karamoko, président de l'université Félix Houphouët Boigny ; image d'illustration

Les réorientations servent à redonner la chance aux nouveaux bacheliers d’être remis dans la filière qui leur sied suite aux orientations insatisfaisantes.

Pour se faire chaque personnel des universités publiques detient un cas de réorientation ;avant 2018 chaque université publique pouvait gérer ses cas de réorientations indépendamment du
Ministère de L’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique.

Qu’est ce qui se passe?

En effet, depuis 2018, le ministère de L’Enseignement Supérieur a décidé de numériser le processus de réorientations des nouveaux bacheliers avec des codes attribués à chaque personnel (Enseignants et Personnels Administratifs et Techniques).
Mais “mystère”, la grande majorité des cas (90%) de tous les personnels,est bloquée et ce depuis bientôt 1an.
Le Ministère de L’Enseignement Supérieur et les Universités publiques utiliseraient les codes des personnels pour faire entrer eux-mêmes des bacheliers sur le dos des ayants droits,
Les Enseignants et PAT; serait ce lié à une prétendue campagne électorale au mépris des souffrances des bacheliers et de leur famille? Le sulfureux Président de L’Université Félix Houphouet Boigny M.Abou Karamoko ne serait-il pas
le point focal de ses souffrances?

Seraphin Kouamé

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances