Restons en contact

Politique

“Mamadou Koulibaly ne trahira pas le peuple de côte d´ivoire” Leopold Adou

Publié

activé

Leopold VII Adou Agnouwol, Ecrivain et DRI LIDER Portugal

Depuis fin 2015, alors que M. Alassane Dramane Ouattara entreprend de modifier la constitution ivoirienne, le professeur d´économie Mamadou Koulibaly, fondateur du parti politique Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) comprend que l´intention inavouée du roublard président de la république d´alors.

L´opposant va donc dénoncer le tripatouillage constitutionnel de M. Alassane Ouattara en vue de faire un troisième mandat. La stratégie de l´invétéré tricheur était pourtant claire arguer de la non-rétroactivité de la constitution en cours pour prétendre à une candidature à un troisième mandat constitutif.

L´opposition d´alors va mener le combat pour empêcher le changement de la constitution, mais les manifestations seront réprimées violemment et les initiateurs dont Mamadou Koulibaly arrêtés.  Acculé par ses mandats occidentaux et particulièrement le gouvernement français, M. Alassane Dramane Ouattara va déployer un arsenal de juristes et autres experts constitutionalistes soutenus par les ministres de son gouvernement aux fins de démontrer l´impossibilité pour le président sortant c´est-à-dire M. Ouattara, d´être candidat à une quelconque élection présidentielle sur la base du principe de limitation des mandats. Principe repris dans son intégralité dans la nouvelle constitution sous-tendue lui-même par le principe de continuité du mandat constitutionnel, car en effet M. Alassane Dramane Ouattara a continué son deuxième mandat dans la troisième république qui en devenait de fait le premier.

La force de la démonstration très médiatisée a fini par convaincre même dans le camp des opposants au projet de modification constitutionnelle, sauf Mamadou Koulibaly qui restait convaincu de la duplicité du Chef de l´Etat. Dans l´une de ses régulières adresses aux ivoiriens l´opposant ivoirien démontrait que M. Alassane Dramane Ouattara manifestait des signes inquiétants de confiscation du pouvoir.

Août 2020 donnera raison à Mamadou Koulibaly, Ouattara a renié sa parole et nié avoir dit qu´il ne modifiait pas la constitution pour faire un troisième mandat consécutif. Ses experts et juristes ont fait la démonstration de leur perversité. L´iniquité était consommée. Même le Ministre Abinan Kouakou Pascal qui lors d´un point de presse avait juré par tous les dieux de mettre sa main au feu si M. Alassane Dramane Ouattara se portait candidat, ne reconnait pas ses propres paroles, touché par la versatilité. Dès lors que, la violation de la constitution par le Chef de l´Etat fut constatée le peuple de Côte d´Ivoire et l´opposition engage des manifestations sur toute l´entendue du territoire national pour contester la forfaiture alassaniste.

Par la violation de la constitution M. Alassane Ouattara a fini de convaincre les ivoiriens sur son imposture.

Depuis Août donc Mamadou Koulibaly est engagé auprès du peuple de Côte d´Ivoire dans la protestation contre le troisième mandat. Cette lutte démocratique pour le respect de la constitution de la Côte d´Ivoire et pour la défense des valeurs républicaines, baptisée « Non au 3eme mandat », s´est durcie avec la répression brutale du gouvernement Ouattara. Suite à l´entêtement de M. Alassane Dramane Ouattara, la désobéissance civile fut lancée, Mamadou Koulibaly était toujours présent pour donner de la voix. Son message au stade Felix Houphouet Boigny le 10 octobre 2020 résonne encore fortement dans la conscience du peuple ivoirien.

