Restons en contact

Nationale

Côte d’Ivoire / Assalé Tiémoko à Bédié: Ne faisons pas d’amalgames entre la fraude sur la nationalité Ivoirienne et les élections!

Publié

activé

Assalé Tiémoko Antoine

Côte d’Ivoire / Assalé Tiémoko à Bédié: Ne faisons pas d’amalgames entre la fraude sur la nationalité Ivoirienne et les élections!

Par leadernews, 09/06/2019

Le débat sur les propos tenus par le président du PDCI, monsieur Henri Konan Bédié, continu d’enflammer les réseaux sociaux. Assalé Tiémoko, patron du journal l’Eléphant déchaîné, n’est pas resté indifférent face à cela. Ainsi, à travers une publication sur son compte Facebook, il fait d’importantes précisions.

Le courage en politique, ne s’apprécie qu’à l’aune des risques qu’on prend  en adoptant telle ou telle position.

Il faudra bien un jour que les Ivoiriens, seules victimes des compromissions des hommes politiques, que dis-je, des politiciens ivoiriens, comprennent qu’on ne peut pas, tous les cinq ou dix ans, jouer avec leur vie.

La fraude sur la nationalité Ivoirienne, aussi incroyable que cela puisse paraître n’a jamais eu pour finalité une question électorale ou du moins, majoritairement,  elle était faite  dans un but purement économique.

Une enquête publiée par l’éléphant déchaîné en 2017, documents à l’appui,  à révélé cette réalité.  Les gens fraudent sur la nationalité Ivoirienne,  essentiellement, pour éviter les tracasseries policières.  Si cela était fait dans l’optique des élections,  la liste électorale ivoirienne, malgré l’abaissement de l’âge de vote à 18 ans, ne serait pas à moins de 7 millions d’inscrits sur 26 millions d’habitants. Ce qui est un immense paradoxe. En comparaison avec le Ghana, pour 30 millions d’habitants et l’âge de vote fixé à 21 ans, il y a 15,742 millions d’inscrits sur la liste électorale.  Il y a donc clairement un problème en Côte d’Ivoire.

Quand la loi portant simplification de la procédure de naturalisation en Côte d’Ivoire a été votée en août 2013, certains, notamment les opposants au régime du RHDP,  alors fort du PDCI,  ont crié à la naturalisation de 700 mille étrangers qui allaient s’accaparer nos terres puisque les étrangers ne peuvent plus être propriétaires de terres en Côte d’Ivoire, depuis la nouvelle constitution.

Mais, curieusement,  sur près de 177 mille dossiers de naturalisations déposées,  seuls environ 14 mille ont obtenu un résultat positif. Tous les autres dossiers ayant été rejetés,  comme l’éléphant l’a écrit documents à l’appui.  Et c’est  d’ailleurs au cours de cette enquête que nous avons découvert que de tous les présidents ivoiriens, Ouattara est celui qui a signé le moins de décret de naturalisation en presque dix ans. Rejetant presque systématiquement tous les dossiers qui arrivent à la présidence pour telle ou telle raison. Nous avons déjà écrit ça aussi.

Au regard de tout ce qui précède,  on ne peut qu’appeler nos politiciens à user de la plus grande prudence sur la question de la fraude sur la nationalité en ne la rattachant pas systématiquement  à des questions électorales.  C’est le meilleur moyen pour polluer ou corrompre un sujet aussi sérieux.

Et c’est pour cela que je dénonce avec fermeté,  la nouvelle posture du président Bédié. En posant le problème ainsi qu’il l’a fait, surtout en ciblant une commune d’Abidjan,  Abobo en l’occurrence, présumée  peuplée majoritairement de militants d’un parti politique, il ne peut obtenir pour résultat que la frustration, la colère et le repli identitaire.

Car, en 2014, du temps où le PDCI filait du bon coton avec le RDR dans le cadre du RHDP,  quand nous avons révélé le scandale de la fraude sur la nationalité ivoirienne, de tous ceux qui prétendent faire la politique en Côte d’Ivoire,  seul Mamadou Koulibaly,  a réagit.

En effet,  cet homme dont on connait la constance dans les prises de position, aujourd’hui maire de Azaguie,  m’ a  appelé au téléphone et m’a dit exactement : “ASSALE,  je   je te félicite pour ton enquête. Mais tu as pris des risques inutiles. Ceux qui dirigent le pays ne te feliciteront pas, ils ne diront rien,  il n’y aura aucune enquête,  aucun débat parlementaire sur le sujet,  parce que cette situation les arrange tous. Pense donc à ta famille et ne risque plus inutilement ta vie”.

A l’époque le PDCI aurait dû poser le problème et demander au pouvoir de se pencher sur ce sujet qui est la raison essentielle qui a motivé la prise des armes par d’autres Ivoiriens. Mais non,  ils n’ont rien dit parce que, on leur a dit que 2020 serait leur tour et que quel que soit l’adversaire en face, ils auraient les voix des militants du RDR, qu’ils soient de “vrais Ivoiriens” ou des fraudeurs sur la nationalité. Et, maintenant que ce n’est plus le cas, voilà que dans un contexte aussi trouble, le PDCI, du moins ce qu’il en reste, par la voix de son président,  Bédié, vient poser ce problème de la plus mauvaise des manières dans un contexte corrompu par la perspective électorale de 2020 en  orientant le débat sur  une commune précise, Abobo. Désormais considéré comme le laboratoire de la fraude au bénéfice d’un parti pour fausser le jeu électoral en 2020.

Le résultat le plus certain auquel le président Bédié va parvenir, c’est de diviser encore le pays, de provoquer le repli identitaire d’une partie des Ivoiriens.

En posant le problème ainsi qu’il l’a fait, le président a aggravé le mal. Et c’est ce que je dénonce.  Ne faisons pas d’amalgames entre cette fraude et les élections.

A moins que le cri des morts des crises que nous avons connues ne nous dise rien…

Assalé Tiémoko Antoine                                                                                                   Maire de la commune de TIASSALE

 

Comments

comments

Nationale

Côte d’ivoire: Tendons-nous vers la privatisation des universités publiques?

Publié

activé

L’année académique 2018-2019 des universités publiques de côte d’ivoire s’est vu plusieurs fois interrompue pour cause d’inscriptions.

Les étudiants des universités publiques depuis plusieurs mois se plaignent des exigences des responsables des scolarités des universités de côte d’ivoire qui ne cessent d’exiger une inscription préalable de l’etudiant lambda avant même de béneficier d’un groupe de TD (travaux diriger), d’accéder aux compositions et mêmes aux résultats de fin d’année. Cette exigence a-t-elle des raisons extérieures au système universitaire ou tendons-nous vers une privatisation des universités publiques?

En effet le système universitaire depuis l’an 2014 est regenter par une politique d’autogestion. C’est à dire que les universités se gèrent financièrement elles mêmes via les frais inscriptions des différents étudiants qui constituera le budget des universités et reçoit les 10% de l’Etat d’où cette exigence nonobstant les frais d’inscription qui sont plus ou moins exhorbitant pour la masse évaluer à hauteur de 30.000 Francs CFA le premier cycle , 60.000 Francs CFA le sécond cycle et 90.000 Francs CFA le troisième sans compter les frais annexes.

Comments

comments

Continuer la lecture

Economie

Côte d’Ivoire : A Azaguié, Mamadou Koulibaly donne une leçon de transparence à Kandia Camara

Publié

activé

Mairie d'Azaguié, 22 km d'Abidjan-Côte d'Ivoire

Le maire de la commune d’Azaguié, Mamadou Koulibaly et son conseil ont présenté le lundi 16 septembre 2019, le bilan des actions menées en faveur de leurs administrés depuis leur élection.

Le président-fondateur de Liberté et démocratie pour la république (LIDER), Mamadou Koulibaly, après la victoire de la liste qu’il menait lors des élections municipales d’octobre 2018, a présenté les projets réalisés par le conseil municipal depuis son accession à la tête de la mairie. En effet, depuis cette date, ce sont 700 tables-bancs qui ont été offertes aux élèves par celui qui considère l’éducation comme la base de tout développement.

Le coût alloué à la confection de ces tables-bancs non importées s’élève à 12.174.000 F cfa. Soit 17.391 F cfa par table-banc. Le marché d’Abbè a été réhabilité à hauteur de 15.000.000 F cfa. Quant à l’extension du réseau d’adduction d’eau ; il a été réalisé à 29.000.000 F cfa en vue d’offrir de l’eau potable à ses administrés. Par ailleurs, l’on note également la construction d’une école maternelle à la gare d’Azaguié à 15.000.000 Fcfa et la réhabilitation d’un bâtiment pour l’inspection de l’enseignement primaire et préscolaire à un coût global de 16.800.000 F cfa.

S’agissant de la mairie, elle a été équipée en mobiliers de bureau à 15.000.000 FCFA et l’acquisition d’une tondeuse à 2.980.000 FCFA. Mamadou Koulibaly donne ainsi une leçon de transparence à ses collègues maires et à la ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, Kandia Camara.

 

En effet, ces chiffres contredisent les 200 000 tables-bancs semi-métalliques que le gouvernement d’Amadou Gon Coulibaly avait importés pour des écoles au coût de 17 milliards FCFA dans un contrat de gré à gré avec la Société d’import de divers de Côte d’Ivoire (SIMD-CI). soit 85 000 FCFA l’unité. Alors que notre pays regorge d’une région forestière par excellence. Un pays dont la partie sud est couverte par la forêt et dont les produits sont transformés sur place, en produits semi-finis et finis très fiscalisés.

Karina Fofana

Comments

comments

Continuer la lecture

Nationale

Le double jeux sécuritaire de Ouattara.

Publié

activé

Le chef de l’etat de côte d’ivoire vient d’initier un vaste remaniement ministériel qui pourrait placer le petit frère du premier ministre à la tête des forces spéciales de la présidence.

 

Le remaniement ministèriel du 04 septembre 2019 dernier a ouvert une place à la tête  du groupement de sécurité  du président de la république de côte d’ivoire (GSPR) , la très stratégique unité de sécurité du président et des VIP en déplacement dans le pays.

En nommant le chef du GSPR, le géneral d’armée Vagondo Diomandé, au poste de ministre de la sécurité, le président de la république  fait d’une pierre deux coups.

Il contient non seulement l’influence grandissante du ministre de la défense, Hamed Bakayoko, en appelant au gouvernement un haut gradé capable de tenir  tête à ce dernier mais ouvre également la voie à un remaniement dans le millieu des cadres du GSPR à moins d’un ans de l’échéance présidentielle.

Le principal successeur à l’actuel ministre  en vue actuellement est le petit frère du premier ministre Amadou Gon Coulibaly nommé Ibrahim Gon Coulibaly.

N’est -il pas un moyens pour M.Ouattara de raffraichir stratégiquement sa garde a l’approche des élections ou satisfaire des intérêts susceptibles d’être bénéfique dans des jours a venir?

 

 

Comments

comments

Continuer la lecture
Publicité

Sponsorisée

Facebook

Publicité Enter ad code here
Publicité

Tendances