Non Mamadou Koulibaly n´a pas trahi ses convictions, il n´a pas trahi les aspirations du peuple de Côte d´Ivoire.  L´homme politique qu´il est, est connu et reconnu pour sa constance. Durant le boycotte de l´élection présidentielle d´octobre 2020 lancé par les partis de l´opposition, Mamadou Koulibaly est resté sur sa position. Après la réussite du boycott et la mise en place du Conseil National de Transition, Mamadou Koulibaly est resté constant. D’ailleurs lors de l´entretien de son parti avec le président Henri Konan Bédié chef de fil de l´opposition, les ivoiriens ont pu reconnaitre la hargne de l´homme. Rassurer vous Mamadou Koulibaly reste combatif et déterminé dans le combat pour la restauration de la démocratie et de l´instauration des valeurs républicaines en Côte d´Ivoire. Il ne trahira pas la lutte, il ne trahira pas le peuple de Côte d´Ivoire car sans le peuple Mamadou Koulibaly n´est rien. Quand l´homme politique a pleinement conscience que le pouvoir appartient au peuple, il assume advienne que pourra son rôle de porte-drapeau des aspirations du peuple.

Les ivoiriens voulaient voir Mamadou Koulibaly dans une structure unissant des leaders politiques de l´opposition ce qui est fait depuis quelques temps. Comme pour dire que l´homme politique qu´il est, n´est ni sectaire ni clanique mais plutôt qu´il sait occuper sa place dans un groupe. Oui il ne parle pas en dehors du cadre d´unité de l´opposition et ce pour laisser libre cours à ceux qui doivent parler de parler. Mamadou Koulibaly n´a donc pas perdu sa langue encore moins vendu la lutte comme les manipulateurs de toujours tentent à le faire croire et il parlera.

Au lieu de chercher Mamadou Koulibaly avec une touche à Abidjan comme Talès, pourquoi ne pas commencer à mettre en pratique ses recommandations, comme pour lui montrer que son travail de réveil des consciences a porté ses fruits. Au lieu de décharger notre peur et frustration sur Mamadou Koulibaly, démontrons-lui que “le pouvoir appartient au peuple” et qu´un “peuple uni jamais ne sera vaincu”. Tuons en nous nos peurs, retroussons nos manches, inscrivons notre combat dans la durée et allons ensemble remporter les victoires démocratiques pour l´amour de la Côte d´Ivoire. C´est là que Mamkoul nous attend.

La lutte continue! Dieu protège la Côte d´Ivoire !

Leopold VII Adou, Ecrivain, DRI LIDER Portugal

Comments

comments

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 − 12 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nationale

Aprés sa libération, les regrets de Laurent Gbagbo

Publié

activé

Laurent Gbagbo, ex-président ivoirien. Image d'illustration

le Directeur de la rédaction de Jeune Afrique François Soudan a écrit un éditorial intitulé ” Retour de Gbagbo: la tentation de la revanche ”.

Selon lui, s’il y’a une chose que l’ancien président Laurent Gbagbo se reproche, c’est d’avoir sous-estimé la ” méchanceté ” de Ouattara, Bédié et Sarkozy. << Lors d’un entretien fin 2020 à Abidjan, en ces jour sépulcraux où se jouait son avenir, j’avais été frappé de l’entendre me dire qu’à ses yeux, dans l’histoire alors quinquagénaire de la Côte d’Ivoire, il n’y avait que deux hommes: Houphouët-Boigny et lui. La première indépendance en 1960 et la seconde , accouchée aux forceps en octobre 2000 avec son arrivée au pouvoir. Tout le reste n’était que parenthèse >> a-t-il avancé.

Poursuivant, François Soudan précise: << Laurent Gbagbo ajoutait que la guerre avait gâché son mandat, qu’il n’avait pu gouverner que pendant vingt mois avec la marge de manœuvre nécessaire, jusqu’à la tentative de coup d’État en 2002 et qu’il ne se reprochait qu’une seule chose: avoir sous-estimé ce qu’il appelait la ” méchanceté ” de ses adversaires, au premier rang desquels figuraient Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

A ceux qui se posent des questions sur l’avenir politique de l’homme, François Soudan répond que l’ancien président ne rentrera pas au pays pour prendre sa retraire. ” Laurent Gbagbo a encore faim et quoi qu’il puisse laisser paraître, la plaie ouverte par son éviction n’est pas refermée.

Lu pour vous

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Covid-19/Vaccination: Pourquoi le gouvernement ivoirien reste muet sur le cas AstraZeneca?

Publié

activé

Leopold VII Adou Agnouwol, Ecrivain et DRI LIDER Portugal

Y a-t-il une task force en charge de la campagne de vaccination Anti-Covid-19 en Côte d´Ivoire?  A-t-elle conseillé au gouvernement ivoirien de conserver le vaccin AstraZeneca, sans aucune explication sur les cas de coagulation sanguine qui augmente chaque jour, ni aucun débat démocratique sur la question des vaccins et de la stratégie vaccinale?

Depuis que des contre-indications sont observées ça et là en europe après l´administration du vaccin d´AstraZeneca, la Direction Générale de la Santé et même le ministre de santé de Côte d´Ivoire évite de prendre une position claire surtout que plusieurs pays ont ou suspendu ou arrêté l´utilisation du vaccin AstraZeneca. Tout porte à croire que les autorités ivoiriennes attendent les conclusions de l’EMA sur la nouvelle évaluation du vaccin Anglo-suedois.

Le gouvernement ivoirien maintient donc le vaccin et continue la campagne de vaccination. Il nous revient et de façon récurrente que des sujets de moins de 50 ans appartenant aux professions de la santé, de la sécurité, de l´armée et de l´éducation sont vaccinés, là où le vaccin AstraZeneca a démontré une inefficacité sur les personnes de cet âge et fort de cela il reste fortement recommandé au plus de 55 à 70 ans.

Face à ce mutisme, on peut légitimement se poser la question de savoir, est-ce nous avons un régulateur des médicaments ou encore un comité d’évaluation des risques de pharmacovigilance en Côte d´Ivoire? Si oui pourquoi donc se tait-il ? Quelles actions ce comité ou régulateur a-t-il entrepris en vue d´évaluer les risques au niveau local ? Il est suffisamment évidant que les milliards du CovidBonds n´ont pas permis à une telle structure une indépendance d´analyse et de décision par rapport à cette situation sanitaire gravissime que le monde entier connaît. Pour notre santé également nous sommes livrés au bon vouloir de la France.

Le constat est clair, la Côte d´Ivoire n´est pas indépendante dans le domaine sanitaire et cela se voit avec les évacuations sanitaires régulières des hautes autorités du pays vers l´Europe. Cette soumission sanitaire démontre l´échec de la politique de santé publique de M. Alassane Ouattara.

Leopold VII Abrotchi

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Côte d´Ivoire: Gouvernement Patrick ACHI I, voici la liste complète

Publié

activé

SEM. Alassane Ouattara, president de la republique de Côte d´Ivoire

Attendu depuis deux semanines voici la liste complète du nouveau gouvernement ivoirien. Le premier gouvernement Patrick ACHI est une équipe de 41 membres, dont la moyenne d´âge est de 50 ans et huit (8) femmes.

COMMUNIQUE DE LA PRÉSIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a procédé, ce mardi 06 avril 2021, à la signature de plusieurs décrets de nomination au titre du Gouvernement, de la Présidence de la République et du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel.

AU TITRE DU GOUVERNEMENT

Sur proposition du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Patrick Jérôme ACHI, le Président de la République a procédé à la signature d’un décret portant nomination des Membres du Gouvernement Ainsi sont nommés:

1. Le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de L`Intégration Africaine et de la Diaspora :
Mme Kandia KAMISSOKO CAMARA

2. Ministre d’Etat, Ministre de la Défense :
M. Téné Birahima OUATTARA

3. Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural :
M. Kobenan Kouassi ADJOUMANI

4. Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme :
M.Jean Sansan KAMBILÉ

5. Ministre de L`Intérieur et de la Sécurité :
Gal Vagondo DIOMANDÉ

6. Ministre des Eaux et Forêts :
M. Alain Richard DONWAHI

7. Ministre du Plan et du Développement :
Mme Nialé KABA

8. Ministre des Transports :
M. Amadou KONÉ

9. Ministre de l’Economie et des Finances:
M. Adama COULIBALY

10. Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration :
Mme Anne Désirée OULOTO

11. Ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme :
M. Bruno Nabagné KONÉ

12. Ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat :
M. Moussa SANOGO

13. Ministre de l’Hydraulique :
M. Laurent TCHAGBA

14. Ministre de l’Equipement et de l’Entretien Routier :
M. Amedé Koffi KOUAKOU

15. Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation :
Mme Mariatou KONÉ

16. Ministre de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale :
M. Bertin KOUADIO KONAN

17. Ministre du Commerce et de l’Industrie :
M. Souleymane DIARRASSOUBA

18. Ministre de la Promotion des Sports et du Développement de l’Economie Sportive :
M. Paulin Claude DANHO

19. Ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, Porte-parole du Gouvernement :
M. Amadou COULIBALY

20. Ministre de la Promotion de la Jeunesse, de L`Insertion Professionnelle et du Service Civique, Porte-parole adjoint du Gouvernement :
M. Mamadou TOURÉ

21. Ministre de la Promotion de L`Investissement et du Développement du Secteur Privé :
M. Emmanuel Esmel ESSIS

22. Ministre de la Promotion des PME, de l’Artisanat et de la Transformation du Secteur Informel :
M. Félix ANO BLÉ

23. Ministre des Ressources Animales et Halieutiques :
M. Sidi Tiémoko TOURÉ

24. Ministre du Tourisme et des Loisirs :
M. Siandou FOFANA

25. Ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance, du Renforcement des Capacités et de la Lutte contre la Corruption :
M. Epiphane ZORO BI BALLO

26. Ministre de l’Economie Numérique, des Télécommunications et de L`Innovation :
M. Roger Félix ADOM

27. Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique :
M. Adama DIAWARA

28. Ministre de la Santé, de l’Hygiène Publique et de la Couverture Maladie Universelle :
M. Pierre DIMBA

29. Ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie :
M. Thomas CAMARA

30. Ministre de l’Assainissement et de la Salubrité :
M. Bouaké FOFANA

31. Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté :
Mme Myss Belmonde DOGO

32. Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale :
M. Adama KAMARA

33. Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant :
Mme Nassénéba TOURÉ

34. Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage :
M. KOFFI N’GUESSAN

35. Ministre de la Culture et de L`Industrie des Arts et du Spectacle :
Mme Arlette Badou N’GUESSAN KOUAMÉ

36. Ministre de l’Environnement et du Développement Durable :
M. Jean-Luc ASSI

37. Ministre délégué auprès du Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Diaspora, chargé de L`Intégration Africaine :
M. Alcide DJÉDJÉ

Secrétariats d’Etat

1. Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, chargé du Logement Social :
M. N’Guessan Lataille KOFFI

2. Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, chargé de la Modernisation de l’Administration :
M. Brice Kouamé KOUASSI

3. Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Transports, chargé des Affaires Maritimes :
M. Célestin SEREY DOH

4. Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale, chargé de la Protection Sociale:
Mme Clarisse KAVO MAHI

Le premier Conseil des Ministres du nouveau Gouvernement se tiendra le mercredi 07 avril 2021 à 11 heures, au Palais de la Présidence de la République.

AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIOUE

Suite à la nomination, le lundi 29 mars 2021, de Monsieur Abdourahmane CISSÉ, en qualité de Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République, le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a procédé à la signature d’un décret portant nomination de Ministres à la Présidence de la République.

Ainsi sont nommés:
– Ministre auprès du Président de la République, chargé des Relations avec les Institutions de la République:
M. Gilbert Koné KAFANA

– Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République:
M. Fidèle SARASSORO.

Ce décret abroge les décrets portant nomination du Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République et des autres Ministres à la Présidence de la République.

AU TITRE DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL, ENVIRONNEMENTAL ET CULTUREL

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a procédé à la signature de deux décrets.

Le premier décret porte nomination de Monsieur Eugène AKA AOUELE, en qualité de membre du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel.

Aux termes du deuxième décret, Monsieur Eugène AKA AOUÉLÉ est nommé Président du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel.

Fait à Abidjan, le mardi 06 avril 2021
Le Ministre, secrétaire Général de la Présidence
Abdourahmane Cissé

Comments

comments

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances